Réouverture des gares : Me Oumar Youm décline les nouvelles mesures !

24

Media7 Les gares vont reprendre du service, mais devront désormais se plier à certaines obligations. En conférence de presse, le ministre des Transports a décliné les nouvelles mesures.

Organisation stricte des arrivées et départs

« Nous avons décidé de prendre à la suite, la mesure de reprendre  les activités qui très certainement, va se faire à partir de dimanche à 5 heure du matin, sur la base d’un arrêté  que le ministre de l’Intérieur va prendre.

Il va permettre de nouvelles conditions de déplacement des populations, tout en garantissant le respect des règles édictées par autorités sanitaires pour endiguer la propagation du virus  Les gares routières seront principalement autorisées à fonctionner.

Il s’agit de la gare routière de Rufisque et celle des beaux Maraichers de Dakar. A côté de ces gares, nous avons fait un inventaire des horaires. Nous allons travailler avec les acteurs pour permettre à ces personnes de faire le travail.

Les gares vont officier, ainsi que les horaires, sur autorisation du ministère des transports. Tous les transporteurs sont tenus d’organiser leurs départs et arrivées, à partir des gares et horaires identifiées ».

Les nouvelles mesures dans les gares

« Ces gares routières auront des heures de fermeture et d’ouverture, à discuter avec les acteurs et les exploitants de ces gares. J’estime qu’à 20 heures, les gares devraient être fermées pour permettre de procéder au nettoiement et à la remise en ordre pour que la gare puisse être fonctionnelle dans les heures qui seront convenue.

Toute sortie ou entrée dans une gare urbaine officielle, est assujettie par un remplissage d’un manifeste que le déclarant aura à fournir. Les noms, prénoms, le référencement de sa carte d’identité nationale, son lieu de destination ainsi que son numéro de téléphone devront être relevé.

Le gestionnaire de la gare devra s’assurer de la bonne tenue du manifeste qu’il présentera immédiatement, sur demande des autorités habilitées ».

Des équipes sanitaires dans les gares

« Une équipe sanitaire disposant du matériel nécessaire sera mobilisée par le ministère dans les gares officielles et au niveau des horaires reconnus. Ils auront comme travail le prélévelment sur les passagers et autres tests.

L’exploitant de la gare et le responsable de l’équipe sanitaire seront tenus d’informer immédiatement l’autorité administrative et sanitaire compétente du lieu de destination du véhicule, en cas de découverte de cas suspect, ou en cas de test considéré ou déclaré positif sur un passager ».

Une réunion avec les transporteurs

« En ce qui concerne les transporteurs, nous aurons cet après une réunion avec eux. Il sera question de consigner les obligations devant leur permettre de procéder à la reprise de leurs activités.

Avant tout départ, les conducteurs ont l’obligation de nettoyer et de désinfecter les véhicules  avec les produits appropriés. Ils s’assureront du lavage des mains des passagers, ainsi que le respect systématique du port du masque dans les moyens de transports. C’est une mesure qui reste en vigueur ».

Les obligations pour les passagers

« En ce qui concerne les voyageurs, il est tenu d’observer toutes les règles. Ils devront se soumettre aux opérations de prise de température qui sera faite sur place par les équipes qui seront mobilisées.

Le ministère recommande fortement aux populations d’effectuer des déplacements non essentiels, particulièrement des personnes qui présentent des symptômes de la maladie ».

Un soutien financier aux transporteurs

« Allouer un appui financier direct au secteur des transports. Le montant global que le président de la République avait retenu était de 2 milliards 150 millions de francs Cfa. Dans sa générosité, le président a mis trois milliards supplémentaires.

Pour le transport interurbain, ce sera 1,8 milliards, pour AFTU, il sera de 2,3 milliards, Dakar Dem Dikk aura 2,4 milliards, 450 millions seront alloués aux taxis, 600 millions pour les gares routières. Et pour les « Ndiaga Ndiaye » et les cars rapides, il sera de l’ordre de 300 millions, alors que pour les auto-écoles, il sera de 150 millions. 450 millions seront réservés au mototaxis et les jakarta et 150 millions pour le matériel et équipements sanitaires.

Ce qui pourrait nous permettre de réussir un démarrage dans de bonnes conditions ».

Propos recueillis par Mohamed THIAM

Laisser une réponse

Entrer votre commentaire
Merci d'entrer votre nom