Présidentielle/Madagascar: la campagne du 2nd tour officiellement lancée

2

Marc Ravalomanana (à gauche) et Andry Rajoelina (à droite) vont s’affronter au second tour de l’élection présidentielle malgache.

La campagne pour le second tour de l’élection présidentielle a été officiellement lancée mardi 4 décembre à Madagascar. Les deux anciens chefs d’Etat, Andry Rajoelina et Marc Ravalomanana, ont deux semaines pour convaincre les électeurs. Ils ont tous les deux commencé leur campagne dans le centre du pays avec une cérémonie religieuse, l’un comme l’autre certain de leur victoire.

Dans son quartier général du centre de la capitale, après un culte protestant, Marc Ravalomanana s’est adressé à quelques centaines de partisans. Un discours placé sous le regard de Dieu mais qui n’a pas empêché l’ancien chef d’Etat de s’en prendre à son concurrent Andry Rajoelina : « Je vais bientôt reprendre ma place de président. N’ayez pas peur, croyez simplement. Mon adversaire actuel m’a renversé en 2009. Nous n’accepterons plus jamais un président qui divise le pays. Nous avons besoin d’un leader… pas d’un DJ. Nous avons besoin d’une personne qui a peur de Dieu et des Malgaches. Nous avons besoin d’un bâtisseur, pas d’un destructeur. Chers compatriotes, qui sera le président qui pourra réconcilier les Malgaches ? Qui sera le président qui pourra éradiquer jusqu’à la racine la corruption ? Qui pourra nous diriger vers le développement plutôt que vers des rêves ? Qui sera le président qui pourra rétablir la sécurité ? C’est moi, Marc Ravalomanana, le candidat numéro 25. »

Andry Rajoelina a lui déclaré « être prêt à sauver Madagascar. C’est le peuple malgache qui m’envoie et Jésus Christ », a-t-il indiqué pendant une messe organisée à Ampefy, à une centaine de kilomètres à l’ouest d’Antananarivo. Il a ensuite enchaîné les meetings dans plusieurs localités auprès des habitants des campagnes.

« Nous avons mis entre les mains de Dieu le commencement de cette campagne, car si Dieu est avec nous, personne ne peut nous vaincre, a-t-il affirmé. Le second tour va arriver, nous ne finirons pas deuxièmes, mais premiers. Je serai un président qui sera digne de vous, qui va se soucier du petit peuple, des agriculteurs, des éleveurs. Nous allons faire baisser le prix des engrais. Je vais vous aider. Je vous donnerai des herses pour vos zébus et je donnerai des zébus à ceux qui n’en ont pas encore. Ayez foi en moi. Je vous ai donné rendez-vous aujourd’hui. Suis-je venu ? Si je vous donne rendez-vous, allez-vous venir ? Choisissez le candidat numéro 13 le 19 décembre, car j’ai fait le serment de sauver Madagascar. »

C’est la première fois que les deux protagonistes de la crise de 2009 s’affrontent dans les urnes. Lors de la dernière présidentielle de 2013, ils n’avaient pas pu se présenter, notamment sous la pression de la communauté internationale.

RFI

Laisser une réponse

Entrer votre commentaire
Merci d'entrer votre nom