Home » Afrique » Pénurie de cannabis dans les rues d’Alger
CANABIS

Pénurie de cannabis dans les rues d’Alger

En Algérie, des habitants de la capitale font état d’une pénurie de cannabis. Depuis plusieurs semaines, le haschich, très consommé, et généralement importé – illégalement – du Maroc, est plus rare. L’une des causes ? Les forces de sécurité ont multiplié les saisies de drogue.

En Algérie, la consommation de cannabis est un délit. Samir fume plusieurs fois par jour, depuis plusieurs années. Mais à la fin du mois de novembre dernier, les choses ont changé. « Moi, j’ai un dealer régulier, qui n’est jamais tombé en panne. Un jour, là il m’appelle, il me dit : « y’a plus rien. » Y’a plus rien ! Il ne me dit pas plus, mais il me dit juste qu’il n’y a plus rien, il a disparu pendant trois mois. Le truc c’est que maintenant ça revient avec d’autres prix. C’est carrément le double maintenant. Si la résine de cannabis n’est plus disponible autant comme avant sur le marché, beaucoup de gens se sont rabattus sur les cachetons », raconte-t-il.

Samir, comme d’autres consommateurs, ne comprennent pas ce qui a causé la pénurie. Mais ils ont une lecture assez politique de l’affaire.

« Ils nous tiennent par ça en fait, parce qu’ils savent que la majorité de la jeunesse algérienne carbure à ça. Maintenant si on m’appelle à 4h du matin pour trouver un plan, j’y vais. Voilà la situation dans laquelle on se retrouve. Même si je bosse à 6h du matin, je m’en fous, je sors à 4h du matin pour aller chercher ma fumette. Parce que c’est devenu quelque chose de rare maintenant », explique un autre consommateur.

Officiellement, aucune opération particulière n’a été signalée contre le trafic de cannabis. Mais ces derniers mois, la contrebande via le Maroc a été ralentie par la construction d’un mur le long de la frontière. Les forces de sécurité annoncent, elles, avoir saisi quatre fois plus de drogue dans la capitale en 2016 que l’année précédente.

MEDIA

About Gaye Ousseynou

Facebook login by WP-FB-AutoConnect