Home » Afrique » Ndongo Samba Sylla : « Avec le franc CFA, le développement n’est pas possible »
ndongo_sylla

Ndongo Samba Sylla : « Avec le franc CFA, le développement n’est pas possible »

Ndongo Samba Sylla, économiste chargé de recherche à la fondation Rosa Luxemburg s’est livré à un véritable plaidoyer sur des raisons qui ont entrainées l’intervention libyenne et contre le franc CFA, au cours d’une conférence publique tenue le 12 septembre 2017 à Dakar.
Organisé par le Conseil pour le Développement de la Recherche en Sciences Sociales en Afrique (CODESRIA) dans le cadre de la session 2017 de l’Institut sur la gouvernance démocratique, cette conférence a porté sur le thème : « Capital financier et intervention en Libye : opposition à la monnaie africaine ». Elle a réunit des universitaires et des activistes.
Pour M. Samba Sylla, l’intervention libyenne est une intervention qui a eu lieu et justifié par les faux prétextes. « Ce qu’il faut dire est que l’une des raisons qui a justifié cette intervention libyenne, c’est que le Président Kadhafi avait un projet de monnaie continentale qui était basée sur le stock d’or (143 tonnes) qu’il avait. Et lorsque Sarkozy a su ça, il a dit en fait qu’il ne faut pas que ce projet aboutisse » a-t-il révélé. « La question du franc CFA est une affaire très importante. Et même le prof Cambell nous a dit que nous devons beaucoup plus discuter sur cette question à la suite de l’intervention libyenne», renchérit-il.
Le professeur Horace Cambell quand à lui affirme qu’on ne peut pas comprendre ce qui s’était passé en Libye. « Aujourd’hui, même le Président Barak Obama a trouvé que c’était une erreur d’aller intervenir en Libye, ce qu’il faut maintenant, c’est qu’il y est plutôt une unité africaine qui intervient sur le plan humanitaire que d’avoir les étrangers, la France, les Etats unis qui interviennent au non de l’humanisme qui n’existe pas ».
L’économiste Ndongo Samba Sylla estime premièrement que le franc CFA est une violation à notre souveraineté. Deuxièmement et indépendamment à la question de souveraineté c’est une monnaie qui ne permet pas le développement, qui ne permet aucune marche de manœuvre pour créer du crédit, faire fonctionner nos entreprises, créer de l’emploi et de la croissance. Il ajoute qu’avec le franc CFA, le développement n’est pas possible.
Les alternatives n’en sont pas le reste. « Il doit y en avoir beaucoup. Mais ce qui compte c’est la volonté politique des uns et des autres. Quels sont les chefs de l’Etat qui veulent progressivement aller vers d’autre forme d’intégration monétaire. Parce qu’on pourrait dire que nous avons nos réserves d’échanges en France dans les comptes et trésors français et donc nous rapatrions nos réserves d’échange et que nous gérons nous même notre monnaie » a-t-il déclaré.
Il souligne que nous devons discuter humblement sur le projet de monnaie unique de la CEDEAO en cours et du monnaie unique continentale avec la perspective de dire que nous devons être souverain et avoir le système monétaire et financier fonctionnelle. C’est-à-dire qui participe au système de développement économique d’un continent.
Ndongo Samba Sylla, économiste à la fondation Rosa Luxemburg appelle les pays francophones et surtout les médias de travailler pour sensibiliser la population, de mettre la pression sur nos leaders pour qu’ils s’éveillent d’avantage sur la question du franc CFA, car le combat de franc CFA est un combat démocratique.

Tamaltan Inès SIKNGAYE (Stagiaire)

About media7

Facebook login by WP-FB-AutoConnect