Malick Daf, coach des U17 du Sénégal: «On peut rivaliser avec n’importe quelle équipe»

41
Malick Daf, coach des U17 du Sénégal: «On peut rivaliser avec n’importe quelle équipe»

Média7.info:Logée dans le groupe D en compagnie des États-Unis, le Japon et les Pays-Bas, l’équipe U17 de football du Sénégal devra sortir le grand jeu pour sortir des phases de poules. Avant de rejoindre le Brésil où aura lieu la compétition, Malick Daf est revenu sur les chances de ses protégés.

Coach, quel est l’état d’esprit de vos joueurs ?

Il est toujours bon  de  participer à la coupe du monde. C’est un événement majeur comme on dit. Tous les joueurs dans leurs carrières rêvent de jouer ce genre de compétition. On a la chance d’y participer. Maintenant, on va y aller avec beaucoup d’humilité, tout en sachant qu’on n’est dans une poule moyenne. Je peux dire que tout se passe bien. Nous avons fait une bonne préparation et nous n’attendons que la compétition. Les garçons sont sereins et savent ce qui les attend là-bas.

Avez-vous une idée sur vos adversaires en phases de poules?

Dans une compétition comme la coupe du monde, toutes les équipes se valent. Dans ce groupe, la Hollande est sans doute l’équipe la mieux outillée. La presque totalité de ses joueurs évoluent à l’Ajax Amsterdam. A l’âge de 17 ou 18 ans, ils jouent déjà dans les meilleures équipes européennes. Ils sont dans cette logique depuis des années. Mais je pense que le Japon, les Etats-Unis sont jouables. Il en est de même pour la Hollande.

Quels sont les objectifs du Sénégal dans ce tournoi?

On ira jouer les matchs avec beaucoup de respect, mais aussi d’ambitions. On essayera de gagner nos matchs et passer le premier tour. En football, toutes les équipes sont prenables. Mais depuis quelques temps avec les centres de formations et les infrastructures, on travaille pour améliorer la qualité de nos joueurs. Aujourd’hui, cette qualification est le fruit de ces investissements. On va se battre et mouiller le maillot. On défendra les couleurs de la Nation, comme tout Sénégalais devrait le faire.

Quelle appréciation faites-vous de votre préparation pour ce mondial?

On a joué des tournois de grandes envergures. On a joué à Paris contre les équipes françaises, portugaises. Ce sont de grandes nations de football. On a aussi à jouer contre la Russie qui n’est pas n’importe qui. Ce genre de tournoi nous permis de progresser. On a aussi participé à un tournoi en Turquie. On a battu le pays hôte, mais aussi le Nigéria qui est l’équipe la plus titrée d’Afrique dans cette catégorie. Quand on a des jeunes de moins de 17 ans, il faudra être patient. Ce n’est pas pareil avec les joueurs matures et qui ont de l’expérience. Il y a un autre travail à faire. On avait fait une bonne préparation, avant d’aller à la Can. Arrivé là-bas, on est passé un peu à côté. Maintenant, on sait qu’il y avait des détails à parfaire. En tant qu’entraineur, on a revu les vidéos et échangé avec les joueurs. Maintenant, je pense qu’ils sont conscients de ce qui les attend.

Dans quel domaine avez-vous le plus préparé vos joueurs ?

Dans une grande compétition, ils auront besoin de beaucoup plus de concentration. Comme vous le savez, on peut avoir la meilleure équipe possible et ne pas aller jusqu’au bout. Ce sont des détails qui font la différence. On a un groupe qui peut rivaliser avec n’importe quelle équipe. Mais il faut savoir qu’on ne gagne pas un match avant de l’avoir joué. On est dans notre place. On va travailler, être serein et jouer nos chances à fond. Mentalement, cette équipe est prête pour représenter dignement les couleurs du Sénégal au Brésil.

Certains vont découvrir la compétition. Avez-vous tenu un discours particulier envers eux ?

Mon discours, c’est toujours gagner. Je veux gagner tout ce qui est devant moi. Et c’est ce que j’inculque à mes joueurs. Je ne suis pas un Dieu, mais une simple personne. Mais ce que je veux, c’est de gagner toujours. Qui connait Malick Daff sait que je suis un gagneur. Il m’arrive de ne pas gagner et je peux rester une semaine sans parler à mes poulains. C’est déjà bien qu’ils me connaissent, qu’ils comprennent. A mon avis, je pense que c’est l’essentiel. Notre rôle est toujours de les conscientiser sur la concentration. Je sais que dans ce groupe, il y a beaucoup de talents. Mais cela  ne suffit pas pour gagner les grandes compétitions. Il faut encore beaucoup de caractère et une bonne mentalité. On y travaille et je suis sûr que l’équipe est prête. Toutes les conditions sont réunies. 

Et qu’en est-il de l’aspect financier comme les primes ?

Pour moi, à cet âge, il ne faut pas parler argent. Ce sont des jeunes qui doivent apprendre à progresser. Ils ont une chance de vendre leurs talents partout. Aller au mondial, ce n’est pas donner à n’importe qui. Maintenant, si un jeune qui a moins de 17 ans demande de l’argent, est-ce qu’il veut progresser ? S’ils font comme les autres, ce n’est pas intéressant.   Pour moi, il faut qu’ils restent concentrés, aller montrer ce qu’ils valent, c’est-à-dire, aller faire un très bon tournoi au Brésil. Et pourquoi pas à partir de ce tournoi, avoir un contrat avec de bons clubs

Laisser une réponse

Entrer votre commentaire
Merci d'entrer votre nom