Les attaques contre les travailleurs humanitaires, des chiffres alarmants

23

« Lorsqu’un dispensaire est pillé ou un convoi de distribution d’aide alimentaire est attaqué, c’est la vie de dizaines, voire de centaines, de personnes qui est en danger. Cette constante augmentation des attaques contre les humanitaires en Afrique de l’ouest et du centre ne peut continuer. Les guerres et les conflits ont des règles, et les civils et humanitaires ont des droits. A chaque fois que ces règles sont enfreintes ou des droits sont bafoués, la souffrance humaine est accrue » » rappelle la chef du bureau d’OCHA. Selon le dernier Rapport sur la sécurité des travailleurs humanitaires de Humanitarian Outcomes, 313 travailleurs humanitaires ont été victimes d’attaques majeures en 2017 : 139 d’entre eux ont été tués, 102 blessés et 72 enlevés. En 2017, l’OMS a enregistré 322 attaques dans des pays touchés par un conflit, dont l’Afghanistan, la République centrafricaine, la RDC, l’Iraq, la Libye, le Mali, le Nigeria, la Somalie, le Soudan du Sud, le Soudan et la Syrie. Il en est résulté 242 décès et 229 blessés parmi le personnel médical et les patients.

Le nombre d’humanitaires victimes de violences majeures en Afrique de l’ouest et du centre a presque doublé en 2017, avec 76 personnes ayant été la cible d’enlèvements, fusillades ou agressions, contre 40 enregistrées en 2016. La tendance à la hausse semble confirmée pour 2018 avec d’ores et déjà 42 victimes.  « Les conflits au Mali, dans le bassin du lac Tchad, en République centrafricaine et en République démocratique du Congo, font partie des 10 contextes les plus dangereux et meurtriers au monde, » souligne Sofie Garde Thomle, chef du bureau régional d’OCHA. Les humanitaires sont de plus en plus exposés au danger et rencontrent des difficultés croissantes pour acheminer une aide vitale à ceux qui en ont le plus besoin.  C’est en travaillant unis que les humanitaires et leurs partenaires dans la région, y compris les gouvernements et bailleurs de fonds, pourront être sensibilisés à la nécessité de garantir la sécurité et la protection des civils et acteurs humanitaires. » En République centrafricaine (RCA), les attaques contre les travailleurs humanitaires ont triplé en 2017 avec la recrudescence de violences que connaît le pays depuis le mois de mai 2017. L’année 2018 figure d’ores et déjà parmi les plus dangereuses en RCA. Six personnes ont perdu la vie et 205 incidents visant des humanitaires ont été enregistrés de janvier à juillet 2018, soit près d’un incident par jour.  La situation est également préoccupante dans les autres crises majeures de la région. En 2017, huit humanitaires ont perdu la vie au Nigeria, sept au Mali et trois en République démocratique du Congo (RDC). Au Mali, le nombre d’incidents visant les humanitaires ont presque doublé, passant de 68 en 2016 à 135 en 2017. En RDC, 389 incidents de sécurité ont été signalés au cours du second semestre 2017, limitant l’accès à l’aide humanitaire à plus d’un million de personnes.

Laisser une réponse

Entrer votre commentaire
Merci d'entrer votre nom