Le chronique du Mardi Exploiter au maximum la visite d’Etat en France

23

Selon beaucoup d’analystes politiques, il est très rare de voir une visite d’Etat soit effectuée en France, particulièrement par les Chefs d’Etat Africains. Celle du Président Macky entre par conséquent dans l’histoire avec tous les honneurs qui vont s’y rattacher, mais aussi et surtout toutes les retombées attendues. Chapeau bas Mister Président.

Il faudrait donc que l’appareil d’Etat soit à la hauteur car des opportunités du genre risquent de ne pas se présenter à nouveau avant la fin du mandat présidentiel. En effet, pendant une visite d’Etat, tous les capitaines d’industries qui contrôlent les grands groupes sont mobilisés au nom de la mère patrie pour essayer de vendre l’expertise de la destination France aux investisseurs potentiels. C’est l’occasion pour nous aussi de changer de paradigme et de ne plus voir en ces visites des occasions de faire du tourisme ou de chercher à trouver coute que coute de l’appui au développement. On connait tous le revers de la médaille de l’Aide publique au Développement. Ce qu’il faudrait c’est de trouver un moyen de faire en sorte que le Sénégal vende lui aussi son expertise et sa destination en mettant en avant non pas seulement des capitaines d’industries qui pourraient difficilement « compétir » avec leurs homologues français, mais une sorte d’économie alternative sur des produits et services dont les français auront besoin et qu’ils ne produisent pas.

L’autre aspect à prendre en compte, c’est le folklore politique qui risque de mettre à nu tout ce que nous avons de plus mauvais, la politique politicienne et le positionnement. L’APR de la diaspora est interpellée et on attend de ses membres un sens élevé des responsabilités pour ne pas jeter du sable dans le couscous.

Cette visite se passe à une étape charnière de l’histoire car elle sera l’une des dernières du Président Hollande et si la diplomatie sénégalaise manœuvre de façon stratégique, on pourrait faire en sorte que des engagements forts soient pris et soient inscrits en bonne place dans le dossier de son successeur dans quelques mois.

Il n’est point besoin de désespérer, faisons confiance au Chef de l’Etat et à son de diplomatie qui certainement auront à cœur d’inscrire les résultats en lettres d’or.

Laisser une réponse

Entrer votre commentaire
Merci d'entrer votre nom