Média7: L’affaire des centres de redressement du guide religieux Serigne Modou Kara, la peur d’une seconde vague de Covid-19 et le passage, à l’Assemblée nationale, du ministre en charge des Infrastructures figurent parmi les sujets abordés par les journaux reçus mardi à l’APS.

Au sujet de l’affaire dite des centres de redressement qui alimente la chronique depuis quelques jours, +Source A+ informe que l’audition des mis en cause dans le bureau du Juge d’instruction a été longue puisqu’elle a duré plusieurs heures.

‘’Finalement, 37 des 43 éléments de +Kara Sécurité+ ont été placés sous mandat de dépôt. Il est leur reproché des actes de torture, d’association de malfaiteurs, de traitement inhumain, entre autres’’, fait savoir le journal.

Cette affaire est partie de l’annonce par la Gendarmerie le 29 novembre de l’arrestation de 43 individus soupçonnés d’avoir séquestré 355 personnes depuis plus de deux ans dans plusieurs communes de la région de Dakar. Il s’est avéré que les victimes étaient retenues dans ces centres appartenant à l’influent guide religieux, Serigne Modou Kara Mbacké. Une information judiciaire a par la suite été ouverte par le procureur de la République pour élucider cette affaire.

S’intéressant aux derniers développements de cette information judiciaire, Le Quotidien assure que le juge d’instruction du 8e cabinet de Dakar a décidé d’inculper toute la bande supposée mêlée à l’affaire des centres de redressement (….).

Le magistrat instructeur a en effet décidé de placer sous mandat de dépôt 42 des 43 inculpés dans ce dossier’’, rapporte le journal qui évoque un nombre plus important de mis en cause envoyé derrière les barreaux dans le cadre de l’instruction de cette affaire.

Dans cette affaire, Lii quotidien relève que Serigne Mody Kara a récusé ses avocats Mes El Hadji Diouf et Bamba Cissé. Il dit avoir pris comme défenseur, Cheikh Ahmadou Bamba, le fondateur du mouridisme, rapporte la publication.

L’Observateur dresse le portrait de Serigne Modou Kara sous le titre ‘’l’atypique parcours du +Général+’’. ‘’Son port vestimentaire de +Général+ d’apparat l’extirpe souvent du commun des marabouts orthodoxes. Ses choix politiques controversés et son discours teinté d’irrationnel forcent le trait’’, écrit le journal qui estime qu’à 66 ans, Serigne Awa Balla Mbacké plus connu sous le nom de Serigne Modou Kara Mbacké ‘’aura marqué son époque’’.

Sud Quotidien se fait écho de ‘’l’alerte’’ des syndicats d’enseignants concernant ‘’le non-respect du protocole sanitaire dans les écoles sur fond…..de seconde vague de Covid-19’’.

’’(…) les syndicalistes constatent que les directives sont loin d’être appliquées pour éviter la propagation de la maladie depuis la reprise des cours. Face à ce non-respect du protocole sanitaire ainsi que la menace de seconde vague de Covid-19 (…), l’inquiétude demeure chez les syndicalistes qui tirent la sonnette’’, écrit Sud.

Evoquant la ‘’crainte’’ d’une seconde vague de Covid-19, Le Témoin quotidien s’exclame : ‘’L’école, une bombe à retardement !’’.

Les journaux se font aussi écho du passage du ministre des Infrastructures devant les députés pour les besoins du vote de son budget. ‘’Le train express régional sera fonctionnel au 2e semestre de 2021’’, selon Mansour Faye dans des propos rapportés par Le Soleil.

Sur la cherté des tarifs du péage, L’As note que ‘’Mansour Faye prend la défense de Eiffage’’.

’’Le ministre des Infrastructures Mansour Faye a été insensible aux préoccupations des députés qui l’ont interpellé hier sur les prix exorbitants du péage appliqués par Eiffage l’Autoroute. Se rangeant pratiquement du côté de Eiffage, Mansour Faye demande tout simplement à ceux qui ne supportent pas les coûts du péage de prendre la route nationale’’, écrit L’As.

Laisser une réponse

Entrer votre commentaire
Merci d'entrer votre nom