Incorrigible Verratti

6

LIGUE DES CHAMPIONS – Marco Verratti a livré une belle prestation face à Liverpool. Il y a cependant un point noir dans sa soirée : il a encore démontré son incapacité à se maîtriser. Un souci récurrent qui pose question.

Ce démon lui colle au corps. Et il n’a pas encore réussi à s’en débarrasser. Ce n’est pourtant pas forcément ce que l’on souhaite retenir de ce succès du PSG face à Liverpool (2-1). Entre l’envie démontrée par les Parisiens, la leçon tactique de Thomas Tuchel et la prestation de Neymar ou encore de la défense parisienne, il y a de quoi tresser des lauriers à ce PSG. Et pourtant, il y a un petit bémol à mettre sur le match de Marco Verratti.

Mettons-nous d’accord d’entrée. Bien sûr, sa prestation d’ensemble a séduit. Entre son activité, sa combativité ou encore son aptitude à gratter des ballons et à casser les lignes, l’Italien, soulagé par la présence Marquinhos à ses côtés dans l’entrejeu, a livré une copie de haut niveau. Surtout en première période. Mais voilà, il y a l’autre facette du Petit Hibou : sa faculté à se maîtriser. Pour être clair, c’est presque un petit miracle qu’il ait terminé ce match.

Marco Verratti prend un carton jaune lors de PSG-Liverpool
Marco Verratti prend un carton jaune lors de PSG-LiverpoolGetty Images

 

Rappelez-vous en mars dernier…

Avec son tacle sur Joe Gomez, l’ancien de Pescara aurait pu ou dû écoper d’un rouge et laisser ses coéquipiers à 10 dès la 24e. Et en seconde période, il n’a pas cessé de discuter avec l’arbitre, au risque de reprendre un nouveau jaune. Un détail ? Bien sûr que non. Imaginez un peu ce qui se serait passé s’il avait abandonné ses partenaires à la 24e ! La performance parisienne n’aurait sûrement pas eu la même saveur au final et Paris serait peut-être dans une situation bien compliquée à l’issue de cette soirée.

Le problème, c’est que c’est souvent la même histoire avec Marco Verratti. Avec lui, il reste cette impression qu’il a dû mal à ne pas laisser ses vieux démons ressurgir. Et qu’il ne murit pas de ce côté-là. Pourtant, il y a quelques mois, une expérience aurait dû le marquer. Rappelez-vous c’était en mars dernier. Avec ses deux cartons aussi inutiles que stupides, il avait laissé ses coéquipiers sombrer face au Real Madrid en huitièmes de finale retour. Le match de mercredi laisse penser qu’il n’a pas encore retenu la leçon.

Cela peut paraître anodin. Ce n’est pas le cas. Pour grandir et aller au bout de ses rêves, Paris ne peut pas se permettre d’avoir un de ses cadres qui joue à ce point sur un fil. Face à Liverpool, cela n’a pas eu d’impact. Mais au prochain grand match, l’histoire pourrait se répéter. Et se payer encore un fois cash. Si c’est aussi pour son côté sanguin qu’on l’apprécie – pour ses prises de risques et son caractère -, Verratti doit apprendre à se gérer. Car ses ambitions personnelles et celles du PSG passent aussi par sa capacité à chasser son démon.

Laisser une réponse

Entrer votre commentaire
Merci d'entrer votre nom