Home » Afrique » (Entretien) Joyce S. Gotta : «Pourquoi Millicom a vendu Tigo à Wari»
92441b1cf7e45be8b051f2b7fa4e8e6aabadb6f7

(Entretien) Joyce S. Gotta : «Pourquoi Millicom a vendu Tigo à Wari»

La cession de Tigo à Wari est l’info économique qui a dominé l’actualité de ces derniers jours. Mme Joyce Sagoe Gotta, Directrice marketing de Tigo, dans cet entretien avec Seneweb, explique pourquoi Millicom a pris une telle décision. Elle s’exprime aussi sur l’avenir de l’opérateur de téléphonie et celui des employés de la boîte. Interview…

Mme Gotta, pourquoi Millicom a décidé de céder Tigo à Wari ?

Millicom a décidé de céder Tigo parce que cela fait partie de la stratégie globale du Groupe qui est de sortir progressivement de l’Afrique et d’investir un peu plus dans certains autres domaines en Amérique Latine où le business est beaucoup plus profitable. Donc c’est une stratégie Groupe, une vision décidée par le Groupe. Mais cela n’a pas été facile de sortir de Tigo Sénégal parce que la vente est intervenue au moment où depuis trois ans, l’entreprise était en pleine croissance. Depuis le lancement de la 3G, et avec les initiatives prises par la Direction générale, on a vu nos parts de marché augmenter. Nous avons lancé successivement Tigo Cash et Tigo Business. On a vu qu’en termes d’opérateur digital, on fait partie des meilleurs de la place. Donc c’est vraiment intervenu à un moment où ça n’a pas été facile de prendre la décision.

Est-ce que les difficultés antérieures, notamment les litiges avec l’État, n’ont pas conditionné ce retrait ?

Comme je l’ai dit tout à l’heure, c’est une stratégie du Groupe. Il faut dire que le Groupe a une certaine souveraineté en termes de décisions. Nous appartenons à un groupe qui a aussi des obligations vis-à-vis de ses actionnaires. Donc la stratégie est déjà établie et ça n’a rien à voir avec tous les litiges ou les situations précédentes ou ce qu’on a vécu avec les gouvernements antérieurs. Parce que, comme je l’ai dit, depuis trois ans, tout se passe très bien. Wari a fait une offre très intéressante, raison pour laquelle, en toute légitimité, le Groupe a décidé de céder Tigo Sénégal.

Est-ce que le secteur des télécommunications permettait de faire davantage de profits ?

Le marché est toujours intéressant. Il y a encore beaucoup de potentiel. Tigo Sénégal ne disparait pas. On est toujours au Sénégal et on a notre stratégie qui est en place. On continue la lutte pour grignoter des parts de marché. Depuis un bon bout de temps, on voit bien que le marché est actif et tous les acteurs sont très présents. Il y a des secteurs où nous sommes beaucoup plus avancés que d’autres. Mais il est clair qu’il y a des niches, notamment le secteur B to B où nous comptons faire des choses.

Tigo restera-t-il toujours tigo ? Le nom va-t-il changer ?

Je ne peux pas dévoiler la stratégie. Mais ce que je peux dire, c’est que les clients Tigo n’ont pas à s’inquiéter. Parce que pour l’instant et jusqu’à preuve du contraire, la marque Tigo reste. Après, bien évidemment, dans tout ce qui est décision de cession, il y a une stratégie qui sera mise en place. Mais pour cela, il faudra attendre que nous puissions discuter avec les équipes de Wari. Mais, ce qui est intéressant, et ce qui est vécu ici en interne, c’est de dire qu’aujourd’hui nous allons avoir des services encore plus convergents. Nous allons passer à une étape supérieure. Donc nous le voyons comme une opportunité pour réellement être encore plus forts sur le marché, plutôt qu’un risque. Parce que nous avons des clients qui nous font confiance. Il ne s’agit pas pour nous de les laisser tomber ou de passer à autre chose. C’est plutôt leur offrir plus avec les acquis de Wari. Il y a des compétences chez Wari que nous n’avons pas et il y a des compétences chez Tigo qu’on n’a pas chez Wari. Donc il y a une certaine complémentarité qui va naitre pour nous permettre d’être encore plus forts sur le marché.

Qu’en sera-t-il des travailleurs de Tigo ?

Pour les employés de Tigo, il n’y a aucun changement. Vous savez, dans ce type de transaction, les employés sont protégés par la loi. Et comme l’a dit récemment M. Kabirou Mbodje, il ne s’agit pas de venir casser un business. C’est plutôt utiliser les compétences en présence, qui ont fait de cette marque ce qu’elle est aujourd’hui, pour continuer l’œuvre. Donc c’est une synergie entre les forces. Mais dans la pratique, il ne s’agit pas de venir restructurer, bouleverser le business tel qu’il est. Notre activité est assez sensible et a besoin des hommes du sérail. L’organisation ne change pas en tant que telle. C’est le groupe qui devient plus fort, avec une empreinte locale plus forte.

La nationalité du nouveau propriétaire va-t-elle aussi constituer un nouvel atout pour Tigo ?

Je pense que oui. Mais il faut dire une chose, Tigo a toujours été une marque locale et considérée comme une marque locale. Nos produits sont locaux, ils n’ont pas été pensés ailleurs pour être exploités sur le marché. Ce sont des produits basés sur une étude de marché locale avec une équipe fortement locale avec des publicités locales. On a toujours été une marque locale et ça se voit sur le terrain. Un des éléments qu’on nous reconnait, c’est la proximité. Donc je pense que le côté local, on l’avait déjà. Et évidemment, le fait d’être avec Wari renforce ce sentiment parce que là on parle de nos origines. Et on sait maintenant que l’origine est maintenant sénégalaise et locale. Ça ne peut être qu’une fierté nationale. Donc c’est un vrai atout que ça renforce ce sentiment-là.

Votre dernier mot ?

Je remercie les clients pour la confiance qu’ils nous accordent. Si, en termes de croissance depuis trois ans, on en est arrivés là, c’est grâce à eux. J’aimerais remercier les clients qui nous suivent depuis la première heure. De Hello jusqu’à Tigo. Qu’ils soient rassurés que tout ce que nous faisons est pour leur accorder plus et je pense qu’ils ne seront pas déçus.

About Gaye Ousseynou

Facebook login by WP-FB-AutoConnect