Home » Afrique » ELECTIONS LEGISLATIVES, UN PAS DE PLUS DANS LE PROCESSUS DEMOCRATIQUE
RADDHO

ELECTIONS LEGISLATIVES, UN PAS DE PLUS DANS LE PROCESSUS DEMOCRATIQUE

 LEGISLATIVES 2017: LA RADDHO FAIT SA DECLARATION

La rencontre africaine pour la défense des droits de l’homme (RADDHO) , a organisé ce jeudi 13 Juillet, un événement dans lequel elle a fait une déclaration , sur les élections législatives du 30 Juillet 2017 .

cette déclaration a été accentué autour de différents constats, a savoir : les constat sur le retrait des cartes d’identité biométriques,  le constat sur la modification de l’article L78 du code électoral, constat sur la détention du candidat — Sall, tete de liste de la coalition Taxawu Sénégal ainsi que le constat concernant la campagne électorale. La RADDHO  a par la même occasion , addressé des recommandations aux organes chargés de l’organisation et de la supervision des élections et autres acteurs.

« Le Sénégal vient de faire un pas , dans le processus de sa vie démocratique , grâce aux élections législatives qui se tiendront le 30 juillet. Certes, la démocratie ne se résume pas aux élections libres et transparentes  mais 

celle ci, permet de jauger le degré de maturité démocratique d’un peuple. cependant, une  mauvaise gestion du processus électoral, a conduit à des conflits internes qui ont durablement affecté la paix civile, la stabilité et la concorde nationale. Au cours de ces élections on note de nombreuses des disfonctionalités qui ne peuvent qu’affecter la vie démocratique du pays . En effet, ces élections législatives de 2017, sont marqués par trois faits majeures. D’abord pour la première fois le Sénégal est confronté a une multiplicité de candidatures,  élevé a 47 listes en compétition, obligeant la CENA a proposer la modification du code électorale a seulement un mois du scrutin. Ensuite la tete de l’une des listes agrées par la commission électorale est en détention préventive, a cela s’ajoute le fait que les cartes d’identité biométriques CEDEAO , faisant office de cartes d’électeurs , ne sont pas encore toutes disponible; ce désagrément , oblige alors les autorités politiques a proroger , une fois de plus des anciennes cartes . » souligne monsieur Sadick Niass, secrétaire général de la RADDHO.  Selon ce dernier,  il serait donc impératif , que les autorités prennent les dispositions idoines,  pour sortir le Sénégal de cette situation et ainsi permettre sénégalais , de faire valoir leur droits en tant que citoyen, et d’aminci de pouvoir voter sans encombres quelconque.

ROSE NDJOLI

MEDIA7.INFO 

About media7

Facebook login by WP-FB-AutoConnect