CHRONIQUE DU JEUDI :Débat sur le Pétrole et le gaz au Sénégal : A quel saint se vouer ?

22
Débat sur le Pétrole et le gaz au Sénégal : A quel saint se vouer ?

Depuis la publication par la BBC d’une enquête sur la gestion du pétrole et du gaz au Sénégal avec ce qu’il est convenu d’appeler l’affaire Aliou Sall-Pétrotim, on assiste à une levée des boucliers, chacun cherchant à montrer qu’il a raison.

D’une part, le débat avait démarré par le caractère  jugé tendancieux de l’enquête. Mais, depuis que Mayeni Jones a montré avoir saisi les incriminés et qu’ils n’avaient jamais voulu donner suite, un glissement tactique s’est opéré et leurs défenseurs ont voulu influencer l’opinion en parlant de pyromanes tapies dans l’ombre en cherchant à déstabiliser le pays.

Face à cette cacophonie, tous les espoirs étaient placés en la sortie du procureur Serigne Bassirou  Gueye. Quelle déception ! On s’attendait à ce qu’il puisse éclairer le débat et ouvrir une information judiciaire à charge et à décharge.  Au lieu de poser les bonnes questions et sérier les acteurs en présence, il a fait dans la diversion en orientant l’enquête par un appel à témoins, fuyant carrément l’essentiel : Qui ont accusés dans ce dossier? Macky Sall, Aly Ngouille Ndiaye, Aliou Sall, Frank Timis, Karim Wade, l’ex Directeur Petrosen …. Et peut être même Samuel Sarr et pourquoi pas Abdoulaye Wade, et les deux Inspecteurs généraux qui avaient réalisé l’enquête.

Le Maître des poursuites a affirmé que tout le monde sera entendu. Mais, est-il sûr qu’il pourra entendre Macky Sall et Aly Ngouille Ndiaye, patron de la DIC ? Je pense qu’en l’état actuel des choses, il faut dire au Sénégalais ce qui sera fait et ce qu’il sera possible de faire.

En tout cas le Sénégalais lambda est perdu dans ce méli-mélo et au rythme où vont les choses, on risque d’enterrer ou de faire enterrer ce dossier, d’autant que comme par coïncidence, Aliou Sall semble renoncer à une plainte en justice et opter pour un recours devant le médiateur britannique. Il ne faut pas qu’on se trompe, cet organe n’est pas juridictionnel, il vérifiera uniquement si les questions d’éthique et de déontologie journalistiques sont respectées sans plus.

Tous ceux qui se sont prononcés sur ce dossier ont tout de suite changé de fusil d’épaule. Même ceux qui théorisaient l’inexistence du rapport IGE semblent aujourd’hui rétropédaler et faire profil bas.

Finalement, verra –t’on un jour un procès en bonne et due forme pour savoir qui a tort et qui a raison ?  Wait  and See

                                                                                                                   Libasse Hane

                                                                                                    Spécialiste de la Gouvernance

Laisser une réponse

Entrer votre commentaire
Merci d'entrer votre nom