Home » Sport (page 4)

Sport

Toujours banni des Bleus, Karim Benzema prolonge avec le Real Madrid

Absent de longue date des listes de l’équipe de France de football, le Français Karim Benzema vient de signer un nouveau contrat avec le Real Madrid. L’ex-Lyonnais est désormais lié avec le club merengue jusqu’en juin 2021.

Honni pour ses déboires extra-sportifs en France, l’international français Karim Benzema poursuit son idylle avec l’Espagne. L’ancien Lyonnais et son club du Real Madrid ont annoncé la signature d’une prolongation de contrat jusqu’au 30 juin 2021. Sauf transfert, « Benzegol » pourrait mettre un terme à son aventure madrilène après 12 années de bons et loyaux services, une longévité qui tranche avec les canons actuels du football, a fortiori dans un grand club comme le Real.

Arrivé à l’âge de 21 ans à Bernabeu, Benzema a tout connu dans la capitale espagnole, et en premier lieu les succès, à l’image de l’incroyable palmarès qu’il s’est forgé : trois Ligues des champions (2014, 2016 et 2017), deux Liga (2012 et 2017) et deux Coupes du Roi (2011, 2014) pour un total de 14 titres, toutes compétitions confondues.

Le parcours de Benzema au Real n’a toutefois pas été un long fleuve tranquille. Pas épargné par les blessures, à l’image de celle qui le tient actuellement hors des terrains jusqu’à la mi-octobre, le natif de Bron a aussi fait les frais d’une âpre concurrence avec l’Argentin Gonzalo Higuain jusqu’en 2013. Souvent critiqué pour sa nonchalance sur le terrain, notamment par la presse espagnole, il a tenu bon, contre vents et marées parfois. Et son association prolifique avec la star du club, le Portugais Cristiano Ronaldo, lui a permis, saison après saison, de s’inscrire discrètement dans l’histoire du Real Madrid.

Star en Espagne, contesté en France

Avec 181 réalisations depuis son arrivée, il pointe au huitième rang des meilleurs buteurs de la longue épopée madrilène. Une efficacité également remarquable en Ligue des champions, où il co-détient le record de buts marqués par un Français (51 buts, à égalité avec Thierry Henry) et pointe même au sixième rang toutes nationalités confondues. « Sportivement, pour moi, c’est l’un des meilleurs attaquants au monde », estimait son entraîneur Zinedine Zidane, en août dernier.

Star en Espagne, Benzema n’a toutefois jamais réussi à faire l’unanimité en France. Malgré un statut de titulaire indiscutable durant des années sur le front de l’attaque de l’équipe de France (81 sélections), jamais il ne s’est imposé comme un titulaire indiscutable aux yeux de l’opinion publique. Et son éviction des Bleus, consécutive à l’affaire de la « sextape », lui a fermé depuis plus d’un an les portes de la sélection.

« Quand tu joues dans un grand club et que tu es un grand joueur, tu es obligé de recevoir des critiques. Si on ne te critique pas, c’est que tu es un petit joueur », résumait-il sans détours en mai dernier. Depuis, Benzema a confirmé un peu plus son statut d’indiscutable au sein d’un Real devenu imbattable ou presque. Et mérite sans nul doute sa prolongation au sein de la Maison blanche. Seule ombre au tableau : cette longue absence en bleu qui, comme le confie régulièrement son entourage, ne lui a pas passé l’envie de porter de nouveau le maillot frappé du coq.

Le Ministère des sports forme ses agents en  gestion axée sur les résultats (GAR)

Un Séminaire de formation sur la Gestion Axée sur les Résultats(GAR) a été  organisé ce Mercredi pour renforcer les capacités des agents du ministère des sports pour la bonne gestion des résultats au stade Léopold Sedar Senghor de Dakar

Cet atelier de formation de trois jours  a pour objectif général  de maitriser les nouveaux outils de gestion efficace de la dépense publique dans le domaine de la GAR. Selon Paul Dionne, secrétaire général du ministère des sports il s’agira de façon spécifique de  « décliner le contexte et les fondements de l’introduction de la GAR dans l’administration publique sénégalaise et d’expliquer les principes et concepts clés de la GAR ».

La gestion axée sur les résultats vise à instaurer un budget de résultat en lieu et place du budget de moyens qui a toujours été en vigueur. Ainsi, le passage de régulation par le droit à une régulation par les résultats se traduira par l’application des outils et techniques de gestion basée sur la performance  à travers la mise en place de budgets programmes et l’amélioration de la qualité du service rendu aux usagers et va permettre l’utilisation transparente des ressources de l’Etat.

Dans ce contexte, le Ministre des sport a entrepris pour la seconde fois de renforcer les capacités de ses cadres en gestion axée sur les résultats au regard de la nécessité de mettre de la cohérence entre les finalités, les objectifs à atteindre, et la façon  de mesurer et d’évaluer les résultats ; nous dit le secrétaire général du Ministère des sports M. Paul Dionne

Ce séminaire de formation regroupe quarante (40) cadres issus de l’administration centrale du Ministère des sports et des services déconcentrés.

Wagane Faye Media7

Transferts : derrière les records, un ordre clair

L’été 2017 a bien été celui de tous les records sur le marché des transferts : les nombreux bilans publiés depuis sa fermeture le 31 août abondent dans ce sens. En sept ans, les montants dépensés par les clubs des cinq championnats majeurs (Angleterre, Espagne, Italie, Allemagne et France) ont été multipliés par quatre pour avoisiner les six milliards d’euros annuels, et un net palier a été franchi cette année.

Les clubs de Premier League, spectaculairement enrichis par leurs contrats de droits TV, ont particulièrement contribué à cette inflation : ils dépensent plus que la Liga espagnole et la Bundesliga allemande réunies… L’écart aurait même été plus grand sans les investissements inhabituels du Paris Saint-Germain et de l’AC Milan à l’intersaison.

C’est justement à l’échelle des clubs, au sein des championnats et au niveau européen, que les déséquilibres sont les plus flagrants. À l’actuel système des transferts correspond une économie de la production et de la commercialisation des joueurs dans laquelle les clubs se spécialisent – certains au profit des autres. L’inflation des transferts coûte cher aux clubs les plus riches, mais elle renforce leur domination économique et sportive.

PARIS ET CITY, LA STRATÉGIE DU CHÉQUIER

Le Centre international d’économie du sport (CIES) a calculé le coût des 98 effectifs des cinq principaux championnats, c’est-à-dire le total des transferts qui ont été nécessaires pour constituer ces effectifs. Cette donnée est un indicateur (parmi d’autres) de la puissance économique des clubs [1], qui donne une idée assez explicite de la concentration des joueurs les plus chers au sein de quelque-uns d’entre eux.

La présence en tête de Manchester City et du Paris Saint-Germain, deux clubs qui ont choisi de forcer les portes du Gotha en consentant des recrutements très dispendieux, n’a rien d’une surprise. Six clubs de Premier League figurent dans le top 10, trois dans le top 4 : les formations anglaises sont devenues les acteurs dominants du marché. On note que Manchester United a presque autant dépensé que City et Paris pour former son effectif.

[cliquez sur l’image pour afficher le graphique avec les autres clubs français]

Les deux clubs allemands les mieux placés, le Bayern Munich et le Borussia Dortmund ne s’établissent qu’aux 11e et 16e rangs. Les Bavarois peuvent se sentir dépassés : trois clubs ont un effectif qui a coûté plus du double du leur. Cette position résulte pour partie de la culture locale, rétive aux recrutements très onéreux, qui profitait de la qualité de la formation locale et de liens privilégiés avec les viviers de l’Est. Mais c’est aussi le symptôme d’un déclassement des équipes phares de la Bundesliga, qui peinent ou se refusent encore (le peuvent-elles vraiment ?) à suivre le mouvement.

Cet été (ci-dessous), la plupart des grosses écuries européennes ont dépensé à perte, hormis Arsenal, la Juventus et le Real Madrid (voir plus bas). Le PSG, largement en tête de ce classement, est suivi par l’AC Milan qui a joué une sorte de va-tout en dépensant près de 250 millions d’euros. Dans un contexte de déclin relatif de la Serie A, le club récemment racheté par des investisseurs chinois veut rattraper son retard à marche forcée.

Deux promus anglais occupent les 8e et 10e places, ce qui résume la puissance de feu de la Premier League.

ACHETEURS, VALORISATEURS, FORMATEURS

Le classement du coût des effectifs témoigne aussi des disparités des modèles de gestion des « actifs joueurs ». On peut schématiquement distinguer trois catégories de clubs.

Au sommet figurent les grands acheteurs qui financent leurs achats par des ressources externes : leur balance des transferts est négative et leur développement repose sur l’achat de grands joueurs ou de joueurs déjà très cotés – c’est-à-dire les plus convoités et les plus chers. Ils se singularisent par leur capacité à conserver leurs meilleurs joueurs, qu’ils accumulent comme un capital.

On trouve ensuite un statut intermédiaire de « clubs valorisateurs » qui doivent équilibrer ou compenser leurs investissements en réalisant des plus-values importantes sur des joueurs bien valorisés au cours de leur passage. Souvent dans la position de fournisseurs des équipes les plus riches, ces clubs trouvent dans leur aptitude à bien vendre une capacité d’investissement sur le marché des joueurs (d’où des valeurs d’effectifs parfois élevées). Mais ils doivent se résoudre à voir partir leurs tout meilleurs éléments et à recommencer leur travail de valorisation de joueurs.

En descendant dans la hiérarchie, ce modèle de valorisation se généralise, et se déplace en amont vers la formation, qui devient d’autant plus cruciale. Ce modèle de « clubs formateurs » est celui de la majorité des clubs français, qui comptent sur les revenus de la vente de leurs pépites. Ainsi du Stade rennais, qui a réalisé une bonne opération avec Ousmane Dembélé (transfert + bonus)… mais qui laisse quand même la meilleure part du gâteau à Dortmund.

LE TRADING DE JOUEURS, PLANCHE DE SALUT

Parmi les « clubs intermédiaires », certains prennent le parti de se spécialiser dans les transactions à forte marge, comme Monaco ou Porto, mêlant détection, formation et scouting. D’autres y sont contraints, malgré leurs ambitions, par leur place dans la hiérarchie économique : par exemple l’Olympique lyonnais, le SSC Napoli ou le Borussia Dortmund… qui a dû vendre Dembélé à Barcelone.

L’étude « The Player Trading Game » du cabinet KPMG propose une liste des vingt clubs ayant réalisé le plus de bénéfices sur leur activité de transferts sur les saisons 2014/15 et 2015/16 (ci-dessous). Six clubs français – le plus gros contingent – y figurent : Marseille, Monaco, Lyon, Lille, Saint-Étienne et Montpellier.

À l’été 2017, les balances des transferts les plus positives (ci-dessous) sont logiquement celles de Monaco et Dortmund, du fait des départs de Mbappé et Dembélé. L’OL, qui a vendu Alexandre Lacazette à Arsenal pour 53 millions d’euros hors bonus, complète le podium. Le Real Madrid fait un peu figure d’intrus dans ce classement, n’ayant pas effectué de recrutement spectaculaire. Les autres clubs sont ceux qui ont réalisé de bonnes opérations et présentent un solde nettement positif – dont trois italiens.

PRODUITS SPÉCULATIFS

Former ou valoriser des joueurs prend donc une dimension essentiellement financière. Les bénéfices sportifs attendus du travail de formation deviennent incertains, dans la mesure où les « clubs fournisseurs » ont moins le temps de profiter de leurs meilleurs éléments sur le terrain. Dembélé et Mbappé n’ont ainsi évolué qu’une saison en équipe première à Dortmund et Monaco. Ce que recèle l’inflation des transferts, c’est une hiérarchie de plus en plus discriminante, déterminée directement par la capacité d’investissement, et caractérisée par des relations de subordination.

La dérive inflationniste du marché des joueurs est aussi une dérive spéculative. La tierce propriété des joueurs par des fonds d’investissement, interdite par la FIFA en 2015, reste souvent contournée. La multiplication des prêts est érigée en système très rentable par des clubs comme Chelsea [2]. La multipropriété ou la filialisation de clubs permettent aux « maisons-mères » d’externaliser la formation et d’agir sur la valeur des footballeurs [3]. Avec pour résultat l’hypertrophie des effectifs, la confiscation de nombreux espoirs, le gâchis de quelques joueurs, et certaines carrières consistant plus à enchaîner de bons contrats qu’à réussir une trajectoire sportive.

Avec l’actuel système des transferts, les joueurs sont des placements, un capital très mobile et très spéculatif qui se négocie sur un marché par ailleurs très opaque. La logique sportive, déjà dépassée par la logique économique, l’est cette fois par une logique financière de plus en plus puissante, et de plus en plus inégalitaire. Là est le sens des records enregistrés cet été.

Retour d’Adama Mbengue et de Diafra Sakho dans la tanière des lions

 

Le sélectionneur national à publié la liste des 26 joueurs convoqués pour le voyages à Praia.

La conférence de presse s’est tenue dans les locaux de la fédération sénégalais de football.

Sur la liste des 26 joueurs, on note le retour d’Adama Mbengue de Caen (France), de  Diafra Sakho de West Ham(Angleterre).Et de trois nouveaux tête à savoir Alfred Gomis de Spal 2013 (Italie), MbAYE Hamady Niang de Torino Football club (Italie) et de Youssouf Sabaly de Girondins de Bordeaux (France).

Rédaction média7.info

Éliminatoires mondial 2018: Coach Cissé publie la liste des 26 joueurs dont 3 nouveaux dont Mbaye Niang et Youssouf Sabaly

Le sélectionneur de l’équipe nationale de football, Aliou Cissé, a publié mercredi une liste de 26 joueurs pour la rencontre contre le Cap-Vert, prévue le 7 octobre à Praia, dans le cadre des éliminatoires du Mondial 2018.
La liste est marquée par la première convocation de Youssouf Sabaly (Bordeaux, France), Alfred Gomis (Spal 2013, Italie), Mbaye Niang (Torino, Italie) et les retours de Diafra Sakho et Adama Mbengue.
Cette rencontre du groupe D compte pour la 5ème journée du dernier tour qualificatif à la prochaine Coupe du monde, prévue en Russie.
Le Sénégal est 3-ème du groupe D avec 5 points (+2), derrière le Cap-Vert, 2-ème avec 6 points (-2), le Burkina Faso occupant la tête de ce groupe avec 6 points (+2).
Le Sénégal doit disputer trois matchs, avec la décision de la FIFA de faire rejouer la rencontre Afrique du Sud-Sénégal du 12 novembre 2016, l’arbitre ghanéen de ce match ayant été reconnu coupable par l’instance internationale d’avoir manipulé le résultat.
L’Afrique du Sud, qui avait remporté (2-1) ce match, ne compte plus qu’un point dans ce groupe avec l’annulation du résultat de cette rencontre.
-Voici la liste des joueurs retenus par Aliou Ciissé :
– Gardiens : Khadim Ndiaye, Alfred Gomis, Clément Diop
– Défenseurs : Moussa Wagué, Lamine Gassama, Fallou Diagne, Saliou Ciss, Kara Mbodj, Kalidou Koulibaly, Youssouf Sabaly
– Milieux : Idrissa Gana Guèye, Pape Alioune Ndiaye, Cheikhou Kouyaté, Cheikh Ndoye, Alfred Ndiaye, Salif Sané, Assane Dioussé
– Attaquants : Ismaïla Sarr, Opa Nguette, , Moussa Konaté, Sadio Mané, Moussa Sow, Diao Baldé , Diafra Sakho, Mbaye Niang

Revue de presse de ce Mercredi 20 Septembre 2017 à Media 7

Bonjour à tous bienvenue dans votre revue de presse de ce jour

À la une de ce matin des quotidiens parvenus ce mercredi à media7 .info traitent principalement de la démission  d’Aliou Sall à la présidence de l’association des maires du Sénégal, de la rationalisation des partis qui divise la classe politique, de la 5ème revue annuelle de l’ISPE et de l’éliminatoire mondial 2018 entre le Sénégal et le Cap-Vert.

« Aliou Sall va démissionner »,  titre l’observateur à sa une. Conflits d’intérêts entre l’Ams et la Cdc, le maire de Guédiawaye va démissionner à la tête de la présidence de l’association des maires du Sénégal. Il déclare je cite : «  je ne souhaite pas parler pour le moment ».

De même, de la leçon de Mame Mbaye Niang à Pape Gorgui Ndong, «ne confondez jamais vos responsabilités politiques à la mission républicaine », écrit le quotidien l’observateur.

Le journal Enquête titre à sa une: « une pétition lancée pour le retour de Lamine Diack ».

Le journal Le Quotidien revient sur la démission d’Aliou Sall de l’Ams, de la Bdk, de la Bda et autres  à sa une et titre : « Aliou Sall se consigne à la CDC.

AIBD : exploitation de la plateforme, Summa Limak, qui a obtenu la gestion du nouvel aéroport Blaise Diagne de Diass, semble vouloir tout mettre en œuvre pour écarter les opérateurs sénégalais, écrit Le Quotidien

« Rationalisation des partis divise la classe politique », écrit Vox Pop à sa une.

Selon Maguette Sy (PDS) : « décréter une limitation des partis, c’est attaquer la liberté d’association des sénégalais ».

Fatoumata Gassama du FSD/BJ : « qu’ils commencent à ne plus créer des partis pour combattre des adversaires ».

Et pour Maël Thiam de l’APR : « c’est une volonté du président de clarifier l’espace politique ».

Le journal Les Echos titre à sa une : « la dette du Sénégal prend l’ascenseur, le FMI s’inquiète ».

Le service de la dette est passé de 20% en 2014 à prés de 30% en 2017, les réformes et décisions nécessaires pour faire revenir la dette à 20% dans 10 ans, écrit le journal.

Parlons sport avec le tournoi de l’UFOA, avec le Sénégal qui a été éliminée hier, à la suite de son match nul (0-0) face à la Cote d’Ivoire.

Toujours avec le foot, Aliou Cissé publie sa liste avec une priorité donnée à l’attaque pour la rencontre Sénégal- Cap-Vert, selon le journal l’observateur.

 

C’est tout pour votre revue de presse de ce jour et on se donne rendez-vous demain.

Par Antoine Sarr stagiaire à media7.info

Football : Kolo Touré va prendre sa retraite

 

Le défenseur central ivoirien, Kolo Abib Touré va raccrocher les godasses le samedi 16 décembre 2017.

En effet, il va se focaliser sur ses nouvelles taches d’adjoint à la sélection nationale espoir de son pays. Kolo Abib Touré a marqué de son emprunte l’histoire du football ivoirien et africain.

En 13 ans de carrière, l’ancien pensionnaire de l’Académie Jean Marc  Guillon a presque tout remporté et évolué dans plusieurs grands clubs anglais (Arsenal, Manchester City et Liverpool).

Antoine Sarr stagiaire à média7.info

L’ISEG se classe 5ème au Championnat du Monde Universitaire de Basket 2017 à Xiamen en Chine

Le championnat du Monde universitaire FISU 2017 s’est déroulé du 14 au 17 septembre  a Xiamen en Chine..
Après avoir éliminé le pays organisateur champion du Monde en titre  ISEG a atteint les quarts de finale et se classe à la 5ème place mondiale.

En quart de finale l’équipe féminine de l’ISEG Championne d’Afrique de Basket universitaire a manqué de peu les demi-finales avec un score très serré contre les américaines de Regina University.

Malgré tout l’ISEG se classe à la 5 ème place mondiale parmi les 32 Nations issues des tous les continents.. Une grosse performance car jamais une équipe africaine n’a atteint ce niveau de la compétition..

Blanchiment de 95 sportifs russes en vue : Lamine DIACK sera-t-il tiré d’affaire ?

Selon un rapport confidentiel de l’Agence mondiale antidopage (AMA) révélé mercredi par le New York Times, l’AMA va blanchir 95 des 96 sportifs dont elle a pour l’instant examiné les cas à la suite du gigantesque scandale de dopage ayant touché la Russie.

« Les preuves disponibles sont insuffisantes pour soutenir l’affirmation d’une violation des règles antidopage pour ces 95 sportifs », écrit Olivier Niggli, le directeur général de l’AMA.

« Le système (mis en place par la Russie) était très bien organisé, plusieurs années après les faits, les preuves restantes sont limitées, avoue Olivier Niggli avant de poursuivre, résigné. Nous devons accepter le fait que le but du rapport McLaren était de dévoiler un système (de dopage), pas des violations individuelles ».

Le travail de l’AMA est notamment rendu difficile par le fait que le laboratoire antidopage de Moscou a détruit de nombreux échantillons de sportifs russes. En février, l’AMA regrettait également que « les demandes de preuves additionnelles adressées par le professeur McLaren aux autorités russes sont restées sans réponse ».

Moscou dément depuis le début du scandale toute existence d’un système étatique de dopage en Russie, insistant sur la responsabilité individuelle des sportifs dopés ou de responsables ayant poussé au dopage.

Suite à ces nouvelles révélations, dix-sept agences antidopage nationales ont exigé du CIO que la Russie soit exclue des Jeux Olympiques d’hiver qui se tiendront à Pyeongchang du 9 au 25 février prochain.

Gorgui Dieng s’excuse de n’avoir pu ramener la Coupe

Le pivot international des Lions du Sénégal Gorgui Dieng s’est dit très peiné de n’avoir pu remporter la coupe d’Afrique des nations avec ses coéquipiers et présente au peuple sénégalais leurs « excuses ».

« Nous nous excusons de n’avoir pu ramener la coupe et de mettre fin à 20 ans d’attente du peuple sénégalais. Ce peuple mérite plus que cette troisième place » a dit à l’envoyé spécial de l’APS Gorgui Dieng avant d’embarquer avec ses coéquipiers pour Dakar.

Le Sénégal, un des favoris de l’Afrobasket 2017 co-organisé avec la Tunisie, a sombré en demi-finale face au Nigéria avant de se reprendre en match de classement face au Maroc et terminer à la 3e place.

Il s’agit de la 6e médaille de bronze obtenue par le Sénégal qui est monté 16 fois sur un podium à l’issue d’un championnat d’Afrique.

« Nous avions une belle équipe, mais en sport, l’équipe la plus probante sur le papier n’est pas forcément celle qui est sacrée », a dit le joueur des Timberwolves de Minnesota (NBA) avant d’appeler à l’union pour la prochaine édition.

«  Il nous faut tirer les erreurs de ce parcours et ne plus les refaire la prochaine fois. Une analyse froide doit être faite parce que quoi qu’on dise il y avait de la place pour faire plaisir à notre peuple et aller au bout du rêve » a dit Gorgui Dieng, élu dans le top 5 de l’Afrobasket comme meilleur pivot.

Appréciant cette distinction, le joueur n’a pas voulu s’y appesantir, Gorgui Dieng considérant que « c’est une distinction individuelle alors que moi j’étais venu à Tunis pour la distinction collective, c’est-à-dire la coupe ».

Les Lions ont quitté Tunis ce dimanche en direction de Dakar, seul l’un d’eux Cheikh Mbodj n’ayant pas pris part au voyage retour pour des questions d’ordre administratif en liaison avec sa carrière en club.

Facebook login by WP-FB-AutoConnect