Home » Sport » Football

Football

Transferts : derrière les records, un ordre clair

L’été 2017 a bien été celui de tous les records sur le marché des transferts : les nombreux bilans publiés depuis sa fermeture le 31 août abondent dans ce sens. En sept ans, les montants dépensés par les clubs des cinq championnats majeurs (Angleterre, Espagne, Italie, Allemagne et France) ont été multipliés par quatre pour avoisiner les six milliards d’euros annuels, et un net palier a été franchi cette année.

Les clubs de Premier League, spectaculairement enrichis par leurs contrats de droits TV, ont particulièrement contribué à cette inflation : ils dépensent plus que la Liga espagnole et la Bundesliga allemande réunies… L’écart aurait même été plus grand sans les investissements inhabituels du Paris Saint-Germain et de l’AC Milan à l’intersaison.

C’est justement à l’échelle des clubs, au sein des championnats et au niveau européen, que les déséquilibres sont les plus flagrants. À l’actuel système des transferts correspond une économie de la production et de la commercialisation des joueurs dans laquelle les clubs se spécialisent – certains au profit des autres. L’inflation des transferts coûte cher aux clubs les plus riches, mais elle renforce leur domination économique et sportive.

PARIS ET CITY, LA STRATÉGIE DU CHÉQUIER

Le Centre international d’économie du sport (CIES) a calculé le coût des 98 effectifs des cinq principaux championnats, c’est-à-dire le total des transferts qui ont été nécessaires pour constituer ces effectifs. Cette donnée est un indicateur (parmi d’autres) de la puissance économique des clubs [1], qui donne une idée assez explicite de la concentration des joueurs les plus chers au sein de quelque-uns d’entre eux.

La présence en tête de Manchester City et du Paris Saint-Germain, deux clubs qui ont choisi de forcer les portes du Gotha en consentant des recrutements très dispendieux, n’a rien d’une surprise. Six clubs de Premier League figurent dans le top 10, trois dans le top 4 : les formations anglaises sont devenues les acteurs dominants du marché. On note que Manchester United a presque autant dépensé que City et Paris pour former son effectif.

[cliquez sur l’image pour afficher le graphique avec les autres clubs français]

Les deux clubs allemands les mieux placés, le Bayern Munich et le Borussia Dortmund ne s’établissent qu’aux 11e et 16e rangs. Les Bavarois peuvent se sentir dépassés : trois clubs ont un effectif qui a coûté plus du double du leur. Cette position résulte pour partie de la culture locale, rétive aux recrutements très onéreux, qui profitait de la qualité de la formation locale et de liens privilégiés avec les viviers de l’Est. Mais c’est aussi le symptôme d’un déclassement des équipes phares de la Bundesliga, qui peinent ou se refusent encore (le peuvent-elles vraiment ?) à suivre le mouvement.

Cet été (ci-dessous), la plupart des grosses écuries européennes ont dépensé à perte, hormis Arsenal, la Juventus et le Real Madrid (voir plus bas). Le PSG, largement en tête de ce classement, est suivi par l’AC Milan qui a joué une sorte de va-tout en dépensant près de 250 millions d’euros. Dans un contexte de déclin relatif de la Serie A, le club récemment racheté par des investisseurs chinois veut rattraper son retard à marche forcée.

Deux promus anglais occupent les 8e et 10e places, ce qui résume la puissance de feu de la Premier League.

ACHETEURS, VALORISATEURS, FORMATEURS

Le classement du coût des effectifs témoigne aussi des disparités des modèles de gestion des « actifs joueurs ». On peut schématiquement distinguer trois catégories de clubs.

Au sommet figurent les grands acheteurs qui financent leurs achats par des ressources externes : leur balance des transferts est négative et leur développement repose sur l’achat de grands joueurs ou de joueurs déjà très cotés – c’est-à-dire les plus convoités et les plus chers. Ils se singularisent par leur capacité à conserver leurs meilleurs joueurs, qu’ils accumulent comme un capital.

On trouve ensuite un statut intermédiaire de « clubs valorisateurs » qui doivent équilibrer ou compenser leurs investissements en réalisant des plus-values importantes sur des joueurs bien valorisés au cours de leur passage. Souvent dans la position de fournisseurs des équipes les plus riches, ces clubs trouvent dans leur aptitude à bien vendre une capacité d’investissement sur le marché des joueurs (d’où des valeurs d’effectifs parfois élevées). Mais ils doivent se résoudre à voir partir leurs tout meilleurs éléments et à recommencer leur travail de valorisation de joueurs.

En descendant dans la hiérarchie, ce modèle de valorisation se généralise, et se déplace en amont vers la formation, qui devient d’autant plus cruciale. Ce modèle de « clubs formateurs » est celui de la majorité des clubs français, qui comptent sur les revenus de la vente de leurs pépites. Ainsi du Stade rennais, qui a réalisé une bonne opération avec Ousmane Dembélé (transfert + bonus)… mais qui laisse quand même la meilleure part du gâteau à Dortmund.

LE TRADING DE JOUEURS, PLANCHE DE SALUT

Parmi les « clubs intermédiaires », certains prennent le parti de se spécialiser dans les transactions à forte marge, comme Monaco ou Porto, mêlant détection, formation et scouting. D’autres y sont contraints, malgré leurs ambitions, par leur place dans la hiérarchie économique : par exemple l’Olympique lyonnais, le SSC Napoli ou le Borussia Dortmund… qui a dû vendre Dembélé à Barcelone.

L’étude « The Player Trading Game » du cabinet KPMG propose une liste des vingt clubs ayant réalisé le plus de bénéfices sur leur activité de transferts sur les saisons 2014/15 et 2015/16 (ci-dessous). Six clubs français – le plus gros contingent – y figurent : Marseille, Monaco, Lyon, Lille, Saint-Étienne et Montpellier.

À l’été 2017, les balances des transferts les plus positives (ci-dessous) sont logiquement celles de Monaco et Dortmund, du fait des départs de Mbappé et Dembélé. L’OL, qui a vendu Alexandre Lacazette à Arsenal pour 53 millions d’euros hors bonus, complète le podium. Le Real Madrid fait un peu figure d’intrus dans ce classement, n’ayant pas effectué de recrutement spectaculaire. Les autres clubs sont ceux qui ont réalisé de bonnes opérations et présentent un solde nettement positif – dont trois italiens.

PRODUITS SPÉCULATIFS

Former ou valoriser des joueurs prend donc une dimension essentiellement financière. Les bénéfices sportifs attendus du travail de formation deviennent incertains, dans la mesure où les « clubs fournisseurs » ont moins le temps de profiter de leurs meilleurs éléments sur le terrain. Dembélé et Mbappé n’ont ainsi évolué qu’une saison en équipe première à Dortmund et Monaco. Ce que recèle l’inflation des transferts, c’est une hiérarchie de plus en plus discriminante, déterminée directement par la capacité d’investissement, et caractérisée par des relations de subordination.

La dérive inflationniste du marché des joueurs est aussi une dérive spéculative. La tierce propriété des joueurs par des fonds d’investissement, interdite par la FIFA en 2015, reste souvent contournée. La multiplication des prêts est érigée en système très rentable par des clubs comme Chelsea [2]. La multipropriété ou la filialisation de clubs permettent aux « maisons-mères » d’externaliser la formation et d’agir sur la valeur des footballeurs [3]. Avec pour résultat l’hypertrophie des effectifs, la confiscation de nombreux espoirs, le gâchis de quelques joueurs, et certaines carrières consistant plus à enchaîner de bons contrats qu’à réussir une trajectoire sportive.

Avec l’actuel système des transferts, les joueurs sont des placements, un capital très mobile et très spéculatif qui se négocie sur un marché par ailleurs très opaque. La logique sportive, déjà dépassée par la logique économique, l’est cette fois par une logique financière de plus en plus puissante, et de plus en plus inégalitaire. Là est le sens des records enregistrés cet été.

Retour d’Adama Mbengue et de Diafra Sakho dans la tanière des lions

 

Le sélectionneur national à publié la liste des 26 joueurs convoqués pour le voyages à Praia.

La conférence de presse s’est tenue dans les locaux de la fédération sénégalais de football.

Sur la liste des 26 joueurs, on note le retour d’Adama Mbengue de Caen (France), de  Diafra Sakho de West Ham(Angleterre).Et de trois nouveaux tête à savoir Alfred Gomis de Spal 2013 (Italie), MbAYE Hamady Niang de Torino Football club (Italie) et de Youssouf Sabaly de Girondins de Bordeaux (France).

Rédaction média7.info

Éliminatoires mondial 2018: Coach Cissé publie la liste des 26 joueurs dont 3 nouveaux dont Mbaye Niang et Youssouf Sabaly

Le sélectionneur de l’équipe nationale de football, Aliou Cissé, a publié mercredi une liste de 26 joueurs pour la rencontre contre le Cap-Vert, prévue le 7 octobre à Praia, dans le cadre des éliminatoires du Mondial 2018.
La liste est marquée par la première convocation de Youssouf Sabaly (Bordeaux, France), Alfred Gomis (Spal 2013, Italie), Mbaye Niang (Torino, Italie) et les retours de Diafra Sakho et Adama Mbengue.
Cette rencontre du groupe D compte pour la 5ème journée du dernier tour qualificatif à la prochaine Coupe du monde, prévue en Russie.
Le Sénégal est 3-ème du groupe D avec 5 points (+2), derrière le Cap-Vert, 2-ème avec 6 points (-2), le Burkina Faso occupant la tête de ce groupe avec 6 points (+2).
Le Sénégal doit disputer trois matchs, avec la décision de la FIFA de faire rejouer la rencontre Afrique du Sud-Sénégal du 12 novembre 2016, l’arbitre ghanéen de ce match ayant été reconnu coupable par l’instance internationale d’avoir manipulé le résultat.
L’Afrique du Sud, qui avait remporté (2-1) ce match, ne compte plus qu’un point dans ce groupe avec l’annulation du résultat de cette rencontre.
-Voici la liste des joueurs retenus par Aliou Ciissé :
– Gardiens : Khadim Ndiaye, Alfred Gomis, Clément Diop
– Défenseurs : Moussa Wagué, Lamine Gassama, Fallou Diagne, Saliou Ciss, Kara Mbodj, Kalidou Koulibaly, Youssouf Sabaly
– Milieux : Idrissa Gana Guèye, Pape Alioune Ndiaye, Cheikhou Kouyaté, Cheikh Ndoye, Alfred Ndiaye, Salif Sané, Assane Dioussé
– Attaquants : Ismaïla Sarr, Opa Nguette, , Moussa Konaté, Sadio Mané, Moussa Sow, Diao Baldé , Diafra Sakho, Mbaye Niang

Revue de presse de ce Mercredi 20 Septembre 2017 à Media 7

Bonjour à tous bienvenue dans votre revue de presse de ce jour

À la une de ce matin des quotidiens parvenus ce mercredi à media7 .info traitent principalement de la démission  d’Aliou Sall à la présidence de l’association des maires du Sénégal, de la rationalisation des partis qui divise la classe politique, de la 5ème revue annuelle de l’ISPE et de l’éliminatoire mondial 2018 entre le Sénégal et le Cap-Vert.

« Aliou Sall va démissionner »,  titre l’observateur à sa une. Conflits d’intérêts entre l’Ams et la Cdc, le maire de Guédiawaye va démissionner à la tête de la présidence de l’association des maires du Sénégal. Il déclare je cite : «  je ne souhaite pas parler pour le moment ».

De même, de la leçon de Mame Mbaye Niang à Pape Gorgui Ndong, «ne confondez jamais vos responsabilités politiques à la mission républicaine », écrit le quotidien l’observateur.

Le journal Enquête titre à sa une: « une pétition lancée pour le retour de Lamine Diack ».

Le journal Le Quotidien revient sur la démission d’Aliou Sall de l’Ams, de la Bdk, de la Bda et autres  à sa une et titre : « Aliou Sall se consigne à la CDC.

AIBD : exploitation de la plateforme, Summa Limak, qui a obtenu la gestion du nouvel aéroport Blaise Diagne de Diass, semble vouloir tout mettre en œuvre pour écarter les opérateurs sénégalais, écrit Le Quotidien

« Rationalisation des partis divise la classe politique », écrit Vox Pop à sa une.

Selon Maguette Sy (PDS) : « décréter une limitation des partis, c’est attaquer la liberté d’association des sénégalais ».

Fatoumata Gassama du FSD/BJ : « qu’ils commencent à ne plus créer des partis pour combattre des adversaires ».

Et pour Maël Thiam de l’APR : « c’est une volonté du président de clarifier l’espace politique ».

Le journal Les Echos titre à sa une : « la dette du Sénégal prend l’ascenseur, le FMI s’inquiète ».

Le service de la dette est passé de 20% en 2014 à prés de 30% en 2017, les réformes et décisions nécessaires pour faire revenir la dette à 20% dans 10 ans, écrit le journal.

Parlons sport avec le tournoi de l’UFOA, avec le Sénégal qui a été éliminée hier, à la suite de son match nul (0-0) face à la Cote d’Ivoire.

Toujours avec le foot, Aliou Cissé publie sa liste avec une priorité donnée à l’attaque pour la rencontre Sénégal- Cap-Vert, selon le journal l’observateur.

 

C’est tout pour votre revue de presse de ce jour et on se donne rendez-vous demain.

Par Antoine Sarr stagiaire à media7.info

Football : Kolo Touré va prendre sa retraite

 

Le défenseur central ivoirien, Kolo Abib Touré va raccrocher les godasses le samedi 16 décembre 2017.

En effet, il va se focaliser sur ses nouvelles taches d’adjoint à la sélection nationale espoir de son pays. Kolo Abib Touré a marqué de son emprunte l’histoire du football ivoirien et africain.

En 13 ans de carrière, l’ancien pensionnaire de l’Académie Jean Marc  Guillon a presque tout remporté et évolué dans plusieurs grands clubs anglais (Arsenal, Manchester City et Liverpool).

Antoine Sarr stagiaire à média7.info

Barcelone, Real Madrid et Juventus sur Sadio Mané

Virevoltant avec les Reds en ce début de saison, Sadio Mané ne laisse pas les cadors européens indifférents. 

Si l’international sénégalais purge actuellement une peine de trois matches de suspension après une vilaine faute sur Ederson (Manchester City), ses performances récentes avec Liverpool ont marqué les esprits.

Elu meilleur joueur de Premier League du mois d’août, le buteur de 25 ans serait pisté par de grands noms à en croire le Mirror. La Juve, le Barça ou encore le Real Madrid lui feraient les yeux doux selon le quotidien anglais. Un dossier qui s’annonce déjà brûlant l’été prochain. Si Jürgen Klopp a réussi à conserver Coutinho in-extremis, pas sûr qu’il parviendra à retenir son buteur vedette.

Football : le match Sénégal Vs Afrique du Sud sera rejoué en novembre

La Commission d’Organisation des Compétitions FIFA,  a confirmé la décision de la Commission des Appels de l’instance faîtière du football mondial, qui avaient ordonné un rejoué du match de qualification entre l’Afrique du Sud et le Sénégal tenu le 12 novembre 2016.

Cette confirmation est venue après que le Tribunal Arbitral du Sport (CAS) a soutenu l’interdiction de durée de vie d’arbitre de match Joseph Lamptey pour la manipulation de match.

La décision est  imposée par le comité disciplinaire de FIFA et des Comités d’Appel. Le match sera rejoué dans le mois de novembre 2017. La date précise ainsi que l’heure du match seront communiquées ultérieurement de manière officielle.

Antoine Sarr stagiaire à MEDIA7.INFO

 

Barça : Iniesta scelle son avenir

Andrés Iniesta a confié devant la presse son bonheur de jouer au Barça, après la brillante victoire des Blaugranas sur la Juventus Turin (3-0), en ouverture de la Ligue des Champions.

Nos confrères espagnols de Sport ont relayé ses propos ce mercredi. Tout semble indiquer que le Champion du Monde 2010 va rester dans son club formateur :

« Mon avenir ? Ma prolongation ? Je ne m’en inquiète pas. Je veux être heureux sur le terrain. Et maintenant, je le suis. Je fais passer le collectif avant le personnel et j’en suis très content. Cette victoire contre un rival comme la Juventus est vraiment de bons augures pour la suite. » Passé chez les pros du Barça en 2002, le milieu de terrain de 33 ans dispute sa 16e saison au club, note-t-on sur le site de footmercato.net

Afrique – Football/Mercato: Naby Keita, le joueur africain le plus cher de l’histoire

Le jeune Guinéen de 22 ans a été vendu 52 millions d’euros à Liverpool, le record pour un joueur africain.

À l’été 2018, le Guinéen Naby Keita deviendra un joueur des Reds. Le club anglais et le RB Leipzig ont confirmé la transaction cette semaine, faisant du Guinéen l’Africain le plus cher de l’histoire. Une enveloppe de 52 millions d’euros pour le transfert de l’international guinéen Naby Keita qui intégrera Liverpool en 2018.

Dans un échange entre les équipes détenues par le groupe Red Bull, il y a un an; l’international guinéen quittait Salzbourg et s’enrôlait avec Leipzig. 15 millions d’euros montant de la transaction. Une saison stupéfiante en Bundesliga plus tard. À 16 sélections, 3 buts; l’International guinéen Keita est devenu le joueur africain le plus cher de l’histoire.

Pour s’attacher ses services, Liverpool vient de débourser environ 52 millions d’euros selon les médias anglais. À noter que ce transfert sera effectif l’été prochain; Naby demeure encore en Allemagne. L’opération, qui impliquerait le versement de 52 millions d’euros, aboutira le 1er juillet 2018 prochain, date à laquelle le joueur rejoindra les rangs des Reds. Il restera jusque-là sous les couleurs RB Leipzig.

Interrogé sur ce transfert, Steven Gerrard s’est montré très enthousiaste. «C’est fantastique pour Liverpool d’avoir Naby Keita. C’est un grand joueur et je suis très excité de le voir à l’oeuvre. Et nous avons Salah également. Une autre belle recrue. Nous sommes chanceux».

«Je pense que ce sont aussi de vrais modèles en Afrique pour les jeunes enfants qui veulent devenir joueurs de football. Ils sont de grands modèles et ils sont au top de leur jeu et de leur forme. C’est vraiment fantastique de les voir porter le maillot de Liverpool», a notamment déclaré l’emblématique milieu de terrain des Reds.

Ci-dessous, une performance de Naby Keita lors des éliminatoires de la Coupe du monde Russie 2018, zone Afrique.

 

Aliou Cissé: « Diao Baldé ne jouera pas tout le match… Le gardien qui débutera face au Burkina »

Le coach des Lions de la Teranga s’est prononcé sur le match de ce samedi face au Burkina Faso. Aliou Cissé a donné quelques indices sur ce que sera son onze de départ face à l’équipe burkinabé.

Facebook login by WP-FB-AutoConnect