Home » Sport » Basket-Ball

Basket-Ball

Les Cleveland Cavaliers s’imposent à domicile et mènent 2-0 face aux Indiana Pacers

Solides pendant trois quart-temps, les Cleveland Cavaliers ont résisté au réveil des Indiana Pacers pour remporter le deuxième match du premier tour des play-offs (117-111). Les Cavs mènent 2-0 dans la série, qui se poursuivra à Indiana jeudi.

À l’issue d’un premier match qu’ils ont bien failli perdre face à Indiana (109-108), les Cleveland Cavaliers s’étaient promis d’être plus solides sur leur parquet et de s’éviter ce genre de frayeur. Ils se sont montrés à la hauteur de leur ambition pendant trois quart-temps, proposant un basket largement supérieur à celui des Pacers (96-78, 36e). Les hommes de Tyronn Lue sont en revanche retombés dans leurs travers sur la dernière période, permettant aux visiteurs de relancer les débats dans le sillage d’un très bon Paul George (32 pts, 8 rbds, 7 pds).

 

Le réveil tardif des coéquipiers de Kevin Séraphin (6 pts, 4 rbds, 1 pd en 11′) s’est avéré insuffisant, les Cavs ayant réussi à se mettre à l’abri au préalable. Une marge de manoeuvre obtenue notamment grâce aux efforts soutenus de Kyrie Irving (37 pts à 14/24), impossible à défendre. Kevin Love (27 pts, 11 rbds) et LeBron James (25 pts, 10 rbds, 7 pds) ont largement aidé leur meneur, même si James s’est également distingué en perdant 8 ballons (sur 19 pour Cleveland). La mauvaise nouvelle est venue de la blessure à la cuisse de J.R. Smith (3 pts en 18′), remplacé efficacement par Iman Shumpert (9 pts) qui n’avait pourtant pas joué le premier match.

89Kyrie Irving, Kevin Love et LeBron James ont inscrit 89 des 117 points de leur équipe.

Malgré ce quatrième quart décevant, LeBron James a tenu à retenir les progrès affichés par son équipe : «Nous sommes très proches de notre objectif, a assuré la star née à Akron. On va trouver la solution. Je préfère largement mener de 18 points que pas du tout.» «Nous avons perdu notre solidité et avons joué de façon décousue dans le troisième quart, a regretté l’entraîneur des Pacers Nate McMillan. Nous avons perdu notre équilibre et notre calme. Ça a fait la différence.» Les septièmes de la Conférence Est à l’issue de la saison régulière ont néanmoins prouvé qu’ils étaient largement capables de rivaliser face au champion en titre, à condition de conserver leur concentration intacte pendant 48 minutes. Les deux prochains matches, qui se joueront à Indiana, devraient aider dans ce sens.

 

TOURNOI DES AMBASSADES DES PAYS DE LA CEDEAO, À PARTIR DE SAMEDI

Un tournoi amical de football et de basket-ball réunissant les différentes Ambassades des 15 pays membres de la CEDEAO se tiendra à Dakar à partir de samedi à l’occasion du 42 ème anniversaire de l’organisation communautaire.

La cérémonie de lancement officielle des activités sportives est prévue à 15 h à la piscine olympique, indique le ministère de l’Intégration africaine, du NEPAD et de la Promotion de la Bonne Gouvernance, organisateur du tournoi en partenariat avec la fédération sénégalaise des Sports travaillistes.

L’évènement prend fin le 6 mai, selon le communiqué reçu à l’APS.

Westbrook très proche de la légende Oscar Robertson

Le meneur d’Oklahoma City se rapproche encore un peu plus du record légendaire d’Oscar Robertson et va bientôt devenir le roi du « triple double » en NBA. Dans les autres matchs de la soirée, 11e victoire de suite pour Golden State alors que LeBron James égale Abdul-Jabbar en enchaînant 787 matchs consécutifs, en marquant au moins dix points par match.

C’est encore une très belle nuit NBA pour Russell Westbrook qui fait trembler le record de la légende Oscar Robertson. Il pourrait même le dépasser cette semaine, s’il enchaîne les belles performances de ces derniers mois. Contre Charlotte, il s’est offert avec 40 points, 13 rebonds et 10 passes décisives son 40e « triple » en 76 matches, il ne lui en reste donc qu’un seul pour égaler le record, qu’il va réussir à mettre en éclats. Il se rapproche donc un peu plus du titre de MVP de la saison. Sa belle performance n’a pas empêché, la lourde défaite de son équipe à domicile face à Charlotte (113-101). OKC va donc devoir se contenter de la 6e place de la conférence Ouest.

LeBron James bat un record
Lui aussi veut marquer l’histoire et détient maintenant un nouveau record avec son club de Cleveland, qui est allé gagner une belle victoire à la fin des prolongations face à Indiana (135-130). « King James » a livré une très belle prestation et marque donc l’histoire avec cette statistique 787 matches consécutifs de saison régulière en marquant au moins dix points par match et dépasse donc la légende des LakersKareem Abdul-Jabbar.

Golden State enchaîne !
11e victoire de suite pour Golden State face à Washington cette nuit, une victoire 139 à 115. Un succès qui montre que l’équipe est très en forme avec sa star Stephen Curry qui a marqué 42 points, dont neuf paniers à trois points sur 14 tentés. Golden State est quasiment assuré de finir à la première place de la conférence Ouest (5 matches encore à disputer), ils comptent toujours 3,5 victoires d’avance sur le dauphin, San Antonio, vainqueur d’Utah (109-103).

NICOLAS PELLETIER

Les résultats de la nuit :
Toronto – Philadelphie 113 – 105
Brooklyn – Atlanta 91 – 82
Miami – Denver 113 – 116
Cleveland – Indiana 135 – 130 2 a.p.
La Nouvelle-Orleans – Chicago 110 – 117
Golden State – Washington 139 – 115
Milwaukee – Dallas 105 – 109
San Antonio – Utah 109 – 103
Oklahoma City – Charlotte 101 – 113
New York – Boston 94 – 110
LA Lakers – Memphis 108 – 103
Phoenix – Houston 116 – 123

ket-Tournoi Zone 2: le Sénégal domine le Mali (79-72) après prolongation et s’empare de la première place

l a fallu aller aux prolongations pour départager les deux équipes. Les maliens ont égalisé en tout fin de partie (65) partout. Carton plein pour le Sénégal. Trois  matchs trois victoires. Les joueurs du coach Dame Diouf ont dominé ce soir le Mali score final (79-72). Avec cette victoire le Sénégal prend la  tête du groupe du Tournoi éliminatoires  de  la Zone 2.

Les Lions du Sénégal ont pris leur revanche sur le Mali qui l’avait largement battu à l’aller à Bamako. Ce soir au Satdium Marius Ndiaye de Dakar, les coéquipiers de Djibril Thiam le numéro 11 dans un grand jour avec une main bénite a sonné la révolte en mettant des tirs primés avec un meneur Xane d’Almeida toujours clairvoyant dans le jeu.

A part le premier quart temps les Lions ont dominé le Mali de bout en bout dans un chaudron du Stadium Marius Ndiaye qui avait fait le plein en présence cette fois du ministre des Sports Matar Bâ. 

BASKET-BALL / TOURNOI DE LA ZONE 2 : LES LIONS DOMINENT L’ÉQUIPE DE GUINÉE PAR 67-49

L’équipe nationale de basket-ball masculine du Sénégal a dominé (67-49) celle de Guinée, vendredi, en match comptant pour la première journée de la manche retour du tournoi de la zone 2 de la FIBA, dans le cadre des qualifications pour l’Afrobasket 2017.

A la mi-temps de ce match joué au stadium Marius Ndiaye de Dakar, les Lions menaient par 15 points d’écart (39-24).

En lever de rideau du match Sénégal-Guinée, le Cap-Vert avait battu le Mali par 64 points à 58.

« 98% des joueuses de WNBA sont homosexuelles »

L’ancienne star de la WNBA Candice Wiggins a expliqué avoir été victime d’intimidations à cause de son hétérosexualité.

Retirée des parquets depuis l’hiver dernier et sa décision, à seulement 29 ans, d’arrêter sa carrière WNBA, Candice Wiggins a expliqué les (vraies) raisons de sa retraite. Car si au moment d’annoncer la fin de sa carrière, l’ancienne joueuse du Lynx, draftée en troisième position en 2008, avait expliqué être rattrapée par des problèmes physiques et ne plus vraiment aimer son sport, les causes de son brutal arrêt étaient tout autres.

C’est ce qu’elle a expliqué au San Diego Union-Tribune, confiant que « 98% des joueuses WNBA étaient homosexuelles » et qu’elle avait été victime « d’intimidations du fait de son hétérosexualité assumée ». Des propos qui n’ont pas manqué d’émouvoir le monde de la WNBA même si la Ligue n’a toujours pas officiellement réagi.

« Etre hétérosexuelle et le dire a été particulièrement difficile. J’étais anti-conformiste dans cette Ligue », a-t-elle ajouté, précisant « Il y a eu beaucoup de jalousie et la façon dont je me comportais, la façon dont je jouais m’ont apporté beaucoup d’inimité. »  Et l’ancienne championne WNBA (2011), qui espérait jouer deux ans de plus de détailler son propos. « Les gens ont délibérément essayé de me blesser. Je n’ai jamais été autant insultée qu’au cours de ma saison de rookie. J’ai été mise à terre. Le message été clair et disait ‘On veut que tu saches qu’on ne t’aime pas‘. »

De nombreuses joueuses, parmi lesquelles Imani Boyette ou Monique Currie, ont d’ores et déjà dénoncé ses propos, ne reconnaissant pas la Ligue que leur ancienne comparse veut décrire.

Une gifle pour commencer…

DeMarcus Cousins avait sans doute imaginé un baptême plus réussi. Pour sa première avec La Nouvelle-Orléans, les Pelicans ont en effet été corrigés 129-99 par les Rockets.

Tout avait pourtant bien commencé pour DeMarcus Cousins. Une ovation du public du Smoothie King Center au moment des présentations des équipes, les premiers points du match sur un panier à mi-distance: la soirée avait effectivement parfaitement débuté. L’illusion aura duré le temps du premier quart. Grâce aux huit points de l’ancien King, transféré à La Nouvelle-Orléans dans un échange à cinq joueurs, les Pelicans faisaient en effet jeu égal avec leurs visiteurs, ne concédant que deux points de débours à l’issue de cette période inaugurale.

Las, la suite allait malheureusement tourner au cauchemar pour la franchise de Louisiane, les Rockets virant dès la pause avec 16 points d’avance et l’écart culminant à 35 longueurs dans le troisième quart. Finalement étrillés 129-99, les Pelicans n’avaient pourtant rien à reprocher à leur nouvel homme fort, l’ancien King compilant 27 points à 11 sur 19 aux tirs, 14 rebonds, 5 passes, 5 interceptions et 4 contres en 35 minutes. Une performance XXL qui éclipsait les 29 points et 9 rebonds d’un Anthony Davis moins en réussite, comme en atteste son 8 sur 21, et qui ne faisait surtout pas oublier la faillite de ses coéquipiers. Au premier rang desquels Jrue Holiday, auteur d’un terrible 3 sur 12 aux tirs.

Une faillite d’autant plus rédhibitoire que dans le camp d’en face, les Rockets avançaient groupés avec pas moins de six joueurs à plus de dix points. James Harden pouvait ainsi se contenter de 13 points et 14 passes, Eric Gordon et Clint Capela sortaient du banc pour inscrire 19 et 15 points. Surtout, Louis Williams, lui aussi débarqué chez le Rockets durant la coupure du All-Star Game, signait un premier match de rêve, inscrivant pas moins de 27 points à 7 sur 11 à trois points en seulement 25 minutes.

« Personne ne s’attendait à ce qu’on remporte le titre sur notre premier match », voulait positiver DeMarcus Cousins à l’issue de la rencontre. « On connait notre potentiel, mais on sait aussi ce que l’on doit travailler. Houston est une très bonne équipe, bien en place. Ils ont leur identité et on doit trouver la nôtre. C’est un long processus, mais je suis sûr que ça va le faire. »

Les meilleurs moments du All-Star Game en vidéo

Retrouvez les highlights de la 66e édition du All-Star Game, remportée par l’équipe de la Conférence Ouest (192-182).

La 66e édition du All-Star Game a une nouvelle fois tourné à l’avantage de l’équipe de la Conférence ouest, vainqueur 192-182 pour sa troisième victoire consécutive.

Une édition record, les 374 points compilés par les deux équipes établissant une nouvelle marque en la matière. Mais la soirée a évidemment été marquée par la performance du local de l’étape, Anthony Davis, qui, devant le public du Smoothie King Center, a effacé Wilt Chamberlain et ses 42 unités des tablettes en inscrivant pas moins de 52 points. De quoi bien mériter son titre de MVP.

nba-all-star-starters-east

2017-NBA-All-Star-Game-a-New-Orleans-west5-bold-prediction-for-the-All-Star-Game-2017giannis-antetokounmpo-asg-022017-getty-ftrjpg_uvpq649ppyn91wqsrf3topxet image image  NBA+All+Star+Game+2017+5ur2_BpDX1vl22107151-mmmain ALL Star Basketball, New Orleans, USA - 19 Feb 2017 2017-nba-all-star-game-mvp-best-plays-0-1

 

NBA : CLEVELAND N’Y ARRIVE PAS SANS JAMES, PORTLAND S’ENFONCE UN PEU PLUS

Après sa belle victoire face à Golden State, Cleveland, sans LeBron James, a perdu à Detroit. Défaite aussi, au buzzer cette fois, pour le Charlotte de Nicolas Batum. Privé de leur star, LeBron James, laissée au repos, les Cavaliers ont lourdement chuté la nuit dernière sur le parquet de Detroit (106-90). Avec 32 points et 12 passes décisives, James Harden, lui, a guidé Houston vers un succès confortable contre Phoenix (131-115). Il y a eu beaucoup plus de suspense à Brooklyn où Charlotte, malgré un bon Nicolas Batum (25 points, 5 rebonds, 5 passes), s’est incliné au buzzer (120-118) sur un tir de Randy Foye. Les Hornets ont pourtant mené pendant la majeure partie du match.

 

Résultats de la nuit :

Washington-Milwaukee 107-102

Orlando-Memphis 112-102

Brooklyn-Charlotte 120-118

Detroit-Cleveland 106-90

Chicago-Indiana 90-85

Nouvelle-Orléans-Dallas 111-104

Houston-Phoenix 131-115

Minnesota-Atlanta 104-90

Portland-Toronto 91-95

LA Clippers-Denver 102-106

Sacramento-Philadelphie 102-100

 

MEDIA

Les Wolves s’amusent contre Atlanta : Gorgui Sy Dieng inscrit 14 points

Troisième victoire en cinq matches pour Minnesota et Gorgui Sy Dieng qui se défont à nouveau des Hawks.  

Vainqueur à Atlanta la semaine dernière, les coéquipiers de Karl-Anthony Towns s’imposent cette fois-ci à domicile (104-90) après avoir compté jusqu’à 29 points d’avance. Le pivot des « Lions » s’est plus ou moins illustré en inscrivant 14 pts et 7 rebonds pris, pour une évaluation de 19.

Howard surnage
Dwight Howard est de retour après trois rencontres à l’infirmerie, et il est en forme ! Il contre Andrew Wiggins sur la première action, puis dunke quelques secondes plus tard. On le retrouve pour intercepter un ballon, puis il part en contre-attaque et termine avec un alley oop avec la planche sur un service de Dennis Schroder. Malgré deux fautes rapides, il reste sur le terrain, et sa présence gène considérablement les Wolves. Atlanta en profite pour mener 15-10, et c’est Karl-Anthony Towns qui se charge de lui répondre. De près comme de loin d’ailleurs, mais après 12 minutes, les Hawks sont devant : 25-23.

La suite sera plus compliquée pour Atlanta. Zach LaVine et Andrew Wiggins se lâchent à 3-points et Minnesota enchaîne sur un 18-6 ! En quelques minutes, les Wolves ont fait le break (39-31), et le temps-mort des Hawks ne change rien. L’enthousiasme des Wolves fait la différence, et le duo Wiggins-Towns se charge de maintenir l’écart au-dessus des 10 points. Un bon passage de Schroder permet tout de même aux Hawks d’atteindre la pause avec « seulement » 9 points de retard (54-45).

Un festival à 3-points
Howard a beau réaliser le match parfait, transformant tous les loupés de Paul Millsap en paniers, ce sont bien les Wolves qui attaquent le mieux la deuxième mi-temps. Ce même Howard envoie même Millsap au tapis sur un coude de coude…

Une fois de plus, c’est à 3-points que Wiggins fait le break. Deux flèches longue distance, et voilà Minnesota qui prend 13 points d’avance (62-49). Howard poursuit son entreprise de démolition mais Wiggins lui répond du tac-au-tac. C’est encore lui, toujours à 3-points, qui donne 19 points d’avance (77-58). LaVine l’imite juste derrière pour passer l’écart à +22 (80-58). Il reste encore cinq minutes à jouer dans le quart-temps et Atlanta est à l’agonie !

Les Wolves déroulent leur basket, et encore sur un 3-points, Shabazz Muhammad flirte avec les 30 points d’écart (86-58). Les Hawks sont en perdition, et l’écart se stabilisera entre 25 et 29 points au début du money time. Minnesota lâchera finalement prise dans le « garbage time », permettant au banc d’Atlanta de ramener l’écart dans des proportions un peu moins humiliantes

MEDIA

Facebook login by WP-FB-AutoConnect