Home » Sénégal » Tourisme

Tourisme

Réhabilitation de ses vieux bâtiments: la commune de l’Ile de Gorée fait sa mue

Le secrétaire général du ministre de la Culture a procédé jeudi à une visite des chantiers de Gorée pour se faire une idée de l’état d’avancement des travaux dans plusieurs sites de l’île selon le journal Le Quotidien dans sa livraison de ce vendredi. On niveau de la place du gouverneur, on sent nettement le neuf. Au début de 2016, la place était pleine de sable, le dallage n’existait pas encore. Désormais cette place du gouverneur retrouve du sang neuf et le visage hideux de Gorée ne sera qu’un vieux souvenir pour Me Senghor. Le ministère de la Culture, le bureau régional de l’Unesco et l’ambassade du Japon ont entrepris avec la mairie la réhabilitation des vieux bâtiments dont l’ancien siège du syndicat d’initiative du tourisme, la place du marché, la maison Jules Basse jumelée à la maison de la femme. Les travaux prendront fin en mai prochain.

Media7.Info

LE SÉNÉGAL VA ABRITER LA 3E ÉDITION DE LA CONFÉRENCE INTERNATIONALE SUR L’ÉMERGENCE DE L’AFRIQUE EN 2019

 Le Sénégal va abriter, en 2O19, la troisième édition de la Conférence internationale sur l’émergence de l’Afrique (CIEA) a annoncé le président ivoirien Alassane Ouattara.
M. Ouattara présidait la deuxième édition du CIEA, mardi, à Abidjan, en présence de ses homologues Macky Sall (Sénégal), Alpha Condé (Guinée) et Ellen Jonshon Sirleaf (Libéria).
 « Le Sénégal a réussi son modèle du Plan Sénégal émergent (PSE) qui est un modèle de développement auquel on peut s’inspirer », a déclaré le président ivoirien.
 « Je voudrais féliciter le président Macky Sall d’avoir adapté le PSE aux réalités sénégalaises parce qu’il ne faut pas tenter de reprendre ce qui a été fait ailleurs. Il faut adapter les plans et les propositions d’émergence, à notre contexte socioculturel. Ceci est essentiel », a soutenu Alassane Ouattara.
 « C’est ce que nous avons essayé de faire en Côte d’Ivoire en commençant, avec la sortie de crise, à mettre en place un programme présidentiel d’urgence qui a essayé de traiter les questions urgentes liées à la crise », a souligné le président ivoirien, avant d’inviter les pays africains à faire en sorte que « la croissance profite au plus grand nombre ».
 « Nous devons pousser plus loin pour que le contient africain puisse avoir une croissance plus forte et des performances raisonnables », a-t-il dit.
 Selon Alassane Ouattara, l’édition 2017 de la Conférence internationale sur l’émergence de l’Afrique, axée sur le thème de ’’la mise en œuvre des plans d’émergence », devrait contribuer à la mise en œuvre des recommandations de la 1ère édition.
 Cette rencontre était l’occasion pour les chefs d’Etat présents à cette plateforme d’échanges, de présenter chacun leur modèle de développement.
De l’envoyée spéciale de l’APS : Sokhna Bator Sall 

IMAGES/VIDEO: Suppression des taxes sur les appels en fin mars : Sept pays africains dont le Sénégal concernés

Les ressortissants sénégalais établis au Togo, de même que les togolais du Sénégal mais aussi la Côte d’Ivoire, Guinée Conakry, Burkina Faso le Mali et la Sierra Leone vont pouvoir recevoir et émettre des appels sans payer les frais de roaming ou coûts de communication à compter de ce 31 mars 2017. Un accord de coopération vient d’être signé par les deux pays aujourd’hui. Une signature de protocole qui a eu dans les locaux de l’Autorité de régulation des télécommunications et des postes (ARTP) en présence du ministre sénégalais des Télécommunications et des Postes Yaya Abdoul Kane de son homologue togolais Mme Cina Lawson ministre en Charge des Télécommunications et du directeur général de l’ARTP Abdou Karim Sall.

« Le Free roaming qui va entrer en vigueur le 31 mars 2017 va permettre pour ceux qui sont en déplacements dans les six pays signataires du protocole dont le Sénégal et la Togo recevront des appels sans pour autant payer  le coût de la Communication et émettre des appels comme s’ils étaient dans leur propre pays. C’est un avantage considérable pour nos concitoyens qui va surtout faciliter l’intégration électromagnétique ». Ces déclarations sont du directeur  général de l’Autorité de régulation des télécommunications et des Postes Abdou Karim Sall.

Selon le directeur général de l’Autorité de régulation des Postes et des Télécommunications (ARTP), «  l’objectif recherché est de permettre en place un seul réseau le « one area network » qui va compter six pays afin de procéder à la libre circulation électromagnétique en levant les coûts de communications des ressortissants des six pays », poursuit Mr Sall.
Pour sa part la ministre Togolaise Cina Lawson en charge des Télécommunications a magnifié cet accord qui lie son pays et le Sénégal et qui va dans le sens voulu par les chefs d’Etats des pays de la sous-région pour une meilleure intégration en enlevant les barrières tarifaires en matière de communication. Ajoutant que cette signature va dans la direction d’une baisse des coûts de communication mais aussi d’une bonne intégration africaine pour avoir un continent intégré », soutient Mme Cina Lawson.

La sous-région sera un seul réseau, « nous avons reçu les instructions de nos autorités, pour à travers le « free roaming », permettre à la communauté Ouest africaine, et tous les citoyens de se déplacer librement sans pour autant faire face à une charge supplémentaire dans le domaine de l’utilisation des télécommunications », poursuit-elle.

Venu présider la cérémonie de signature le ministre Yaya Abdoul Kane a salué cet  accord de coopération entre les deux pays tout en précisant que « cela va dans le sens de la politique mise en place par les chefs d’Etats et de gouvernements des pays de la sous-région ouest africaine pour permettre une meilleure circulation des personnes et des biens mais aussi une intégration à travers la suppression des barrières tarifaires en matière de téléphonie ».

Ainsi hormis le Sénégal et le Togo, quatre autres pays dont la Côte d’Ivoire, Guinée Conakry, Burkina Faso le Mali et la Sierra Leone ont décidé de s’unir afin de faciliter la mobilité des populations à travers les TIC et de favoriser l’intégration régionale par la matérialisation du « free roaming à compter du 31 mars 2017».

img_1614 img_1615 img_1616 img_1619 img_1621

Wagane Faye (Stagiaire)

IMAGES: THIOME-LAYE

UN RESPONSABLE ÉVOQUE L’ÉMERGENCE ’’D’AUTRES FORMES DE TOURISME »

Thiès, La mise en œuvre de projets de développement tels que le Programme d’urgence de développement communautaire (PUDC) devrait contribuer ’’à favoriser l’émergence d’autres formes de tourisme’’, dont celle dite communautaire, a soutenu Abdou Mboup, conseiller technique à la présidence de la République.
La mise en œuvre de projets et programmes de développement, dont le PUDC permet « de rendre accessibles plusieurs localités, avec la construction de 3050 kilomètres de pistes rurales, une perspective qui participe de « l’émergence d’autres formes de tourisme dites communautaires », a-t-il déclaré.
M Mboup s’exprimait jeudi à Thiès, à l’ouverture officielle de la 5e édition du Salon sénégambien du tourisme et de l’artisanat (SSTAR), à l’initiative de l’Organisation nationale pour l’intégration du tourisme sénégalais (ONITS), en partenariat avec l’association des PME de la Gambie.
Avec l’acte 3 de la décentralisation et le développement de nouveaux pôles intégrés, le déroulement de programmes de requalification de sites existants devrait participer au renforcement et au développement d’offres « très attrayantes comme le tourisme balnéaire, l’écotourisme, le tourisme religieux et celui d’affaires », toutes choses qui concourent à l’émergence d’un « tourisme de qualité », a expliqué Abdou Mboup.
Il a également évoqué certaines mesures décidées par le gouvernement, dont des dispositions juridiques et fiscales nécessaires au développement du tourisme, à travers notamment la création d’un Fonds d’impulsion des activités touristiques et la mise en place d’un cadre réglementaire accordant aux entreprises touristiques installées dans la région sud Casamance (sud), un statut fiscal spécial pour une durée de 10 ans.
Il a par ailleurs encouragé les acteurs du tourisme à travailler à la mise en place d’une « nouvelle offre touristique bien diversifiée’’, pour que la destination Sénégal puisse davantage s’orienter vers le tourisme sénégalais.
De même, le Sénégal et la Gambie, à travers les acteurs du tourisme des deux pays, doivent réfléchir sur un modèle de partenariat public-privé devant permettre « la mise en œuvre de grandes actions de promotion touristique ».
« La région de Thiès abrite les plus grandes infrastructures touristiques du Sénégal, avec l’AIBD, la station balnéaire de Saly Portudal, les sites de Toubab Dialaw, Warang, Nianning, Mbodiène, Pointe Sarène, Somone, Ngaparou, Warang et la cité religieuse de Tivaouane, entre autres », a-t-il signalé.
Le président de l’ONITS, Doudou Gnagna Diop, s’est lui réjoui de la « forte présence » des acteurs du tourisme à l’ouverture de l’édition 2016 du Salon sénégambien du tourisme, renforcée par la présence d’artisans de la Gambie et du Sénégal.
Selon M. Diop, cette donne permettra de vulgariser davantage le concept de tourisme participatif dans les deux pays, ce qui passe par « une forte implication des populations ».
SOURCE: NEWS

Allemagne : Les 3000 Sénégalais menaçaient d’expulsion obtiennent un sursis

Leur situation avait alerté l’opinion et poussé la diplomatie sénégalaise à de belles contorsions pour essayer de démentir l’information. En vain. La médiatisation de l’affaire a peut-être payée.

Les 3000 Sénégalais menacés d’expulsion d’Allemagne peuvent pousser un ouf de soulagement. Car, les autorités de ce pays ont annulé les convocations à Munich qu’elles leur avaient adressées le 8 novembre. Cette mesure devait vraisemblablement précéder leur expulsion.

Pour justifier ce rétropédalage, la police fédérale allemande a simplement indiqué que la délégation de l’ambassade du Sénégal en Allemagne, qui devait assister aux auditions, à renoncer « à la dernière minute » à y participer. Sans davantage de précision.

Les Sénégalais concernés exultent, mais se veulent prudents. Ils soulignent que les autorités allemandes leur a indiqué qu’une nouvelle date pour les auditions sera retenue ultérieurement. Donc, ils sont en sursis.

 

(Source : News

L’activité touristique à  » un tournant important »

L’activité touristique sénégalaise se trouve à une étape importante de son développement, marquée par la volonté des pouvoirs publics d’en faire un des leviers de la croissance économique, a souligné, lundi, à Mbour, la ministre du Tourisme et des Transports aériens, Maïmouna Ndoye Seck.
La politique touristique définie par le président Macky Sall fait du tourisme « un secteur essentiel » du Plan Sénégal émergent (PSE), a-t-elle déclaré à des journalistes, au terme d’une visite qui l’a menée au Lac Rose (Rufisque) et à Somone (Mbour, ouest).
Cette visite s’inscrit dans le cadre des descentes périodiques de la ministre du Tourisme sur le terrain, pour écouter et échanger avec les différents acteurs, en vue de mieux asseoir la mise en œuvre des politiques dédiées à ce secteur.
« Dans le cadre de cette mise en œuvre, nous avons développé plusieurs projets visant à relancer le tourisme, un secteur porteur en termes de création d’emplois, de richesses et de devises pour notre économie », a dit Maïmouna Ndoye Seck, non sans reconnaître que ce secteur qui a connu « des années fastes », est actuellement confronté à « des crises ».
« Avec des évènements comme la récession économique mondiale, des fléaux comme la maladie à virus Ebola, l’insécurité dans certains pays frontaliers, le tourisme a connu un déclin », a relevé la ministre du Tourisme et des Transports aériens.
« Après plusieurs mesures mises en œuvre, notamment la suppression du visa à l’entrée, la réduction de la redevance pour réduire le coût de la destination, etc., nous avons noté un regain », a-t-elle dit.
Selon Mme Seck, « la tendance a été inversée depuis l’année dernière », permettant « une croissance positive » en termes d’arrivées de touristes. « Nous dépassons maintenant le million de touristes », s’est-elle réjouie.
La ministre du Tourisme a dit que cette visite lui avait permis de partager avec les acteurs sur les mesures additionnelles prévues au profit du secteur, telle que la mise en place de nouveaux mécanismes de financement.
Elle s’est dite prête à accompagner la zone de la Somone, une des pionnières du tourisme balnéaire sur la Petite-Côte sénégalaise, pour « une meilleure valorisation de ses potentialités ».
Dans le contexte actuel de développement du tourisme de découvertes, la Somone, grâce à sa « biodiversité splendide » et les richesses naturelles de sa réserve, « peut occuper une place parmi les destinations privilégiées des touristes », a relevé Mme Seck.
Elle a profité de son périple pour présenter aux acteurs concernés, le projet de zones touristiques intégrées (ZTI), qui devrait contribuer à améliorer l’offre touristique de la Petite-Côte, à travers l’aménagement de nouvelles stations touristiques et la requalification et la restauration des plages de Saly-Portudal.

Auteur: Aps – APS

Persécutions : le Forum civil demande une loi pour la protection des lanceurs d’alerte

Le Forum civil se dresse en défenseur des lanceurs d’alerte et des fonctionnaires persécutés par le régime de Macky Sall.
Dans une déclaration, le Forum civil constate pour le regretter, l’évolution de plus en plus conflictuelle des rapports entre l’Etat, les partis politiques et les citoyens sur des questions essentielles. Pour l’organisation de lutte pour la transparence dans la gestion des affaires publiques, cette dynamique assez heurtée entre les acteurs de la gouvernance publique révèle une dissonance profonde entre la société et l’Etat, qui est censé représenter cette dernière. Ainsi l’action de l’Etat devrait évoluer en  harmonie avec les normes édictées au niveau communautaire. Au contraire, le Forum civil note plutôt une réelle résistance de l’élite dirigeante du pays à traduire en acte ces possibilités de changements dans le mode de gouvernance. Les lanceurs d’alertes, notamment Ousmane Sonko, le commissaire Keïta, le colonel Ndaw symbolisent par leur engagement, les fortes attentes de la population en matière d’amélioration du système de gouvernance et de bannissement des malversations des deniers publics. Au lieu de sanctionner les lanceurs d’alertes, le Gouvernement est invité à mettre en place un groupe de travail regroupant les représentants du Parlement, de l’administration, du secteur privé et de la société civile pour élaborer des projets de lois relatifs à l’accès à l’information et à la protection des lanceurs d’alertes en lieu et place d’une approche de confrontation.
Ne quittons pas le Forum Civil qui demande à l’Etat de renoncer à la procédure contre Ousmane Sonko, en contribuant à pacifier davantage l’espace public par des mesures consensuelles et profitables à tous les segments de la Nation. Mouhamadou Mbodji et ses camarades saluent par ailleurs, la démarche prudente de l’Etat, en privilégiant une mesure conservatoire de suspension d’Ousmane Sonko qui ne peut être que provisoire et ne peut dépasser 4 mois. Toutefois, les dirigeants  du Forum civil invitent le Gouvernement à plus de sérénité et d’ouverture vis-à-vis des citoyens et à faire preuve de pédagogie pour encourager les citoyens à assumer leurs nouveaux rôles de vigie de l’intégrité dans la gouvernance des affaires publiques. A cet effet, le Forum civil invite les citoyens à se mobiliser et à exercer pleinement ces nouvelles responsabilités que la Constitution leur confère.

Média

Les derniers pèlerins arrivent à Dakar à partir de lundi (officiel)

Les pèlerins restés en Arabie Saoudite arriveront lundi et mardi à Dakar par la compagnie saoudienne Flynas, a t-on appris, dimanche, de la Cellule de crise et d’appui psychologique des pèlerins.

Selon un communiqué transmis à l’APS, la cellule informe avoir reçu ’’le dernier programme de vols réaménagé de la compagnie Saoudienne de transports aériens FLYNAS qui , en vertu de l’Accord sur le transport aérien du Haaj, doit transporter 50% des pèlerins Sénégalais’’.

Un premier vol arrivera lundi à Dakar à 20 heures et un second est attendu mardi à 20h.
Par ailleurs, la prise en charge des pèlerins est assurée aussi bien pour l’hébergement que pour la restauration et un montant de 150 rials saoudiens par pèlerin est octroyé par l’État du Sénégal, selon la Cellule.

APS

Retour des pèlerins de la Mecque : Senegal airlines perturbe le calendrier

 Des retards seront à noter sur certains vols retour du pèlerinage à la Mecque, a annoncé mardi la compagnie Senegal airlines. Dans un communiqué reçu à l’Aps, la compagnie explique que ces retards «sont consécutifs à la programmation des vols au niveau de Djeddah et concernent uniquement les opérations de Flynas (compagnie aérienne saoudienne)».

Sont notamment «impactés» le vol N°5 du privé initialement prévu pour un départ de Djeddah le 2 octobre à 1h 00 (Gmt+3) du matin et le vol N°1 du gouvernement initialement prévu pour un départ de Djeddah le 3 octobre à 1h 00 (Gmt+3) du matin. La compagnie a annoncé que le programme réaménagé est d’ores et déjà mis en place et débutera à compter de lundi. Le communiqué signale que 5 vols du privé ont déjà été correctement effectués et que tous les autres vols opérés par Senegal airlines seront assurés selon le programme initial.

Ethiopian Airlines co-organisatrice des Rencontres Afrique sur les Infrastructures Aéroportuaires

COMMUNIQUÉ DE PRESSE Ethiopian Airlines co-organisatrice des Rencontres Afrique sur les Infrastructures Aéroportuaires & la MRO aviation 22 septembre 2015 Ethiopian Airlines co-organise les Rencontres sur les Infrastructures Aéroportuaires & la MRO (Maintenance Réparation et Révision) de l’Aviation (AIMA) qui se tiennent à Addis-Abeba, en Ethiopie, du 22 au 24 septembre 2015. Plus de 250 participants du monde entier sont attendus. Parmi eux figurent les professionnels du secteur, dont les plus grands acteurs de la MRO, les experts en matière de technologie et de design des infrastructures aéroportuaires. En plus d’être l’hôte, Ethiopian est également le transporteur officiel de ces rencontres AIMA en Afrique, et offrira aux participants des tarifs réduits et des vols directs en provenance des cinq continents. Les participants à la rencontre vont représenter quelque 250 entreprises de 25 pays, créant ainsi une opportunité d’affaires unique en son genre pour trouver de nouveaux partenaires, explorer de nouveaux marchés et interagir avec des sociétés internationales intervenant dans la MRO (Maintenance Réparation et Révision) et la formation. « L’implication du département MRO d’Ethiopian dans l’organisation d’événements aussi importants, liés aux MRO en Afrique, ne cesse d’augmenter au fur et à mesure que nous devenons le premier fournisseur de services MRO sut le continent. Par conséquent, nous sommes heureux de constater que de plus en plus d’opportunités de rassembler tous les intervenants sont créées à Addis-Abeba », a déclaré M. Zemene Nega, Directeur Général du département d’Ethiopian MRO. « Notre participation à cette réunion nous donne un avantage supplémentaire pour partager les meilleures pratiques et nouer de précieux contacts avec des clients potentiels », a ajouté M. Samuel Assefa, Directeur Général du Centre de Formation aux Métiers de l’Aviation d’Ethiopian. Le département MRO et le Centre de Formation aux métiers de l’Aviation d’Ethiopian sont des unités commerciales stratégiques de la compagnie aérienne, certifiées par l’Autorité éthiopienne de l’Aviation Civile, l’Agence Européenne de la Sécurité Aérienne (AESA), le programme Safety Audit de l’IATA (IOSA) et l’ICAO TRAINAIR Plus Programme. A propos d’Ethiopian Ethiopian Airlines (« Ethiopian ») est la compagnie aérienne ayant la plus forte croissance en Afrique. Depuis près de 70 ans qu’elle mène ses opérations, Ethiopian est devenue l’un des principaux transporteurs aériens du continent, inégalée dans l’efficacité et la réussite opérationnelle. Ethiopian se taille la part du lion du réseau de passagers et de fret panafricain, exploitant la flotte la plus jeune et la plus moderne avec plus de 90 destinations internationales à travers les cinq continents. La flotte d’Ethiopian comprend des avions ultra-modernes et respectueux de l’environnement tels que le Boeing 787, le Boeing 777-300ER, le Boeing 777-200LR, le Boeing 777- 200 Freighter et le Bombardier Q-400 à double cabine. En fait, Ethiopian est la première compagnie aérienne en Afrique à posséder et exploiter ces avions. Ethiopian est en train de dérouler actuellement un plan stratégique sur 15 ans appelé Vision 2025, qui la verra devenir le premier groupe d’aviation en Afrique avec sept centres d’affaires : Ethiopian national et régional ; Ethiopian Passagers internationaux ; Ethiopian Fret ; Ethiopian MRO ; le Centre de Formation Ethiopian ; le Service Traiteur Aérien d’Ethiopian ; Ethiopian Services au Sol. Ethiopian est une compagnie aérienne maintes fois primée et qui a enregistré une croissance moyenne de 25 % au cours des sept dernières années.

Pour plus d’informations sur ce communiqué de presse, merci de contacter :

Responsable Relations Publiques et Publications Ethiopian Airlines Tél. : (251-1) 517-84-07/656/165/913/529

publicrelations@ethiopianairlines.com

www.ethiopianairlines.com

www.facebook.com/ethiopianairlines www.twitter.com/flyethiopian

Facebook login by WP-FB-AutoConnect