Home » Sénégal » Religion

Religion

Urgent: Déclaration du Khalif général des Mourides Par la voix de Serigne Mountakha Bassirou

Ce qu’a dit Serigne Bass Abdou Khadre devant Wade à Touba

CHIEKH BASS SUR WADE :  » À Touba, nous ignorons l’ingratitude… En 2012, il a refusé de solliciter le ndiguel salvateur du Khalife… En 12 ans, je ne lui ai exposé de service qu’à 2 reprises ‘

Après avoir été reçu par Serigne Abô Falilou Mbacké, Abdoulaye Wade s’est rendu ce jeudi après-midi, chez Cheikh Bass Abdou Khadre Mbacké à Guédé. Occasion saisie par le porte-parole du Khalife Général des Mourides pour apporter certaines précisions par rapport aux rumeurs qui ont laissé entendre que Touba avait lâché l’ancien Chef de l’État en 2012 ayant abouti à la perte du pouvoir.

Cheikh Bass se voudra clair dans son discours.  » Touba est reconnaissante. À Touba, nous ignorons l’ingratitude  ».  Ainsi reviendra-t-il sur l’excellence des relations qui ont lié Wade aux deux Khalifes pour qui, personnellement, il a fait office de porte-parole.  »  Je ne suis qu’au service de la confrérie mouride et je ne dirai jamais quelque chose sans l’aval du Khalife… Vos relations avec Serigne Bara Falilou et Serigne Sidi Mokhtar sont connues de tous et j’en suis témoin… Vous avez fait 12 ans et je ne vous ai  jamais exposé des préoccupations personnelles sauf à deux reprises. Ce que vous avez fait pour la confrérie, vous l’avez toujours fait en dehors de votre casquette d’homme politique.  »

Revenant sur les rumeurs qui disaient que Touba avait lâché Wade, Serigne Bass choisira de préciser que ce dernier n’avait jamais sollicité de ndiguel en appoint pour sa réélection.
 »En 2012, lorsque les élections étaient à 6 mois de l’échéancier, le Président Abdoulaye Wade m’a appelé pour me dire qu’il n’etait pas question que le Khalife émette un ndiguel en sa faveur et qu’il ne demandait qu’une autorisation. Celle d’ouvrir la campagne à Mbacké. Et ce,  il aura à le dire une deuxième fois. Après le premier tour, des gens ont dit que Touba manquait de reconnaissance vis-à-vis de lui. Madické m’a appelé au téléphone pour me dire la même chose. Deux personnes sont venues lui faire part de leur ambition d’aller auprès du Khalife Général des Mourides et recueillir  ce ndiguel. Il a refusé et m’a fait savoir que pour rien au monde il ne ferait cela, rappelant  que les soubassements de ses relations avec le Khalife étaient de toute autre nature  ».

Parlant au nom de Wade, Me Madické Niang apportera un démenti aux informations selon lesquelles la mosquée était fermée hier à son mentor non sans signaler que c’est Serigne Moustapha Maty Lèye, fils aîné de Serigne Mokhtar qui était d’ailleurs venu pour l’accompagner.

Esthétique Mouride : Modèle de savoir être et de savoir vivre

IMG-20170713-WA0007 IMG-20170713-WA0006 IMG-20170713-WA0005
Une Exposition sur l’esthétique mouride, a été organisée ce jeudi 13 juillet,  pour la première fois,  à la galerie nationale de Dakar par le ministère de la culture. L’objet de cette exposition était de  montrer les caractéristiques vestimentaires, culturelles et  aussi les outils  du Mouridisme.
Selon Souleymane Ngom, secrétaire permanent  de la commission littéraire des mourides, cette exposition a été organisée sous  l’accord ou « ndiguel »,  du khalife général des Mourides, qui a dit :« nagouna ko, ndegène ko yatal té wééru ko », autrement dit, il faut élargir le projet, y associer tout le monde, le rendre inclusif et aussi le pérenniser.
 La dite exposition sur l’esthétique  Mouride, s’est faite sur la base de sept grandes thématiques à savoir : la vêture et les accessoires mourides, composés de  l’habitat et l’architecture, les « barkelu » (objets symboliques, précieux et aussi historiques qui appartenait au cheikh Ahmadou Bamba khadim Rassoul) enfin vient la thématique la plus importante, il s’agit éventuellement de La littérature  et la poésie « wolofal » Mouride.
Mamadou Diouf, écrivain en langue nationale, à durant cette exposition, fait une intervention pour parler de deux grands écrivains et poètes wolof que sont Serigne Moussa ka et Serigne Mbaye Diakhaté. « Ces écrivains, ont une très grande production en langue nationale Wolof. L’essentielle de leur œuvre repose sur le besoin d’affirmation de l’identité culturelle et l’aspiration à l’élévation spirituelle, a travers l’œuvre et la vie de Cheick Ahmadou Bamba », affirme Monsieur Mamadou Diouf.
La galerie Nationale n’as pas été le seule site d’exposition de l’esthétiques mouride, car le grand théâtre de Dakar et le village des arts de cette même région, ont eux aussi accueilli cet événement.

Le secrétaire permanent de la commission de littérature Mouride, monsieur Souleymane Ngom, nous a informés du tenu d’un prochain Panel, prévu pour le Samedi 15 juillet.

 

ROSE NDJOLI Media7.Info

 

Islam : une trentaine de religieux et d’intellectuels entame une « marche des musulmans contre le terrorisme »

Samedi, une trentaine de personnes ont entamé une marche des musulmans contre le terrorisme. Jusqu’au 14 juillet, ils vont visiter la plupart des lieux touchés par des attentats.

Samedi 8 juillet, une trentaine de musulmans ont lancé une marche contre le terrorisme. Ils sont partis en bus des Champs-Élysées à Paris, pour se rendre sur les lieux touchés par des attentats à travers toute l’Europe. Berlin,NiceSaint-Étienne-du-Rouvray… ce tour d’Europe s’achèvera le 14 juillet devant le mur de la Paix à Paris. Cette initiative a été lancée par l’imam de Drancy, Hassan Chalghoumi, et l’écrivain Marek Halter. L’objectif est de favoriser le dialogue interreligieux.

Parmi les musulmans qui participent à cette marche, des intellectuels, des universitaires et des imams. Tous montent dans le même bus blanc pour porter leur message. Certains viennent de loin, comme Mohamed Sadiq, imam aux Pays-Bas. « On va parcourir 4 000 kilomètres pour dire au monde ‘N’ayez pas peur de l’islam, soyez ouverts et vous verrez que nous ne sommes pas des terroristes’. »

Envoyer un message de paix aux autres religions

Pour faire passer ce message, tout une équipe de communicants fait en sorte de mettre en avant l’opération auprès des journalistes. Pour Bouna Djakabi, imam d’Epinay-sur-Seine, une telle opération était nécessaire. « On aurait dû le faire plus tôt », ajoute-t-il. Il veut que les musulmans affichent leur volonté à l’opinion nationale et internationale.

Ils ont fait tellement de victimes que maintenant on ne peut plus s’asseoir les bras croisés

Bouna Djakabi, imam d’Épinay-sur-Seine

à franceinfo

Le Conseil français du culte musulman n’a pas souhaité participer à l’événement. L’institution dénonce régulièrement la légitimité de l’imam de Drancy, trop porté selon elle sur les coups médiatiques. D’après Kamel Omrane, imam et professeur à l’université de Tunis, peu importe les divisions. L’essentiel est d’envoyer un message symbolique au monde. « Ceux qui refusent ont le droit, justifie-t-il. Si on veut faire passer notre message, on doit le faire à traveres le symbolique et le symbolique est ancré dans l’esprit des gens. » 

 

 

 

SAINT LOUIS : IMAM DIALLO INSISITE SUR LA MORALE

L’Imam Ratib de Saint-Louis, Cheikh Sidy Ahmed Tidiane Diallo, a insisté sur le respect de la morale, lundi, dans son sermon de la prière de l’Aïd el fitr, marquant la fin du ramadan,

Il a invité les musulmans à bannir la médisance, la méchanceté, l’hypocrisie et la recherche effrénée de biens matériels sur terre, ce qui est ‘’contraire’’ à la morale et aux principes de l’islam.

L’imam ratib s’exprimait devant de nombreux fidèles dont le gouverneur de la région de Saint-Louis, Alioune Aïdara Niang, le maire de la ville ville, Mansour Faye, etc.

Imam Diallo a dénoncé les comportements contraires à la morale, fustigeant une société dans laquelle ‘’les nantis font la loi tandis que les pauvres croupissent dans la misère’’.

Il a appelé à une société ‘’plus solidaire, plus juste et plus équilibrée, où le partage des avoirs devient la règle’’. A ce propos, il a indiqué que ‘’les musulmans doivent suivre les règles, la sounah et les bons comportements enseignés par le prophète Mohamed (PSL)’’.

Abordant l’actualité, l’imam a invité au respect du jeu démocratique en perspectives des élections législatives du 30 juillet.

Il a plaidé pour l’élection de députés ‘’dignes, dotés d’une bonne moralité afin de représenter le peuple et ses intérêts exclusivement’’ à l’Assemblée nationale.

Le guide religieux a en outre, présenté ses condoléances suite aux décès de Serigne Moustapha Cissé, khalife de Pire, de Serigne Alioune Mbacké, fils de Serigne Cheikh Gaindé fatma, et de l’ancien premier ministre, Habib Thiam.

aps

SERIGNE SIDI MOKHTAR AUX POLITIQUES EN PARTICULIER :  » Vous ne jouirez jamais tranquillement de ce que cherchez en connaissance, richesse et poste électif, tant que la crainte révérencielle n’enveloppe pas votre manière de chercher ‘

omme à l’accoutumée, le Khalife Général des Mourides a pris part à la prière de l’Aïd-El Fitr honorée sur la place habituelle qui jouxte la grande mosquée. Les deux rakas, dirigés par Serigne Fallou Mbacké Abdou Khadre, a enregistré la présence de l’essentiel des Khalifes des grandes concessions de la communauté.

Dans son khoutba transmis par l’Imam, Serigne Sidi Mokhtar Mbacké s’est visiblement intéressé aux futures joutes électorales, même s’il s’est gardé de prononcer les termes hommes politiques et élections. C’est toutefois en des termes suffisamment clairs qu’il s’est adressé à la classe politique dans la première partie de son discours. Le patriarche de Gouye-Mbind a, en effet, requis la crainte révérencielle dans la manière de pourvoir tout gain, bénéfice et autres privilèges.

 » L’ Aïd-El-Fitr est un moment de ferveur et de bonheur. Je rends hommage aussi à toute la communauté musulmane… Je tiens à rappeler toute la solennité du mois que nous venons de boucler. Il nous a permis de nous rappeler que tous nos actes doivent avoir comme soubassement la crainte révérencielle. Les gains tirés de nos activités ne nous serviront jamais tant que nous n’avons pas d’égard aux recommandations divines, quel que soit l’objectif visé. Qu’il soit la connaissance, la richesse ou le pouvoir qui découle d’une élection ! Il ne faut jamais chercher le profit ou le privilège en passant par les voies interdites. Cherchons à atteindre nos objectifs en disant la vérité et en craignant Dieu qui, Seul, exauce nos vœux. Tout ce que nous voulons obtenir, obtenons-le en empruntant les voies autorisées!  »

Le Khalife de faire un clin d’œil à la presse sur la nécessité de divulguer des informations utiles au détriment de celles capables de créer des frustrations non nécessaires. Il invitera les musulmans à s’acquitter du paiement de leurs dettes non sans oublier de mentionner l’obligation pour le musulman de sortir la zakat.  » La zakat-al -fitr est une nécessité pour le jeûneur. Elle purifie nos cœurs et participe à la validation de notre abstinence.  »

Serigne Sidi Mokhtar Mbacké ne manquera pas de s’adresser aux populations de la cité religieuse en les invitant à surveiller leurs comportements au quotidien.  » Nous qui habitons Touba, ou vous qui êtes venus pour des raisons personnelles, je vous rappelle l’obligation que nous avons à respecter les prédictions de l’islam, à veiller au comportement et au port vestimentaire décent.  »

Plusieurs personnalités religieuses ont pris part à la prière. C’est le cas de Serigne Abô Falilou Mbacké, Serigne Bass Bara Mbacké, Serigne Cheikh Bass Abdou Khadre Mbacké
Le Khalife est arrivé à 10h 44 minutes, accompagné des membres de sa cour  dont Serigne Cheikh Thioro Mbacké et Serigne Cheikh Bara Maty Lèye en particulier. La prière à démarré à 10h 49 minutes…

SAGN BAMBARA FÊTE LA KORITÉ CE DIMANCHE – Cheikh Mouhidine Samba Diallo brandit ses diplômes d’astronome

Reconnu comme étant l’un des premiers grands experts Sénégalais en matière d’astronomie, Cheikh Mouhidine Samba Diallo a décidé, avec ses talibés, de célébrer la korité ce dimanche au moment où toutes les autres grandes familles religieuses du Sénégal se sont résolues à rompre le mois de Ramadan lundi prochain. Le chef religieux, fondateur de Sagn Bambara, vient de donner le ndiguel. Il brandit deux arguments essentiels. D’abord ses qualités d’astronome ne lui permettent pas d’ignorer  » une lune qui est résolument apparu  », ensuite la certitude qu’il a que celle-ci a été aperçue en France et en Arabie Saoudite.

Sagn Bambara est une cité religieuse fondée non loin de Kaoalack derrière Kabatoki et Sibassor. Elle date des années 60 sur ordre du gouverneur de la région d’alors qui avait décidé de déloger les Bambaras vers Sing-Sing.

DERNIÈRE MINUTE : Rappel à Dieu de Serigne Moustapha Cissé, le Khalife Général de Pire

Nous venons d’apprendre à l’instant la triste nouvelle! Serigne Moustapha Cissé, le Khalife général de Pire vient d’être rappelé à Dieu à Dakar, plus précisément à Sacré-Coeur.
Toute l’équipe de MEDIA7 s’associe à cette douleur et présente ses condoléances à la famille éplorée, à la Oumah Islamique et à toute la population de Pire.

Le premier ministre, Mouhamed Boun Abdallah lors de sa visite ce vendredi chez les Layennes << Si nous perdons les élections, Diouf Sarr et moi..>>

Tête de liste nationale de la coalition Benno Bokk Yakaar, le premier ministre Mouhammed Boun Abdallah s’est rendu ce vendredi à Yoff pour solliciter les prières du khalife général des Layennes, Cherif Abdoulaye Thiaw Laye en direction de la campagne électorale en vue des législatives dont la date démarrage est fixée le 09 juillet prochain.  « Notre visite à Yoff renforce notre confiance en vue des Législatives. », a déclaré le Pm qui félicite le ministre Diouf Sarr  d’avoir facilite cette visite au niveau de la famille du Khalife général des Layennes. « Si nous perdons les élections, ce serait une honte pour Diouf Sarr et moi. Si le ministre Diouf perd Yoff et connaisse le même sort à Gossas, mon fief, cela  ne ferait pas plaisir. On aura honte de regarder le président Macky Sall droit dans les yeux. Que Dieu nous en préserve. Les élections législatives constituent pour moi un examen blanc de 2019, si on le réussit, on réussira en 2019 aux présidentielles. », indique la tête de liste nationale de Bby.  » On a choisi de venir aujourd’hui qui est le dernier vendredi du mois de Ramadan et le premier après Layatoul Hadry. Si le président de la République ne disposait que trois amis parmi les ministres, Serigne Seydina en ferai  parti. . Si on gagne et qu’on n’a pas la paix, ça ne servira à rien. Serigne Seydina est sérieux. Notre sollicitons vos prières. », ajoute le premier ministre qui a effectué la prière du vendredi à Yoff. Cette visite s’est déroulée en présence des maires de Ngor, de Malika, de Yoff et des responsables politiques de l’Apr issus des sept pencs.

Media7.Info

Facebook login by WP-FB-AutoConnect