Home » Sénégal (page 20)

Sénégal

TOUBA – La communauté Baay-Fall en deuil

Serigne Moustapha Faty Kâne Fall, fils de Serigne Modou Moustapha Fall, premier khalife Général des Baay- Fall est rappelé à Dieu en Afrique du sud. Le Saint homme vivait le plus clair de son temps au quartier Palène de Mbacké. Sa disparition a plongé toute la communauté mouride et plus précisément celle des Baay-Fall dans une tristesse immense.

MEDIA7 présente à la famille de Mame Cheikh Ibrahima Fall ses condoléances attristées.

Abdou Guitté Seck envoie du lourd dans l’industrie de la musique sénégalaise : un album de 8 titres

Le chanteur sénégalais  Abdou Guitté Seck a présenté mercredi à Dakar à la presse son nouvel album intitulé ‘’Ndioukeul’’ qui signifie hommage, en (wolof), « fruit d’un travail de longue haleine ».

 

Selon lui : ‘’Il est d’une importance capitale d’interroger mes mélodies, mes arrangements et mes textes pour saisir la substance de mon slogan « danse ma musique et écoute mes paroles »’’, a-t-il dit lors d’un face à face avec la presse.

L’artiste a déclaré  que ‘’son 10e album insiste sur la diversité culturelle, à travers des titres chantés dans les langues pulaar, hassanya et wolof, entre autres’’.

Concernant son nouveau produit, il a précisé qu’il s’agit ‘’d’apprécier la pertinence sonore et textuelle de l’album pour y entendre un message qui se veut responsable’’. Poursuivant son propos, il a fait valoir que

« Je cherche toujours à ce que mes chansons ne soient pas un objet vulgaire de communication, mais un moyen de voir, d’entendre, de sentir et de ressentir le monde ».

Le chanteur souligne que sa musique s’écoute avec l’esprit et le cœur. Il a expliqué que son absence sur la scène musicale ‘’était due à une volonté de prendre un peu de recul, pour mieux revenir’’.

Il a par ailleurs invité l’Etat « à mettre la machine en marche, pour sauver la culture en général et l’industrie musicale en particulier », évoquant « les énormes difficultés pour produire une œuvre musicale’’.

Dans cet album de 8 titres sont abordés plusieurs thèmes, comme l’amour, la protection des enfants, l’hypocrisie, le développement de l’Afrique, mais aussi la protection de l’environnement.

Ce dixième album se veut innovant dans sa promotion avec selon Abdou Guité Seck   ‘’un support innovateur, à travers la commercialisation de l’album sur clé USB pour une meilleure accessibilité du produit en plus du CD disponible’’. Cette rencontre avec la presse a vue la présence des fans club dénommés les ‘’Guité Club’’.

 

Wagane Faye Media7

 

INCENDIE A KEUR MASSAR : Plusieurs magasins et véhicules réduits en cendres

Pendant qu’on parlait de l’incendie qui a coûté la vie à cinq enfants aux Parcelles Assainies, un autre sinistre frappait Keur Massar. En effet, un incendie a ravagé trois magasins et réduit en cendres plusieurs véhicules qui étaient garés dans la zone. Une enquête a été ouverte pour déterminer l’origine des flammes.

MORT PAR ASPHYXIE DE 5 FRÈRES À L’UNITÉ 17 DES P.A : Un destin tragique

es catastrophes continuent de s’abattre sur le Sénégal. Après l’incendie du Daaka (Madina Gounass) et le chavirement tragique d’une pirogue à Bettenty (Foundiougne), une autre tragédie vient de se produire. Il s’agit de la mort par asphyxie de 5 frères (4 filles et un garçon), âgés entre 5 ans et 17 ans. Le drame a eu lieu hier matin à l’Unité 17 des Parcelles Assainies (Dakar).

 

Astou, Fama, Maman Nabou, Bébé Ndèye et Gorgui Diaz. Ces 5 prénoms sont tristement célèbres depuis hier. Issus d’un même père et d’une même mère, ces derniers, tous des mineurs, sont à jamais partis, morts par asphyxie.
Une espèce de bougie, allumée dans la chambre connexe où était leur grand-père, aurait provoqué cet incendie. Les enfants n’ont pas été brûlés. Ils ont respiré la fumée et c’est ce qui a provoqué leur mort. Telle une traînée de poudre, la nouvelle s’est très vite propagée dans le pays.
La maison des « Diaz » est prise d’assaut par les voisins et les curieux. A notre arrivée sur les lieux du drame, les 5 corps des enfants ont été déjà acheminés à l’hôpital par les éléments des sapeurs- pompiers qui sont arrivés un peu tard. Une foule nombreuse s’est amassée devant la demeure des victimes. Les camarades de classe des enfants disparus étaient nombreux sur place et, certains parmi eux étaient inconsolables.
A l’image de Rokhaya Sall, présentée comme la meilleure amie d’Astou, l’aînée des 5 frères disparus. Les yeux larmoyants, elle était loin de se douter que son amie la quitterait de sitôt. A la fleur de l’âge. « Je n’en reviens toujours pas. Nous sommes tout le temps ensemble. Malgré les difficultés de sa famille, Astou était très studieuse et ambitieuse. Tout ce qu’elle voulait, c’est d’obtenir son Bac, trouver un travail pour aider ses parents à sortir de la misère », a témoigné l’élève en classe de première qui, chagrinée, n’a pas pu terminer ses propos.
Rokhaya fond en larmes et contamine ses camarades qui suivaient son témoignage. La tristesse est au summum.
Les heures passent, la foule devient de plus en plus nombreuse. Le quartier est envahi. On dirait que toute la population des Parcelles Assainies s’est rassemblée sur les lieux pour s’enquérir de cette tragique nouvelle. Cependant, tout le monde n’a pas accès dans la maison mortuaire, où les autorités locales, les journalistes et quelques proches parents des victimes sont tout de même autorisés à y fouler pied.
Peinte aux couleurs beige et marron, la maison des « Diaz » est en état de délabrement avancé. Les murs lézardés sont décorés par les photos des chefs religieux de la confrérie Tidiane. La toiture en ardoise, dépareillée par des poteaux en bois, est jointe et vissée. Sur le sol, jonchement des ustensiles de cuisine éparpillés çà et là, des vêtements mouillés, des sceaux, entre autres objets. Les deux premières chambres sont closes. Aucune fenêtre n’est visible dans la chambre où les enfants se trouvaient. C’est une toute petite pièce sans aucune aération.
En effet, l’incendie s’est produit sans la présence de la mère des enfants, en l’occurrence Ndoumbé.
Cette dernière était, tôt le matin, partie chercher un extrait de naissance pour l’un des enfants. hélas, elle ne retrouvera plus ses mômes vivants. En un jour, toute sa famille a été décimée.

Le grand-père des enfants, un ivrogne, serait à l’origine de l’incendie

Mansour, grand-père des enfants, est indexé comme étant l’auteur de l’incendie qui a provoqué la mort des 5 bouts de bois de Dieu. Celui-ci, décrit comme un fou doublé d’un ivrogne, aurait allumé une bougie dans sa chambre qui a pris feu. Au lieu d’éteindre l’ignition afin qu’elle ne se propage pas, il a quitté la maison pour aller prendre sa bouteille de bière dans un bar jouxtant la maison.
« Les enfants étaient dans les bras de Morphée quand le feu s’est déclenché. La chambre était hermétiquement fermée. Ils n’ont pas réussi à l’ouvrir. L’aînée a essayé de joindre par téléphone sa tante, mais cette dernière n’avait pas vu les appels. 15 appels en absence sont affichés sur le portable de sa tante qui les a vus tardivement », a expliqué un membre de la famille qui dit ne pas réaliser jusqu’à présent le malheur qui vient de les frapper.

Ousmane Karbala, père des enfants, en détention provisoire depuis 5 ans

Ousmane Diaz plus connu sous le nom d’Ousmane Karbala est le père des victimes. Il est en détention provisoire à la prison de Thiès depuis 5 ans. Arrêté pour trafic de drogue, il attend toujours son jugement. Ce lundi, il a été attrait devant le prétoire, mais son procès a été finalement renvoyé
jusqu’au mois de juin. Il n’a pas vu et ne verra plus jamais son dernier enfant qui est né quelques mois après son arrestation.
Malgré ses déboires avec Dame justice, Ousmane rêvait toujours de rencontrer sa famille, surtout ses enfants qui grandissaient sans lui. « J’ai entendu que mes enfants sont devenus de grande filles maintenant. J’ai hâte de les retrouver et de les donner en mariage car, elles en ont l’âge maintenant », confiait-il à l’un de ses amis de cellule qui a été libéré.
Aujourd’hui que ses 5 enfants ont disparu, la population en profite pour demander sa libération afin qu’il puisse faire leur deuil. « Nous demandons aux autorités judiciaires de ce pays de lui accorder une liberté provisoire afin de lui permettre d’assister à l’enterrement de ses enfants. Il est en prison depuis 5 ans et il n’a toujours pas été jugé. Le malheur vient de s’abattre encore sur lui. Il ne doit pas être tranquille là où il se trouve.
De grâce, nous demandons sa libération afin qu’il assiste aux obsèques de ses enfants », a sollicité Khadim Diabay. Qui, dans le même sillage, a dénoncé la prolifération des bars clandestins dans leur quartier et l’insécurité qui y prévaut : « des bars sont même construits en face des écoles et des mosquées ». Il demande, sur ces entrefaites, au ministre de l’Intérieur de leur venir en aide pour régenter tout cela.

« Les filles étaient sans problème », témoigne le Directeur d’Ecole

A l’Ecole 17 des Parcelles Assainies où deux des filles étudiaient, les classes sont désertes à cause de la catastrophe qui s’est abattue sur la famille des « Diaz ». Elèves, maîtresses, maîtres et directeur ont abandonné les salles pour aller compatir avec la famille éplorée. Malick Dramé est le Directeur de l’Ecole. Il connaissait les deux filles qui s’étaient inscrites dans son établissement. Ces dernières, selon lui, « étaient travailleuses et sans problème, des enfants très sages ».
Il ajoute : « C’est un événement malheureux. Je suis complètement effondré par cette tragédie. Le fait de les voir partir de cette manière, c’est quelque chose de déplorable ».

Communiqué du Conseil des Ministres du 10 mai 2017

Le Président Macky SALL a réuni le Conseil des Ministres, mercredi 10 mai 2017, à 10 heures, au Palais de la République.

A l’entame de sa communication, le Chef de l’Etat présente les condoléances de la nation à la famille des cinq personnes décédées, suite à l’incendie survenu, le matin, aux Parcelles assainies et demande au Gouvernement de prendre toutes les mesures appropriées pour apporter l’assistance psychosociale requise ainsi que le soutien nécessaire à la famille éplorée.

Revenant sur la célébration du 137e Appel de Seydina Limamou Lahi, le Président de la République adresse ses chaleureuses félicitations à la communauté Layène,  au Khalife général, Serigne Abdoulaye Thiaw Laye et réitère l’engagement du Gouvernement à œuvrer, sans relâche, pour la modernisation des localités et sites religieux de Yoff et Cambérène.

Le Président de la République remercie également les populations des îles du Saloum, pour l’accueil convivial et la grande dignité qu’elles ont manifestés lors de sa visite de condoléances à Bettenty. Il demande au Gouvernement de poursuivre l’assistance sanitaire et sociale aux blessés et d’assurer, dans les meilleurs délais, le recensement ainsi que la prise en charge immédiate des enfants mineurs, déclarés pupilles de la nation.

Dès lors, le Président de la République invite le Gouvernement à renforcer la présence des sapeurs-pompiers, le contrôle au niveau des lieux d’embarquement et de débarquement, à veiller au respect des normes de sécurité des pirogues et des voyageurs, par l’application stricte de l’obligation du port du gilet de sauvetage, dont la campagne nationale de sensibilisation doit être intensifiée.

Le Chef de l’Etat invite enfin le Gouvernement, à engager l’exécution d’un programme de préservation durable des îles et des villes du Patrimoine mondial classé par l’UNESCO. Il lui demande dans ce sens d’accroître les investissements publics au niveau des îles, particulièrement des îles du Saloum et de la Basse Casamance, qui doivent davantage bénéficier, outre de stratégies de désenclavement adaptées, d’infrastructures sanitaires, scolaires, hydrauliques, socio-collectifs et d’une couverture téléphonique appropriées.

Rappelant par ailleurs la place primordiale qu’il accorde à l’autonomisation économique des femmes, le Chef de l’Etat adresse ses chaleureuses félicitations à toutes les femmes du Sénégal, à l’occasion de la Quinzaine nationale de la Femme et engage le Gouvernement à amplifier les financements des projets des femmes, en tenant compte des indicateurs pertinents de développement humain, et des critères d’ajustement favorisant les cibles spécifiques.

Dans cette perspective, le Chef de l’Etat demande au Premier Ministre d’optimiser les impacts socio-économiques des appuis institutionnels et financements publics accordés aux femmes, et de préparer, dans les meilleurs délais, la validation et la mise en œuvre d’une nouvelle stratégie nationale d’autonomisation économique des femmes.

Abordant la gestion préventive des conflits sociaux et la protection des travailleurs, le Président de la République félicite, à nouveau, l’ensemble des travailleurs du Sénégal et leurs représentants syndicaux, pour leur engagement patriotique dans la consolidation de la croissance économique et du progrès social.

Ainsi, appréciant les cahiers des doléances  reçus des centrales syndicales, le 1er mai 2017, le Chef de l’Etat exhorte le Gouvernement et les employeurs, à veiller, en permanence, à l’amélioration des conditions de travail et du pouvoir d’achat des travailleurs de même qu’à leur épanouissement social. A ce titre, le Président de la République rappelle au Gouvernement la nécessité d’entreprendre, avec les partenaires sociaux, dans le cadre d’un dialogue social renforcé, l’accélération de la généralisation de la retraite à 60 ans, l’actualisation et la modernisation de la convention collective interprofessionnelle, ainsi que la signature de nouvelles conventions dans certaines branches d’activités professionnelles, telles que la sécurité privée, les transports aériens, l’enseignement privé, la communication et les médias, l’agriculture et la boulangerie.

Rappelant l’importance primordiale qu’il accorde à la consolidation de la gouvernance des  institutions de prévoyance sociale, le Chef de l’Etat demande au Gouvernement de finaliser, dans les meilleurs délais, le plan d’action consensuel de mise en œuvre des recommandations de la deuxième Conférence sociale portant sur la modernisation des régimes de retraite et d’engager la mise en œuvre pragmatique d’un plan de rationalisation des systèmes de rémunération des agents des secteurs public et parapublic, avec une priorité,  la rémunération axée sur la performance.

Par ailleurs, le Président de la République demande au Premier ministre d’assurer, en relation avec les syndicats et le Patronat, le suivi régulier du paiement des droits des travailleurs des entreprises liquidées ou en liquidation, de même que la situation des entreprises en difficulté.

Le Chef de l’Etat a clos sa communication sur son agenda diplomatique, en informant le Conseil de sa participation, les 3 et 4 mai 2017 à Durban, au Forum économique mondial sur l’Afrique, et de la visite de travail au Sénégal, les 16 et 17 mai, de son homologue du Ghana, Nana Addo Dankwa Akufo-Addo.
Dans sa communication, le Premier Ministre a rendu compte du suivi et de la coordination de l’activité gouvernementale en mettant l’accent sur les conseils interministériels consacrés au retour des pêcheurs de la Mauritanie et à la sécurité alimentaire dans le pays.

Le Ministre de la Santé et de l’Action sociale a fait le point sur l’inauguration de l’Unité de soins ambulatoires aux enfants et adolescents drépanocytaires du Centre hospitalier national d’Enfants Albert Royer de Dakar, financée par la Principauté de Monaco et la célébration de la journée africaine de la drépanocytose.

Le Ministre des Affaires étrangères et des Sénégalais de l’Extérieur a fait le point de la situation africaine et internationale.

Le Ministre de l’Agriculture et de l’Equipement rural a rendu compte du déroulement de la campagne de commercialisation arachidière 2016-2017.

Le Ministre du Travail, du Dialogue social, des Organisations professionnelles et des Relations avec les Institutions a fait le point des statistiques du travail de 2016.

Le Ministre auprès du Président de la République en charge du Suivi du Plan Sénégal Emergent a fait le point sur l’état d’avancement des projets du PSE.

Au titre des textes législatifs et réglementaires, le Conseil a adopté :

  • le Projet de loi modifiant les articles 5,6,7,9 et 13 de la loi n° 2014-26 du 03 novembre 2014 fixant l’organisation judiciaire ;
  • le Projet de loi organique modifiant les articles 75 et 77 de la loi organique n°2017-10 du 17 janvier 2017 portant Statut des magistrats ;
  • le projet de loi portant création, organisation et fonctionnement des Tribunaux de Commerce et des Chambres commerciales d’Appel ;
  • le projet de décret portant application de la loi n°2017-07 du 6 janvier 2017 portant dispositif d’incitation applicable dans les zones économiques spéciales.


Au titre des mesures individuelles, le Président de la République a pris les décisions suivantes :

  • Monsieur Abdourahmane SOW, ancien Ministre, est nommé Président du Conseil d’Administration de l’Office des Lacs et Cours d’Eau (OLAC) ;
  • Monsieur Amadou BOCOUM, est nommé Directeur général de l’Office des Lacs et Cours d’Eau (OLAC) ;


Le Ministre Porte-parole du Gouvernement 

LÉGISLATIVES 2017 : Les recommandations du Président à ses alliés de Benno Bokk Yakaar (DOCUMENT)

13295807-19865329

URGENT : Décès en France de Serigne Saliou Amar, fils ainé de Cheikh Amar

Nous venons d’apprendre de dakaractu la triste nouvelle : Serigne Saliou Amar, le fils ainé de Cheikh Amar est décédé ce matin en France. Les circonstances de ce décès brutal restent encore inconnues… 

Media7 présente ses condoléances à Cheikh Amar et à toute la famille éplorée. 

 

Journée porte Ouverte: le Meer met en avant les réalisations du President de la république

Le Mouvement des élèves étudiants républicains (Meer) ont organisé leur journée porte ouverte sur le Thème  » Quelle stratégie de communication pour la visibilité des réalisations du président Macky Sall? »  Elle  s’est déroulée aujourd’hui à l’allée Balla Gaye de l’université CHEIKH ANTA DIOP de Dakar.  En présence d’une forte mobilisation des étudiants républicains, cette journée porte ouverte s’inscrit  en perspective des élections  législatives prévues le 31 juillet prochain. C’est la raison pour laquelle   le Meer a pris la défense du président Macky Sall dont le bilan est souvent critiqué par l’opposition sénégalaise. C’est pour cela que cette journée porte ouverte a  servi de prétexte  pour mettre  avant les réalisations du président de la république pour lui offrir une majorité absolue aux prochaines législatives de 2017  afin de faciliter au  président  de mener à bien sa mission qui consiste à parachever les gros oeuvres entamés dans le cadre du plan Sénégal émergent (Pse).

MEDIA7.INFO

IMAGES: PAPE NDIAYE

Réclamant l’application de sa plate-forme revendicative Le personnel de l’Ucad exige plus de respect

Le personnel administrative, technique et des services(Pats) issus du syndicat des travailleurs des établissements scolaires et universitaires (Stesu) de l’Ucad affilié à la Cnts demande l’application des points contenus dans leur plateforme revendicative déposée sur la table des autorités le 09 février dernier. Menaçant d’aller en gréve si leur revendication n’est pas satisfaite après les élections de représentativité des centrales syndicales du 30 mai prochain, François Babacar Diop,  secrétaire général du Stesu de l’Ucad de s’en expliquer en conférence de presse.  »  Rien n’est fait. C’est le manque de respect de l’Etat à l’endroit du personnel administrative technique et des services.on est entrain de s’organiser en intersyndicale pour engager le combat pour règlement définitif de notre problème », a déclaré François Babacar Diop dont le syndicat est le seul affilié à l’Ucad à un central syndical à savoir la Cnts dirigée par Mody Guiro. Parmi les 16 points contenus dans cette plate-forme revendicative, le personnel de l’administration de l’Ucad demande que le relèvement de la passion de retraite en intégrant dans l’indice de base les 150 milles francs représentant la prime administrative spéciale. Et la révision des statuts des travailleurs.

Media7.Info

De la «fausse» candidature de Mbaye Diouf Dia au discours démagogique de Lamotte (Par Ousmane Sankharé)

L’actualité du football est dominée présentement par les candidatures à la prochaine élection du président de la Fédération sénégalaise de football en août prochain.
Cohérent dans sa démarche et jugeant positif son bilan, l’actuel patron du foot sénégalais, Me Augustin Senghor a d’emblée annoncé sa candidature pour un troisième mandat. Et comme pour faire tomber certains masques, deux autres candidatures ont été annoncées. Il s’agit de celles de Mbaye Diouf Dia et de Louis Lamotte.
Arrêtons-nous au président de Mbour Petite Côte pour révéler que c’est en fait une «fausse» candidature ; et pour la simple et bonne raison que Mbaye Diouf Dia roule pour Louis Lamotte. Les deux dirigeants ayant conclu un «deal» pour qu’à l’arrivée le dirigeant mbourois se désiste au profit de son ami de la Css de Richard Toll.
Une démarche qui s’explique par le fait que Mbaye Diouf Dia – un candidat qui se dit pourtant comptable du bilan de la Fédé – n’est pas sûr de faire partie à nouveau du prochain Comité Exécutif. Du coup, celui qui s’occupe de la Commission des petites catégories à la Fédération, s’activerait pour monnayer sa candidature de façade pour après la retirer au bout avec comme seul objectif une place au Comité Exécutif.
Quid de Louis Lamotte ? Absent du milieu du foot depuis plus 2012, après avoir démissionné sous la pression lors du «complot manqué» contre la Fédération, Louis Lamotte, qui a trahi ses pairs en quittant un navire qui tanguait, veut tenter un come back. Nostalgie oblige.
Mais apparemment, le dirigeant de la Compagnie Sucrière Sénégalaise (Css) s’y prend mal à l’entendre dérouler son programme. En effet, on s’étonne que Lamotte parle dans son projet d’une autonomie financière de la Fédération prétextant que l’Etat ne peut pas tout faire. Une situation que l’instance fédérale, grâce à une bonne santé financière, a presque réglée ; en témoigne la construction sur fonds propre du Centre technique Jules François Bocandé de Toubab Dialaw et bientôt de l’hôtel fédéral. D’ailleurs la Fédération, pour décharger le ministère des Sports, est allée plus loin en prenant régulièrement en charge les primes des petites catégories, celles du foot féminin et du beach soccer. En témoigne les derniers développements liés aux primes des «Lions de la plage» et des Lionceaux U20 où la Fédération est à nouveau venue au secours de l’Etat en prenant en charge une partie.
Et sous ce chapitre, dans son programme qui sent la démagogie, Lamotte «oublie» de dire que l’Etat n’a pas mis un seul sou dans le football professionnel depuis son avènement en 2009. Contrairement à beaucoup de pays africains qui ont injecté des milliards pour accompagner le football professionnel.
Premier président de la Ligue Pro, Louis Lamotte «le revenant» est bien placé pour le savoir. Comme quoi, il faudrait d’autres arguments pour tenter de convaincre les responsables des clubs, les seuls électeurs.

Ousmane Sankharé
Médina Dakar

Facebook login by WP-FB-AutoConnect