Home » Sénégal (page 199)

Sénégal

Education: Les dates des examens ont été repoussées (ministre)

Le ministre de l’Education nationale, Serigne Mbaye Thiam, a annoncé, vendredi, que les dates des examens de fin d’année ont été repoussées, suite aux perturbations qui ont marqué l’année scolaire 2014-2015.

Le concours d’entrée en Sixième et l’examen du Certificat de fin d’études élémentaires (CFEE) se tiendront ainsi les 1er et 2 juillet prochain, a dit M. Thiam.

L’examen du Brevet de fin d’études moyennes (BFEM) initialement prévu le 22 juillet se tiendra le 27 du même mois, a-t-il précisé.

Les épreuves écrites du Baccalauréat général démarrent le 20 juillet, tandis que celles du Bac technique sont prévues à partir du 29 du même mois.

Serigne Mbaye Thiam a annoncé des mesures d’accompagnement comme l’organisation de cours de rattrapage soit pendant les vacances ou en début d’année scolaire.

Kaolack: le partenariat avec le FIDA magnifié

Kaolack, 15 mai (APS) – Le vice-président du Fonds international pour le développement agricole (FIDA), Michel Mordasini, a salué vendredi le partenariat entre son institution et le Sénégal qui, selon lui, a été couronné de bons résultats.

 »Cela fait trente ans et un peu plus que le FIDA (Fonds international pour le développement agricole (FIDA) est lié à la République du Sénégal par un partenariat avec un objectif central unique qui consiste à travailler pour la réduction de la pauvreté rurale et pour la transformation du monde rural », a-t-il expliqué au terme de sa visite de deux jours dans la région de Kaolack.

 »Aujourd’hui, a-t-il poursuivi, au niveau de l’organisation paysanne nous atteignons un niveau de maturité, une émergence des femmes et des jeunes dans les représentations de producteurs, une implication des femmes comme opérateurs dans les marchés, bref nous notons un nouveau dynamisme’’.

M. Mordasini a visité durant deux jours, dans la région de Kaolack, les réalisations du Projet d’appui aux filières agricoles (PAFA) parmi lesquelles : la centrale d’achat agricole de Keur Socé, le périmètre maraicher des femmes de Taïba Nianguène et la plate-forme de service aviculture villageoise améliorée de Thiawando.

 »Cette visite, a-t-il indiqué, a été un moment très particulier en ce sens qu’elle a été l’occasion pour moi de voir ce qui se fait concrètement sur le terrain dans le cadre de ce partenariat ».

 »Beaucoup de choses sont souvent écrites mais c’est aussi important de voir comment tout cela se traduit dans l’action et dans la réalité’’, a-t-il expliqué en présence du coordonnateur du PAFA, Sémou Diouf.

 »La visite a été une occasion pour nous de voir comment les communautés rurales s’organisent pour investir dans de nouvelles filières de production. Et le peux vous dire que ce que nous avons vu et constaté sur le terrain c’est vraiment le Sénégal en émergence’’, a-t-il déclaré.

Michel Mordasini a souligné que ce sont les zones rurales qui contribuent plus activement au développement économique et social du pays.
 »Il s’agit donc pour nous de travailler concrètement sur ces chaines de valeurs comme la filière mil qui participe d’une renaissance pour la sécurité alimentaire’’, a-t-il précisé.

Le vice-président du FIDA dit être frappé par les partenariats noués entre les organisations de producteurs et les organisations du marché.

Il faut, selon lui,  »accéder aux marchés et contribuer à l’atteinte des objectifs du gouvernement en autosuffisance en céréales comme le riz ».

‘’Mais pour atteindre ces objectifs, a-t-il précisé, il faut investir prendre des risques, adapter les technologies et c’est là que le programme PAFA offre toutes sa compétence et son expérience aux producteurs’’.

 »Nous appuyons la phase d’extension de ce programme. Le grand défi de ce programme c’est de passer à une échelle plus étendue sur toute la région dans le pays », a t-il indiqué.

Financé par le FIDA, le PAFA est dans sa cinquième année de mise en œuvre dans les régions du bassin arachidier et celle de Louga.

Sénégal: Me Ibrahima Diawara: Hissène Habré n’assistera pas à son procès

Hissène Habré sera bientôt jugé. L’ancien président du Tchad comparaît le 20 juillet prochain devant le tribunal des Chambres africaines extraordinaires au Sénégal. Il devra répondre des accusations de « crimes contre l’humanité, torture et crimes de guerre » pendant l’exercice de son régime de 1982 à 1990. Maître Ibrahima Diawara, avocat de l’accusé, a cependant confirmé que son client n’assistera pas au procès.

http://www.rfi.fr/afrique/20150516-me-ibrahima-diawara-hissene-habre-assistera-pas-proces-tchad-senegal/#

 

Assassinat Me Babacar Sèye- Khalifa Sall lave à grande eau le régime de Diouf à Touba

En visite à Touba pour prendre part au Magal de Serigne Fallou Mbacké communément appelé Kazou Radjab célébré ce samedi, Khalifa Sall est revenu sur le meurtre de Me Babacar Sèye.
Pour le maire de Dakar, le régime du Président Abdou Diouf s’était convenablement acquitté de toutes obligations dans cette affaire.

 « Ce que je peux dire de cet assassinat, c’est que les coupables ont été arrêtés, jugés condamnés. Maintenant, ce qui s’est passé 8 ou 9 ans plus tard relève d’autres initiatives et d’autres décisions ». Khalifa Sall de regretter la mort d’un Sénégalais valeureux qui a été arraché à l’affection de son peuple dans l’exercice de son travail. Il conduisait une forte délégation. Parmi ceux qui l’accompagnaient, Cheikh Guèye, Moussa Tine, entre autres. Le maire a été reçu par Sokhna Balli Mbacké et son fils Serigne Cheikh Abdou Mbacké.
Pour rappel, le magistrat et président du Conseil constitutionnel était assassiné dans l’exercice de ses fonctions en 1993. 22 ans après, la famille du défunt continue de réclamer une justice plus éclairée. Alors que la loi Ezzan votée en 2005, offre l’amnistie politique des crimes commis entre 1993 et 2004
Seneweb

Sénégal: DE LA MAUVAISE COMMUNICATION DE LA PRESIDENCE… …au désespoir Seck de Wally

waly-seck-1-audienceDans la publication du quotidien «  L’AS », du Mardi 12 Mai 2015, sous le N° 2886, à la page 9, sous la plume de Salma Fall, stagiaire, le « phénomène », Wally Seck, interpelle  le Chef de l’Etat, Macky Sall, sur une promesse qui serait non tenue.L’article a provoqué en moi une double incompréhension. Dans le fond comme dans la forme de cette adresse au Président de la République du Sénégal.

« Je m’adresse à vous, Président Macky Sall. Lors d’une audience que vous m’avez accordée, vous aviez promis de faire certaines choses pour moi, mais depuis lors je n’ai encore rien vu. J’espère que je ne serai pas déçu », ai-je lu dans l’article, citant le jeune artiste. J’ai failli tomber des nées à la lecture de ce passage, soufflé par un vent de honte, secoué par un séisme d’incompréhension,  que j’ai été.

Trois soirées dansantes pour célébrer son anniversaire, je n’y vois pas d’inconvénient. S’il y’en avait encore, je ne piperai mot. Ce n’est pas mon problème. Mais de là à apostropher le Premier des sénégalais, -si cette promesse a eu lieuet qu’elle ne soit pas tenue-, je m’en offusque, en tant que citoyen, soucieux de l’image de la République.

Trois soirées dansantes de suite. Une manne d’argent, si on se limitait simplement aux ventes de tickets d’entrées, compte non tenue des offrandes. Qu’est-ce qu’il a à attendre donc des promesses du Président Sall ? Cupidité ? Non. Je crois plutôt qu’il y a une volonté, nourrie ou inconsciente, de souiller l’image du chef de l’Etat. A quel profit ? Je me réserve de fabriquer des canulars.

Pourquoi le chef de l’Etat a-t-il reçu ce garçon ? En tant que sénégalais qui en ait émis le souhait, je suis d’accord. Que ce soit une initiative de Macky Sall, je suis d’accord. Mais si le chef de l’Etat a reçu ce « phénomène », grâce àune certaine une opinion (une opinion incertaine, à mon avis), ce n’est pas sérieux. Un « phénomène », on l’analyse pour le comprendre.

A mon avis, ce petit est une création d’un groupe de média, actionné dans une agitation pour faire autant de promotion à sa faveur qu’il soit qualifié de phénomène. Je peux me tromper, je l’assume. Il est populaire, mais où ? Dans son propre univers, pour son monde à lui, les « Waaliyen » ou je ne sais qui. C’est avéré.

Supposons que cette rencontre ait eu lieu et que le président de la république ait promis « des choses » à Wally. Quel est le mérite de Wally pour recevoir quoi que ce soit de l’Institution Macky Sall, fut-ce ses fonds politique ? Est-ce parce qu’il drainerait des jeunes et des enfants derrière son pantalon que certains qualifient de short d’homosexuels ? Je n’en vois pas de prix.

Pourquoi Wally a-t-il senti l’utilité de s’adresser aussi maladroitement à notre Président de cette manière, par voie de presse ? Pour se faire remarquer ? Pour qui se prend ce gosse ? Une autorité au Sénégal ? Le rêve est permis, de  même que la prétention. Mais il faut que ce môme sache raison garder, ainsi que ceux l’ont aidé à faire cette communication puante.

Mais le Chef de l’Etat a lui-même reconnu, devant la presse, que le régime a des problèmes dans sa communication. Ça ne se limite pas, à mon avis, à l’échec dans la vulgarisation des réalisations du Pouvoir. Il faut y adjoindre, les maladresses du Pool de Communication de la Présidence, qui, d’Abou Abel Thiam à nos jours, en passant par Souleymane Jules Diop, titube encore.

Ça va dans tous sens, souvent dans la mauvaise direction. Comment en est-on arrivé à ce que Wally Seck interpelle le Chef de l’Etat sur ce ton ? Qui lui a offert cette occasion de se foutre des sénégalais, comme si lui, représentait je ne sais quoi, pour réclamer « des choses » au Président. Le service Com du Palais s’est-il laissé emporter par les eaux obscures de popularité de ce gamin ?

Je demande, à mon tour, formellement, à M. Sall, de ne rien lui donner. En tant sénégalais, tout court. Je prie aussi, du fond de mon cœur citoyen, que ce service qui reçoit et traite les demandes d’audiences ou organise les rencontres du président, de limiter les inélégances du genre à recevoir des gens qui ne mérite pas « l’HONNEUR » de faire face à un Président dans la vie !

Mamadou Lamine BACitoyen sénégalaisballamine@gmail.com – 70 203 16 81

Sénégal: COMMUNIQUE DU CONSEIL DES MINISTRES DU 13 MAI 2015

Le Conseil des Ministres s’est réuni, le mercredi 13 mai 2015, au Palais de la République, sous la présidence de Son Excellence, Monsieur Macky SALL, Président de la République.

A l’entame de sa communication, le Chef de l’Etat a salué la tenue à Dakar du Forum international sur les partenariats public-privé et du Forum foncier mondial 2015 sur le thème « une gouvernance foncière inclusive et juste pour un développement durable : le temps de l’action ».

Abordant le point de sa communication portant sur les enseignements de la mission du FMI, le Président de la République a évoqué l’audience qu’il a accordée au Chef de mission du FMI pour le Sénégal, qui a magnifié les performances du Sénégal au plan macroéconomique et s’est félicité des résultats positifs des négociations qui viennent de s’achever et qui permettront de soumettre, en juin 2015, au Conseil d’administration du FMI, le dossier de notre pays pour un troisième programme ISPE sur la période 2015-2017.

A cet égard, le Président de la République a demandé au Gouvernement  de veiller au respect des engagements pris dans le mémorandum de politique économique et financière, notamment en matière de réformes structurelles, en accordant une attention particulière aux mesures prévues pour améliorer la situation des Finances publiques afin de mettre l’accent sur l’investissement et le soutien aux couches les plus défavorisées.

Dans cette perspective, le Chef de l’Etat a exhorté le Gouvernement à veiller au renforcement du système de programmation et d’exécution des investissements, à l’optimisation des modalités et conditions d’endettement.

 

Au demeurant, le Chef de l’Etat a salué le soutien du FMI dans la définition et la mise en œuvre des politiques économiques et financières  de notre pays.

Abordant le point de sa communication relatif à l’impératif de mise en place d’un Cadre national d’Amélioration et d’Harmonisation des Décaissements, le Président de la République a insisté sur la nécessité, pour le Gouvernement, d’accentuer les efforts à tous les niveaux, pour une réalisation diligente des projets et programmes.

Le Chef de l’Etat a, en outre, souligné au Gouvernement la haute priorité qu’il accorde à l’amélioration de la disponibilité de l’information financière et le renforcement du dialogue de gestion entre les départements ministériels et le Ministère de l’Economie, des Finances et du Plan, afin d’asseoir une exécution optimale des dépenses publiques, avec un taux d’absorption des ressources budgétaires conforme aux prévisions ciblées.

Abordant le point de sa communication portant sur le rôle primordial du secteur minier dans l’émergence du Sénégal, le Président de la République, réitérant son ambition de faire du Sénégal un Hub minier, ainsi que son attachement particulier à la Transparence et à la Bonne Gouvernance dans ce secteur, a indiqué au Gouvernement l’impératif de préserver le caractère compétitif du projet de nouveau Code minier, tout en assurant un  partenariat gagnant-gagnant entre l’Etat, les populations polarisées et les sociétés minières.

Au titre de son Agenda, le Chef de l’Etat a informé le Conseil de sa participation, le 10 mai 2015, à Point à Pitre (Guadeloupe), à la cérémonie d’inauguration du Centre caribéen d’Expressions et de Mémoires de la Traite et de l’Esclavage, en présence, notamment, du Président de la République française et du Président de la République du Mali.

Le Premier Ministre a présenté au Conseil une communication portant sur la nécessité d’intensifier la mise en œuvre des réformes, projets et programmes majeurs, déterminants pour la relance de l’activité économique, la création d’emplois et de richesses afin d’améliorer des conditions de vie des populations.

Le  Premier Ministre a, également, sur demande du Président de la République procédé  à une revue, avec les ministères concernés, des projets et programmes prioritaires, en cours de réalisation, résultant des engagements prévus pour 2015, tels que :

  • le développement d’activités agro-sylvo-pastorales et halieutiques, avec notamment l’abattoir de Diamniadio, les domaines agricoles communautaires, les fermes Natangué et les fermes aquacoles ;
  • les infrastructures routières, ferroviaires et aéroportuaires portant sur la finalisation de 27 projets majeurs, en particulier, l’autoroute Ila Touba, l’axe Dioum- Ourossogui- Bakel, la boucle du Boudié, la RN6 (axe Ziguinchor-Tanaff), la construction de sept ponts, la réhabilitation du Chemin de fer Dakar Bamako et l’Autoroute à péage Diamniadio-AIBD-Somone-Mbour ;
  • la relance du processus d’industrialisation avec la réalisation de parc industriel de Diamniadio ;
  • la relance du secteur touristique à travers, entre autres, la mise en place d’un crédit hôtelier, la baisse des taxes sur le transport aérien et la requalification des sites de Cap skirring, de la Langue de Barbarie, de la Petite côte et du Delta du Saloum ;
  • les réformes et les mesures d’amélioration des classements d’attractivité (Doing business) ;
  • le développement d’infrastructures scolaires, universitaires ;
  • la promotion de la santé et de la protection sociale ;
  • les infrastructures sportives, d’hydraulique rurale et urbaine, ainsi que le programme de promotion des « villes vertes ».

Le Ministre des Affaires étrangères et des Sénégalais de l’Extérieur a fait le point sur l’actualité africaine et internationale ainsi que sur les préparatifs de la prochaine visite d’Etat, au Sénégal, de sa Majesté le Roi Mohamed VI, du Royaume du Maroc.

Le Ministre de l’Economie, des Finances et du Plan a fait le point sur la situation économique nationale et sur la conjoncture internationale.

Le Ministre de l’Agriculture et de l’Equipement rural a présenté une communication mettant en relief la bonne dynamique dans l’évolution des exportations horticoles, arachidières (avec un record de 109 000 tonnes) et une hausse significative de la production d’oignons.

Le Ministre de l’Energie et du Développement des Energies renouvelables a présenté au Conseil une communication portant sur le Plan de production de la SENELEC pour la période 2015- 2025, tenant compte du niveau d’exécution des projets, de l’évolution de la demande et des coûts de productions, en vue d’atteindre, à terme, 1407 MW, dont 290 MW d’énergies intermittentes (solaire et éolienne).


Au titre des textes législatifs et réglementaires, le Conseil a adopté :

  • le projet de décret portant création, organisation et fonctionnement de la Commission  nationale de Coordination et de Développement de la Propriété intellectuelle (CNCDPI) ;

Au titre des mesures d’ordre individuel, le Président de la République a pris les décisions suivantes :

  • Monsieur Abdoulaye GUEYE, Conseiller en Planification est nommé Secrétaire général du Ministère du Travail, du Dialogue social, des Organisations professionnelles et des Relations avec les Institutions, en remplacement de Monsieur Mamadou SOW appelé à d’autres fonctions ;
  • Monsieur Saliou Rama KA, Administrateur civil principal de classe exceptionnelle, est nommé Inspecteur des Affaires administratives et financières au Ministère du Travail, du Dialogue social, des Organisations professionnelles et des Relations avec les Institutions;
  • Monsieur Fany TRAORE, Inspecteur du Travail et de la Sécurité sociale, est nommé Inspecteur technique au Ministère du Travail, du Dialogue social, des Organisations professionnelles et des Relations avec les Institutions, en remplacement de Monsieur Amadou Demba DIACK, appelé à d’autres fonctions.

media7.info

Sénégal: Amsatou Sow Sidibé déplore les politiques de jeunesse des Etats africains

Amsatou-sow-sidibé-620x330« Une bonne politique de jeunesse par les Etats africains est la meilleure solution pour freiner l’expatriation clandestine ». C’est la conviction du ministre conseiller Amsatou Sow Sidibé, qui se prononçait lors d’un  forum sur ce phénomène social qui a causé des tragédies collectives chez les jeunes africains.

Le ministre conseiller, le Pr Amsatou Sow Sidibé, a invité les leaders des Etats africains à revoir leur politique de jeunesse. Selon elle, les gouvernants africains sont, en grande partie, responsables des départs massifs  qui ont entrainé des  drames.

Selon elle, ce sont les politiques africaines qui sont en cause. « Notre système éducatif, économique et notre politique d’emploi n’ont pas permis de solutionner le chômage… En Afrique, nous constatons qu’il y a échec dans à la prise en charge des jeunes », a regretté le Pr Sidibé.

Le forum sur l’émigration clandestine a été initié par le Réseau Dialogue, Sécurité Paix en Afrique. Des responsables politiques et coutumiers sont venus « dire non » à l’immigration clandestine. Selon, la Représentante de l’Organisation internationale pour l’Emigration (OIM) plus de 1750 migrants clandestins ont été recensés depuis le début de l’année.

Elle a déploré le silence des institutions sous-régionales et régionales africaines, en référence de la rencontre tenue par l’Union européenne, juste après le dernier chavirement d’une pirogue en mer Méditerranée. « Ça n’a pas été le cas pour les dirigeants des pays africains », s’est-elle désolée.

Cependant, a affirmé que cette responsabilité n’est pas exclusive aux Etats africains et que la communauté internationale est aussi concernée. « La mondialisation est aujourd’hui un échec. Elle ne traduit pas une solidarité agissante. Elle piétine ses propres règles d’organisation », a constaté Pr Amsatou Sidibé.

Mme Sow Sidibé a aussi interpellé les familles des émigrants, aussi responsables que les passeurs sur le sort de leurs enfants.  Des parents encouragent et financent même, pour certains, le départ de leurs progénitures vers l’Europe, dans des embarcations de fortunes.

Le phénomène a débuté dans les années 2000, avec des vagues de départs de jeunes africains par la mer. Il a recommencé récemment avec un corolaire de chavirements transformant la Méditerranée en cimetière ouvert pour beaucoup de candidats au voyage incertain.

Babacar  FALL

Sénégal-PPC : des militants exigent la tenue d’un congrès pour désigner un nouveau SG

Des militants du Parti pour le progrès et la citoyenneté (PPC) se sont prononcés jeudi pour la tenue d’un congrès pour désigner démocratiquement le successeur de Mbaye Jacques Diop.

Dans une déclaration parvenue à l’APS, ces militants du PPC disent avoir appris par les médias que M. Diop aurait souhaité être remplacé par l’ancien député Seydou Diouf.

« Nous voulons que soit tenu un congrès dans un délai de six mois, conformément aux statuts du parti », écrivent-ils.

Les auteurs de la déclaration, dont Yatma Fall, un membre du bureau politique de la formation politique, appellent la direction du parti à « lancer un appel à candidatures pour le poste de secrétaire général national », pour donner la possibilité de se présenter à « tous les militants du parti ayant atteint la majorité et totalisé trois années successives de présence dans le PPC ».

Ils font part de leur « surprise » pour le choix qu’aurait porté Mbaye Jacques Diop sur Seydou Diouf. Ce serait « une décision non concertée, non discutée et non délibérée », selon eux.

« Nous estimons que le camarade Seydou Diouf a sans doute les qualités requises pour diriger le parti », ajoutent-ils, tout en insistant sur la nécessité d’un congrès pour désigner de manière démocratique le futur leader du PPC.

APS

Sénégal-Kaolack : un seul médecin anesthésiste pour l’hôpital El Hadj Ibrahima Niass (directeur)

Le directeur du centre hospitalier régional El Hadj Ibrahima Niass, le docteur Saliou Tall, a indiqué jeudi que sa structure fait face à un déficit en ressources humaines particulièrement en anesthésie, spécialité dans laquelle l’hôpital ne compte qu’un seul médecin.

 »Dans tout l’hôpital régional, nous ne disposons que d’un seul médecin anesthésiste. C’est un problème car il ne peut pas être là toute la journée en dépit de tous ses efforts’’, a-t-il dit dans un entretien avec l’APS.

 »Au niveau des techniciens anesthésistes, a-t-il poursuivi, là aussi, il y en a pas assez pour un bon fonctionnement des trois blocs opératoires du centre hospitalier régional ».

Selon lui,  »l’idéal pour permettre un bon fonctionnement des trois blocs serait de disposer d’une dizaine de techniciens en anesthésie ».

Le docteur Tall a indiqué que le Service d’accueil des urgences (SAU) a été doté d’ un nouveau bloc opératoire qui pourra démarrer dans le courant 2015.

 »On est en train de nous organiser pour l’acquisition prochaine du matériel. Donc ce sera un bloc avec salles opératoire et de réveil’’, a-t-il signalé.

Selon lui, ce bloc permettra de prendre en charge sur place, à la SAU les cas qui d’urgences d’opération.‘’On n’aura plus besoin de transférer un cas qui nécessite une opération du SAU au bloc central opératoire de l’hôpital’’, a-t-il souligné.

 »Nous pouvons passer de cinq à six malades opérés par jour au niveau du bloc central à un nombre qui va augmenter considérablement », a-t-il fait part.

En outre, il a souligné que ce nouveau bloc opératoire permet aussi de désengorger le bloc central qui est constitué de trois salles d’opération dont l’une est réservée aux urgences.

Le docteur a précisé que l’hôpital a entrepris un plan d’investissement qui a démarré depuis l’année dernière sur une période de trois ans.

 »Ceci va nous permettre aussi de renouveler cette année tous l’équipements et les matériels d’opération du bloc central’’, a-t-il expliqué.

Aps

Sénégal-santé-Barkédji : des femmes accèdent gratuitement au planning familial

Barkédji (Linguère), 14 mai – Plus de 80 femmes ont pu bénéficier gratuitement des méthodes de planning familial à longue ou courte durée, jeudi, au Poste de santé de Barkédj (Linguère), à l’initiative de l’ONG Marie Stoppes Internationale, a constaté l’APS.

Ces consultations ont été effectuées par l’équipe mobile de Louga emmenée par l’assistante sociale Seynabou Ndiaye. ‘’Le but est d’atteindre les OMD. Ces femmes habitent des zones éloignées où elles n’ont pas accès à la planification familiale’’, a-t-elle expliqué.

L’ONG a également distribué des produits et sensibilisé les relais communautaires.

L’Infirmier-chef de poste (ICP) de Barkédji a salué cette initiative et invité les femmes bénéficiaires à respecter les rendez-vous.

Aps

Facebook login by WP-FB-AutoConnect