Home » Sénégal » Justice (page 4)

Justice

FOOT L1: FACE A LA PRESSE CE MARDI, LES POPULATIONS DE OUAKAM EN ORDRE DE BATAILLE CONTRE LA LEAGUE PRO

AFFAIRE AMY COLLÉ DIENG : Elle a été arrêtée dans le bureau du Sous-Préfet de Dakar-Plateau (…) Elle avoue avec fait ses déclarations dans un groupe WhatsApp

Nous vous annoncions tout à l’heure, l’arrestation de la chanteuse Amy Collé Dieng. Selon une source  policière, depuis l’apparition de cet enregistrement audio, le Procureur de la République s’est auto-saisi et a demandé à la police de la traquer. La police a commencé à la rechercher entre Dakar, Bargny, Mbour et Touba.
Aujourd’hui, les éléments de la Division des Investigations Criminelles (DIC) sont passés à la vitesse supérieure en effectuant une descente musclée à son domicile à Yeumbeul avant de procéder à l’arrestation de son mari et de son grand frère en son absence.
Mise au parfum de la gravité de la situation, elle s’est précipitée avec un de ses proches au bureau du Sous-Préfet de Dakar-Plateau Djiby Diallo, alias « Jack Bauer ». Là, les autorités les ont signalés aux éléments de la DIC qui ont rappliqué dare-dare pour procéder à leur arrestation.
Face aux enquêteurs, Amy Collé Dieng a reconnu tous les propos qu’on lui prête sur le président Macky Sall, mais révèle que cela a été dit dans un groupe WhatsApp de pro Karim Wade.
Mieux, la chanteuse reconnaît ne pas être consciente de ses propos au début avant de révéler aux enquêteurs qu’elle est enceinte.
Pour le moment, elle est gardée  à vue dans les locaux de la DIC et passera sans doute la nuit au Commissariat.
Notre source policière de nous révéler qu’en plus de la vidéo de la dame Penda Ba des Agnam à Matam qui est activement recherchée, les enquêteurs sont aux trousses d’un autre enregistrement audio.
Nous y reviendrons…  

Accusations de Cheikh Guèye contre Benno : La Cellule de Communication exige l’ouverture immédiate d’une information judiciaire

Le maire de Dieuppeul/Derklé, Cheikh Guèye, aurait accusé la coalition Benno d’avoir préparé un bourrage des urnes ce dimanche lors des élections législatives, mais aussi d’avoir drogué des jeunes pour une telle opération. En conférence de presse ce matin, la cellule de communication de la coalition au pouvoir a exigé l’ouverture d’une information judiciaire.

« Les déclarations extrêmement graves et scandaleuses de Mr Guèye montrent à suffisance que la coalition de la violence est assurée de sa défaite et tente de se donner des alibis autres que la faiblesse de son discours, son absence de projet politique et sa carence de vision. Poursuivant dans sa stratégie de calomnie, de désinformation et de diffusion de contre vérités, ils sont allés jusqu’à parler de drogue dans la maison du partie socialiste. Toute la classe politique unanimement doit  réclamer de Cheikh Guèye qu’il révèle les détenteurs de cette drogue dont il parle. Cela n’a rien à voir avec les élections. La coalition MTS vient de franchir le seuil de l’intolérable et  Benno Bokk Yakaar exige l’ouverture immédiate d’une information judiciaire pour tirer cette affaire  au clair », clament Seydou Guèye et Cie.

« La période électorale n’est pas le temps du mensonge où n’importe qui peut  dire du n’importe quoi… » poursuivent ils.

Pour la cellule de communication de Benno, le Sénégal, a une expérience séculaire en matière électorale et qu’en aucune façon, il ne peut être admis une possibilité de fraude dans notre système. Et si une fraude était possible jamais le Sénégal ne réaliserait les alternances successives dans les élections nationales comme celles locales.

Drame de Demba Diop : comment « Mbour » la blessée panse ses plaies…

Finale de la coupe de la Ligue 2017, la belle fête du football pour les supporters Mbourois, s’est transformée en véritable drame. Les familles qui avaient des fils partis supporter leur équipe en ce bel après-midi de football, ne les reverront plus. La faute à la « folie » de certains supporters de l’équipe adverse US. Ouakam. Huit corps tombent, dans ce Stade qui porte le nom de l’ancien maire de la petite cote, Demba Diop lui-même assassiné. Triste est leur sort. Dakarcatu s’est déplacé dans le fief, en deuil des supporters Mbourois. Des témoignages plus poignants les uns que les autres. Les Mbourois réclament surtout justice. Même si l’USO a été suspendue par mesure conservatoire pour une durée indéterminée par le comité d’urgence de la Fédération sénégalaise de football des responsabilités restent à situer. Reportage…

 

Fuites au bac : Les contours de la mafia se précisent

Libération révèle que quatre fonctionnaires du service administratif de l’Office du bac ont été écroués dans le cadre de l’enquête sur la fraude massive. L’enquête a démontré que ce sont eux qui remettaient les épreuves à un ancien étudiant de la fac droit qui apparaît comme le principal intermédiaire dans cette affaire où 39 suspects sont finalement tombés.

Selon les informations de Libération, la Division des investigations criminelles (DIC) en est à 39 arrestations dans le cadre de l’enquête sur la fraude massive au bac.

Les mêmes sources renseignent que les enquêteurs ont frappé au cœur de l’Office du bac dont le directeur Babou Diakham a été longuement entendu d’ailleurs. En effet, quatre fonctionnaires de l’Office ont été arrêtés et formellement mis cause.

La DIC a mis la main sur le principal intermédiaire qui servait les intérêts des quatre fonctionnaires en cause. Il s’agit du nommé Jamil, un étudiant de la Faculté de droit qui ne s’est pas réinscrit. Ce dernier s’était reconverti dans la vente des épreuves qui lui étaient remises par les quatre fonctionnaires de l’Office avant qu’il ne procède à leur vente.

Dans cette entreprise criminelle, il s’était lié avec un professeur du lycée Blaise Diagne- et non de YallaSuren. Abdoulaye N., professeur de Français, était effectivement au cœur du dispositif qui implique aussi le proviseur de Kahone. Nos sources précisent que ce dernier avait comme complice ses deux assistants qui viennent d’être arrêtés.

 

Jordan Chandler, le jeune qui avait touché 20 millions de dollars après avoir accusé Michael Jackson de pédophilie, est recherché: il est introuvable!

Plusieurs avocats recherchent activement Jordan Chandler, 37 ans. Hyper-médiatisé lorsqu’il était enfant, c’est par son témoignage qu’avaient éclaté les scandales pédophiles qui ont ébranlé Michael Jackson.  Jordan Chandler et Michael Jackson à Disneyland, quelques mois avant que ce dernier ne l’accuse d’attouchements pédophiles  !

Photo News

Jordan Chandler et Michael Jackson à Disneyland, quelques mois avant que ce dernier ne l’accuse d’attouchements pédophiles !

Jordan Chandler avait accusé le «  roi de la pop  » d’attouchements sexuels. Le jeune garçon était alors âgé de 13 ans. Les avocats qui le recherchent activement aujourd’hui défendent Wade Robson et Jimmy Safechuck, deux autres jeunes hommes qui affirment avoir, eux aussi, été victimes de viols lorsqu’ils étaient enfants.

Jordan Chandler en 2005 (Photo News)

Nos confrères du New York Daily News affirment que ces avocats espèrent que Jordan Chandler quittera le silence dans lequel il s’est enfermé après avoir conclu un arrangement financier de 20 millions de dollars avec la star, mettant fin aux recours en justice. Les avocats de Wade Robson et Jimmy Safechuck espèrent, eux, obtenir 100 millions de dollars de dommages et intérêts. Le témoignage de Jordan Chandler serait capital.

 

Pour combattre la criminalité financière Le Credij tient sa première revue

Le centre pour le renforcement de l’Etat de droit et des Institutions judiciaires(Credij) dont la coordonnatrice est Yaye Ndiémé Dieng a lancé officiellement sa première revue sur la criminalité financière. Cela s’est déroulé ce jeudi au cours d’une cérémonie présidée par le ministre de la Justice, Sidiki Kaba. Pour le ministre de la Justice, cette oeuvre s’inscrit en droite ligne sur la volonté du président de la République de mettre la bonne gouvernance au coeur de l’action du président de la République Macky Sall à travers le plan Sénégal émergent. « La corruption sape les fondements de l’Etat de droit », note le ministre de la Justice qui souligne que des institutions comme l’union africaine ont élaboré une convention pour lutter contre ce fléau.

« Le centre de renforcement de l’Etat de droit et les Institutions judiciaires  s’est,depuis sa création, engagé à soutenir les efforts du gouvernement pour consolider l’Etat de droit et les institutions démocratiques. Mais aussi pour promouvoir la gouvernance vertueuse, la transparence et la reddition des comptes. », a fait savoir Yaye Ndiémé Dieng, Coordonnatrice du Credij. Avançant du coup les raisons ayant poussé à sa structure de mettre en oeuvre cette première revue à laquelle ont contribué d’imminents intellectuels dont Me Assane Dioma Ndiaye, président de la Ligue sénégalaise des droits de l’homme et du professeur Massamba Guéye pour ne citer que ceux là.

Media7.Info

ÉCROUÉ PAR LE DOYEN DES JUGES : Rilke Ndongong sous le coup de 8 délits

Selon nos informations, Rilke Ndongong a été inculpé et placé sous mandat de dépôt par le Doyen des juges qui a retenu contre lui huit délits. X est visé dans la même procédure…

Libération a appris de sources autorisées que Rilke Ndongong, financier à la Qatar Investment Authority, a été inculpé et placé sous mandat de dépôt par le doyen des juges Samba Sall.
​Les mêmes sources renseignent que le magistrat instructeur a retenu huit délits à savoir l’association de malfaiteurs, l’escroquerie, la tentative d’escroquerie, le faux et l’usage de faux en écritures privées et sur des documents administratifs, l’usurpation d’identité et le blanchiment de capitaux.
Des sources autorisées renseignent que lors de sa mise en examen, il a déclaré : « Je ne reconnais pas les faits qui me sont reprochés. Je n’ai aucun lien avec Karim Wade. En outre tous les éléments retenus contre moi ont été donnés par moi-même. Je ne suis pas un politicien et tout le monde me connaît au Radisson Blu comme étant un expert financier. »
N’empêche, les mêmes sources expliquent que la DIC a réuni des éléments explosifs qui laissent à croire qu’ils ont débusqué un as du faux.
Comme l’écrivait Libération, le voile de mystère qui entourait l’enquête de la DIC qui avait hérité du dossier géré dans un premier temps par le commissariat spécial de l’aéroport de Dakar a commencé à se dissiper.
En vérité, des sources renseignaient que concernant le blanchiment présumé de capitaux, la DIC a mis en cause une somme globale de 500 millions d’euros. Ce montant correspond à plusieurs projets présumés que Rilke Ndongong devait financer à travers des fonds levés dans une banque européenne très connue.
Mais pour les enquêteurs, ces projets – dont des investissements dans les Mines – ne sont que le prétexte pour injecter du cash au Sénégal afin de financer des activités délictuelles contre le régime. Qui plus, ces projets sont portés par des sociétés Offshore dont les bénéficiaires économiques sont difficiles à identifier.
Rilke Ndongong a plaidé la bonne foi devant les enquêteurs, mais il a été incapable de citer le nom des soit disant partenaires sénégalais avec lesquels il travaillerait. Il avait refusé de donner le code de son ordinateur aux enquêteurs qui ont dû recourir aux services de la police technique.
Tous ces éléments cités plus haut ont été retrouvés dans plusieurs fichiers qui sont encore en cours d’analyse à la DIC. Ces recherches ont d’ailleurs permis aux enquêteurs d’identifier un présumé complice de Rilke Ndongong, un ingénieur financier sénégalais vivant en Italie qui a pris la fuite lorsqu’il a été mis au courant de l’arrestation de son partenaire.
Le plus troublant dans cette affaire réside dans le comportement du Qatar. En effet, les enquêteurs ont sollicité l’ambassade du Qatar au Sénégal pour qu’il confirme que Rilke Ndongong avait la nationalité qatarie. Mais jusqu’à hier, la représentation diplomatique n’a pas répondu. À noter que  Ndongong avait en réalité cinq nationalités : camerounaise, américaine, qatarie, française et ghanéenne.
Des sources autorisées renseignent que cette affaire dépasse de loin ce que certains croient puisque le Sénégal a été alerté par un service étranger très respecté.

«Biens mal acquis»: 3 ans de prison requis contre Teodorin Obiang

Trois ans de prison, 30 millions d’euros d’amende et la confiscation des biens saisis, dont un immeuble évalué à plus de 100 millions d’euros, ont été requis mercredi contre le vice-président de Guinée équatoriale Teodorin Obiang, au procès à Paris de l’affaire des « biens mal acquis ».
Fils du président Teodoro Obiang, l’ancien ministre de l’Agriculture et des Forêts promu vice-président par son père, Teodorin Obiang, bientôt 48 ans, est poursuivi devant le tribunal correctionnel de Paris pour blanchiment d’abus de biens sociaux, de détournement de fonds publics, d’abus de confiance et de corruption.

SOURCE: MEDIA

Le ministre Sidiki Kaba sur le manuel de déontologie du magistrat « Une grande première »

La journée de partage du manuel de déontologie du magistrat constitue une grande première dans l’histoire juridique du Sénégal selon Sidiki Kaba, ministre de la Justice. » l’édition de ce déontologie  cadre parfaitement avec la politique de son excellence, Monsieur le président de la République Macky SALL à travers son ambitieux plan de développement qu’est le plan Sénégal émergent dont le troisième pilier est articulé autour de la bonne gouvernance et du renforcement de l’Etat de droit », a déclaré le ministre de la Justice.  « La justice est une constellation de valeurs et de vertus. Toute l’organisation et les moyens mis à disposition pour permettre son plein exercice n’est qu’accessoire à la préservation de ces piliers qui la soutiennent », ajoute t il.  Le ministre de la Justice a demandé à ce « que les magistrats se réunissent avec tous les corps travaillant au sein de la justice ou dan son environnement, fassent une introspection pour dégager les régles déontologiques qui doivent gouverner l’exercice de leur magistère. »

 

Facebook login by WP-FB-AutoConnect