Home » securité

securité

LES TRAVAUX DE SÉCURISATION DE LA TOUR EIFFEL ONT COMMENCÉ

Une ceinture de verre à l’épreuve des balles et des protections entre les pieds. La Tour Eiffel va être sécurisée contre les attaques terroristes. Les travaux commencent cette semaine.

URGENT-FRANCE: LE CAMPEMENT DE MIGRANTS DE GRANDE-SYNTHE, DANS LE NORD, EN COURS D’ÉVACUATION

«Une opération de police est en cours», indique la préfecture du Nord à l’AFP. Environ 200 CRS et policiers étaient mobilisés pour cette évacuation, précise la source policière. Selon une bénévole d’Emmaüs Grande-Synthe, la police a encerclé le campement et fermé le secteur, laissant les associatifs à l’extérieur. Les migrants sont au nombre de 350-400 selon les ONG, dont des enfants. Selon l’Office français de l’immigration et de l’intégration (Ofii), l’opération a été préparée en amont et des hébergements «ont été dégagés dans les CAO pour les mises à l’abri».

Mauritanie : lutte contre l’esclavage La société civile de la ville de Chicago , joint la main à la pâte ..

Le mouvement civile américain à organisé ce mercredi 13 septembre, une conférence de presse au café de Rome , pour discuter de l’expulsion des 12 ressortissant américains du territoire Mauritanien, ainsi que de l’esclavage toujours existante en Mauritanie. Cette réunion , a été présidé par Boubacar Messaoul leader de SOS – Esclave ,accompagnée par Biram Dah Abeid . La société civile de Chicago, composée de fonctions et  organisations de droits civiques, d’association de cultes musulman ou chrétiens , de corporations professionnelles, magistrats,Avocats élus des circonscriptions et de l’Etat Illinois, est l’héritière, depuis feu vétéran Martin Luther king , d’une solide et constante tradition de soutien à toutes les causes justes, notamment les luttes contre l’esclavage, le racisme et l’Apartheid et l’oppression de personnes d’ascendance africaine. Elle compte surtout à son actif, le combat acharné et patient pour la promotion des droits civiques aux États Unis. Au termes des discutions de juillet 2017, la société civile de Chicago , exprima le vœu de visiter la Mauritanie , pour s’imprégner de l’expérience des abolitionnistes , tout en suivant la procédure,pour ce genre d’entreprise . Elle fut cependant expulsé dès son arrivée à l’aéroport Mauritanien , cette décision, semble il ,  ne se fonderait sur aucune motivation écrite. Cette fuite en avant de la part du parti au pouvoir, intervient dans le contexte général d’atteinte aux droits de l’homme .Elle atteste  d’emblée de l’aversion défensive des dirigeant  envers les composantes des mouvements pour l’inégalité raciale.
Ces combattant pour la liberté que représentent les membres de la société civile ,mènent une action de sensibilisation afin d’éradiquer l’inégalité et l’esclavage dans le monde . Comme l’as mentionné Monsieur Birame Diop:  « c’est une mission de respect, d’égalité, d’amour qui est menée « . La Mauritanie n’est pas un pays de droits a déclaré Maître Assane Dioma Ndiaye , avocat ,représentant des victimes de l’expulsion, il continu  » Les ressortissant mauritanien sont expulsés, et devienne alors dès apatride , n’ayant plus d’identité.Pour certain étudiant dans ce cas, il est pas possible d’entrer dans le monde des affaires » . Le Sénégal selon ce dernier, est tout aussi impliqué que la Mauritanie ,qui n’as aucun compte à rendre à la CEDEAO. Ils comptent porter plainte contre l’Etat sénégalais pour le non respect des droits de l’homme . Monsieur Samba Mamadou Sow , l’une des victimes de l’esclavage en Mauritanie , a fait un témoignage sur les atrocités qu’il a eu à endurer , depuis les alentours de 1980.
 Ilary joli   MEDIA7. INFO

FRANCE: LES ARMÉES DOIVENT REPRENDRE LEUR SOUFFLE

L’université d’été de la Défense se déroule à Toulon dans le sud-est de la France. Pour cette quinzième édition c’est la Marine nationale qui est à l’honneur, mais les questions budgétaires sont sur toutes les lèvres. Le thème de cette année est « Menaces, ambitions moyens, cinq ans pour la Défense ».

C’est la rentrée pour près de 400 militaires, responsables politiques, industriels et chercheurs du secteur de la défense, après un été marqué par la crise entre Emmanuel Macron et le chef d’état-major des armées autour du budget. Le 19 juillet, le général Pierre de Villiers, avait déposé sa démission après l’annonce d’une coupe de 850 millions d’euros pour 2017 et plus largement sur les crédits à venir des armées. Durant sa campagne électorale  Emmanuel Macron a promis de consacrer 2% du PIB à la défense d’ici 2025, soit 50 milliards d’euros contre 32,4 cette année. Aujourd’hui, dans les rangs de l’armée plus personne n’y croit vraiment. « La page est tournée », affirme cependant le président de la commission de défense de l’Assemblée nationale, Jean-Jacques Bridey, issu de la majorité présidentielle : « Il y a un nouveau chef d’état-major, il faut passer à autre chose. Il s’agit tout d’abord de la revue stratégique qui est en train de se faire, le président de la république annoncera ses priorités d’ici le début du mois d’octobre, et ensuite nous irons vers une loi de programmation militaire, d’ores et déjà les orientations budgétaires sont très encourageantes puisqu’il qu’il s’agit d’une hausse de 1,6 milliards d’euros chaque année » jusqu’en 2022.

Réalisme

Depuis le hangar du navire de débarquement Mistral, le nouveau chef d’état-major a prononcé, lundi 4 septembre, un discours sobre. L’armée française a été sur-employée, reconnait-il, « 30% au-dessus des contrats opérationnels » décidés en 2013 lors du Livre blanc sur la sécurité et la défense, le document, qui définit les menaces potentielles, les missions et les moyens militaires. En clair, il faut penser à marquer une pause dans les engagements de la France, sinon « son armée va se tuer à la tâche », laisse-t-on entendre à la défense. « Il faudra faire des choix de modulation de nos engagements, pour se redonner des marges de souplesse, car qui sait ou il faudra que l’armée française intervienne dans un an ou un et demi ? (…), affirme le général François Lecointre. Il est impératif, urgent, important de se redonner de la marge (…), la régénération nécessaire de nos armées est indispensable pour que l’armée française reste la première armée d’Europe, (…) et évidement ce travail sera fait entre les armées, la ministre et le président de la République ».

Un monde incertain

Cette concertation et ces arbitrages devront permettre de déterminer quelles opérations il faudra alléger, transformer voire supprimer afin de mieux préparer l’avenir dans un monde qui n’a jamais été aussi dangereux depuis la fin de l’URSS, rappelle le général Grégoire de Saint-Quentin, commandant en chef de l’opération Serval au Mali en 2013 : « Le monde est entré dans un état de crise permanent, des acteurs comme l’organisation Etat Islamique ont décidé de contourner le système international » . Le sous-chef d’état-major « opération » des armées poursuit : « Il faut être plus vigilant, être en mesure de faire face, d’apporter des réponses, face des situations que nous ne connaissions pas il y a 25 ans après la chute du mur de Berlin ». Ce mardi, c’est la ministre Florence Parly qui prononcera le discours de clôture de ces quinzièmes universités d’été de la Défense.

 

PROLIFÉRATION DES ARMES NUCLÉAIRES : Ces importantes décisions de l’Etat du Sénégal

Les autorités ont pris des décisions importantes pour lutter contre la prolifération des armes légères. Une situation saluée à juste titre par le Comité des Sénégalais contre la Prolifération des Armes Nucléaires (CSPAN) qui se dit être en phase avec le Gouvernement.

 

Le Comité des Sénégalais contre la Prolifération des Armes Nucléaires (CSPAN) est en phase avec le Gouvernement du Sénégal, selon un communiqué rendu public.
« L’Etat a pris beaucoup de mesures relatives à l’application des sanctions contre la Corée du Nord. En représailles aux interminables tirs de missiles de la Corée du Nord, le CSPAN appelle l’ONU qui à adopter une résolution qui pourrait faire perdre près d’un milliard de dollars par an au régime de Pyongyang, à autoriser des frappes pour que les tirs de missiles arrêtent », renseigne-t-on.
Une mesure salutaire selon les observateurs pour qui, les sanctions votées ces dix dernières années n’avaient pas réussi à dissuader la dictature. Une stricte application de la résolution votée à l’unanimité va frapper sévèrement les finances du pays.
Des experts des milieux financiers estiment que ces mesures pourraient réduire d’un tiers les recettes d’exportation du régime de Kim Jong-Un, évaluées à milliards de dollars l’année (2,5 milliards euros).
Le texte proposé par les Etats- Unis entend sanctionner les tirs de missiles balistiques intercontinentaux des 04 et 28 juillet et aura un impact financier important comme l’a relevé le président Donald Trump dans un Tweet posté après le vote.
Parmi les mesures coercitives, on peut citer entre autres, l’interdiction de création de toute nouvelle société conjointe entre des étrangers et des Nord-Coréens. Il est également exclu de nouveaux investissements dans les sociétés existant déjà. Déjà en application de certaines dispositions, deux banques, deux entreprises ont été inscrites dans la liste noire des sociétés et personnalités, dont les avoirs sont gelés.
En réalité la résolution vise principalement la structure dénommée (MOP), bras financier du régime Nord-Coréen qui réalise beaucoup d’opérations pour renflouer les caisses de l’Etat.
Un autre dispositif faisant partie de la batterie de sanctions concerne le secteur d’apport de devises visé par la résolution 2371 relatif aux travailleurs de Corée du Nord à l’étranger dont le nombre ne pourra plus augmenter.
Selon une enquête réalisée par les Nations-Unies, ils étaient en 2015 plus de 50.000 en grande partie gérés par le même groupe Mansudae.
Déployés en Asie du Sud-est, surtout en Chine et en Russie, ces travailleurs rapporteraient entre 1,2 milliards et 2,3 milliards de dollars par an. S’agissant du Sénégal, le Gouvernement a pris beaucoup de mesures relatives à l’application des sanctions contre la Corée
du Nord. Cette volonté politique s’est encore manifestée récemment avec l’expulsion d’un citoyen Nord-Coréen à l’aéroport de Dakar qui voulait entrer au Sénégal.
Une preuve illustrative que la diplomatie sénégalaise accorde beaucoup d’importance à l’application des résolutions du conseil de sécurité dont il est présentement un des membres éminents.

Le conducteur de l’attaque de Barcelone recherché dans toute l’Europe

Toutes les polices européennes sont désormais à la recherche de Younès Abouyaaqoub. Ce jeune homme d’origine marocaine se trouvait, selon les autorités, au volant de la fourgonnette de l’attentat de Barcelone, avant de fuir à pied.

« Il n’est plus seulement recherché en Catalogne mais dans tous les pays européens ». Dans un message diffusé à la radio catalane, Joaquim Forn, un responsable du gouvernement catalan, a annoncé lundi 21 août que la traque de Younès Abouyaaqoub a été étendue à tout le continent.

Ce Marocain de 22 ans est le conducteur présumé de la fourgonnette qui a fait 13 morts jeudi sur les Ramblas à Barcelone. Le jeune homme a pris la fuite à pied après avoir foncé sur la foule.

Le responsable catalan Joaquim Forn a également nommé formellement le fugitif après que la police a confirmé, lundi matin, l’avoir identifié. Son nom et sa photo avaient commencé à circuler depuis dimanche.

A-t-il franchi la frontière franco-espagnole?

Le chef de la police régionale n’a pas exclu dimanche soir que Younès Abouyaaqoub ait pu franchir la frontière française, tout en disant ne pas disposer d’information particulière à ce sujet.

L’enquête a d’ores et déjà permis d’établir que la cellule responsable des attaques à Barcelone et Cambrils avait des connexions dans plusieurs pays européens, dont la Suisse, la Belgique et peut-être la France.

Quelques heures après l’attaque de Barcelone, une autre voiture avait à son tour fauché des badauds dans la station balnéaire de Cambrils, au sud de la capitale catalane. L’un des cinq occupants de l’Audi munis de fausses ceintures explosives, d’une hache et de couteaux, avait ensuite poignardé à mort une femme. Tous les cinq ont été abattus par la police.

Une cellule terroriste de 12 personnes

Les auteurs des deux attentats, revendiqués par le groupe État Islamique constituent une cellule jihadiste de 12 personnes. Ils s’apprêtaient à commettre « un ou plusieurs attentats » de « manière imminente », quand un raté a entraîné la déflagration qui a détruit la maison où ils préparaient les attaques à Alcanar, à 200 km au sud-ouest de Barcelone, selon le chef de la police catalane Josep Lluis Trapero.

Les enquêteurs estiment que cette explosion a poussé la cellule à agir précipitamment avec des véhicules pour tuer à Barcelone puis Cambrils.

Quatre suspects étaient en garde à vue lundi. Sur les cinq tués à Cambrils, trois de nationalité marocaine, ont été identifiés. Trois autres suspects ont été identifiés : Younès Abouyaaqoub et deux hommes qui pourraient avoir péri dans l’explosion d’Alcanar.

Plusieurs membres de la cellule, dont un imam, Abdelbaki Es Satty, vivaient à Ripoll, petite ville au pied des Pyrénées, au nord de Barcelone.

Avec AFP

 

Seine-et-Marne : une voiture fonce dans une pizzeria, faisant au moins un mort et douze blessés

Une voiture a foncé intentionnellement dans une pizzeria du village de Sept-Sorts (Seine-et-Marne), lundi 14 août, tuant une fillette de 13 ans et blessant grièvement plusieurs personnes. D’après la gendarmerie, aucune trace de freinage n’a été constatée.

 Un bilan encore provisoire. Selon le porte-parole du ministère de l’Intérieur, interrogé sur franceinfo, une jeune fille a été tuée, quatre personnes se trouvent « entre la vie et la mort », et huit autres ont été blessés plus légèrement. 

 Le conducteur arrêté. Les faits se sont produits vers 20h15, dans cette pizzeria située dans une zone commerciale. Le conducteur du véhicule, un homme né en mars 1985, a été interpellé et placé en garde à vue. Selon les premières constations des gendarmes, il n’a pas tenté de fuir avec son véhicule après le drame. D’après une source proche du dossier, l’individu ne serait pas inscrit au fichier des personnes recherchées (FPR) de la police nationale.

 La piste terroriste écartée. Le parquet de Meaux, cité par l’Agence France-Presse, parle d’un « acte délibéré », mais qui n’a « a priori, rien à voir avec un acte terroriste ». Selon une source judiciaire également citée par l’AFP, les premières déclarations de l’individu interpellé permettraient d’écarter la piste terroriste. Sur BFMTV, le porte-parole du ministère de l’Intérieur a évoqué un profil psychologique « instable ». D’après les informations de France 2, l’homme aurait fait très récemment une tentative de suicide.

 La section de recherches de Paris saisie. Selon nos infirmations, les gendarmes de la section de recherches de Paris ont été saisis, contrairement au parquet anti-terroriste de Paris.

………………………………………………………….

Retrouvez ici l’intégralité de notre live #SEPT_SORTS

00h15 : Interrogé sur le fait que l’homme interpellé et placé en garde à vue puisse être suicidaire, le procureur adjoint de Meaux, Eric de Valroger, a estimé qu’il était « prématuré » de le confirmer. En revanche, il n’a « aucun doute » sur le caractère volontaire de son acte, le conducteur ayant dû volontairement quitter la route pour se diriger vers la pizzeria. « Nous en saurons davantage sur son mobile dans les heures qui viennent », a-t-il estimé.

00h15 : Le conducteur, âgé de 31 ans, habitait à la Ferté-sous-Jouarre (Seine-et-Marne), une commune voisine de Sept-Sors.

00h11 : Les démineurs n’ont trouvé aucune arme ni dispositif dangereux dans la voiture du conducteur, affirmele procureur adjoint de Meaux.

00h11 : Selon le procureur adjoint de Meaux, il est « hautement vraisemblable » que le conducteur interpellé se trouvait sous l’emprise de stupéfiants, sans plus de précisions. Des vérifications doivent encore être faites pour le confirmer. Il n’était en revanche, « a priori », pas sous l’emprise de l’alcool.

00h25 : Le parquet de Meaux a ouvert une enquête de flagrance pour « homicide volontaire avec arme », « tentative d’homicide volontaire avec arme » et « conduite sous l’emprise de stupéfiants ». Dans ce chef d’accusation, l’arme désigne la voiture. Le procureur a confirmé qu’aucune arme n’avait été retrouvée.

00h08 : Le mobile terroriste est écarté « à ce stade de l’enquête », affirme le procureur adjoint de Meaux.

00h08 : Outre les cinq personnes « en état d’urgence absolue » et la fillette de 12 ans tuée, le procureur adjoint affirme que huit personnes ont été blessées plus légèrement et hospitalisées.

00h06 : L’enfant de 3 ans, un petit garçon, a été héliporté vers l’hôpital Necker, à Paris, affirme le procureur adjoint, qui vient de tenir un point presse devant les journalistes à Sept-Sorts.

00h05 : Cinq personnes sont blessées « en état d’urgence absolue », dont un enfant de 3 ans dont le pronostic vital est engagé, affirme le procureur adjoint de la République de Meaux.

23h44 : Voici une photo montrant la voiture à l’intérieur de la pizzeria de Sept-Sorts, et qui donne une idée de l’étendue des dégâts.

23h58 : D’autres détails circulent dans d’autres médias au sujet du drame de Sept-Sorts. Nous avons donné dans ce direct toutes les informations confirmées officiellement ou par nos propres sources dont nous disposons. Si vous ne lisez pas dans ce direct une information évoquée par d’autres médias, c’est donc que nous n’en avons pas la confirmation.

23h14 : La gendarmerie a instauré un périmètre de sécurité autour de la pizzeria de Sept-Sorts, et empêche les véhicules d’y entrer. Voici quelques images.

(BENOIT TESSIER / REUTERS)

23h05 : Franceinfo a recueilli le témoignage d’un restaurateur voisin de la pizzeria : « J’ai vu une BMW grise qui était vraiment à l’intérieur de la pizzeria. Je voyais des gens blessés, il y avait un enfant qui semblait gravement blessé. Après dix minutes, les sapeurs pompiers ont demandé s’ils pouvaient ramener les victimes ici, surement des gens qui étaient sous le choc. On a dit oui. »

23h00 : Dernier détail donné par le porte-parole du ministère de l’Intérieur sur franceinfo : les forces de l’ordre se sont assurées « qu’il n’y avait rien de dangereux dans la voiture de l’individu interpellé »avant de commencer leurs constatations.

22h57 : « La piste terroriste ne semble pas privilégiée pour le moment, même si évidemment on ne peut l’écarter. Ce n’est que l’enquête judiciaire qui permettra de faire toute la lumière, et de qualifier judiciairement cet acte » conclut le porte-parole du ministère de l’Intérieur.

22h56 : « Il s’est laissé interpeller sans difficultés et il a commencé à parler aux gendarmes, en indiquant qu’il avait fait une tentative de suicide la semaine dernière », poursuit Pierre-Henry Brandet, le porte-parole du ministère de l’Intérieur. « La piste d’une personne dépressive est une piste explorée par les enquêteurs. »

22h53 : Il évoque un acte « qui semble délibéré », selon les témoignages et les premiers éléments de l’enquête. Le conducteur, âgé d’une trentaine d’années, est inconnu de la police, de la justice et des services de renseignement.

22h51 : « Il y a bien évidemment aussi un certain nombre de personnes qui étaient présentes qui ont été psychologiquement très atteintes et vont bénéficier d’un soutien », ajoute Pierre-Henry Brandet, le porte-parole du ministère de l’Intérieur.

22h49 : Une fillette est morte, quatre personnes sont « entre la vie et la mort » et huit autres ont été légèrement blessées, annonce le porte-parole du ministère de l’Intérieur du franceinfo.

22h40 : La Gendarmerie nationale invite les internautes à ne pas diffuser de fausses informations ni d’images de l’incident.

22h43 : Le bilan peut être amené à changer. A l’instant, le porte-parole du ministère de l’Intérieur, Pierre-Henry Brandet, affirme lui sur BFMTV, que douze personnes ont été blessées, dont quatre se trouvent en urgence absolue, et confirme qu’une fillette est morte. Un bilan qui diffère de celui donné par le sous-préfet de Seine-et-Marne, Gérard Branly, sur franceinfo.

22h36 : Les gendarmes de la section de recherches de Paris ont été saisis de l’enquête. Le parquet anti-terroriste de Paris n’est pas saisi.

22h35 : Selon les premières constations des gendarmes, l’homme interpellé n’a pas tenté de fuir avec son véhicule après le drame. Ils n’ont relevé aucune trace de freinage, ce qui tendrait à prouver le caractère intentionnel de cet acte.

22h34 : Selon une source proche du dossier, le conducteur du véhicule ne serait pas inscrit au fichier des personnes recherchées (FPR) de la police nationale.

22h32 : Un nouveau bilan fait état d’une jeune fille de 12 ans tuée et de huit blessés graves, selon le sous-préfet de Seine-et-Marne interrogé par franceinfo.

22h25 : Je sais que de nombreuses informations circulent dans différents médias. Nous préférons nous en tenir aux informations annoncées officiellement ou venant de nos propres sources (les autres médias ont les leurs, mais nous ne connaissons pas leur fiabilité). Nous vous tenons au courant le plus vite possible de chaque nouvelle information que nous avons pu confirmer.

22h24 : Avez-vous des précisions sur ce qui s’est passé ?

22h22 : Selon les informations de France 2, le conducteur aurait fait une tentative de suicide il y a quelques jours.

22h22 : Selon le parquet de Meaux cité par l’AFP, l’acte du conducteur qui a foncé sur une pizzeria est un « acte délibéré »mais n’a « a priori, rien à voir avec un acte terroriste ».

22h13 : Selon les informations de France 2, la fillette tuée par une voiture à Sept-Sorts n’a pas 8 ans, comme indiqué précédemment, mais 13 ans.

22h29 : Sept-Sorts, en Seine-et-Marne, est une petite commune de moins de 500 habitants, a une cinquantaine de kilomètres de Paris. Sur cette carte, le point rouge représente la commune.

22h04 : Toujours selon les informations de France 2, aucune trace de freinage n’a été relevée sur le trajet de la voiture, une BMW.

22h03 : Un homme a été interpellé, confirme la gendarmerie à France 2.

22h23 : Une voiture a foncé dans une pizzeria à Sept-Sorts, en Seine-et-Marne, tuant une fillette de 8 ans et blessant au moins cinq personnes, selon les informations de France 2.

21h59 : La Gendarmerie nationale annonce qu’une opération est en cours à Sept-Sorts, où plusieurs médias dont BFMTV et Europe 1 affirment qu’une voiture a foncé sur la terrasse d’une pizzeria. La Gendarmerie ne confirme pas quelle est la nature de l’incident. Nous cherchons toujours à confirmer par nos propres sources les informations de nos confrères.

 

LA GENDARMERIE SE DOTE DE NOUVEAUX MATÉRIELS ET ÉQUIPEMENTS

Le ministre des Forces armées, Augustin Tine , a visité vendredi à Mbao les magasins où sont stockés les nouveaux équipements de la Gendarmerie destinés à renforcer les capacités d’intervention, de contrôle et de veille de l’institution, a constaté l’APS.

Ces équipements « de dernière génération » acquis par l’Etat du Sénégal sont stockés dans différentes casernes dont celle de la Légion de la gendarmerie d’intervention (LGI) de Mbao.

Ils sont composés d’équipements individuels de protection, d’équipements de déminage, d’équipements optique de franchissement, de transmission et des scanners et portiques

Il y a également des lots d’effraction hydraulique, des boucliers balistiques, du matériel explosif pour les démineurs, des gilets, un système inspection caméra, des lunettes de tireur d’élite.

L’on y trouve du matériel pour la navigation maritime tels que du matériel de plongée, des lampadaires pour la navigation nocturne, des gilets de sauvetage, des boussoles de plongée, des couteaux de plongée en acier, des torches et appareils photographiques des prises sous la mer.

Cette acquisition obtenue « avec le concours de la société Synergies Afrique basée à Dakar entre dans le cadre de la sécurisation des édifices publics », explique un document remis à la presse.

Selon la même source, ces équipements permettront « à l’institution de mieux faire face aux menaces polymorphes qui jalonnent le quotidien des forces de défense et de sécurité aux niveaux national et international ».

Avec ce matériel, poursuit le document, « l’Etat vient conforter le haut commandement de la Gendarmerie nationale dans la dynamique de modernisation et d’actualisation des moyens de lutte contre le terrorisme, la criminalité transfrontalière ou les autres formes de délinquance ».

« La gendarmerie compte ainsi renforcer son dispositif de sécurité et de protection des institutions, des hautes autorités de la République ainsi que des édifices publics relevant de la Gendarmerie nationale », lit-on sur le document.

« Je suis très satisfait de ce matériel de dernière génération que nous avons tous vu, aujourd’hui. La gendarmerie qui a en charge en partie de la sécurité des populations est en train de jouer pleinement son rôle », s’est réjoui M. Tine.

Selon le ministre des Forces armées, « le gouvernement travaille de manière à anticiper la lutte contre le terrorisme et à sécuriser les populations sénégalaises et ce matériel va les tranquilliser quand ils le verront ».

« Ce sont les équipements utilisés dans les pays développés. Cela nous conforte dans le fait que la montée en puissance est réelle au niveau des forces armées sénégalaises », a-t-il dit.  

Mame Birame WATHIE, journaliste à Walfadjri, convoqué à la DIC

Le responsable de la Rédaction du site WALFNet.com, a reçu, cet après-midi, une convocation de la Division des investigations criminelles (DIC).

Les deux policiers qui lui ont porté le document n’ont rien indiqué quant aux motifs de cette convocation. Il est juste demandé au journaliste de se présenter ce mercredi 26 juillet à 10 heures dans les locaux de la DIC. Ce que ce dernier compte bien entendu faire.

 

Au moins 26 soldats afghans tués dans l’attaque de leur base près de Kandahar

Kandahar (Afghanistan) – Les talibans ont attaqué mardi soir une base de l’armée afghane près de Kandahar (sud) faisant au moins 26 tués et 13 blessés parmi les soldats, a annoncé mercredi le ministère de la Défense joint par l’AFP.

« Les terroristes ont attaqué le camp à Karzali la nuit dernière. Les soldats ont résisté avec bravoure et tué plus de 80 terroristes » a ajouté le porte-parole du ministère, le général Dawlat Waziri.

Selon une source locale, l’attaque, dans le district de Khakrez à la limite de la province voisine du Helmand, a duré plusieurs heures, entre 22H00 mardi (17h30 GMT) et jusqu’à 03H00 du matin (22h30 GMT mardi).

Les talibans ont revendiqué l’opération sur leur compte Twitter.

« Des centaines de talibans sont arrivés à bord d’un convoi d’une trentaine de véhicules et ont attaqué la base en plusieurs points. Les combats ont duré des heures » a rapporté un habitant à un correspondant de l’AFP.

Selon lui, des renforts aériens ont été appelés pour bombarder les assaillants.

Une source hospitalière à Kandahar a également indiqué qu’au « moins 25 soldats blessés ont été acheminés à l’hôpital de la ville ».

La dernière attaque talibane d’ampleur contre une base militaire, le 21 avril près de Mazar-i-Sharif (nord), avait fait au moins 135 morts officiellement – plus de 200 selon des sources de sécurité – parmi de jeunes recrues frappées alors qu’elles se trouvaient à la mosquée et au réfectoire.

 

SOURCE: MEDIA

Facebook login by WP-FB-AutoConnect