Home » Santé (page 14)

Santé

Religion-santé: 127e pèlerinage Marial de Poponguine : « Ebola et la crise financier font que les gargotes ne marchent plus»

Si, pour la plupart des pèlerins présents à ce 127e pèlerinage Marial de Poponguine, l’objectif de leur déplacement à ce lieu Saint de la chrétienté est d’ordre religieux, tel n’est pas le cas pour ces vendeuses qui, pour nombre d’entre eux, mettent en exergue l’aspect financier. En effet, venue de Dakar et de Mbour pour la plupart, ces femmes bravent le soleil, la poussière et l’éloignement familial durant trois jours, pour ramener de quoi nourrir leurs familles.

Seulement, si ce business était florissant il y ‘a de cela quelques années, force est de constater que les gargotes et autres restaurants ne font plus recette. Selon plusieurs vendeuses rencontrées sur place, «Ébola et la crise financier sont leurs principales adversaires qui leurs empêchent de faire de bons chiffres d’affaire». Sans parler du contrôle stricte effectué par les agents du Service d’Hygiène qui selon eux n’arrêtent pas de leurs mettre la pression, au point que plusieurs d’entre elles ne sont pas présentes à cette édition.

L’autre aspect soulevé par une vendeuse est le comportement adopté par les jeunes catholiques. Cette dernière déclare que nombre de jeunes pèlerins viennent à Poponguine avec des amies qui font la cuisine ce qui fait qu’ils mangent de moins en moins dans les gargotes.

Raymond SAGNA

Sa Majesté le Roi Mohamed VI a remis un don de 10 tonnes de médicaments à l’hôpital de Fann.

La cérémonie s’est déroulée en présence du Président de la République
SEM Macky Sall et du ministre de la santé et de l’action sociale
Madame Awa Marie Coll Seck.

Il n'y a aucune album sélectionné ou l'album a été supprimé.

Sante-sport: 43% de lutteurs risquent la mort subite

C’est ce qu’a révèle une étude sur 315 lutteurs, menée sous la direction du Pr Abdoul Ba chef de la clinique de cardiologie de l’hôpital Le Dantec. Pres de la moitie souffre d’hyper tension artérielle, renseigne le spécialiste avant de préciser que certains ont des troubles arythmiques graves, d’autres des malformations cardiaques, deux avaient le ventricule gauche malade et l’un est réellement cardiaque sans le savoir.

La mort subite est le risque encouru a souligne le cardiologue. Il se réfère aux conclusions d’une récente étude en France sur des cas de mort subite d’amateurs de sport qui ont révèle que cela ont concerne principalement les sportifs occasionnels et non des athlètes professionnels. Le Pr Ba a conseille d’établir un bilan médical avant d’engager toute activité sportive.
Le médecin a anime samedi une conférence portant sur sport et éducation, organisée par le comité national de promotion et du développement du sport pour tous.

MRND avec Rsi

Les jeunes doivent bénéficier d’une éducation sexuelle (ambassadrices)….Envoyée spéciale : Adama Diouf Ly

Fissel (Thiès), 22 mai –La comédienne-chanteuse franco-sénégalaise Nadège Beausson Diagne a souligné la nécessité de mener une éducation sexuelle auprès des jeunes pour les accompagner et les aider à faire face aux maladies sexuellement transmissibles et à certaines maladies comme le Vih/Sida.

Ambassadrice de bonne volonté de la Fondation pour la médecine et la recherche en Afrique (AMREF, en anglais), elle a pris part pendant trois jours à une visite dans la région avec une étape au centre conseil pour adolescents et jeunes implanté au poste de santé de Fissel Mbadane, dans le district sanitaire de Thiadiaye.

‘’Adolescents et jeunes sont l’avenir de notre continent, ils doivent être à même de faire la part des choses en matière de santé sexuelle, c’est un droit’’, a-t-elle relevé dans un entretien avec l’APS.

‘’En tant que femme métisse africaine, il est essentiel pour moi d’être utile aux jeunes, aux femmes et aux enfants aussi bien en France que dans d’autres pays d’Afrique pour améliorer l’accès aux services de soins mais également à l’information pour aider les jeunes à franchir l’étape délicate de l’adolescence’’, a-t-elle expliqué.

Pour Nadège Beausson Diagne,  »il ne s’agit pas d’inciter les jeunes à une sexualité précoce, mais plutôt de leur fournir les informations en matière de santé de la reproduction, leur faire connaître leur corps, pour qu’ils soient à même de prendre leurs responsabilités ».

Face au développement des technologies de l’information et de la communication avec Internet qui permet d’accéder sans restriction à toutes sortes d’information, il est important  »d’être présent à côté d’Internet et d’autres réalités quotidiennes pour arriver à un équilibre des jeunes et des adolescents », a-t-elle dit.

S’exprimant sur sa visite, elle a souligné qu’il était important de  »descendre sur le terrain pour s’imprégner des réalités et avoir des arguments afin de porter le plaidoyer à un niveau où les décisions sont prises pour l’octroi de plus de ressources en faveur de l’accès à l’information pour les jeunes mais également des soins de qualité pour les populations ».

 »Avant, j’étais fortement sensibilisée, mais confrontée à la réalité en tant qu’ambassadrice de bonne volonté de santé publique, mon engagement est plus concret, parce que j’ai vu les choses réalisées, les défis à relever pour la santé des jeunes et des adolescents », a-t-elle dit.

 »C’est un sujet qui n’est pas facile à aborder en famille, à l’école et devant le personnel de santé mais le fait de pouvoir en parler permet de désacraliser certaines difficultés et de rendre les jeunes plus à l’aise quand ils se retrouvent en difficultés », a soutenu pour sa part la sage-femme française, Mathilde de Calan, Chargée du volet santé au ministère des Affaires Etrangères, également ambassadrice de AMREF.

Là, a t-elle relevé,  »ils savent à qui en parler dans les structures de santé ».

 »Les espaces de jeunes de santé permettent d’avoir des services adaptés à leur âge et leur manière de communiquer des enjeux aussi importants et des sujets intimes » selon la sage-femme.

Mais, a t -elle ajouté,  »ce serait également intéressant d’avoir des structures jeunes en dehors des structures de santé dans la mesure où parler de sexualité n’est pas seulement un problème de santé mais il y a une autre dimension qui dépasse largement les questions de maladies transmissibles et de grossesses précoces ».

Il s’agit de l’apprentissage de la sexualité et de la connaissance de son corps, a-t-elle soutenu

A travers le programme ‘’Accès Services Connaissances’’ (ASK, en anglais) qui sera déroulé sur 3 ans (2013-2015), l’AMREF et l’Association sénégalaise pour le bien-être familial (ASBEF) comptent appuyer la Direction de la santé et de la reproduction et de la survie de la famille à installer dans les structures de santé des espaces conseils adolescents et jeunes pour des ‘’services conviviaux adaptés aux jeunes’’

En 2011, l’AMREF, première ONG de santé publique créée en 1957, a lancé une campagne dénommée ‘’Stand up for african Mothers’’ pour former par une méthode e-learning 15000 sages-femmes africaines pour contribuer à réduire de 25% la mortalité maternelle et infantile.

Des ambassadeurs de bonne volonté ont été choisies parmi des célébrités en France et dans les pays d’intervention du programme (Sénégal, Mozambique, Kenya, Ouganda, Ethiopie, Soudan du Sud, Tanzanie) pour porter cette campagne.

Au Sénégal, les chanteurs Carlou D, Didier Awadi, Adiouza, la présidente des femmes médecins Oumy Ndao Fall, l’artiste Kalidou Kassé et la comédienne Rokhaya Niang sont les ambassadeurs de cette campagne.

avec aps

Ban Ki-moon appelle à une action mondiale pour  »combattre la perte de diversité biologique »

Le secrétaire général de l’ONU rappelle, à l’occasion de la journée internationale de la diversité biologique, célébrée ce vendredi, la nécessité de ‘’combattre la perte de diversité biologique par une action mondiale, dans l’intérêt des êtres humains et de la planète’’.

‘’En cette journée internationale de la diversité biologique, réaffirmons notre engagement à combattre la perte de diversité biologique par une action mondiale, dans l’intérêt des êtres humains et de la planète’’, écrit Ban Ki-moon, dans un message transmis à l’APS.

‘’La diversité des formes de vie présentes sur terre est essentielle pour le bien-être des générations actuelles et futures’’, relève le patron de l’ONU, ajoutant que la préservation, la restauration et l’utilisation durable de la biodiversité ‘’peuvent contribuer à résoudre toute une série de problèmes de société’’’.

Selon Ban Ki-moon, ‘’la protection des écosystèmes et l’accès des groupes de population pauvres et vulnérables aux services éco systémiques ont un rôle déterminant à jouer dans l’élimination de l’extrême pauvreté et de la faim’’.

Il a ajouté que la réduction de la déforestation et de la dégradation des terres, de même que l’accroissement des stocks de carbone dans les forêts, les zones arides, les pâturages et les terres cultivées, ‘’sont des facteurs de progrès économique et social non négligeables et un moyen peu coûteux d’atténuer les effets des changements climatiques’’.

‘’Tout cadre de développement durable doit mettre en place des conditions favorables à la conservation et à l’exploitation durable de la diversité biologique, à une répartition plus équitable des avantages et à la réduction des facteurs d’appauvrissement de la biodiversité’’, a relevé Ban Ki-moon.

Il a souligné que les objectifs de développement durable et le programme général de développement pour l’après-2015, en cours de négociation, ‘’offrent l’occasion de prendre en compte la biodiversité à tous les niveaux et d’amorcer une mutation profonde de l’utilisation qu’en font nos économies et nos sociétés et de la place qu’elles lui réservent’’.

aps.sn

135e édition de l’appel de Seydina Limoulaye…La Croix Rouge présente pour la première fois

Présente pour la première fois à l’Appel de Seydina Limamou Laye, la Croix Rouge sénégalaise a déployé les grand moyens pour être à la hauteur de l’événement. Installée sous des tentes, en face du Mausolée du Mahdi juste après le campement du bataillon de la Santé Militaire, les éléments de la croix Rouge sont sur la brèche.

IMG_5171

Composée d’une unité motorisée et d’un bon nombre d’agents sur le terrain, ces jeunes aux dossards de l’organisation humanitaire sillonnent les différentes artères du village de Yoff pour venir en aide aux populations. D’ailleurs, à en croire leur responsable « la plupart des interventions portent sur des disparitions d’enfants ». A notre passage, ceux qui sont retrouvés étaient récupérés par leurs parents visiblement soulagés.  Pour l’heure le nombre d’intervention est faible, comparé aux autres manifestations religieuses comme le pèlerinage de Popenguine ou le Magal de Touba que la Croix Rouge à l’habitude de couvrir renseigne le Chef d’équipe. « Néanmoins, nous restons toujours en alerte, puisque nous savons par expérience que la situation peut évoluer à chaque instant ».

R.SAGNA

 

Sayara : le médecin-chef craint une propagation du virus Ebola

Le médecin-chef du district sanitaire de Saraya (sud-est), Evrard Kabou, dit craindre une propagation du virus Ebola dans la région de Kédougou, qui attire de nombreux pratiquants de l’orpaillage traditionnel.

« Ce qui nous inquiète surtout, c’est la réouverture des sites d’orpaillage traditionnel. Depuis leur réouverture, nous constatons que des gens de diverses nationalités y travaillent. Certains viennent même de pays où il y a encore la maladie à virus Ebola », a dit le docteur Kabou.

Il s’entretenait avec les participants de la « caravane de sensibilisation » (13-25 mai) sur la fièvre Ebola, à l’initiative de l’ONG Réseau international solidarité-entraide pour le développement/World (RISED).

La campagne de sensibilisation concerne les régions de Tambacounda, Kédougou et Kolda.

Des ressortissants d’ »une quinzaine » de pays travaillent dans les 21 sites d’orpaillage traditionnel de la région de Kédougou, qui sont communément appelés « dioura », selon une source médicale qui a requis l’anonymat.

Le plus grand de ces sites est celui de Kharakhena, situé à 35 kilomètres de Saraya, près de la frontière entre le Sénégal et le Mali.

La caravane s’est rendue sur ce site, où ses animateurs ont évoqué avec les commerçants surtout les risques de contagion du virus Ebola et les mesures à prendre pour l’éviter.

aps.sn

Sénégal-Kaolack : un seul médecin anesthésiste pour l’hôpital El Hadj Ibrahima Niass (directeur)

Le directeur du centre hospitalier régional El Hadj Ibrahima Niass, le docteur Saliou Tall, a indiqué jeudi que sa structure fait face à un déficit en ressources humaines particulièrement en anesthésie, spécialité dans laquelle l’hôpital ne compte qu’un seul médecin.

 »Dans tout l’hôpital régional, nous ne disposons que d’un seul médecin anesthésiste. C’est un problème car il ne peut pas être là toute la journée en dépit de tous ses efforts’’, a-t-il dit dans un entretien avec l’APS.

 »Au niveau des techniciens anesthésistes, a-t-il poursuivi, là aussi, il y en a pas assez pour un bon fonctionnement des trois blocs opératoires du centre hospitalier régional ».

Selon lui,  »l’idéal pour permettre un bon fonctionnement des trois blocs serait de disposer d’une dizaine de techniciens en anesthésie ».

Le docteur Tall a indiqué que le Service d’accueil des urgences (SAU) a été doté d’ un nouveau bloc opératoire qui pourra démarrer dans le courant 2015.

 »On est en train de nous organiser pour l’acquisition prochaine du matériel. Donc ce sera un bloc avec salles opératoire et de réveil’’, a-t-il signalé.

Selon lui, ce bloc permettra de prendre en charge sur place, à la SAU les cas qui d’urgences d’opération.‘’On n’aura plus besoin de transférer un cas qui nécessite une opération du SAU au bloc central opératoire de l’hôpital’’, a-t-il souligné.

 »Nous pouvons passer de cinq à six malades opérés par jour au niveau du bloc central à un nombre qui va augmenter considérablement », a-t-il fait part.

En outre, il a souligné que ce nouveau bloc opératoire permet aussi de désengorger le bloc central qui est constitué de trois salles d’opération dont l’une est réservée aux urgences.

Le docteur a précisé que l’hôpital a entrepris un plan d’investissement qui a démarré depuis l’année dernière sur une période de trois ans.

 »Ceci va nous permettre aussi de renouveler cette année tous l’équipements et les matériels d’opération du bloc central’’, a-t-il expliqué.

Aps

Sénégal-santé-Barkédji : des femmes accèdent gratuitement au planning familial

Barkédji (Linguère), 14 mai – Plus de 80 femmes ont pu bénéficier gratuitement des méthodes de planning familial à longue ou courte durée, jeudi, au Poste de santé de Barkédj (Linguère), à l’initiative de l’ONG Marie Stoppes Internationale, a constaté l’APS.

Ces consultations ont été effectuées par l’équipe mobile de Louga emmenée par l’assistante sociale Seynabou Ndiaye. ‘’Le but est d’atteindre les OMD. Ces femmes habitent des zones éloignées où elles n’ont pas accès à la planification familiale’’, a-t-elle expliqué.

L’ONG a également distribué des produits et sensibilisé les relais communautaires.

L’Infirmier-chef de poste (ICP) de Barkédji a salué cette initiative et invité les femmes bénéficiaires à respecter les rendez-vous.

Aps

Sénégal-Santé: Le poste de santé de Yoff Tonghor inauguré

Le maire de Yoff, Abdoulaye Diouf Sarr, a inauguré, samedi , le poste de santé El Hadj Mamadou Sarr de Yoff Tonghor réfectionné à hauteur de 15 millions de francs.

‘’Avec 15 millions de francs, nous avons rénové et équipé entièrement le poste de santé de Tonghor au bonheur des populations. Ce poste de santé va permettre de prendre en charge les populations de Tonghor et les populations qui sont en activité au niveau du quai de pêche de Yoff’’, a-t-il dit.

‘’La rénovation en termes de gros œuvres nous a couté 10 millions et l’équipement 5 millions’’, a précisé M. Sarr qui a affirmé que ‘’tous les équipements nécessaires à la bonne prise en charge médicale des populations sont présents dans le poste de santé’’.

L’inauguration de ce poste de santé a aussi été l’occasion de sensibiliser les populations de Yoff sur les avantages des mutuelles de santé de la Couverture maladie universelle (CMU).

Selon Abdoulaye Diouf Sarr, par ailleurs, ministre du Tourisme, ‘’La CMU est devenu une réalité dans le pays et Yoff ne sera pas en retard par rapport à ce processus.

‘’Nous allons parallèlement lancer l’initiative de la CMU à Yoff pour dire aujourd’hui qu’en plus de la mise en ouvre de la politique de prise en charge des populations en termes de soins, il y a toute la politique de prise en charge financière des soins de santé’’, a-t-il soutenu.

De son coté, le directeur général de l’Agence de la CMU, Cheikh Seydi Aboubacar Mbengue, a indiqué que ce nouveau poste de santé va travailler en collaboration avec son agence, saluant aussi l’intérêt que les populations de Yoff portent sur la CMU.artoff142040

Facebook login by WP-FB-AutoConnect