Home » Santé (page 10)

Santé

Pour inciter les populations à souscrire à la Cmu Le Parel déroule sa stratégie

Le projet d’assurance et de renforcement de l’économie locale(Parel) est mis en place par le Catholic Relief services (Crs) pour contribuer à la mise en œuvre du programme de la couverture maladie universelle (Cmu). En phase pilote à Bambey et Diourbel, ce projet  a pour but de faciliter l’accès aux services de santés  des populations  par le bais des mutuelles de santé communautaires plus proches des populations rurales. Les responsables de  Catholic Relief services (Crs) l’ont fait savoir ce vendredi au cours d’un atelier de restitution organisé dans ce sens au Méridien président. Le Directeur de l’Agence de la couverture de la maladie universelle, Cheikh Seydi Ababacar Mbengue s’est félicité de cette initiative de Catholic Relief services (Crs) en disant qu’elle participe à renforcer la structure qu’il dirige d’arriver à atteindre 75% de la population pour les faire bénéficier des services de la couverture médicale. «L’objectif qui nous a assigné est d’atteindre 75% de la population d’ici 2017. On est à 47%, vous nous aidez à combler les 28% », a confié le patron de la Cmu.
Par O GAYE 

LA MALNUTRITION EST EN BAISSE DANS LA RÉGION DE KAFFRINE, SELON LA CLM

La malnutrition est en train de reculer dans la région de Kaffrine (centre), a indiqué mardi une responsable des opérations de la Cellule de lutte contre la malnutrition (CLM), Aminata Diop Ndoye.

« La tendance, c’est la baisse, en ce qui concerne les indicateurs de la malnutrition », a signalé Mme Ndoye sur la base d’enquêtes menées dans plusieurs régions du pays de 2012 à 2014, avec la méthode dite SMART.

Elle s’entretenait avec des journalistes, en marge d’un atelier de deux jours – mardi et mercredi – sur « la gouvernance de la sécurité alimentaire et de la nutrition », dans la commune de Kaffrine.

La baisse de la malnutrition dans cette région est le résultat des efforts fournis par les partenaires des projets et programmes du gouvernement, selon Aminata Diop Ndoye.

La CLM – un organisme gouvernemental – et ses partenaires doivent continuer sur la même lancée pour « maintenir cette tendance à la baisse des indicateurs de la malnutrition », a-t-elle ajouté.

Le secrétariat exécutif du Conseil national à la sécurité alimentaire, le Projet d’appui à la sécurité alimentaire (PASA) et la Cellule de lutte contre la malnutrition participent à l’atelier de Kaffrine.

Victime d’un accident grave, le chanteur Ismaël Isaac évacué dans un hopital d’Abidjan

Le reggae man ivoirien, Ismaël Isaac, de son vrai nom Kaba Diakité Issiaka serait victime d’un accident grave sur l’autoroute du nord en provenance de Yamoussoukro, où il a presté, le vendredi 09 octobre 2015, dans le cadre du lancement de la campagne du candidat du Rhdp. De sources officieuses, le bilan fait état de deux morts, en l’occurrence son manager, connu sous pseudonyme de « Mory Le Dioula », à l’état civil Konaté Kamory et son chauffeur dont l’identité n’a pas été révélé.

Ismael, lui, a été sérieusement touché à la hanche et a perdu connaissance à son arrivée à l’hopital de Yamoussoukro, mais son pronostic vital ne serait pas engagé. Et ce, suite aux premiers soins administrés par l’hôpital de Paccobo (Toumodi), avant d’être transporté, avec cinq autres blessés pour des soins intensifs  à Yamoussoukro. Evacué aux dernières nouvelles à la Pisam à Abidjan, aux frais de la présidence, la vie de l’artiste et des blessés au nombre desquels, Junior Touré, le jeune frère de José Touré, promoteur de spectacle aux Usa, internés, eux, à l’hôpital de Yamoussoukro est hors danger.

L’accident s’est produit à environ 75 km en provenance de Yamoussoukro pour Abidjan, et à environ 10 km du premier péage. Le véhicule de type 4X4 de couleur grise, de marque Pagero, ayant fait plusieurs tonneaux, avant de se retrouver dans le décor, est en épave.

Ismaël Isaac ou le gangaba de Treich s’est marié religieusement, le jeudi 08 octobre à la Mosquée d’Aghien. L’heureuse élue s’appelle Aicha Koné.

« Ce que Allah a choisi pour toi est certainement meilleur que ce que tu aurais choisi toi même», a indiqué l’artiste sur son mur fabcebook, avant leur union. La rédaction de lepointsur.com souhaite prompte rétablissement à l’artiste, aux autres blessés et adresse ses condoléances aux familles de « Mory Le Dioula » et du chauffeur.

Gravement malade, Tamsir Jupiter Ndiaye évacué à l’hôpital Principal

D’après Le Témoin, Tamsir Jupiter Ndiaye, condamné à 6 mois de prison pour « acte contre nature », est gravement malade. Notre confrère croupit depuis quelques mois en prison. En effet, depuis son incarcération, M. Ndiaye est gravement malade et interné à l’infirmerie de la prison de Rebeuss. Mais hier, son état de santé s’est dégradé au point qu’il a piqué une crise d’épilepsie. Aussitôt, les secours se sont organisés pour l’évacuer à l’hôpital Principal de Dakar où il a été interné au pavillon Boufflers.

 

Journée mondiale de la Santé oculaire aujourd’hui : Objectif, zéro cas de cécité

La Journée mondiale de la santé oculaire, placée sous le thème : « Les soins oculaires pour tous », sera célébrée aujourd’hui. Selon Libération, Boubacar Sarr, médecin ophtalmologue et coordonnateur du Programme national de la Santé oculaire plaide pour un accès aux services de soins oculaires complets ainsi qu’à l’accès à des services promotionnels et préventifs.

La santé oculaire reste une préoccupation pour les acteurs de ce secteur. Le docteur Boubacar Sarr, coordonnateur du Programme national de la santé oculaire demande à l’Etat d’en faire une priorité pour garantir une meilleure prise en charge de l’accès aux soins de qualité. « L’insuffisance des ressources humaines est un problème qu’on retrouve dans tous les systèmes sanitaires, notamment dans le secteur de l’ophtalmologie ou le budget est de 15 millions, encore faudrait-il le revoir », note d’emblée Dr Sarr qui s’exprimait au cours d’une rencontre organisée, hier, en prélude à cette journée. « Nous pensons qu’il faut beaucoup d’engagement, beaucoup de volontarisme pour y arriver », lance le coordonnateur du Programme national de la santé oculaire. L’objectif est d’arriver à réduire la prévalence de la cécité à moins de 80%. « Il y a des phases de dépistages naturels qu’il faut faire par rapport à la santé oculaires. Les enfants doivent régulièrement allé se dépister à partir de deux ans », selon lui. « Il y a aussi le trachome qui est une maladie infectieuse qui évolue dans un contexte particulier et qui peut donner la cécité. Le glaucome aussi fait partie de la liste. Il y a ce que l’on appelle les cécités de l’enfant. C’est un groupe de maladies qui surviennent à l’enfance », révèle-t-il avant d’appeler à une grande mobilisation lors de cette journée.

 

Journée Mondiale des Malades Mentaux : l’ASSAMM organise la danse des malades mentaux.

 (Dakar) Le 10 octobre est célébrée la journée mondiale des malades mentaux. A cette occasion, l’Association Sénégalaise de Suivi et d’Assistance aux malades mentaux du Sénégal, organise à la place de l’obélisque, la danse des malades mentaux. Selon un communiqué parvenu à la rédaction d’iGFM, Cette manifestation, placée sous le parrainage  du président Macky Sall, est organisée pour sensibiliser le gouvernement du Sénégal sur la tenue d’un conseil présidentiel sur l’errance des malades mentaux au Sénégal. Un phénomène qui, selon les termes du communiqué, prend de plus en plus des proportions inquiétantes dans notre pays.

Ibrahima Khalil SENE

Sébikotane : Une pollution cancérigène distillée par une entreprise de recyclage de batteries usagées de véhicule

Le Comité de Défense des Intérêts de Sébikotane (C.D.I.S.) en coordination avec les localités de Dougar et de Yam, ont initié une pétition pour la délocalisation d’une entreprise dénommée GRAVITA, gérée par 05 indiens qui « prennent en otage nos vies sans que l’Etat ne s’attelle à cette urgence nationale » lit-on dans le communiqué.
« Ce plomb par l’effet du saturnisme tue sans pitié. Nous attirons l’attention de tous nos chers compatriotes; car l’entreprise se trouve à la confluence des eaux de ruissellement hivernales qui se jettent au Bassin de rétention de Dougar et au Marigot de Panthiour à Yenne et le trop plein de ces eaux se jettent à la mer ce qui affecte la chaîne alimentaire ».
« Le plus affreux lit-on plus loin, c’est que c’est la nappe phréatique du Sénégal qui est affectée, car Sébikotane et Pout s’accaparent 4/5ème de cette nappe phréatique. »
L’usine se trouve à moins de 500 m du plus grand hôpital pour enfants du Sénégal, à moins de 200 m de logements sociaux, moins de 300 m d’un orphelinat et à deux pas de l’autoroute à péage AIBD, « donc inopportun pour les touristes d’emprunter cette voie en inhalant le plomb par émanation suspendu » dans l’atmosphère.
Selon le comité, laisser prospérer cette entreprise dans la passivité, c’est accepter avec fatalisme un génocide massif. « Cette entreprise de recyclage de batteries usagées de véhicules pour obtenir le plomb est mortelle par sa pollution cancérigène. En ce moment Sébikotane, Dougar et Yam voient mourir leurs populations tout en sachant que justice ne sera pas rendue. En effet jusqu’à présent, les victimes de Ngagne DIAW, Thiaroye sur Mer ne voient pas le bout du tunnel ».
Mont-Rolland a refusé le Projet d’installation de cette entreprise avec l’actuel Maire, Yves Lamine CISS, Mbao en a fait de même avec à l’époque Mamadou Seck, Président de L’Assemblée Nationale, renseigne les pétitionnaires qui citent nommément Cheikh Ndiaye SYLLA, Ancien Directeur de l’Environnement et des Etablissements Classés (DEEC) qui selon eux « a délivré le 12 Août 2010 l’attestation d’installation de l’entreprise aux Promoteurs indiens, M. Djibo Leity KÂ à l’époque Ministre de L’Environnement et de la Protection de La Nature et l’Ancien Maire de Sébikotane, Mbaye CISS qui ont illégalement implanté GRAVITA à Sébikotane pour des intérêts bassement matériels au mépris des vies humaines. Voilà les auteurs du génocide massif que nous subissons avec nos décès en cascade et nos cancers sans lots de consolation ».

 « Pourquoi les animaux n’ont pas d’attaque cardiaque… les hommes si ! »

Un  ouvrage  retentissant du docteur   MATHIAS RATH  traitant de   la vaste escroquerie de l’industrie pharmaceutique  qui contrôle les médicaments brevetés tout en combattant la reconnaissance des moyens naturels de guérison. Cet extrait est tiré de l’entretien réalisé par l’administrateur de www.amessi,asso.r.

Dans son ouvrage « Pourquoi les animaux n’ont pas d’attaques cardiaques, les hommes si », le Dr MATHIAS RATH  fait état pour la première fois des « lois de l’industrie pharmaceutique ». Ces lois identifient le commerce pharmaceutique à une industrie d’investissements et non à une industrie de la santé. Elles dévoilent le principe de brevetabilité comme étant un principe qui détourne les objectifs de la recherche de cette industrie pour gagner de l’argent et non pour répondre aux besoins de la population mondiale en matière de santé. Ce livre rend responsable l’industrie pharmaceutique du décès prématuré, au cours de ces dernières décennies, de centaines de milliers de personnes à travers le monde, ainsi que de l’effondrement financier de systèmes économiques entiers. Dénoncer la plus grande industrie d’investissements au monde comme étant un plan servant à escroquer plusieurs milliards de dollars fut un acte courageux. En effet dans  ses recherches, le Dr  MATHIAS RATH  a très tôt compris que la concurrence des produits de soins naturels représentait l’un des principaux problèmes auquel  l’industrie pharmaceutique  fut confrontée. A son avis, c’est entre 1920 et 1935 qu’ont été découverts la plupart des vitamines et des principaux nutriments nécessaires à un métabolisme cellulaire optimal. Il était clair pour le monde scientifique que les cellules ne fonctionnent pas correctement sans ces molécules essentielles à leur métabolisme et qu’elles étaient à l’origine des maladies. Au début du XXe siècle poursuit-il, le groupe Rockefeller contrôlait déjà la majeure partie de l’industrie pétrolière aux États-Unis et dans de nombreux autres pays. Grâce à ces revenus de plusieurs milliards de dollars, ce groupe d’investissements s’est trouvé un nouveau marché : le corps humain. Les gains ou les taux de capitalisation de cet investissement dépendaient de la brevetabilité des médicaments mis au point. Les milliards de dollars de bénéfice enregistrés par cette nouvelle industrie d’investissements ont été utilisés pour transformer de façon systématique la médecine en une branche d’investissements dirigée par l’industrie pharmaceutique. En l’espace de quelques décennies, la médecine a été placée sous le contrôle de ces groupes d’intérêts grâce à leur influence dans les facultés de médecine, les médias et la politique. Il est tout simplement inacceptable que la santé de millions de personnes, ainsi que les économies des pays soient sacrifiées au profit d’une poignée d’investisseurs qui se renouvellent constamment et soutiennent de plus en plus de politiciens sans scrupules, parmi lesquels figurent des membres des gouvernements actuels des États-Unis et de Grande-Bretagne, dont le seul but est de préserver de manière artificielle et partout dans le monde ce commerce frauduleux de plusieurs milliards de dollars. Et pour démontrer combien les thérapies naturelles sont combattues au profit des médicaments brevetés, Dr RATH  précise que c’est  un fait scientifique que presque tous les principaux virus peuvent être en partie ou complètement stoppés par des thérapies naturelles. L’acide ascorbique (la vitamine C) réduit la multiplication (réplication) des virus. Une étude publiée en 1990 dans le très influant Proceedings of the National Academy of Science USA a montré que la vitamine C, prise quotidiennement et en grande quantité, peut empêcher la réplication du virus VIH à plus de 99,9% !

Assane SEYE

8 milliards de francs pour le fonctionnement de la CMU

L’Agence de la couverture maladie universelle (CMU) a annoncé, jeudi, la création d’un compte couverture maladie (CCM) avec une enveloppe de 8 milliards de francs.
« La CMU dispose d’une autonomie financière de gestion, avec la création d’un compte couverture maladie qui sera géré par un bureau régional CMU. Chacune des 14 régions du Sénégal disposera d’un bureau régional CMU », a expliqué Serigne Diouf, le représentant du directeur général de l’Agence de la CMU.
Il s’exprimait lors du lancement de la CMU de base dans l’arrondissement de Grand Dakar.
M. Diouf a affirmé que toutes les structures sanitaires qui ont eu à prendre en charge, dans le cadre de la couverture maladie, les frais de soins des enfants de 0 à 6 ans, vont être remboursés dans les prochains jours.
« Les chèques pour rembourser les structures de santé sont en train d’être rétablis en utilisant le compte de dépôt de la CMU », a t- il expliqué.
Le lancement de la couverture maladie universelle dans le secteur de l’arrondissement de Grand-Dakar, a vu la présence d’élus locaux et les différents acteurs sanitaires de Grand-Dakar.
La commune d’arrondissement de Grand-Dakar disposent de 12 structures sanitaires dont 5 centres de santé et 7 postes de santé.
Grand-Dakar compte 270 mille habitants, selon Paul Bass, le sous- préfet de Grand-Dakar, qui a rappelé que la couverture maladie universelle est un programme qui fait partie des paquets de services de santé.
’’La CMU va permettre à ceux qui ne sont pas dans la fonction publique et qui ne bénéficient pas d’une couverture de risque santé (Imputation budgétaire, IPM….), d’avoir accès aux soins de santé de base à travers les mutuelles de santé’’, a t-il indiqué.
Avant 2012, plus de 80% de la population sénégalaise, ne disposaient pas d’une couverture du risque de santé.
Avec le programme CMU, le gouvernement vise à l’horizon 2017, à étendre la couverture maladie de base à 75% par l’apport des mutuelles de santé, à travers l’axe stratégique « Capital humain, la protection sociale et le développement durable ».
L’axe prioritaire du plan stratégique de la CMU est la promotion et le développement des mutuelles de santé dont la cible principale est constituée des populations du monde rurale et du secteur informel.
Le gouvernement du Sénégal, dans le cadre du budget alloué à la CMU, a décidé de subventionner les cotisations annuelles des bénéficiaires des mutuelles de santé, évaluées à 7.000F CFA par personne, selon l’Agence de la CMU.
Le Sénégal subventionne la cotisation à hauteur de 50% pur les personnes qui ont la capacité contributive, soit 3.500F CFA par personne et par an. Il subventionne également la cotisation et le ticket modérateur des personnes indigentes à hauteur de 100%, soit 10.500F CFA par personne et par an.
L’arrondissement de Grand-Dakar compte 5 mutuelles de santé déclarées, dont 3 qui fonctionnen

PRISE EN CHARGE DES MALADES DU CANCER

Le Directeur de la Santé très optimiste

 Financé par l’Organisation Mondiale de la Santé (Oms), l’atelier « d’évaluation des besoins des anticancéreux et opioïdes  analgésiques tels que la morphine », qui se tient depuis ce mardi et jusqu’à demain jeudi au Good Rade, sur la VDN, participe à l’offre de soins. L’affirmation est du Directeur Général de la Santé, Pape Amadou Diack venu représenter le ministre de la Santé et de l’Action sociale, Eva Marie Colle Seck.  M. Diack a exprimé sa conviction d’arriver à des conclusions et recommandations pertinentes pour l’amélioration de la prise en charge des malades du cancer dans notre pays et en veut pour preuve « la qualité des participants qui sont des spécialistes de haut niveau de lutte contre les cancers, d’acteurs de santé des régions, du secteur public et privé ». « La lutte contre les maladies non transmissibles (Mnt) ou chroniques constitue une priorité pour le ministère de la Santé et de l’Action sociale », mentionnera également le DGS, en précisant que le Cancer constitue l’une des plus grandes causes de mortalité et de morbidité dans le monde. Avec chiffres à l’appui : « en 2012, on comptait approximativement 14 millions de nouveaux cas. Et 8,2 millions de décès liés à la maladie. D’où l’attention accordée à ces affections par les autorités de notre pays ».

Pape Amadou Diack finira par sensibiliser sur la prise en charge de ces malades en soutenant que,« approximativement, 80% des patients ayant un cancer de stade avancé, souffrent de douleurs modérés à sévères au cours de leur maladie. Les soins palliatifs sont conçus pour répondre à ces problèmes. Et améliorer la qualité de vie des patients grâce au soulagement de la douleur et des symptômes et à un soutien pour les patients et leurs familles ».

Papa Ibrahima  NDIONGUE

Facebook login by WP-FB-AutoConnect