Home » Politique

Politique

Macky Sall – François Hollande : les détails d’un dîner au sommet

Comme révélé, Macky Sall était l’hôte à dîner du Président français, François Hollande mercredi soir. La Présidence française a publié un communiqué à la suite de cette rencontre.

 

François Hollande s’est entretenu avec Macky Sall, président de la République du Sénégal, dans le cadre d’un dîner amical, mercredi soir. Selon la Présidence française, « ils ont effectué une revue des relations bilatérales franco-sénégalaises, pour constater la mise en œuvre satisfaisante des décisions prises lors de la visite d’Etat du président Macky Sall en France en décembre 2016.

Le chef de l’Etat a ainsi confirmé les engagements de la France en matière de financement du Train express régional de Dakar, de promotion de l’efficacité énergétique , d’installation d’un supercalculateur au centre national de calcul sénégalais dans la ville de Diamniadio ou encore de partenariat entre le musée du Quai Branly-jacques Chirac et le musée des civilisations noire de Dakar. François Hollande a également confirmé que l’examen des demandes de naturalisation de tirailleurs sénégalais résidant en France se poursuivait avec bienveillance et permettait d’espérer des premières décisions favorables dans les prochaines semaines ».

Le communiqué ajoute : « les deux chef d’Etat ont également évoqué la situation internationale. S’agissant de la Gambie, ils se sont félicités des évolutions politiques très positives observées depuis décembre et sont convenus d’intensifier leurs coopérations respectives avec ce pays. Concernant le Mali, ils ont constaté les progrès dans la mise en œuvre de l’accord de paix et la réconciliation, tout en marquant leur volonté de continuer à consolider la mission des Nation Unies (MINUSMA) par leurs contributions nationales respectives. »

Libération

VIDEO / IMAGES: Salon international: Le ministre du Commerce « vend » l’emballage de qualité

Le ministre du Commerce, Alioune Sarr a présidé   ce  jeudi à l’ouverture officielle de la 5e édition du salon international sur l’alimentation et l’emballage. Cela s’est déroulé  au  centre international  du  commerce extérieur du Sénégal (CICES). Le ministre  du Commerce  a invité les entreprises sénégalaises à se rendre à ce salon  où sont exposés des outils qui entrent dans la fabrication d’un emballage de qualité. Saluant l’initiateur de ce salon, monsieur  SARR a mis l’accent sur l’amélioration de la compétitivité des Pme et Pmi par un accompagnement pour  un respect des normes environnementales et réglementaires pour une production haut de gamme. « Le marketing moderne est le design et l’emballage du produit. Avec  les joint-ventures,  on peut avoir des emballages de qualité. Vous ne pouvez pas accéder au marché si vous n’avez des emballages de qualité», A souligné le ministre du  commerce non sans se réjouir de l’augmentation des exportations du Sénégal qui passent de « 7 à 14 milles tonnes. »

IMG_1860 IMG_1863 IMG_1859

Media7.Info

ENTRETIEN EXCLUSIF AVEC LE PRÉSIDENT À GENÈVE : « On ne peut pas nier le fait qu’il y a dialogue au Sénégal… L’affaire Khalifa Sall ! Que ce soit au Sénégal ou ici, je n’en parle pas »

Fraichement sorti du panel organisé, ce mercredi à Genève, par le CIRID, instituant le Prix Macky Sall pour le dialogue en Afrique, le Chef de l’Etat Sénégalais a accepté de répondre aux questions de Dakaractu.
Une occasion pour lui de s’estimer heureux de voir que ses efforts dans le sens d’instaurer au Sénégal un dialogue multiforme sont reconnus par une structure internationale aussi prestigieuse que le « Centre Indépendant de Recherches et d’Initiatives pour le Dialogue ». Entre autres déclarations, l’hôte de la Suisse dira se réjouir du « choix porté sur ma personne » avant de confier que cette décision résulte d’efforts consentis de la part de son régime depuis 2012.

« Ils ont pris cette décision au lendemain de la tenue du premier dialogue national le 28 mai 2016 et je pense que cela a été plutôt un signe d’encouragement pour moi à poursuivre dans la voie du dialogue. Et, comme j’ai eu à le dire, tout à l’heure, le dialogue est une dimension globale. Il y a naturellement le dialogue politique, il y a le dialogue interreligieux et il y a le dialogue tout court… La promotion du dialogue est une vertu que nous devons tous cultiver pour plus d’apaisement dans les cœurs et dans les esprits ».

A la question si ce dialogue, pour lequel il est distingué, n’est pas davantage théorie que pratique, le Président de la République se voudra clair. « Le dialogue est pratique. On peut ne pas être d’accord sur certains aspects… Ce n’est pas le format qui est déterminant. Sur les questions politiques, nous allons vers des élections. Nous avons fait la refonte du fichier électoral », confiera-t-il. Il précise en passant que c’est sur la base de ce dialogue que cette refonte a été rendue possible.

Il rappelle que « le dialogue, c’est aussi de constater les convergences et de les consolider. On ne peut pas nier le fait qu’il y a dialogue au Sénégal. L’essentiel, c’est de se parler quand on n’a pas les mêmes points de vue ».

Interpellé sur l’affaire Khalifa Sall, le Président Sall dira qu’il s’agit d’une affaire pendante devant le justice et que, par conséquent, il n’en parlera pas, ni au Sénégal, ni à Genève. ENTRETIEN …

source:  news

DOCUMENT : Répartition des sièges des députés à élire au scrutin majoritaire départemental aux élections législatives du 30 juillet 2017

DOCUMENT : Répartition des sièges des députés à élire au scrutin majoritaire départemental aux élections législatives du 30 juillet 2017
DOCUMENT : Répartition des sièges des députés à élire au scrutin majoritaire départemental aux élections législatives du 30 juillet 2017
DOCUMENT : Répartition des sièges des députés à élire au scrutin majoritaire départemental aux élections législatives du 30 juillet 2017

LE PRÉSIDENT SALL À GENÈVE :  » Aucun État ne peut se suffire à lui-même… L’Afrique a supporté le plus lourd fardeau de l’humanité… Ce que Khadafi a réussi à faire ‘

 » J’ y crois !  »… Voilà qui est le  »yes we can » du Président Macky Sall quant à cet espoir qu’il nourrit de voir un jour l’Afrique se développer. Le Chef de l’État Sénégalais animait, mardi, une conférence sur le vieux continent à l’Université de Genève devant une pléthore d’intellectuels de la trempe d’Alexandre Keese , historien et lauréat du prix Latsis National, Makane Mbengue, spécialiste en droit international et Didier Péclard, politologue et  directeur du master en études africaines à l’UNIGE , mais aussi d’étudiants et de Sénégalais membres de la diaspora vivant en Suisse.

Démarrant son discours de manière taquine en citant Senghor qui disait aimer la langue française par l’entremise du mot confiture, le Président Macky Sall a allié fermeté et précision dans ses déclarations visant à mettre en exergue les atouts du continent Africain, victime d’une histoire peu favorable. »

Avec 5 siècles d’esclavage et de colonisation, l’Afrique est le continent qui a supporté le plus lourd fardeau de l’humanité » .  De là, il trouvera les défis multiples et multiformes. Ces défis sont, selon lui, entre autres,  » de bâtir un État de droit, un État -nation, de poursuivre le projet d’intégration continentale  ». Pour le Président Sall  » sans tenir compte des avatars de la colonisation » l’Afrique devra se battre car son  »destin est entre les mains des Africains » . Il invitera les dirigeants à être combatifs  » pour transformer les conditions de vie de nos populations » . Tenant compte des richesses qui inondent son sol et son sous-sol avec notamment, dit-il, 12% de réserves pétrolières mondiales , 40% des ressources en or. 80% des ressources en métaux, 50% de celles en  cobalt, le 1/3 du total de bauxite, considération non faite des 30 millions de kilomètres carrés qui représentent sa superficie, l’hôte de Genève se voudra clair.  » L’Afrique n’est pas pauvre » .Et, pour ce qui est de son développement, il ne nourrit aucune inquiétude majeure.  » J’y crois… Je crois à l’Afrique qui pense et agit par et pour elle-même…. d’Afrique active, qui agit, qui invente…Pas seulement de l’Afrique des migrants clandestins ». Il souhaitera qu’un nouveau regard soit jeté sur le  continent.

Martelant que  » l’aide ne peut assurer le développement du continent » , le Président Macky Sall prônera une meilleur flux des investissements au profit des pays Africains. Pour lui,  » avec des taux de croissance supérieurs à la moyenne mondiale, le continent ne devrait être plus considéré comme un continent du futur, Mais comme partie prenante des continents qui modèrent le futur ».

Le Nepad avec programme Pida calé sur 68 milliards de dollars sera un atout de taille d’ici 2020.

L’autre défi de l’Afrique sera de vivre la stabilité politique. Une brèche pour se rappeler le magistère Lybien de Khadafi.
 » Il a réussi quand même à stabiliser un pays. Il a su pendant 40 ans au moins éviter à son pays des  guerres fratricides. Je précise que je ne fais l’apologie de Khadafi… »

 

LE PRÉSIDENT SALL À GENÈVE : "  Aucun État ne peut se suffire à lui-même... L'Afrique a supporté le plus lourd fardeau de l'humanité... Ce que Khadafi a réussi à faire '
LE PRÉSIDENT SALL À GENÈVE : "  Aucun État ne peut se suffire à lui-même... L'Afrique a supporté le plus lourd fardeau de l'humanité... Ce que Khadafi a réussi à faire '
LE PRÉSIDENT SALL À GENÈVE : "  Aucun État ne peut se suffire à lui-même... L'Afrique a supporté le plus lourd fardeau de l'humanité... Ce que Khadafi a réussi à faire '
LE PRÉSIDENT SALL À GENÈVE : "  Aucun État ne peut se suffire à lui-même... L'Afrique a supporté le plus lourd fardeau de l'humanité... Ce que Khadafi a réussi à faire '

Déclaration du Ministère des Affaires étrangères français suite au rappel à Dieu du Khalife général des Tidianes, Serigne Cheikh Ahmed Tidiane Sy Al Maktoum

Nous avons appris la disparition le 15 mars 2017 de Serigne Cheikh Ahmed Tidiane Sy Al Maktoum, khalife général de la communauté des Tidianes, l’une des plus importantes confréries soufies du Sénégal.
La France s’associe au deuil de sa famille et de l’ensemble des Tidianes, au Sénégal et dans le monde. Nous saluons la mémoire de cette grande personnalité qui a su faire vivre l’esprit de tolérance et de dialogue religieux.
M. Christophe Bigot, ambassadeur de France au Sénégal, a rencontré, hier, le 20 mars, Serigne Abdoul Aziz Sy Al Amine, nouveau khalife et frère du défunt, pour lui présenter les condoléances de la France.

Ministère Français des Affaires Etrangères 

Formation professionnelle : Le Sénégal va s’inspirer du modèle suisse (PR)

Le Sénégal va s’inspirer du modèle suisse en matière de formation professionnelle par le biais de l’Ecole technique des métiers de Lausanne (ETML), a indiqué le président Macky Sall.

’’C’est un modèle de lycée professionnel que nous voulons expérimenter chez nous, en nous inspirons de ce modèle tout en l’adaptant à nos réalités’’, a expliqué le président Sall qui visitait, lundi, cet établissement en compagnie, entre autres, du ministre de l’Artisanat, de la Formation professionnelle et de l’Apprentissage, Mamadou Talla.

M. Sall a rappelé que la commune de Sandiara (centre ouest) va abriter le premier lycée professionnel du Sénégal.

’’Nous voyons ici que les élèves sont réellement formés (…)’’, a-t- il relevé, appelant à un changement de paradigme pour instaurer ce modèle suisse.

’’Il faut prendre des jeunes âgés de 15 ans ou même avant, les former dans des métiers’’, a suggéré le président Sall.

’’Nous allons, avec la Suisse, essayer de coopérer et d’avoir le concept et le partenariat avec l’ETML’’, a dit le chef de l’Etat, rappelant que Sandiara va constituer le lycée pilote. Suivront Fatick et d’autres régions.

Pour sa part, le directeur général de l’ETML, Christophe Unger, qui s’est réjoui de la visite du président Macky Sall, a indiqué que l’option du Sénégal permettra à sa jeunesse de trouver du travail.

’’C’est en ce sens que notre gouvernement souhaite vous accompagner à développer ce concept’’, a expliqué le directeur.

5ème Forum International du Développement de l’Afrique : Le président Burkinabé magnifie le projet de Cité ministérielle de Diamniadio

Après Alpha Condé et Adama Barrow, c’est autour d’un président Burkinabé de magnifier le projet de Cité ministérielle de Diamniadio. En effet, à l’occasion du 5ème Forum International du Développement de l’Afrique qui se tient en ce moment à Casablanca à l’initiative du groupe Attijariwafa Bank, M. Roch Marc Kaboré, dont le pays est l’invité d’honneur a visité l’espace dédié au Sénégal.
A la suite des explications sur le contenu du projet d’Abdoul Karim Fofana, Dg de l’AGPBE, le Président du Faso a salué l’implication du secteur privé en vue de permettre à l’Etat d’être soulagé des charges locatives qui constituent un véritable frein à l’investissement pour des pays comme les nôtres. Après avoir transmis ses félicitations à son frère et ami le Président Macky Sall, le Président Kaboré a encouragé le DG de l’AGPBE à partager cette expérience qui, précise-t-il, l’a beaucoup séduit, avec les services compétents de son pays. Le Sénégal est représenté à ce forum par l’APIX, le FONSIS et le BOS.

LOUGA : 3,500 MILLIARDS DE FRANCS CFA POUR 18 OUVRAGES HYDRAULIQUES.

Les régions de Louga et de Matam ont bénéficié du projet d’appui à la sécurité alimentaire, d’un financement global de 3,5 milliards de francs cfa, consacré essentiellement à la construction et à la réhabilitation de 18 forages implantés dans la zone sylvopastorale, a indiqué ce dimanche à Louga, le coordinateur national du dit projet, Mr Moustapha Diaw ,au terme d’une tournée de contrôle de trois jours.

Ainsi, les villages de Kossos-Namarel et de lougré-Thioly, localités situées dans le département de Ranérou (région de Matam), ont bénéficié de ces ouvrages hydrauliques.

Mr Diaw qui s’est dit satisfait de l’évolution des réalisations des travaux qui prendront fin en juin 2017, a d’autre part souligné qu’il a visité également deux chantiers des 18 mares pastorales, en cours de construction, dans notamment les communes de Vélingara-Ferlo et de Thiel, et dont le coût des travaux se monte à 160 millions de francs cfa.

Il a ensuite rappelé que ce projet, appelé «  PASA-LOU-MA-KAF » a démarré ses activités dans les régions où il intervient à savoir : Louga, Matam et Kaffrine depuis 2014.

D’une durée de vie de cinq ans, ce projet, a-t-il révélé, est financé à hauteur de 25 milliards de francs cfa, par le programme mondial de l’agriculture et de l’alimentation, d’une part, et la Banque mondiale et l’Etat du Sénégal, de l’autre.

Affaire Khalifa Sall : confrontations à risques devant le doyen des juges

Jeudi prochain, Khalifa Sall sera face à ses co-inculpés dans le bureau du doyen des juges. A l’exception du maire de Dakar, tous les inculpés dans le cadre de cette affaire ont reconnu que les factures, commandes et livraisons de riz ou de mil étaient fictifs. Vont-ils répéter la même chose face à l’édile de la capitale et surtout devant le juge instructeur?

Il  y aura du monde dans le bureau du doyen des juges jeudi prochain. En effet, Khalifa Sall sera confronté avec ses co inculpés à savoir Mbaye Touré (directeur administratif et financier), Fatou Traoré (assistante du Daf), Amadou Moctar Diop (coordonnateur de l’Inspection générale des services municipaux), Yatma Diaw (chef division comptable), Yaya Bodian mais aussi Ibrahima Touré et Mamadou Oumar Bocoum le nouveau et l’ancien receveur seuls à comparaître libres dans le cadre de cette procédure.

Selon les informations, c’est en raison des contradictions entre Khalifa Sall et ses co-inculpés -placés en détention – lors des auditions de fonds la semaine dernière. En effet, ces derniers ont tous reconnu face aux magistrats que les commandes, factures et Pv de réception qui justifiaient le décaissement mensuel de 30 millions de FCfa en faveur du maire étaient du toc.

Vendredi dernier, Mbaye Touré par exemple avait affirmé au juge que les commandes de riz et de mil ainsi que les procès-verbaux de réception qui permettaient de sortir 30 millions de FCfa par mois étaient fictifs. Mieux ou pire, le DAF, qui est en poste depuis plus de quinze ans, a même précisé qu’il agissait de la sorte depuis plusieurs années. Cependant, il nie avoir commis ou participé à un détournement de fonds puisque l’argent était « intégralement » remis au maire qui s’en servirait pour des « œuvres sociales ».

Avant Mbaye Touré, le juge a interrogé le coordonnateur de l’inspection générale des services municipaux Amadou Moctar Diop écroué avec Khalifa Sall. Celui-ci est membre de la commission de réception présidée par Mbaye Touré au même titre que le chef de la division financière et comptable, Yatma Diaw.

Tous les trois ont reconnu que les procès-verbaux de réception des commandes livrés par le GIE Tabaar sont des faux. Son gérant, Ibrahima Traoré, avait soutenu la veille, devant le magistrat, que ce sont d’anciennes factures remises à la mairie dans le cadre d’un marché de bureau qui ont a servi à procéder à la falsification d’autant que son GIE ne fonctionne plus depuis 2008.

Un fait confirmé par sa sœur Fatou Traoré, assistante de Mbaye Touré et…trésorière du GIE Tabaar. Une version consolidée par Abdoulaye Diagne, comptable matière de la mairie de Dakar. Interrogé comme témoin le même jour qu’Ibrahima Traoré, le sieur Diagne a juré n’avoir jamais vu un stock de riz ou de mil à la mairie.

Comme nous l’écrivions, Khalifa Sall qui a été le dernier à être entendu vendredi dernier de 15 à 17 heures, a soutenu que les 30 millions de FCfa qui lui étaient remis chaque mois étaient des « fonds politiques logés dans la Caisse d’avance ».

Concernant les factures et commandes fictives mises en cause, le maire de Dakar précise qu’il n’était pas gérant de cette Caisse qui était sous la coupe de Mbaye Touré. Pour se laver, Khalifa Sall a ajouté en direction du magistrat avoir obtenu le quitus de la Cour des comptes qui aurait validé les comptes de la ville. « J’ai fait la reddition des comptes », avait-il affirmé.

Il faudrait s’attendre que les co-inculpés du maire de Dakar persistent et signent dans leurs propos puisqu’ils ont tenu le même discours lors de leurs auditions à la DIC mais aussi face à Khalifa Sall auquel ils étaient confrontés.Sauf que devant les policiers, ce dernier avait gardé le silence. Une ligne de défense qu’il semble avoir abandonnée.

SOURCE: LIBERATION

Facebook login by WP-FB-AutoConnect