Home » PEOPLE

PEOPLE

Disparition de Joe Ouakam : L’Icône s’efface…

Il avait fait de sa vie une œuvre d’art, une création permanente. Il nous laissait le soin et le libre arbitre de la comprendre, de l’apprécier ou pas. Sa vie était une béance, dans laquelle il était loisible de puiser ce qu’on voulait. Sa mort nous propose une errance dans le Dakar des parages et des mirages. Joe Ouakam était un personnage, une œuvre d’art ambulante en ce sens qu’il interrogeait, il questionnait sur la liberté, sur le sens et les images véhiculées, sur les signaux de vie sociale. Joe était iconoclaste, et se posait en miroir déformant d’une société consensuelle, et en ce sens, nous déroutait, dans le vrai sens du terme. Que restera-t-il de ses œuvres proprement dites ? Un nuage… Que nous laissera-t-il ? Un esprit, frondeur, provocateur, mais aussi un esprit enraciné dans les limbes protecteurs de Leuk Daour, baigné qu’il était dans sa cosmogonie léboue. Une icône s’est évaporée et flotte sur Dakar, comme un mystère… Comme du vent… Irréel.

Davido révèle un «secret» sur comment il s’est fait 20 millions de naïras en un jour

La star nigériane de la musique, Davido est seulement âgé de 24 ans, et, est déjà plein aux as. Il a, à son actif une grosse fortune, et c’est quelque chose dont il est très fier. Il est le fils d’un homme d’affaires milliardaire nigérian. Davido, de son vrai nom David Adeleke, est né dans l’opulence.

Outre sa bonne musique pour laquelle il est apprécié par de nombreux fans, à travers le monde, le chanteur est connu pour son mode de vie somptueux et flamboyant, et une constante «exhibition» sur les réseaux sociaux.

Cette fois, Davido a indirectement révélé comment il a amassé 20 millions de naïras (plus de 50.000 euros) en effectuant 3 spectacles dans deux États différents en une journée.

Il a fait une prestation lors d’un mariage à Abuja, puis s’est envolé dans le Jet privé de son père à Yola, ville située à l’Est du Nigeria pour faire une prestation dans un autre mariage.

Prochain arrêt Yola puis Lagos! Voilà comment faire 20 millions en un jour “, a écrit le chanteur sur son compte Snapchat.

Il a également partagé sur Instagram: “3 shows, 2 Etats différents, 1 nuit! BADDEST! “

afrik.mag

 

Mamadou Niang veut revenir à l’OM

Mamadou Niang, l’ancien attaquant de Marseille, aimerait avoir un rôle au sein de l’OM de Frank McCourt, comme il l’a confié à La Provence.

Marseillais entre 2005 et 2010, Mamadou Niang rêve d’un retour à l’OM. Mais pas comme joueur. L’ancien attaquant de 37 ans aimerait être associé au projet du nouveau propriétaire, Frank McCourt, comme il l’a indiqué dans un entretien accordé au journal La Provence. «L’OM est mon club de coeur, j’aimerais par-dessus tout faire partie du nouveau projet, a-t-il ainsi déclaré. Le président sait ce qu’il fait. Si j’ai l’opportunité de réintégrer l’OM un jour, je le ferai avec grand plaisir.»

 «J’espère que Bafé Gomis va rester»

Si Jacques-Henri Eyraud, le président, répond à son appel du pied, Niang a déjà quelques idées. Tout d’abord pour lui, il est impensable de laisser partir Bafétimbi Gomis. « »Bafé », je le connais très bien, je l’aime beaucoup, a rappelé Niang. C’est un grand attaquant, il a fait parler son expérience à de nombreuses reprises et maintenu l’OM à flots, estime Niang. (…) Je sais qu’il a envie de rester, parce qu’il aime cette ville et ce club. Il l’a toujours dit, même quand il était à Saint-Étienne. (…) Il a souvent été critiqué à tort, mais il a su faire taire les critiques. J’espère vraiment qu’il va rester.»

«Payet est trop introverti»

Ensuite, il recruterait des «tauliers» pour épauler Dimitri Payet. «C’est un très bon joueur, tout le monde le sait. (…) Mais il doit être impérativement épaulé par des joueurs de caractère, pense Niang.(…) Il est très réservé sur le terrain. Lui, il parle avec ses pieds, a une technique sublime, sait orienter le jeu et tirer les coups francs à merveille. Il est toutefois trop introverti et a besoin d’avoir un Lassana Diarra à ses côtés.»

 

Y’en a marre réussit le pari de la mobilisation

Difficile de chiffrer le nombre de manifestants présents à la Place de l’Obélisque. Mais, ils étaient nombreux à prendre part au rassemblement de Y en a marre ce vendredi. Et ils se sont fait entendre. Vêtus de noir, pour la plupart. Une consigne des organisateurs, symbole de la contestation et d’un gros courroux.

Politiques, mouvements, simples citoyens sont venus déverser leur colère contre les dérives du régime Macky Sall. Mal gouvernance, instrumentalisation de la justice, enrichissement illicite, népotisme…: Y en a marre a égrené ce que ses membres considèrent comme les souffrances des Sénégalais.

photos manif Yen a Marre

1

photos manif Yen a Marre

2

photos manif Yen a Marre

3

photos manif Yen a Marre

4

photos manif Yen a Marre

5

photos manif Yen a Marre

6

photos manif Yen a Marre

7

photos manif Yen a Marre

8

photos manif Yen a Marre

9

photos manif Yen a Marre

En images le combat Zoss vs Siteu

content_image

En images le combat Zoss vs Siteu

En images le combat Zoss vs Siteu

MEDIA

Fête du 4-avril : Le Sénégal debout

Plus de 6000 militaires, paramilitaires et civils ont défilé sur le boulevard du Centenaire, ce mardi 4 avril, pour célébrer le 57e anniversaire de l’accession du Sénégal à la souveraineté internationale. L’armée sénégalaise a déployé sa puissance de feu sous le regard des officiels et du public visiblement impressionnés et conquis. Il y a aussi les tout-petits. Pour la patrie, ils étaient là. Eux aussi… Ces jeunes patriotes, âgés entre 0 et 12 ans, ont très tôt pris d’assaut les abords de la Place de l’Obélisque. Accompagnés de leurs parents, ils ont bravé la chaleur pour être des témoins privilégiés du défilé haut en couleurs.

data-cke-saved-src=

data-cke-saved-src=

data-cke-saved-src=

data-cke-saved-src=

data-cke-saved-src=

data-cke-saved-src=

data-cke-saved-src=

data-cke-saved-src=

data-cke-saved-src=

data-cke-saved-src=

data-cke-saved-src=

data-cke-saved-src=

data-cke-saved-src=

data-cke-saved-src=

data-cke-saved-src=

data-cke-saved-src=

data-cke-saved-src=

data-cke-saved-src=

data-cke-saved-src=

data-cke-saved-src=

Photos : Boubacar Badji et Présidence du Sénégal

Liverpool, fin de saison pour Mané ?

Malgré un nouveau but décisif dans le derby de la Mersey contre Everton (3-1), Sadio Mané ne gardera pas un bon souvenir de ce duel entre les deux rivaux de Liverpool. Blessé au genou, l’attaquant des Reds pourrait manquer plusieurs semaines de compétition.

Les Reds s’offrent le derby

Ce lundi soir, la presse anglaise n’exclut pas l’idée que Mané  soit absent jusqu’à la fin de cette saison. L’attaquant a passé des examens qui n’ont pas été en mesure de révéler la nature exacte de sa blessure, et si une fracture des ligaments croisés reste peu probable, la possibilité que Mané soit absent plus d’un mois, l’est beaucoup plus. Alors que l’équipe de Jürgen Klopp s’apprête à aborder le sprint final en Angleterre, l’absence de son atout offensif numéro un serait très préjudiciable, comme la dernière Coupe d’Afrique des Nations l’a démontré. Auteur de 13 buts et 5 passes décisives depuis le début de saison, Mané est le joueur le plus décisif des Reds.
Samedi soir, Jurgen Klopp n’était pas très optimiste. « Il a mal, et ce n’est pas juste un coup. Quand on est rentré aux vestiaires, il était encore allongé. Il n’était pas bien », avait déclaré le technicien allemand.

source:goal

 

Yo-yo avec la DIC : Khalifa Sall refuse de répondre aux 22 questions des enquêteurs

Khalifa Sall n’a rien cédé face aux enquêteurs de la DIC qui ont aussi refusé de lâcher prise. Libération est en mesure de révéler que le maire de Dakar a totalement gardé le silence sur 22 questions des enquêteurs, en ne donnant des réponses que sur 5 des 27 qui lui ont été posées. « Il ne voyait pas l’opportunité de répondre à de telles questions. Ce qu’il avait à dire, il l’a dit au doyen des juges lors de son interrogatoire», affirme un proche de la défense de l’édile de la capitale.

Selon des sources autorisées, Khalifa Ababacar Sall a accepté de donner son identité aux enquêteurs avant de leur dire qu’il prenait conscience des faits relatifs au rapport numéro 12/2017 de l’Inspection générale d’Etat relatif à la vérification financière de la Ville de Dakar, Tome II : vérification financière et objet du soit transmis numéro 004/C du 6 février 2017. Interrogé ensuite sur son cursus scolaire et universitaire, le maire de Dakar a fourni son parcours aux enquêteurs.

C’est lorsque ces derniers lui ont demandé comment était voté le budget de la ville que Khalifa Sall s’est braqué : « Je suis venu répondre à la convocation d’une institution de la République (la Justice) sur une affaire qui, pour moi, ne relève pas de sa compétence. C’est pourquoi, je voudrais faire noter concernant cette affaire, quelques considérations.(…) L’objet de ma convocation relève d’une mission de vérification administrative et financière de la ville de Dakar par l’Inspection générale d’État.

Celle-ci dans ses conclusions a conduit M. le Président de la République à saisir M. le Procureur de la République aux fins de l’ouverture d’une information judiciaire sur les conditions de création et de fonctionnement de la Caisse d’avance. A cet effet, je voudrais déclarer que la création de la Caisse d’avance depuis 1960, ne m’est pas imputable, que je n’en avais pas été l’auteur et n’ai pas eu aussi à déterminer les conditions de son fonctionnement. Cette Caisse qui fonctionne, selon des conditions dérogatoires à la réglementation en matière de gestion des crédits municipaux, relève de l’autorité du maire.

La création et le fonctionnement de la Caisse relève d’une décision politique des plus hautes autorités de l’État, notamment le Président de la République et les différents ministères du gouvernement qui sont concernés par la gestion de la ville. Toutes ces autorités qui en ont déterminé les modes de fonctionnement, savent à quoi les crédits alloués sont destinés. Ces dépenses, durant la période concernée, ont servi à des personnes physiques et morales bénéficiaires dont je me garderai, pour des questions de principe et d’éthique, de déflorer l’identité.

Depuis 1960, cette Caisse fonctionne ainsi et il n’y a pas de documents d’archives de son fonctionnement pour les gestions antérieures », a affirmé Khalifa Sall, droit dans ses bottes.

Les enquêteurs prennent la balle au rebond et l’interpellent sur les éléments contenus dans le rapport de l’IGE. Le maire de Dakar : « Je voudrais affirmer que cette Caisse d’avance créée dans les mêmes conditions que celles qui existent à la Présidence de la République, à la Primature et dans les institutions légitimes, relève des mêmes modes opératoires. ». Après ces déclarations, M. Sall a refusé de répondre aux questions sur l’opportunité de la Caisse d’avance, les dépenses autorisées dans ce cadre, les justificatifs des dépenses, les déclarations de Mbaye Touré et Cie sur les factures du GIE Tabaar, s’il était au courant de ces pratiques ou non…

Les enquêteurs sont mêmes allés jusqu’à lui demander s’il était disposé à restituer les fonds du fait qu’ils n’ont pas servi à l’achat de denrées. Mais le maire gardera le silence même quand les policiers brandissent les faits pour lesquels il pourrait être poursuivi. Ce n’est que lorsque ces derniers lui ont demandé s’il avait quelque chose à ajouter, qu’il a livré sa dernière vérité : « Cette Caisse, de sa création et sous ses différents formes d’intervention, a toujours relevé de l’autorité du maire qui, en conformité des dispositions pertinentes des différents arrêtés adossés aux décisions prises pour sa création et sa revalidation par les Chefs d’État successifs, a, dans ses différentes interventions, servi aux objets pour lesquels elle avait été créée.

C’est-à-dire faire face aux diverses sollicitations des populations et des personnes morales ou physiques. Et qu’à cet effet, aucun maire, de Blaise Diagne à maintenant, n’a accepté d’en déflorer les attributaires et bénéficiaires. Tout au plus, conformément aux dispositions de certains arrêtés antérieurs, seules les autorités politiques étaient des référents pour les redditions. Donc, je m’inscris dans cette tradition de ne pas déflorer les destinataires ou les bénéficiaires des interventions de la Caisse depuis mon arrivée à la tête de la mairie de la ville de Dakar, même si je les connais tous et toutes.

Nous sommes toujours restés fidèles aux prescriptions réglementaires édictées par l’arrêté 00503/mvd/sm/daf du 31 janvier 2003 portant création de la Caisse d’avance, et dans le fonctionnement de la Caisse, nous n’avons jamais dérogé aux pratiques qui prévalent au niveau de la Ville de Dakar depuis la création de la Caisse.»

Source Libération

Westbrook très proche de la légende Oscar Robertson

Le meneur d’Oklahoma City se rapproche encore un peu plus du record légendaire d’Oscar Robertson et va bientôt devenir le roi du « triple double » en NBA. Dans les autres matchs de la soirée, 11e victoire de suite pour Golden State alors que LeBron James égale Abdul-Jabbar en enchaînant 787 matchs consécutifs, en marquant au moins dix points par match.

C’est encore une très belle nuit NBA pour Russell Westbrook qui fait trembler le record de la légende Oscar Robertson. Il pourrait même le dépasser cette semaine, s’il enchaîne les belles performances de ces derniers mois. Contre Charlotte, il s’est offert avec 40 points, 13 rebonds et 10 passes décisives son 40e « triple » en 76 matches, il ne lui en reste donc qu’un seul pour égaler le record, qu’il va réussir à mettre en éclats. Il se rapproche donc un peu plus du titre de MVP de la saison. Sa belle performance n’a pas empêché, la lourde défaite de son équipe à domicile face à Charlotte (113-101). OKC va donc devoir se contenter de la 6e place de la conférence Ouest.

LeBron James bat un record
Lui aussi veut marquer l’histoire et détient maintenant un nouveau record avec son club de Cleveland, qui est allé gagner une belle victoire à la fin des prolongations face à Indiana (135-130). « King James » a livré une très belle prestation et marque donc l’histoire avec cette statistique 787 matches consécutifs de saison régulière en marquant au moins dix points par match et dépasse donc la légende des LakersKareem Abdul-Jabbar.

Golden State enchaîne !
11e victoire de suite pour Golden State face à Washington cette nuit, une victoire 139 à 115. Un succès qui montre que l’équipe est très en forme avec sa star Stephen Curry qui a marqué 42 points, dont neuf paniers à trois points sur 14 tentés. Golden State est quasiment assuré de finir à la première place de la conférence Ouest (5 matches encore à disputer), ils comptent toujours 3,5 victoires d’avance sur le dauphin, San Antonio, vainqueur d’Utah (109-103).

NICOLAS PELLETIER

Les résultats de la nuit :
Toronto – Philadelphie 113 – 105
Brooklyn – Atlanta 91 – 82
Miami – Denver 113 – 116
Cleveland – Indiana 135 – 130 2 a.p.
La Nouvelle-Orleans – Chicago 110 – 117
Golden State – Washington 139 – 115
Milwaukee – Dallas 105 – 109
San Antonio – Utah 109 – 103
Oklahoma City – Charlotte 101 – 113
New York – Boston 94 – 110
LA Lakers – Memphis 108 – 103
Phoenix – Houston 116 – 123

Stade Lat Dior de Thiès : L’homme d’affaires Mbaye Faye au cœur d’un scandale de plus d’un milliard

L’homme d’affaires, Mbaye Faye, a été primé lors de la dernière série des cauris d’or. Mais l’entrepreneur sénégalais est au cœur d’un vrai scandale concernant le stade Lat Dior de Thiès. Le premier ministre, Mahammed Dionne avait présidé le démarrage des travaux il y a deux ans, en 2015 et le stade devait être disponible dans les six mois. Mais depuis lors, rien. Après avoir encaissé un contrat de 1 milliard 85 millions pour la réfection du stade, il n’a fait que changer la toiture de la tribune principale, changer la grille de protection et commencé d’éphémères travaux dans les vestiaires. Sur place, seuls quelques ouvriers s’activent et depuis lors, les thiessois réclament le stade en vain. Il devait agrandir la tribune, mettre une pelouse en gazon naturel et reprendre les projecteurs. Mais rien n’a été fait. Et aux dernières nouvelles, il réclame à l’Etat du Sénégal, la somme de 550 millions de francs pour terminer la pelouse. L’affaire est d’autant plus grave que les thiessois connaissent bien Mbaye Faye, car lors des chantiers de Thiès, il avait en charge la réfection du stade Maniang Soumaré. Il a construit une tribune en très mauvais état aujourd’hui et s’est permis de jeter les gravats sur le terrain. Une tribune dont les vestiaires n’ont jamais été fonctionnels et que la mairie de Thiès tente de reprendre aujourd’hui.
Mais le cas de Mbaye Faye est encore plus grave. Il a été remarqué que depuis l’avènement de Macky Sall, il est l’unique entrepreneur à gagner les marchés de réfection des stades : Leopold Sédar Senghor, Demba Diop, Alassane Djigo, Amadou Barry et bien d’autres ont été captés par son entreprise CSTP (Compagnie sénégalaise de travaux publics). Il est très proche de l’actuel ministre des sports, Mactar Bâ et sont souvent vus ensemble dans des manifestations publiques. Selon nos informations, les appels d’offres du secteur sont taillés à sa mesure et comme un retour d’ascenseur, l’interessé a rallié la coalition Bennoo Bokk Yakaar et a organisé récemment un grand meeting à Ngoudiane, dans le département de Thiès d’où il est originaire. A la fin des années 90, il avait rallié le parti socialiste et faisait partie de la garde rapprochée de Ousmane Tanor Dieng et cela lui avait valu à l’époque déjà plusieurs chantiers de réfection de stades sous la gouvernance des socialistes.

Facebook login by WP-FB-AutoConnect