Home » Legislatives 2017

Legislatives 2017

Assemblée nationale : Les députés ont voté à l’unanimité pour la ratification

Installés jeudi dernier 14 septembre,  les députés de la 13e législature en séance plénière ce mercredi 20 septembre ont voté à l’unanimité pour la ratification de la liste des onze commissions permanentes de l’Assemblée nationale. Une séance qui marque la toute première séance de la 13e législature.

Les députés ont procédé au vote des 11 commissions permanentes de l’Assemblée en respectant le règlement intérieur qui est une « Loi organique » selon Abdou Mbow, vice président de l’Assemblée nationale.

Ce vote a été marqué par  la majorité et cela a conduit à  la ratification de l’ensemble de la liste  des 11 commissions permanentes de ladite Assemblée.

Les onze commissions sont entre autres « la Commission  de l’économie générale de finance du plan et de la Coopération économique, la Commission pour l’Urbanisme de l’Habitat de l’Équipement et des Transports, la Commission pour le Développement et de l’Aménagement du Territoire, la Commission pour la Loi de la Décentralisation du travail et des droits humains,  la Commission des Affaires étrangères de l’Union Africaine et des Sénégalais de l’extérieur , la Commission de Défense et de Sécurité,  la Commission de l’éducation de la Jeunesse de Sport et de loisirs,  la Commission de la Culture et de la Communication,  la Commission de la Santé de la Population des Affaires sociales et de Solidarité nationale, la Commission de Comptabilité et de Contrôle et la Commission des Délégations ».

Ainsi, à travers les commissions, les députés participent à l’élargissement des espaces de libertés et de défense des préoccupations des populations pour une démocratie de l’accès aux équipements du développement dans l’ensemble des 557 communes du Pays dans un contexte de la mise en œuvre de l’acte III de la décentralisation des politiques publiques, qui constituent la matrice et le centre des politiques publiques définies par le Président de la République dans le Plan Sénégal émergent  (Pse).

Par ailleurs, les membres du nouveau bureau de l’Assemblée sont convoqués pour une réunion le jeudi 21 septembre 2017 à 16h dans la salle de conférence.

Tamaltan Inès SIKNGAYE  (Stagiaire)

La réélection de Moustapha Niasse fait couler de salives

Au lendemain de la réélection de Moustapha Niasse à la tête de l’Assemblée Nationale, Média7 est allé à la rencontre de la population sénégalaise pour recueillir leurs avis par rapport à la situation. Certains sont d’avis avec cette réélection tandis que d’autres appellent Niasse, a céder la place.

« Je ne vois aucun inconvénient à la réélection de Moustapha Niasse », nous rapporte, une personne ressource rencontrée sur la place. En effet, pour la plupart des Sénégalais, la réélection de Niasse à la tête de l’assemblée, n’est pas une surprise vue son excellent parcours en politique. Niasse aurait acquis le taux d’expérience et a, par la même occasion,  su garder la confiance  de la majorité des députés de son groupe parlementaire. Il n’y aurait donc aucun doute que son travail au sein de l’Assemblée, ne pourrait être que meilleur.

Si certains ont une totale confiance en Moustapha Niasse et accepte sa réélection au perçoir, d’autres par contre ne sont pas du même avis et appellent le Président de l’Assemblée à se retirer de la sphère politique pour laisser la place aux jeunes. Ce sont les propos qu’a soutenu un certain M. Ly, lui aussi rencontré dans la rue, en ces mots « Niasse a de l’expérience certes, mais il est vieux, il est donc temps pour lui de céder la place à la jeunesse afin que celle-ci puisse faire ses preuves. Il y’a beaucoup de jeunes cadres Sénégalais, qui n’attendent que cela ».

Ilary Joli &Fatou Lo Diop, stagiaire

Media7.info

Assemblée nationale: Moustapha Niasse réélu président

Moustapha Niasse, le seul candidat à la présidence de  l’hémicycle,  a été réélu jeudi à la tête de l’Assemblée nationale, en obtenant 120 voix lors du vote organisé au début de la cérémonie d’installation des 165 députés élus le 30 juillet dernier.

« Moustapha Niasse est élu pour un mandat de cinq ans, soit la durée de la législature, contrairement aux autres membres du bureau », a déclaré Abdoulaye Makhtar Diop, le doyen d’âge des députés, à la fin du vote du président de l’institution parlementaire.

Dix-sept abstentions et quatre bulletins nuls ont été dénombrés à la fin du vote. Dix députés ont voté contre Moustapha Niasse, qui a la majorité requise pour être élu président de cette institution.

Le député Abdoulaye Makhtar Diop a précisé que « le nouveau président de l’Assemblée national Moustapha Niasse entre en fonction à partir de ce jeudi 14 septembre et sera épaulé de ses vices présidents élus par les pairs ».

Ainsi, Le groupe BBY a présenté la candidature de Moustapha Cissé Lô au poste de premier vice-président de l’institution et celle d’Awa Guèye pour le poste de deuxième vice-président.

Abou Mbow et Aissatou Sow Diawara sont présentés par le même groupe parlementaire pour les postes de troisième et quatrième vice-présidents.

Abdoulaye Makhtar Diop, Ndèye Lucie Cissé, Alé Lô et Pape Diop sont les candidats de la majorité pour les autres postes de vice-présidents.

Les députés Aymérou Gningue et Madické Niang ont été présentés auparavant à leurs collègues comme étant les présidents respectifs des groupes parlementaires « Benno Bokk Yaakaar » (BBY, majorité) et des Libéraux et démocrates.

 

Tamaltan Inès Sikngaye (Envoyée spéciale de media7.info)

               

Assemblée nationale: Moustapha Niasse réélu président

Moustapha Niasse, le seul candidat à la présidence de  l’hémicycle,  a été réélu jeudi à la tête de l’Assemblée nationale, en obtenant 120 voix lors du vote organisé au début de la cérémonie d’installation des 165 députés élus le 30 juillet dernier.

« Moustapha Niasse est élu pour un mandat de cinq ans, soit la durée de la législature, contrairement aux autres membres du bureau », a déclaré Abdoulaye Makhtar Diop, le doyen d’âge des députés, à la fin du vote du président de l’institution parlementaire.

Dix-sept abstentions et quatre bulletins nuls ont été dénombrés à la fin du vote. Dix députés ont voté contre Moustapha Niasse, qui a la majorité requise pour être élu président de cette institution.

Le député Abdoulaye Makhtar Diop a précisé que « le nouveau président de l’Assemblée national Moustapha Niasse entre en fonction à partir de ce jeudi 14 septembre et sera épaulé de ses vices présidents élus par les pairs ».

Ainsi, Le groupe BBY a présenté la candidature de Moustapha Cissé Lô au poste de premier vice-président de l’institution et celle d’Awa Guèye pour le poste de deuxième vice-président.

Abou Mbow et Aissatou Sow Diawara sont présentés par le même groupe parlementaire pour les postes de troisième et quatrième vice-présidents.

Abdoulaye Makhtar Diop, Ndèye Lucie Cissé, Alé Lô et Pape Diop sont les candidats de la majorité pour les autres postes de vice-présidents.

Les députés Aymérou Gningue et Madické Niang ont été présentés auparavant à leurs collègues comme étant les présidents respectifs des groupes parlementaires « Benno Bokk Yaakaar » (BBY, majorité) et des Libéraux et démocrates.

 

Tamaltan Inès Sikngaye (Envoyée spéciale de media7.info)

DIRECT/ 13 ème législature – Sénégal : installation des députés à l’Assemblée Nationale

151 Majorité requise moustapha 120

Abstention 17, bulletin nul 4
Moustapha Niass est déclaré officiellement  président de l’AN
Le député Mactar Diop précise que le nouveau président de l’AN moustapha Niass entre en fonction à partir d’aujourd’hui et serait épaule des vices président élu par les paires
A 13H45mn: Le nouveau président de l’AN,  Moustapha Niass vient de s’asseoir sur le fauteuil présidentiel.
Remercie tous les députés,  journaliste et autres
Il déclare avoir reçu hier la lettre de démission de ces :
Mariama salle
Socé diop
Amadou ba
Amadou  massour
Abdoulaye Wade
Il appel aussi les suppléants pour remplacer les députés qui ont démissionner

 

20170914_115910 20170914_115921

 

Wade annonce sa démission de l’Assemblée nationale (Officiel)

Les députés nouvellement élus sont convoqués jeudi 17 septembre prochain pour leur installation. Dans une lettre (dont nous publions in extenso) adressée au secrétaire général de l’Assemblée nationale, la tête de liste de la coalition Gagnante Wattu Senegaal, Me Abdoulaye Wade annonce sa démission de son mandat de député.

Monsieur le Secrétaire Général,

Je vous serai reconnaissant de porter à la connaissance de mes collègues députés que je présente ma démission de l’Assemblée Nationale, raison pour laquelle je ne serai pas présent à la séance d’ouverture solennelle convoquée pour le jeudi 14 septembre 2017.

En effet, je m’étais présenté à la compétition uniquement pour soutenir mon parti, le Parti Démocratique Sénégalais et notre coalition, Wattù Senegaal, dont j’étais la tête de liste pendant les élections législatives.

Mon parti, notre coalition et moi-même, avons constaté la fin de ma mission qui est terminée avec l’arrêt du Conseil Constitutionnel, publiant les résultats controversées des élections.

Veuillez agréer, Monsieur le Secrétaire Général, l’expression de mes remerciements.

Abdoulaye Wade,
Ancien Président de la République
Député à l’Assemblée Nationale.

Y’en a marre annonce une Plainte citoyenne jeudi contre l’État du Sénégal

Le mouvement Y en a marre et plusieurs autres organisations citoyennes (Raddho et Amnesty) ont pris la ferme volonté d’engager une plainte contre l’Etat du Sénégal auprès de la Cour de justice de la CEDEAO. Une plainte qui fait suite aux nombreuses failles constatées dans l’organisation du scrutin du 30 juillet dernier.
En effet, selon le communiqué, pendant tout le processus des élections législatives du 30 juillet 2017, les citoyens sénégalais ont dénoncé la faillite de l’Etat du Sénégal dans sa mission de leur assurer le DROIT constitutionnel de vote, en leur garantissant l’obtention dans les délais de cartes d’identité biométriques.
Malheureusement, près d’un million de citoyens se sont vu privés du DROIT de vote, soit pour non émission de leur carte d’identité, soit pour omission de leurs noms sur les listes. Ceci, malgré toutes les interpellations faites à l’autorité pour la prise de mesures fortes. Aucune excuse ni explication valable pouvant permettre de situer les responsabilités, n’ont été fournis par l’Etat. Ce qui motive l’idée d’aller porter plainte contre l’Etat pour manquements.
Cette action sera lancée lors d’une conférence de presse prévue le jeudi 17 août 2017.

Arbitrés par 7 juges: Macky joue et perd à Touba, khalifa à Dakar, Baldé en Côte d’ivoire

Le Conseil constitutionnel a publié lundi les résultats définitifs des élections législatives du 30 juillet, confirmant le succès de la coalition Benno BokkYaakaar (BBY). Il a rejeté non seulement les recours en annulation introduits par Mankoo Taxawu Sénégal dirigée par Khalifa Sall et par la Convergence patriotique Kaddu Askan Wi dirigée par Abdoulaye Baldé, mais aussi, également les recours de Benno dans la ville sainte te de Touba.

Khalifa et Baldé perdent contre Benno

Le jeu était très mouvementé. La Coalition Manko Taxawu Senegaal que dirige Khalifa Sall, le maire de Dakar en prison, gardait toujours espoir au lendemain des législatives du 30 juillet. En marge d’une conférence de presse dans leur siège, situé sur les deux voies de  Liberté 6, les responsables politiques de cette mouvance de l’opposition ont fait savoir qu’ils ont confiance à la justice sénégalaise et croient à leur victoire finale à Dakar. Selon son porte-parole du jour, Babacar Thioye Ba, « Nous n’avons pas de doute sur ce recours, même si nous ne sommes pas à la place du juge.
Mais, dans tous les cas, nous considérons que nous avons fait tout ce que nous devons faire avec des arguments solides. Et nous considérons normalement que le Conseil constitutionnel devrait donner victoire à notre recours ». Avant d’ajouter : « Nous pensons que les moyens invoqués pour défendre notre recours, sont assez solides et vont dans le sens d’avoir gain de cause ». Ce recours déposé depuis le mercredi 9 août dernier, demande tout court, l’annulation du scrutin en invoquant le moyen tiré de la violation portant partie réglementaire du Code électoral.
« À titre subsidiaire, notre requête demande au Conseil constitutionnel d’annuler les procès verbaux dans certains bureaux de certains centres de vote dans les communes de Biscuiterie, de Grand-Dakar, de Hann-Bel Air, de Patte d’Oie, des Parcelles assainies, de Plateau et de Yoff », a déclaré M. Ba. Avant de poursuivre : « La Coalition Manko Taxawu Senegaal demande également au Conseil constitutionnel l’annulation des procès-verbaux  de dépouillement des départements de Kolda, Foundiougne et Tivaoune au motif que les écarts non justifiés entre le nombre de votants et le nombre d’enveloppes trouvées dans l’urne qui entachent la sincérité des résultats proclamés dans lesdits départements ».
Mais aussi la Coalition que dirige Khalifa Sall demande aussi l’annulation des procès-verbaux de dépouillement des départements de Louga, Gossas et Kaffrine, de l’Europe du sud, de l’Afrique de l’Ouest et du Centre au motif de la violation de l’article L 337 du Code électoral. Dans tous ces cas, si rien n’est fait, elle décide de procéder à une évaluation, après publication définitive des résultats par le Conseil constitutionnel avant de s’engager sur les perspectives.
 En plus, les avocats de la coalition  Convergence Patriotique Kaddu Askan Wi, ont déposé auprès du Conseil Constitutionnel un recours en annulation des élections législatives du 30 juillet 2017 portant sur les résultats provisoires du département Afrique de l’Ouest en général et la Côte d’Ivoire en particulier, pour « irrégularités manifestes». Ils ont également été déboutés.

…Macky joue et perd amèrement à Touba

S’agissant du cas de Mbacké, Serigne Abdou Mbacké Ndo (BBY) investi sur la liste départementale de Mbacké, avait fait observer que le scrutin n’a pu se tenir dans 220 bureaux de vote » à Touba, pour un total de quatre-vingt-neuf mille six cent quarante et un (89 641) électeurs ».
Dans sa décision, le Conseil constitutionnel considère qu’il ‘n’est pas établi, au moment où il statue, que les incidents survenus à Touba lors des opérations électorales sont imputables aux candidats déclarés provisoirement élus, ni qu’elles ont pu avoir pour effet de fausser les résultats du scrutin au profit ou au détriment d’une liste ».
Si le taux de participation des électeurs au scrutin du 30 juillet 2017 dans le département de Mbacké, qui s’élève à 31,22 %, est relativement faible », le Conseil estime cependant que, ?’malgré cette faible participation des inscrits, le pourcentage de votants (?) est supérieur à celui enregistré lors des précédentes élections législatives de 2007 et 2012 pour lesquelles le taux de participation dans le département de Mbacké n’atteignait pas 30% ».
Pour le Conseil, il n’est pas établi qu’il y a corrélation entre les incidents survenus à Touba avec la participation des électeurs, ni avec la répartition des voix entre les candidats de la liste coalition gagnante wattu Sénégal et ceux de la liste Benno Bokk Yaakaar ».
Il estime qu’il n’y a lieu ni d’invalider le scrutin ni de le reprendre dans le département de Mbacké » remportée par la coalition gagnante wattu Sénégal.

 …La victoire de Benno confirmée

Selon le Conseil constitutionnel, sur un nombre total de 6 219 446 électeurs inscrits, il y a eu 3 337 494 citoyens Sénégalais d’ici et d’ailleurs, ont voté et le nombre de suffrages valablement exprimés arrêtés à 3 310 453.
Le taux de participation 53,66%. Benno Bokk Yaakaar (1 637761 voix) remporte 125 députés sur 165 au total. Elle est suivie de la coalition gagnante Wattu Sénégal, (552 095 voix) qui obtient 19 députés, de « Mankoo Taxawu Senegaal », (388 188 voix) qui se retrouve avec 7 députés.
Au total, 14 partis seront représentés à l’Assemblée nationale, parmi lesquels le Parti de l’unité et du rassemblement (PUR), arrivé en 4e position après cette élection avec 3 députés, suivi de « Kaddu Askan Wi » de Abdoulaye Baldé (2 députés).
Dix autres partis se partageant le plus fort reste ont obtenu chacun 1 député, à savoir le Parti pour la vérité et le développement (PVD), la coalition « Yeessal » de Modou Diagne Fada, « Bunt Bi » de Théodore Monteil, la Convergence patriotique pour la justice et l’équité (CPJE) de Demba Diop dit « Diop Sy ».
Il y a aussi l’Initiative pour une politique de développement (IPD) avec Ibrahima Abou Nguette, « And Saxal Liggey » de l’ancienne ministre Aïda Mbodj, « Oser l’avenir » (Aïssata Tall Sall), « Senegal Day Dem » avec Cheikh Tidiane Gadio et « Ndawi Askan Wi » avec l’ex-inspecteur des Impôts Ousmane Sonko.

 

LÉGISLATIVES : Le Conseil Constitutionnel confirme la victoire de BBY

Le Conseil Constitutionnel a publié lundi les résultats définitifs des élections législatives du 30 juillet, confirmant le succès de la coalition Benno Bokk Yakaar (BBY).
Le 30 juillet, sur un nombre total de 6 219 446 électeurs inscrits, il y a eu 3 337 494 votants et un nombre de suffrages valablement exprimés arrêtés à 3 310 453, selon la décision du Conseil constitutionnel consultée par l’APS.

Le quotient national est de 55 147 voix et le taux de participation 53,66%. Benno Bokk Yaakaar (1 637761 voix) remporte 125 députés sur 165 au total. Elle est suivie de la coalition gagnante Wattu Senegaal, (552 095 voix) qui obtient 19 députés, de « Mankoo Taxawu Senegaal », ( 388 188 voix) qui se retrouve avec 7 députés.

Au total, 14 partis seront représentés à l’Assemblée nationale, parmi lesquels le Parti de l’unité et du rassemblement (PUR), arrivé en 4e position après cette élection avec 3 députés, suivi de « Kaddu Askan Wi » de Abdoulaye Baldé (2 députés).

Dix autres partis se partageant le plus fort reste ont obtenu chacun 1 député, à savoir le Parti pour la vérité et le développement (PVD), la coalition « Yeessal » de Modou Diagne Fada, « Bunt Bi » de Théodore Monteil, la Convergence patriotique pour la justice et l’équité (CPJE) de Demba Diop dit « Diop Sy ».

Il y a aussi l’Initiative pour une politique de développement (IPD) avec Ibrahima Abou Nguette, « And Saxal Liggey » de l’ancienne ministre Aïda Mbodj, « Oser l’avenir » (Aïssata Tall Sall), « Senegal Day Dem » avec Cheikh Tidiane Gadio et « Ndawi Askan Wi » avec l’ex-inspecteur des Impôts Ousmane Sonko.

Le Conseil a rejeté le recours de M. Serigne Abdou Mbacké Ndao, candidat investi par la coalition Benno Bokk Yaakaar sur la liste départementale de Mbacké, le recours de Khalifa Ababacar Sall de Manko taxawu Senegaal tendant à l’annulation des élections du scrutin.

Il a également rejeté le recours de Mme Fatoumata Chérif Dia, candidate investie par la coalition gagnante Wattu Senegaal dans le département de l’Europe de l’Ouest, du Centre et du Nord. S’agissant du cas de Mbacké, Serigne Abdou Mbacké Ndao (BBY) investi sur la liste départementale de Mbacké, avait fait observer que ‘’le scrutin n’a pu se tenir dans 220 bureaux de vote’’ à Touba, ‘’pour un total de quatre-vingt-neuf mille six cent quarante et un (89 641) électeurs’’.

Dans sa décision, le Conseil constitutionnel considère qu’il ‘’n’est pas établi, au moment où il statue, que les incidents survenus à Touba lors des opérations électorales sont imputables aux candidats déclarés provisoirement élus, ni qu’elles ont pu avoir pour effet de fausser les résultats du scrutin au profit ou au détriment d’une liste’’.

Si le taux de participation des électeurs au scrutin du 30 juillet 2017 dans le département de Mbacké, qui s’élève à 31,22 %, ‘’est relativement faible’’, le Conseil estime cependant que, ‘’malgré cette faible participation des inscrits, le pourcentage de votants (…) est supérieur à celui enregistré lors des précédentes élections législatives de 2007 et 2012 pour lesquelles le taux de participation dans le département de Mbacké n’atteignait pas 30%’’.

Pour le Conseil, ‘’il n’est pas établi qu’il y a corrélation entre les incidents survenus à Touba avec la participation des électeurs, ni avec la répartition des voix entre les candidats de la liste coalition gagnante wattu Sénégal et ceux de la liste Benno Bokk Yaakaar’’.

Il estime qu’il ‘’n’y a lieu ni d’invalider le scrutin ni de le reprendre dans le département de Mbacké’’ remportée par la coalition gagnante wattu Senegaal.

LEGISLATIVES 2017: LETTRE DE REMERCIEMENTS DE TOUMANI CAMARA Président des handicapés républicains

Le mouvement des handicapés républicains tient, par ma voix, à remercier très sincèrement les militants et sympathisants de la coalition « Benno Bokk Yakaar » pour la belle victoire obtenue lors des élections législatives du 30 juillet 2017.

En effet, toutes les instances de la coalition se sont regroupées autour de l’essentiel et dans chaque commune les responsables de « Benno Bokk Yakaar » ont pris la ferme décision de taire certaines querelles internes et d’unir leurs forces afin de donner au Président Macky SALL la majorité absolue à l’hémicycle.

Nous,  handicapés républicains n’avons pas aussi été en reste puisque nous nous sommes investis à fond dans la campagne électorale à travers l’organisation de plusieurs activités de sensibilisation, d’animation politique mais aussi et surtout de communication sur les réalisations du Président de la République Macky SALL dans différentes localités.

Notre détermination à donner la majorité au Président Macky SALL s’est plus fait sentir le jour du scrutin avec une organisation inédite afin de permettre à tous nos membres mais aussi à nos sympathisants d’accomplir leur devoir citoyen dans d’excellentes conditions et en faveur de la coalition « Benno Bokk Yakaar ».

Nous ne saurons terminer sans féliciter de vive voix tous les députés de la mouvance présidentielle élus pour cette 13e législature et d’accorder la mention spéciale au Président Macky SALL pour son soutien sans faille au mouvement des handicapés républicains dans tous les combats.

VIVE LES HANDICAPES REPUBLICAINS !

VIVE LA COALITION « BENNO BOKK YAKAAR » !

VIVE LE PRESIDENT MACKY SALL !

Toumani CAMARA

Président des handicapés républicains

 
Facebook login by WP-FB-AutoConnect