Home » International (page 10)

International

Sadio Mané : « Gagner le ballon d’Or africain n’est pas mon objectif principal »

S’il est considéré comme le meilleur joueur africain de l’année par certains observateurs, Sadio Mané ne semble pas donner beaucoup d’importance à cela. Auteur de 13 buts et 5 passes décisives lors de l’exercice 2016-2017, Sadio débute sur les mêmes bases la nouvelle saison avec un but lors de son premier match.

Pour Sadio Mane, son objectif n’est pas de remporter le ballon d’Or africain mais de gagner des titres avec son club.

« Gagner le ballon d’Or Africain n’est pas mon objectif principal. Je veux gagner des titres avec Liverpool. » laisse entendre l’attaquant international sénégalais.

PSG : Neymar dézingue la direction du FC Barcelone !

Alors qu’il sortait d’une nouvelle démonstration avec le Paris Saint-Germain face à Toulouse (6-2), Neymar en a profité pour recadrer la direction du Barça. Et ça décoiffe.

 

Tout juste débarqué au Paris Saint-Germain, Neymar avait eu droit à un joli tacle en règle de la part du président du FC Barcelone Josep Maria Bartomeu. Vexé de s’être fait chiper l’un de ses joyaux sans avoir rien pu faire pour le retenir (le PSG a payé la clause libératoire), le patron blaugrana n’y était pas allé de main morte. « Il a voulu partir, c’est sa décision, bien que nous voulions le conserver et avons tout fait pour, avec responsabilité. Nous avons respecté sa décision, même si nous ne la partagions pas. Il y a une limite. Il a pris sa décision, mais la forme n’est pas correcte. Il ne s’est pas comporté comme nous l’attendons d’un joueur du Barça. Nous aurions préféré plus de franchise. »
Depuis, Neymar s’était contenté de répondre sur le terrain avec sa nouvelle équipe. Auteur d’un but et d’une passe décisive à Guingamp (3-0), ne nouveau numéro 10 francilien a remis ça ce dimanche soir contre Toulouse (6-2), pour sa première au Parc. Auteur de deux buts et de deux passes décisives, l’international auriverde a régalé les supporters rouge-et-bleu. Mais alors que tous les journalistes évoquaient avec lui ses débuts réussis sous ses nouvelles couleurs, Neymar n’a pas esquivé la question d’une confrère espagnole au sujet de la situation actuelle du FC Barcelone.
Neymar tacle la direction blaugrana

Obligé de remplacer le néo Parisien dans l’urgence, le club catalan peine à avancer sur le mercato. Si le Niçois Seri semble être proche du Camp Nou, le Barça ne cesse de se faire rembarrer par Liverpool et le Borussia Dortmund dans ses tentatives pour attirer Philippe Coutinho et Ousmane Dembélé. L’espoir reste de mise dans ses deux dossiers, mais les difficultés catalanes pour conclure malgré une énorme enveloppe font tâche dans le paysage du mercato. Un couac qui ne ravit pas Neymar pour autant, même si la direction blaugrana en a pris pour son grade.
« J’ai passé quatre ans là-bas, et j’y est été très heureux. J’en suis parti heureux. Mais pas avec eux (les dirigeants du Barça). Pour moi, ce sont des personnes qui ne doivent pas être au Barça. Barcelone mérite plus, et tout le monde le sait. Ça me rend triste de voir mes ex-coéquipiers tristes. J’ai beaucoup d’amis là-bas. J’espère que les choses vont aller mieux pour le Barça et qu’il pourra faire une équipe qui sera compétitive ». Bartomeu et son équipe apprécieront !

Charlottesville : quatre initiatives des « géants » du web pour lutter contre les groupes suprémacistes et les néonazis

Suspension de sites, suppressions de morceaux ou désactivation de comptes : les grandes entreprises américaines de l’internet ont pris de nombreuses mesures pour contrer les groupes haineux d’extrême droite depuis l’attaque de Charlottesville.

Ils sont en train de faire place nette. Depuis le début de la semaine, les « géants » américains de l’internet se joignent progressivement à la mobilisation contre les suprémacistes blancs et les groupes néonazis aux Etats-Unis. Alors qu’une femme a été tuée le 12 août par un militant d’extrême droite qui a foncé dans une foule de contres-manifestants àCharlottesville, en Virginie, plusieurs entreprises ont pris des mesures. Elles tentent de limiter les discours haineux sans contrevenir à la liberté d’expression. Franceinfo vous liste quatre d’entre elles.

1Spotify supprime des morceaux suprémacistes

« Je viens juste de trouver 37 groupes haineux de suprémacistes blancs sur Spotify », écrit un journaliste du site Digital Music New, le 14 août. La plateforme d’écoute de musique en ligne hébergeait des morceaux dont les propos contribuaient à la propagation de thèses racistes, selon l’organisation de surveillance de l’extrême droite américaine Southern Poverty Law Center.

Ces morceaux épinglés par l’organisation ont été retirés du catalogue en ligne. Un porte-parole de Spotify a déclaré au magazine Billboard que des mesures avaient été prises pour supprimer l’ensemble des morceaux problématiques. « Nous ne tolérons aucun contenu qui prône la haine, ou incite aux violences racistes, contre la religion ou la sexualité », explique-t-il. Le site réfléchit à de nouveaux outils pour améliorer sa modération.

Cependant, la plateforme de streaming explique que la plupart des groupes dénoncés comme « prônant la haine » sont « marginaux », suivis et écoutés par peu d’utilisateurs.

2Airbnb désactive des comptes d’utilisateur

De nombreux sites ont mis en place des mesures pour empêcher aux suprémacistes blancs de se rassembler. C’est le cas du site d’hébergement Airbnb. La plateforme, qui permet de louer un logement de manière ponctuelle, a désactivé les comptes de plusieurs utilisateurs qui devaient se rendre, samedi 12 août, au rassemblement de Charlottesville.

Dans un communiqué transmis par le site au Washington Post, il est expliqué que les utilisateurs doivent respecter les autres « quelle que soit leur race, religion, nationalité, ethnie, handicap, sexe, identité de genre, orientation sexuelle ou âge ». Des critères qui avait déjà valu la suspension d’un internaute qui avait refusé une réservation parce que la cliente était noire, rapporte Le Monde.

« Quand nos processus de vérification ou la communauté nous permettent d’identifier des personnes dont le comportement sur la plateforme contrevient à nos règles, nous agissons comme il le faut, ce qui inclut, comme dans ce cas précis, de les exclure de la plateforme », est-il expliqué à propos de Charlottesville. Sans préciser le nombre d’utilisateurs concernés par cette suspension.

3Les hébergeurs suspendent des sites

Dans le viseur des « géants » du web, on trouve le site Daily Stormer, tenu par un suprémaciste blanc et néonazi. L’une des publications insulte la femme présente dans la foule de contre-manifestants et tuée samedi par un automobiliste. Cloudflare, spécialiste de la sécurité en ligne a annoncé qu’il cessait de fournir ses services à Daily Stormer. « Je me suis réveillé de mauvaise humeur ce matin et j’ai décidé de les expulser d’internet », a écrit le fondateur et directeur général de Cloudflare, Matthew Prince, dans un e-mail à ses employés.

Selon l’agence Reuters d’autres fournisseurs de domaines comme Google Domains, filiale d’Alphabet, et GoDaddy ont annoncé qu’ils révoquaient son nom de domaine. Le Daily Stormer est cependant toujours accessible par d’autres moyens, explique le Guardian.

Ce n’est pas le seul site à avoir été suspendu. L’Express rapporte que l’hébergeur WordPress a aussi pris des mesures : le site d’une organisation d’extrême droite baptisée Vanguard America, dont l’auteur de l’attaque était membre, a ainsi été suspendu pour « non-respect des règles » de la plateforme.

4Les réseaux sociaux ferment les espaces de discussion

D’autres grandes entreprises ont décidé d’agir : Facebook a supprimé plusieurs pages associées aux groupes haineux, dont la page d’un événement Unite the Right de Charlottesville. « En raison de la possibilité de nouveaux rassemblements, nous suivons la situation de manière attentive et supprimerons les menaces de préjudice physique », a écrit mercredi le patron de Facebook, Mark Zuckerberg.

La plateforme Reddit, qui revendique 250 millions d’utilisateurs, a supprimé un des forums de discussions qui a soutenu Unite the Right, en disant qu’il écarterait tous ses utilisateurs incitant à la violence. Discord est une autre plateforme à avoir désactivé un salon de discussions et plusieurs comptes « associés aux événements de Charlottesville », explique Le Monde.

Twitter a, pour sa part, suspendu mercredi les comptes liés à Daily Stormer(lire ci-dessus). Le réseau a précisé qu’il ne s’exprimerait pas sur les cas particuliers, mais au moins trois comptes liés à Daily Stormer renvoyaient vers des pages affichant « compte suspendu ».

Enfin, GoFundMe, une plateforme de financement participatif, a supprimé des cagnottes destinées à récolter des fonds pour le conducteur de la voiture qui a tué une contre-manifestante en fonçant dans la foule.

 

Le Real Madrid donne une leçon à Barcelone et s’offre une 10e Supercoupe d’Espagne

Vainqueur du match aller 3-1, le Real Madrid a offert une démonstration à ses supporters en dominant une nouvelle fois le FC Barcelone (2-0) au Santiago Bernabeu. Grâce à des buts de Marco Asensio et Karim Benzema, la Maison Blanche s’offre une 10e Supercoupe d’Espagne, le 7e trophée de l’ère Zidane.

Zinedine Zidane n’a pas le temps. 19 mois après sa prise de fonction sur le banc du Real Madrid, l’ancien N°10 des Bleus vient d’offrir un 7e trophée à la Maison Blanche après la partition parfaite des siens lors du match retour de la Supercoupe d’Espagne face au FC Barcelone (2-0, 5-1 sur l’ensemble des deux matches). Il rejoint ainsi deux de ses illustres prédécesseurs que sont Vicente Del Bosque etLuis Molowny au deuxième rang des entraîneurs les plus titrés sur le banc Merengue derrière les 14 titres de Miguel Muñoz. Mais plus que les chiffres et le palmarès, Zidane a créé une véritable machine à gagner, un rouleau compresseur capable de reléguer le Barça de Lionel Messi et de Luis Suarez au statut de vulgaire sparring-partner, à l’image de la démonstration proposée par les partenaires de Sergio Ramos ce mercredi soir.

« OLÉ, OLÉ »

Car malgré l’absence de Cristiano Ronaldosuspendu après avoir poussé l’arbitre au match aller, le Real Madrid n’a fait qu’une bouchée de Catalans amorphes qui, plus que Neymar, semblent avoir perdu leur football en ce début de saison. Et le festival madrilène a démarré par un coup de génie. Déjà buteur à l’aller, Marco Asensio fait vibrer Santiago Bernabeu d’une praline des 30 mètres dans la lucarne d’un Ter Stegen stoïque sur sa ligne (1-0, 3e).

Le prodige espagnol lance parfaitement la machine Merengue qui balade un Barça méconnaissable. Les « Olé, Olé » ne tardent pas à descendre des travées sous l’impulsion d’un Luka Modric de gala alors que Lucas Vasquez manque le break en trouvant le poteau de Ter Stegen (33e). Fissuré, le bloc Blaugrana finit par céder peu avant la mi-temps. Marcelo trouve Karim Benzema qui enchaîne contrôle orienté parfait et volée du gauche pour mettre le Real à l’abri (2-0, 39e).

VIDÉO. L’ouverture du score sublime de Marco Asensio

Le Barça est KO et rien ne semble vouloir lui sourire. Leo Messi (54e) puis Luis Suarez (70e) trouvent tous deux les montants de Keylor Navas sur des occasions que les deux Sud-Américains ont pourtant l’habitude de mettre au fond. Le Real Madrid finit en roue libre, se contentant de gérer son avance pour démarrer sa saison de la meilleure des manières avec, déjà, un deuxième trophée après le sacre en Supercoupe d’Europe il y a moins de dix jours. Le Barça, lui, n’en finit plus d’inquiéter et devra recruter pour tenter d’éloigner le spectre du déclin.

 

Charlottesville : nouveau revirement de Donald Trump, qui affirme que les torts étaient « des deux côtés »

Après avoir fermement condamné les militants d’extrême droite, lundi, le président américain a provoqué la polémique en les renvoyant dos à dos avec les anti-racistes.

Donald Trump a déclenché une nouvelle vague d’indignation à travers les Etats-Unis, mardi 15 août, en affirmant que la responsabilité des violences qui ont secoué Charlottesville devait être recherchée « des deux côtés ». Lors d’une conférence de presse chaotique depuis la Trump Tower à New York, le président américain a renvoyé dos à dos les membres de la droite suprémaciste et les militants antiracistes qui se sont affrontés dans cette ville de Virginie. Une femme de 32 ans a été tuée, samedi 12 août, quand un sympathisant néo-nazi de 20 ans, James Fields, a intentionnellement foncé avec son véhicule sur des contre-manifestants.

Il a tenté de justifier sa réaction en deux temps

Donald Trump avait pourtant fermement condamné, lundi 14 août, les violences qui ont fait un mort. « Le racisme, c’est le mal », avait-il déclaré depuis la Maison Blanche. « Ceux qui ont agi de manière criminelle lors des violences racistes de ce week-end devront répondre de leurs actes devant la loi, justice sera rendue », avait encore assuré le chef d’Etat, avant de rappeler : « Quelle que soit la couleur de notre peau, nous vivons tous avec les mêmes lois, nous saluons le même drapeau. »

Donald Trump a finalement fait volte-face mardi. De plus en plus critiqué dans son propre camp, il a commencé par avancer que sa première déclaration, très évasive, samedi, s’expliquait par le manque d’informations dont il disposait. « Les événements venaient d’avoir lieu », a-t-il dit, pour justifier sa réaction en deux temps.

« Il y avait des gens très bien des deux côtés »

Relancé par plusieurs journalistes, le président américain ensuite justifié sa première approche. « Je pense qu’il y a des torts des deux côtés, a-t-il lancé, vindicatif. J’ai regardé de très près, de beaucoup plus près que la plupart des gens. Vous aviez un groupe d’un côté qui était agressif. Et vous aviez un groupe de l’autre côté qui était aussi très violent. Personne ne veut le dire. »

« Que dire de l’Alt left qui a attaqué l’Alt right [terme qui désigne la droite alternative] ? N’ont-ils pas une part de responsabilité ? a-t-il tonné. J’ai condamné les néo-nazis. Mais tous les gens qui étaient là-bas n’étaient pas des néo-nazis ou des suprémacistes blancs, loin s’en faut. Il y avait des gens très bien des deux côtés. »

Les propos de Donald Trump ont été immédiatement salués par David Duke, un ancien leader du Ku Klux Klan qui était présent à Charlottesville. Ils ont, dans le même temps, suscité une vague de réactions indignées. « La haine raciale a toujours existé en Amérique. Nous le savons, mais Donald Trump vient de la remettre à la mode ! » a notamment assené la star du basket, LeBron James. « Nous devons être clairs. La suprématie blanche est répugnante. (…) Il ne peut y avoir aucune ambiguïté morale », a également tweeté Paul Ryan, président républicain de la Chambre des représentants.

 

La réaction de Barack Obama aux violences à Charlottesville est devenue le tweet le plus « liké » de l’histoire

Son message de tolérance a visiblement fait mouche. La réaction de Barack Obama aux violences à Charlottesville est devenue le tweet le plus « liké » de l’histoire, rapporte Mashable (en anglais) mercredi 16 août. Selon la police, un sympathisant néo-nazi a intentionnellement foncé avec son véhicule sur des contre-manifestants antiracistes, samedi 12 août, dans cette ville de Virginie. Une femme de 32 ans a été tuée.

Barack Obama a choisi de répondre à ce drame par une citation de l’ancien président sud-africain Nelson Mandela, dimanche. « Personne ne naît en haïssant quelqu’un d’autre à cause de la couleur de sa peau, de son passé ou de sa religion », a twitté le démocrate. Une photo de lui souriant à plusieurs enfants accompagnait le message.

Le tweet avait déjà été « liké » plus de 2,94 millions de fois, mercredi 16 août à 9 heures (heure française). Selon Mashable, le message de Barack Obama est donc en tête des posts les plus « aimés » sur le réseau social. Le précédent record (2,70 millions de likes) était détenu par un tweet de la chanteuse Ariana Grande, posté après l’attentat islamiste qui a tué 22 personnes lors de l’un de ses concerts à Manchester (Royaume-Uni), en mai. Un porte-parole de Twitter a toutefois indiqué à Mashable que le message de l’ancien président américain n’arrive qu’en 5e position des plus retweetés de l’histoire.

 

Prison de Valence : un drone intercepté après avoir livré des objets à un détenu

Un détenu de la prison de Valence s’est fait livrer des objets, a priori interdits, grâce à un drone. Les surveillants de l’établissement ne sont pas parvenus à mettre la main sur le contenu du colis.

C’est une scène digne d’une fiction. Mardi 15 août, à la prison de Valence, un détenu s’est fait livrer des objets a priori interdits grâce à un drone, indiqueFrance Bleu Drôme Ardèche, mercredi.

L’engin s’est posé à l’intérieur de la cour du centre pénitentiaire après avoir réussi à passer à travers les mailles du filet anti-hélicoptère qui recouvre la cour de promenade. Il transportait une caméra embarquée et un colis. Cette livraison a été réalisée vers 15h, c’est-à-dire à un horaire où presque tous les détenus de la maison d’arrêt sont à l’extérieur.

La livraison mystérieuse a pu être effectuée

L’alerte a aussitôt été donnée et les détenus fouillés, mais en vain. La livraison mystérieuse a pu être effectuée et est restée dissimulée. Les surveillants de l’établissement ne sont pas parvenus à mettre la main sur le contenu du colis.

C’est la première fois qu’un drone est utilisé comme moyen d’approvisionnement en objets illégaux à l’intérieur de la maison d’arrêt de Valence. Jusqu’à présent, les amis ou proches des détenus lançaient les colis par-dessus les grillages et murs d’enceinte. Mais de plus en plus souvent, ils se font repérer et arrêter. Pas plus tard qu’il y a 10 jours, deux personnes ont été interpellées un dimanche après-midi, dont un mineur.

Cette fois-ci, c’est donc un drone qui a été intercepté. L’engin est entre les mains de la police. Les enquêteurs disposent également de toutes les vidéos de surveillance pour suivre le vol de l’objet, et tenter de repérer le destinataire mais aussi l’expéditeur de ce colis.

 

Un triple attentat-suicide fait 28 morts et plus de 80 blessés au Nigeria

Une série d’attaques perpétrées par trois femmes kamikazes a fait 28 morts et plus de 80 blessés, sur un marché, non loin de Maiduguri, dans le nord-est du Nigeria. La région est régulièrement touchée par les attentats de la secte Boko Haram.

Un triple attentat a fait 28 morts et plus de 80 blessés, mardi 16 août, au Nigeria. Trois femmes kamikazes se sont fait exploser dans une ville à 25 kilomètres de Maiduguri, la capitale de l’État du Borno, dans le nord-est du Nigeria, selon des sources locales.

« La première femme a déclenché sa ceinture vers 18 heures (17h00 GMT) dans le marché qui se trouve à l’entrée du camp », a rapporté Baba Kura, membre des milices civiles qui luttent contre le groupe jihadiste de Boko Haram. « Cela a créé de la panique, et les commerçants étaient en train de fermer leur boutique quand deux autres femmes se sont fait exploser, causant la majeure partie des morts et des blessés ».

Des attaques récurrentes

Ibrahim Liman, l’un des chefs des milices civiles engagées dans le combat contre les jihadistes, a confirmé les circonstances de l’attaque, ajoutant que « plus de 80 blessés ont été conduits à l’hôpital de Maiduguri », grande ville du nord-est du Nigeria. Des sources à l’intérieur de l’hôpital ont fait part « d’un grand nombre de personnes qui sont arrivées » mardi en fin de journée.

Mandarari se trouve dans le district de Konduga, à quelques kilomètres de la capitale de l’État du Borno, district qui a été la cible récente de nombreuses attaques du groupe de Boko Haram.

Des hommes armés ont envahi le village d’Amarwa, proche de Mandarari, dans la nuit de samedi à dimanche, tirant au hasard sur les villageois et mettant le feu à toutes les habitations.

Le district de Konduga est l’un des épicentres des violences commises par le groupe jihadiste depuis que l’armée a forcé les combattants islamistes à décrocher de leur base de la forêt de Sambisa, en décembre dernier. Il y a deux semaines, trois vendeurs de bois ont été décapités non loin de là, accusés par les combattants d’être des espions au service des forces de sécurité.

Plus de 20 000 morts et 2,6 millions de déplacés

Le conflit dans le nord-est du Nigeria semble s’être réorganisé depuis quelques mois. Boko Haram, qui a perdu les grandes villes autour du lac Tchad, mène encore des attaques sporadiques sur les grands axes et les villes stratégiques dans la région, empêchant l’armée et les ONG d’accéder aux populations vulnérables.

Fin juillet, une embuscade contre une mission de prospection pétrolière menée par la compagnie des hydrocarbures nationales, NNPC (Nigerian National Petroleum Company) a fait près de 70 morts.

Le conflit de Boko Haram, particulièrement meurtrier dans la région du lac Tchad, a fait plus de 20 000 morts et 2,6 millions de déplacés depuis que le groupe extrémiste a pris les armes en 2009. Selon l’ONU, près de deux millions de personnes souffrent de malnutrition aiguë et 6,9 millions ont besoin d’une assistance humanitaire dans le nord-est du Nigeria.

Avec AFP

 

Danemark : une journaliste disparaît mystérieusement au cours d’un reportage dans un sous-marin

L’histoire est digne des plus grands polars. Une journaliste danoise a disparu alors qu’elle réalisait un reportage dans un sous-marin.

 

Depuis vendredi, les autorités danoises cherchent sans relâche une journaliste suédoise. Kim Wall avait embarqué dans un sous-marin privé avec son propriétaire. La jeune femme réalisait un reportage sur le Nautilus lorsqu’il a subitement coulé. Deux jours plus tard, le sous-marin est renfloué et son constructeur et capitaine est secouru. La police le soupçonne d’avoir lui-même coulé son sous-marin pour maquiller l’assassinat de la jeune journaliste, ce qu’il conteste fermement. « J’ai passé la nuit à inspecter le sous-marin. Je ne comprends pas. J’ai constaté des avaries au niveau du moteur, mais rien de très sérieux pour l’instant », explique le capitaine.

Un crime camouflé ?

Il affirme avoir déposé la journaliste sur une petite île, car elle souhaitait, dit-il, faire des photos, avant de repartir seul à bord. Mais ses indications sont floues et la police n’a pas réussi à localiser cette île. Le capitaine du Nautilus a été placé en détention provisoire. Depuis le naufrage, la jeune femme reste introuvable. Mais plus le temps passe et plus les services de police suédois sont convaincus que cette mystérieuse disparition pourrait cacher un crime.

 

 

5a2f742e4536b89e8f88c793f71aa346 86ec7c0c438cf0ce43c825abbd7b808f db41bcbb3544c8130056b6ed8c6b6a02 6cedfd139f328501817c76d7c1006015 2d63bf9be47479763482b2e81735f861 256a1847918c32788f52e5e9d07b6ef4 f656349c2c6c882878774865c3502fca

Seine-et-Marne : une voiture fonce dans une pizzeria, faisant au moins un mort et douze blessés

Une voiture a foncé intentionnellement dans une pizzeria du village de Sept-Sorts (Seine-et-Marne), lundi 14 août, tuant une fillette de 13 ans et blessant grièvement plusieurs personnes. D’après la gendarmerie, aucune trace de freinage n’a été constatée.

 Un bilan encore provisoire. Selon le porte-parole du ministère de l’Intérieur, interrogé sur franceinfo, une jeune fille a été tuée, quatre personnes se trouvent « entre la vie et la mort », et huit autres ont été blessés plus légèrement. 

 Le conducteur arrêté. Les faits se sont produits vers 20h15, dans cette pizzeria située dans une zone commerciale. Le conducteur du véhicule, un homme né en mars 1985, a été interpellé et placé en garde à vue. Selon les premières constations des gendarmes, il n’a pas tenté de fuir avec son véhicule après le drame. D’après une source proche du dossier, l’individu ne serait pas inscrit au fichier des personnes recherchées (FPR) de la police nationale.

 La piste terroriste écartée. Le parquet de Meaux, cité par l’Agence France-Presse, parle d’un « acte délibéré », mais qui n’a « a priori, rien à voir avec un acte terroriste ». Selon une source judiciaire également citée par l’AFP, les premières déclarations de l’individu interpellé permettraient d’écarter la piste terroriste. Sur BFMTV, le porte-parole du ministère de l’Intérieur a évoqué un profil psychologique « instable ». D’après les informations de France 2, l’homme aurait fait très récemment une tentative de suicide.

 La section de recherches de Paris saisie. Selon nos infirmations, les gendarmes de la section de recherches de Paris ont été saisis, contrairement au parquet anti-terroriste de Paris.

………………………………………………………….

Retrouvez ici l’intégralité de notre live #SEPT_SORTS

00h15 : Interrogé sur le fait que l’homme interpellé et placé en garde à vue puisse être suicidaire, le procureur adjoint de Meaux, Eric de Valroger, a estimé qu’il était « prématuré » de le confirmer. En revanche, il n’a « aucun doute » sur le caractère volontaire de son acte, le conducteur ayant dû volontairement quitter la route pour se diriger vers la pizzeria. « Nous en saurons davantage sur son mobile dans les heures qui viennent », a-t-il estimé.

00h15 : Le conducteur, âgé de 31 ans, habitait à la Ferté-sous-Jouarre (Seine-et-Marne), une commune voisine de Sept-Sors.

00h11 : Les démineurs n’ont trouvé aucune arme ni dispositif dangereux dans la voiture du conducteur, affirmele procureur adjoint de Meaux.

00h11 : Selon le procureur adjoint de Meaux, il est « hautement vraisemblable » que le conducteur interpellé se trouvait sous l’emprise de stupéfiants, sans plus de précisions. Des vérifications doivent encore être faites pour le confirmer. Il n’était en revanche, « a priori », pas sous l’emprise de l’alcool.

00h25 : Le parquet de Meaux a ouvert une enquête de flagrance pour « homicide volontaire avec arme », « tentative d’homicide volontaire avec arme » et « conduite sous l’emprise de stupéfiants ». Dans ce chef d’accusation, l’arme désigne la voiture. Le procureur a confirmé qu’aucune arme n’avait été retrouvée.

00h08 : Le mobile terroriste est écarté « à ce stade de l’enquête », affirme le procureur adjoint de Meaux.

00h08 : Outre les cinq personnes « en état d’urgence absolue » et la fillette de 12 ans tuée, le procureur adjoint affirme que huit personnes ont été blessées plus légèrement et hospitalisées.

00h06 : L’enfant de 3 ans, un petit garçon, a été héliporté vers l’hôpital Necker, à Paris, affirme le procureur adjoint, qui vient de tenir un point presse devant les journalistes à Sept-Sorts.

00h05 : Cinq personnes sont blessées « en état d’urgence absolue », dont un enfant de 3 ans dont le pronostic vital est engagé, affirme le procureur adjoint de la République de Meaux.

23h44 : Voici une photo montrant la voiture à l’intérieur de la pizzeria de Sept-Sorts, et qui donne une idée de l’étendue des dégâts.

23h58 : D’autres détails circulent dans d’autres médias au sujet du drame de Sept-Sorts. Nous avons donné dans ce direct toutes les informations confirmées officiellement ou par nos propres sources dont nous disposons. Si vous ne lisez pas dans ce direct une information évoquée par d’autres médias, c’est donc que nous n’en avons pas la confirmation.

23h14 : La gendarmerie a instauré un périmètre de sécurité autour de la pizzeria de Sept-Sorts, et empêche les véhicules d’y entrer. Voici quelques images.

(BENOIT TESSIER / REUTERS)

23h05 : Franceinfo a recueilli le témoignage d’un restaurateur voisin de la pizzeria : « J’ai vu une BMW grise qui était vraiment à l’intérieur de la pizzeria. Je voyais des gens blessés, il y avait un enfant qui semblait gravement blessé. Après dix minutes, les sapeurs pompiers ont demandé s’ils pouvaient ramener les victimes ici, surement des gens qui étaient sous le choc. On a dit oui. »

23h00 : Dernier détail donné par le porte-parole du ministère de l’Intérieur sur franceinfo : les forces de l’ordre se sont assurées « qu’il n’y avait rien de dangereux dans la voiture de l’individu interpellé »avant de commencer leurs constatations.

22h57 : « La piste terroriste ne semble pas privilégiée pour le moment, même si évidemment on ne peut l’écarter. Ce n’est que l’enquête judiciaire qui permettra de faire toute la lumière, et de qualifier judiciairement cet acte » conclut le porte-parole du ministère de l’Intérieur.

22h56 : « Il s’est laissé interpeller sans difficultés et il a commencé à parler aux gendarmes, en indiquant qu’il avait fait une tentative de suicide la semaine dernière », poursuit Pierre-Henry Brandet, le porte-parole du ministère de l’Intérieur. « La piste d’une personne dépressive est une piste explorée par les enquêteurs. »

22h53 : Il évoque un acte « qui semble délibéré », selon les témoignages et les premiers éléments de l’enquête. Le conducteur, âgé d’une trentaine d’années, est inconnu de la police, de la justice et des services de renseignement.

22h51 : « Il y a bien évidemment aussi un certain nombre de personnes qui étaient présentes qui ont été psychologiquement très atteintes et vont bénéficier d’un soutien », ajoute Pierre-Henry Brandet, le porte-parole du ministère de l’Intérieur.

22h49 : Une fillette est morte, quatre personnes sont « entre la vie et la mort » et huit autres ont été légèrement blessées, annonce le porte-parole du ministère de l’Intérieur du franceinfo.

22h40 : La Gendarmerie nationale invite les internautes à ne pas diffuser de fausses informations ni d’images de l’incident.

22h43 : Le bilan peut être amené à changer. A l’instant, le porte-parole du ministère de l’Intérieur, Pierre-Henry Brandet, affirme lui sur BFMTV, que douze personnes ont été blessées, dont quatre se trouvent en urgence absolue, et confirme qu’une fillette est morte. Un bilan qui diffère de celui donné par le sous-préfet de Seine-et-Marne, Gérard Branly, sur franceinfo.

22h36 : Les gendarmes de la section de recherches de Paris ont été saisis de l’enquête. Le parquet anti-terroriste de Paris n’est pas saisi.

22h35 : Selon les premières constations des gendarmes, l’homme interpellé n’a pas tenté de fuir avec son véhicule après le drame. Ils n’ont relevé aucune trace de freinage, ce qui tendrait à prouver le caractère intentionnel de cet acte.

22h34 : Selon une source proche du dossier, le conducteur du véhicule ne serait pas inscrit au fichier des personnes recherchées (FPR) de la police nationale.

22h32 : Un nouveau bilan fait état d’une jeune fille de 12 ans tuée et de huit blessés graves, selon le sous-préfet de Seine-et-Marne interrogé par franceinfo.

22h25 : Je sais que de nombreuses informations circulent dans différents médias. Nous préférons nous en tenir aux informations annoncées officiellement ou venant de nos propres sources (les autres médias ont les leurs, mais nous ne connaissons pas leur fiabilité). Nous vous tenons au courant le plus vite possible de chaque nouvelle information que nous avons pu confirmer.

22h24 : Avez-vous des précisions sur ce qui s’est passé ?

22h22 : Selon les informations de France 2, le conducteur aurait fait une tentative de suicide il y a quelques jours.

22h22 : Selon le parquet de Meaux cité par l’AFP, l’acte du conducteur qui a foncé sur une pizzeria est un « acte délibéré »mais n’a « a priori, rien à voir avec un acte terroriste ».

22h13 : Selon les informations de France 2, la fillette tuée par une voiture à Sept-Sorts n’a pas 8 ans, comme indiqué précédemment, mais 13 ans.

22h29 : Sept-Sorts, en Seine-et-Marne, est une petite commune de moins de 500 habitants, a une cinquantaine de kilomètres de Paris. Sur cette carte, le point rouge représente la commune.

22h04 : Toujours selon les informations de France 2, aucune trace de freinage n’a été relevée sur le trajet de la voiture, une BMW.

22h03 : Un homme a été interpellé, confirme la gendarmerie à France 2.

22h23 : Une voiture a foncé dans une pizzeria à Sept-Sorts, en Seine-et-Marne, tuant une fillette de 8 ans et blessant au moins cinq personnes, selon les informations de France 2.

21h59 : La Gendarmerie nationale annonce qu’une opération est en cours à Sept-Sorts, où plusieurs médias dont BFMTV et Europe 1 affirment qu’une voiture a foncé sur la terrasse d’une pizzeria. La Gendarmerie ne confirme pas quelle est la nature de l’incident. Nous cherchons toujours à confirmer par nos propres sources les informations de nos confrères.

 

Facebook login by WP-FB-AutoConnect