Home » Economie

Economie

Macky Sall – François Hollande : les détails d’un dîner au sommet

Comme révélé, Macky Sall était l’hôte à dîner du Président français, François Hollande mercredi soir. La Présidence française a publié un communiqué à la suite de cette rencontre.

 

François Hollande s’est entretenu avec Macky Sall, président de la République du Sénégal, dans le cadre d’un dîner amical, mercredi soir. Selon la Présidence française, « ils ont effectué une revue des relations bilatérales franco-sénégalaises, pour constater la mise en œuvre satisfaisante des décisions prises lors de la visite d’Etat du président Macky Sall en France en décembre 2016.

Le chef de l’Etat a ainsi confirmé les engagements de la France en matière de financement du Train express régional de Dakar, de promotion de l’efficacité énergétique , d’installation d’un supercalculateur au centre national de calcul sénégalais dans la ville de Diamniadio ou encore de partenariat entre le musée du Quai Branly-jacques Chirac et le musée des civilisations noire de Dakar. François Hollande a également confirmé que l’examen des demandes de naturalisation de tirailleurs sénégalais résidant en France se poursuivait avec bienveillance et permettait d’espérer des premières décisions favorables dans les prochaines semaines ».

Le communiqué ajoute : « les deux chef d’Etat ont également évoqué la situation internationale. S’agissant de la Gambie, ils se sont félicités des évolutions politiques très positives observées depuis décembre et sont convenus d’intensifier leurs coopérations respectives avec ce pays. Concernant le Mali, ils ont constaté les progrès dans la mise en œuvre de l’accord de paix et la réconciliation, tout en marquant leur volonté de continuer à consolider la mission des Nation Unies (MINUSMA) par leurs contributions nationales respectives. »

Libération

VIDEO / IMAGES: Salon international: Le ministre du Commerce « vend » l’emballage de qualité

Le ministre du Commerce, Alioune Sarr a présidé   ce  jeudi à l’ouverture officielle de la 5e édition du salon international sur l’alimentation et l’emballage. Cela s’est déroulé  au  centre international  du  commerce extérieur du Sénégal (CICES). Le ministre  du Commerce  a invité les entreprises sénégalaises à se rendre à ce salon  où sont exposés des outils qui entrent dans la fabrication d’un emballage de qualité. Saluant l’initiateur de ce salon, monsieur  SARR a mis l’accent sur l’amélioration de la compétitivité des Pme et Pmi par un accompagnement pour  un respect des normes environnementales et réglementaires pour une production haut de gamme. « Le marketing moderne est le design et l’emballage du produit. Avec  les joint-ventures,  on peut avoir des emballages de qualité. Vous ne pouvez pas accéder au marché si vous n’avez des emballages de qualité», A souligné le ministre du  commerce non sans se réjouir de l’augmentation des exportations du Sénégal qui passent de « 7 à 14 milles tonnes. »

IMG_1860 IMG_1863 IMG_1859

Media7.Info

Les 10 enjeux de la Conférence des ministres africains des Finances à Dakar

Prévue à Dakar du 23 au 28 mars 2017, la semaine africaine de Développement réunit les ministres des Finances et leurs homologues en charge du Plan, du Développement et de l’intégration.

Précédé de plusieurs comités d’experts sur des thématiques de développement et ponctuée de 15 side events, ce raout continental, en partenariat entre la Commission économique africaine (CEA) et l’Union Africaine, donnera lieu à l’examen des thématiques d’intégration et des sujets divers comme la réduction des coûts de transfert de l’argent des immigrés. Ce thème est d’autant plus important que les envois de la diaspora africaine, estimés à 66 milliards de dollars en 2016, sont supérieurs aux flux des IDE et de l’Aide publique au développement. L’Europe et l’Afrique se sont entendus, rappelons-le, en novembre 2015,à Valletta, à ramener les coûts de transfert en deçà des 3% d’ici 2030.
L’un des clous de l’événement de Dakar sera le lancement de 21 profils pays. Il s’agit d’analyse détaillées des contextes, situations macroéconomiques et orientations économiques desdits pays en rapport avec la transformation économique et l’intégration africaine.
Ces focus seront suivis du lancement du rapport Économique de l’Afrique, devenu avec le temps un tableau de bord indispensable pour suivre l’évolution du continent. L’intitulé du rapport 2017 porte sur le tandem urbanisation-industrialisation comme levier de transformation de l’Afrique.

Le choix du Sénégal pour le lancement de ce rapport n’est sans doute pas fortuit engagé qu’il est dans le projet de la nouvelle ville de Diamniadio qui concilie cadre de vie, de savoir et développement d’activités logistiques et industrielles.
Si la semaine africaine revêt une dimension Institutionnelle de haut niveau, il n’en reste pas moins que de nombreuses résolutions et réflexions adoptées restent par la suite dans les tiroirs. Les observateurs suivront avec attention les travaux du comité des 10 ministres des Finances qui devraient mettre en place un mécanisme de prélèvement de 0.2% sur une liste de produits importées afin de financer les opérations de maintien de la paix. Sans ce mécanisme, les Forces Africaines en attente resteront dans l’état, plus que jamais dépendantes des financements de l’Union Européenne.
Autre enjeu de cette Conférence, les discussions sur le code d’investissement continental en relation avec le projet de Zone de libre-échange continental. Évoqué depuis la Conférence des ministres africains de l’intégration à Abuja en 2008, ce projet stratégique connaîtra-t-il une avancée significative à Dakar? Wait and see.

 

Auteur: financialafrik – Webnews

LE PRÉSIDENT SALL À GENÈVE :  » Aucun État ne peut se suffire à lui-même… L’Afrique a supporté le plus lourd fardeau de l’humanité… Ce que Khadafi a réussi à faire ‘

 » J’ y crois !  »… Voilà qui est le  »yes we can » du Président Macky Sall quant à cet espoir qu’il nourrit de voir un jour l’Afrique se développer. Le Chef de l’État Sénégalais animait, mardi, une conférence sur le vieux continent à l’Université de Genève devant une pléthore d’intellectuels de la trempe d’Alexandre Keese , historien et lauréat du prix Latsis National, Makane Mbengue, spécialiste en droit international et Didier Péclard, politologue et  directeur du master en études africaines à l’UNIGE , mais aussi d’étudiants et de Sénégalais membres de la diaspora vivant en Suisse.

Démarrant son discours de manière taquine en citant Senghor qui disait aimer la langue française par l’entremise du mot confiture, le Président Macky Sall a allié fermeté et précision dans ses déclarations visant à mettre en exergue les atouts du continent Africain, victime d’une histoire peu favorable. »

Avec 5 siècles d’esclavage et de colonisation, l’Afrique est le continent qui a supporté le plus lourd fardeau de l’humanité » .  De là, il trouvera les défis multiples et multiformes. Ces défis sont, selon lui, entre autres,  » de bâtir un État de droit, un État -nation, de poursuivre le projet d’intégration continentale  ». Pour le Président Sall  » sans tenir compte des avatars de la colonisation » l’Afrique devra se battre car son  »destin est entre les mains des Africains » . Il invitera les dirigeants à être combatifs  » pour transformer les conditions de vie de nos populations » . Tenant compte des richesses qui inondent son sol et son sous-sol avec notamment, dit-il, 12% de réserves pétrolières mondiales , 40% des ressources en or. 80% des ressources en métaux, 50% de celles en  cobalt, le 1/3 du total de bauxite, considération non faite des 30 millions de kilomètres carrés qui représentent sa superficie, l’hôte de Genève se voudra clair.  » L’Afrique n’est pas pauvre » .Et, pour ce qui est de son développement, il ne nourrit aucune inquiétude majeure.  » J’y crois… Je crois à l’Afrique qui pense et agit par et pour elle-même…. d’Afrique active, qui agit, qui invente…Pas seulement de l’Afrique des migrants clandestins ». Il souhaitera qu’un nouveau regard soit jeté sur le  continent.

Martelant que  » l’aide ne peut assurer le développement du continent » , le Président Macky Sall prônera une meilleur flux des investissements au profit des pays Africains. Pour lui,  » avec des taux de croissance supérieurs à la moyenne mondiale, le continent ne devrait être plus considéré comme un continent du futur, Mais comme partie prenante des continents qui modèrent le futur ».

Le Nepad avec programme Pida calé sur 68 milliards de dollars sera un atout de taille d’ici 2020.

L’autre défi de l’Afrique sera de vivre la stabilité politique. Une brèche pour se rappeler le magistère Lybien de Khadafi.
 » Il a réussi quand même à stabiliser un pays. Il a su pendant 40 ans au moins éviter à son pays des  guerres fratricides. Je précise que je ne fais l’apologie de Khadafi… »

 

LE PRÉSIDENT SALL À GENÈVE : "  Aucun État ne peut se suffire à lui-même... L'Afrique a supporté le plus lourd fardeau de l'humanité... Ce que Khadafi a réussi à faire '
LE PRÉSIDENT SALL À GENÈVE : "  Aucun État ne peut se suffire à lui-même... L'Afrique a supporté le plus lourd fardeau de l'humanité... Ce que Khadafi a réussi à faire '
LE PRÉSIDENT SALL À GENÈVE : "  Aucun État ne peut se suffire à lui-même... L'Afrique a supporté le plus lourd fardeau de l'humanité... Ce que Khadafi a réussi à faire '
LE PRÉSIDENT SALL À GENÈVE : "  Aucun État ne peut se suffire à lui-même... L'Afrique a supporté le plus lourd fardeau de l'humanité... Ce que Khadafi a réussi à faire '

5ème Forum International du Développement de l’Afrique : Le président Burkinabé magnifie le projet de Cité ministérielle de Diamniadio

Après Alpha Condé et Adama Barrow, c’est autour d’un président Burkinabé de magnifier le projet de Cité ministérielle de Diamniadio. En effet, à l’occasion du 5ème Forum International du Développement de l’Afrique qui se tient en ce moment à Casablanca à l’initiative du groupe Attijariwafa Bank, M. Roch Marc Kaboré, dont le pays est l’invité d’honneur a visité l’espace dédié au Sénégal.
A la suite des explications sur le contenu du projet d’Abdoul Karim Fofana, Dg de l’AGPBE, le Président du Faso a salué l’implication du secteur privé en vue de permettre à l’Etat d’être soulagé des charges locatives qui constituent un véritable frein à l’investissement pour des pays comme les nôtres. Après avoir transmis ses félicitations à son frère et ami le Président Macky Sall, le Président Kaboré a encouragé le DG de l’AGPBE à partager cette expérience qui, précise-t-il, l’a beaucoup séduit, avec les services compétents de son pays. Le Sénégal est représenté à ce forum par l’APIX, le FONSIS et le BOS.

LOUGA : 3,500 MILLIARDS DE FRANCS CFA POUR 18 OUVRAGES HYDRAULIQUES.

Les régions de Louga et de Matam ont bénéficié du projet d’appui à la sécurité alimentaire, d’un financement global de 3,5 milliards de francs cfa, consacré essentiellement à la construction et à la réhabilitation de 18 forages implantés dans la zone sylvopastorale, a indiqué ce dimanche à Louga, le coordinateur national du dit projet, Mr Moustapha Diaw ,au terme d’une tournée de contrôle de trois jours.

Ainsi, les villages de Kossos-Namarel et de lougré-Thioly, localités situées dans le département de Ranérou (région de Matam), ont bénéficié de ces ouvrages hydrauliques.

Mr Diaw qui s’est dit satisfait de l’évolution des réalisations des travaux qui prendront fin en juin 2017, a d’autre part souligné qu’il a visité également deux chantiers des 18 mares pastorales, en cours de construction, dans notamment les communes de Vélingara-Ferlo et de Thiel, et dont le coût des travaux se monte à 160 millions de francs cfa.

Il a ensuite rappelé que ce projet, appelé «  PASA-LOU-MA-KAF » a démarré ses activités dans les régions où il intervient à savoir : Louga, Matam et Kaffrine depuis 2014.

D’une durée de vie de cinq ans, ce projet, a-t-il révélé, est financé à hauteur de 25 milliards de francs cfa, par le programme mondial de l’agriculture et de l’alimentation, d’une part, et la Banque mondiale et l’Etat du Sénégal, de l’autre.

Hydrocarbures: le COS-PETROGAZ en visite officielle en Grande-Bretagne

Le  Secrétariat permanent du Comité d’Orientation stratégique du Pétrole et du Gaz (COS-PETROGAZ) entame ce lundi 20 mars 2017 une visite officielle en Grande-Bretagne. Signe du renforcement de la coopération entre le Sénégal et la Grande-Bretagne dans le secteur des hydrocarbures, la délégation du COS-PETROGAZ a répondu favorablement à l’invitation du Gouvernement britannique qui souhaite accompagner sa mission.

Les axes de partenariat s’articuleront autour de la formation, le transfert de technologie et de savoir-faire, le développement et le renforcement des « capacités locales » ou « local content », la mise  en place de programmes de recherche et de développement et enfin le renforcement du cadre juridique et réglementaire du secteur des hydrocarbures au Sénégal.

Pendant les cinq jours que durera la visite, la délégation du COS-PETROGAZ conduite par son Secrétaire Permanent, Monsieur Ousmane NDIAYE et accompagnée par Son Excellence, Monsieur George HODGSON, Ambassadeur de Grande-Bretagne au Sénégal, se verra présenter l’expertise britannique dans les différentes branches des secteurs pétrolier et gazier à Londres, Manchester et Edinbourg. En effet, la Grande-Bretagne a une expérience séculaire dans ces secteurs avec les développements dans la mer du Nord depuis la fin du 19e  siècle.

Au-delà des visites aux sièges respectifs des compagnies pétrolières impliquées dans le développement du secteur au Sénégal, à savoir KOSMOS/BP et CAIRN ENERGY, les responsables du COS-PETROGAZ auront également l’opportunité de rencontrer les acteurs majeurs du secteur financier britannique lors d’un déjeuner de travail organisé par City UK en partenariat avec Standard Chartered. Les questions de gouvernance dans le secteur des hydrocarbures seront également abordées lors de rencontres avec le Secrétariat international de l’Initiative pour la Transparence dans les Industries extractives et l’Université de Dundee.

Le dernier volet de cette visite sera consacré à  la formation dans le secteur des hydrocarbures. A ce titre, la délégation se rendra entre autres, à l’Imperial College de Londres, à l’Université de Manchester, mais également à l’Université Heriot-Watt et au Forth Valley College en Ecosse.

Tournée économique dans le nord du Sénégal : L’hommage exceptionnel de Macky Sall aux femmes de Saré Liou et des villages environnants

Choix ne pouvait être plus judicieux. Le président de la République a attendu le 08 mars pour offrir aux femmes de la région de Matam des équipements à même de les soulager dans leurs travaux ménagers. La cérémonie de remise de ce matériel ô combien important pour les femmes a eu lieu à Sare Liou, dans le département de Matam. Ainsi, 121 moulins à mil, 89 décortiqueuses à mil, 35 décortiqueuses et 16 batteuses à riz ont été distribués aux femmes de 108 villages, soit 16 communes du département de Matam pour 219 274 personnes impactées. Ces équipements qui ont été acquis dans le cadre du programme d’urgence de développement communautaire (PUDC) ont coûté globalement 437 350 000 FCFA. Les emplois directs qui seront créés sont estimés à 108. En eau-multivillages, Saré Liou a été doté d’un forage exploité à 40m3/h avec un château de 200 m3 à 20 m sous radier alimentant les villages de Saré Liou, Darou Salam, Gourel Diery et Paris. La population ayant accès à l’eau potable est estimée à 5000 personnes, selon le président de la République qui ajoute que le système dispose de six bornes fontaines, de deux abreuvoirs et d’une prise charrette. Après la cérémonie au cours de laquelle le chef du village de Saré Liou et son épouse se sont succédé au micro pour remercier le chef de l’Etat, ce dernier a fait cap sur Bokidiawé pour inaugurer une unité de transformation du riz de la valée.

Lancement des travaux de désenclavement de l’île à Morphil : Une autre injustice réparée par Macky Sall

Le pont de Halwar livré à ses usagers, le président de la République a continué sa tournée économique en lançant les travaux qui vont sortir Demett, par extension l’ile à Morphil du désenclavement.

Ce mardi 07 mars, la commune de Demett, située à la frontière sénégalo-mauritanienne a abrité la cérémonie de lancement des travaux du désenclavement de l’ile à Morphil.

Dans un premier temps, les travaux concerneront 60 kilomètres de routes bitumées, 125 kilomètres latéritiques, la construction des ponts de Nianga-Edy et de Guédé Village. Divers aménagements connexes sont aussi prévus. Les pistes qui seront réalisées relieront les villes de Podor, de Ndioum à d’autres localités comme Demett, Kass-Kass, Medina Ndiadiebé, Pété, Walaldé, Saldé et Pategalo. Selon le président de la République, les travaux vont générer 1500 emplois directs, indirects au profit des jeunes des localités concernées.

Toujours d’après Macky Sall qui a prononcé son discours devant un auditoire acquis à sa cause, le programme se poursuivra avec la construction d’autres tronçons dont celui qui complétera le corridor reliant la ville d’Aleg, en Mauritanie à la cité religieuse de Touba. En plus du volet désenclavement, a ajouté Macky Sall, les chantiers de l’ile à Morphil portent sur d’importants travaux hydro-agricoles permettant l’extension de superficies aménagées de 25841 ha.
Le chef de l’Etat a lancé des travaux visant à désenclaver l’ile à Morphil mais il a aussi réceptionné la dorsale électrique qui couvre plusieurs localités dont près de 52 villages du département de Podor.

« Cette dorsale, rappelle le président de la République, est une composante de notre programme d’urgence d’électrification rurale qui doit nous projeter sur l’objectif stratégique d’arriver à 60% à la fin 2017 du taux d’accès à l’électrification rurale au Sénégal ».
Et d’ajouter : « J’ai ainsi lancé avec le gouvernement 2000 kilomètres de réseaux moyenne tension pour atteindre 2800 localités dont 1800 villages pour la seule année 2017 ». Par ailleurs, le chef de l’Etat révèle que « ce programme a coûté 110 milliards de FCFA ».
Représentant de la famille omarienne de Dakar, Thierno Madana Mountaga Tall, le Khalif de la famille omarienne de Dakar a prié pour la réussite du projet. A noter que Thierno Bachir Tall de Louga était aussi présent à Demett pour prêter main forte au président de la République avec qui, il entretient des relations très étroites.

SOURCE: DAKARACTU

Le pont de Halwar opérationnel : Le président de la République satisfait une vieille doléance des populations locales

Le pont de Halwar

Vieille réclamation des populations locales, le pont de Halwar est opérationnel depuis ce mardi 07 mars. Dans le cadre de sa tournée économique dans le nord du Sénégal, le président de la République a inauguré cet ouvrage dont la construction a coûté près de 05 milliards FCFA, avec l’appui de la Grande Bretagne.

Le pont permet d’assurer de manière pérenne et sécuritaire le franchissement de Gayo, un bras du fleuve Sénégal, pour les populations et leurs biens. Cet ouvrage de 123 mètres de longueur saura faciliter l’accès des pèlerins à la cité religieuse de Halwar qui a vu naître le vénéré Cheikhou Oumar Tall. En outre, le pont soutiendra la mise en valeur du potentiel agricole et pastoral dans la zone du projet. Il devra également assurer aux populations riveraines un meilleur accès aux services sociaux de base.

Après l’inauguration du pont de Halwar, le président de la République a été reçu à Demett, toujours dans la dynamique du désenclavement de l’ile à Morphil.

Facebook login by WP-FB-AutoConnect