Home » Amerique

Amerique

Les plus beaux clichés de l’éclipse solaire totale qui a traversé les Etats-Unis

L’éclipse totale plonge, sur son passage, 14 Etats américains dans le noir et déclenche l’enthousiasme : c’est la première fois que le phénomène se produit dans le pays depuis près d’un siècle.

 

La fièvre de l’éclipse a gagné les Etats-Unis. Le pays a pu observer une éclipse solaire, totale dans 14 Etats, lundi 21 août. Un tel phénomène ne s’était pas produit dans le pays depuis 1918. Les premiers spectateurs à avoir pu l’observer dans sa totalité se trouvaient dans l’Oregon, Etat du nord de la côte ouest américaine, où le soleil a été totalement caché à 10h20 heure locale (19h20 heure française). Franceinfo a sélectionné pour vous les plus belles images du phénomène, mais aussi de ses à-côtés, du business qui s’est créé autour de l’événement aux spectateurs enthousiastes, y compris sur le balcon de la Maison Blanche.

En France, en revanche, il faudra attendre avant de pouvoir observer un tel phénomène : il ne se reproduira pas avant 2081 au-dessus de l’Hexagone. En revanche, elle sera observable à la frontière espagnole dès 2026, comme nous l’expliquons dans cet article. En attendant, vous pouvez en profiter en images.

1|13

Tout se vend, même des places de parking en prévision de l’éclipse totale de soleil, ici à Depoe Bay, dans l’Oregon (Etats-Unis) le 20 août 2017, veille de l’événement. MIKE BLAKE / REUTERS

2|13

L’éclipse solaire débute à Spring City, dans le Tennessee (Etats-Unis), le 21 août 2017. DOUG STRICKLAND / AP / SIPA

3|13

Des journalistes accrédités à la Maison Blanche observent l’éclipse à la résidence présidentielle américaine, le 21 août 2017 à Washington. YURI GRIPAS / REUTERS

4|13

Un croissant de Soleil apparaît, à quelques minutes de l’éclipse totale, le 21 août 2017 à Madras, dans l’Oregon (Etats-Unis).STAN HONDA / AFP

5|13

Même ce chien a été équipé de lunettes protectrices artisanales pour pouvoir observer l’éclipse totale de Soleil, à Nashville dans le Tennessee (Etats-Unis), le 21 août 2017. HARRISON MCCLARY / REUTERS

6|13

L’éclipse est totale au-dessus de Madras (Oregon), le 21 août 2017, et on peut observer l’effet des « perles de Baily » : des points lumineux apparaissent aux endroits où la lumière du Soleil passe à travers les vallées de la Lune. STAN HONDA / AFP

7|13

Un avion passe devant l’éclipse, au-dessus de Guernsey, dans le Wyoming (Etats-Unis), le 21 août 2017. RICK WILKING / REUTERS

8|13

Donald Trump a levé les yeux au ciel un court instant sans protection oculaire, avant de se faire rappeler à l’ordre par son entourage. NICHOLAS KAMM / AFP

9|13

Sur cette image de l’éclipse totale, pris à Madras (Oregon) le 21 août 2017, on peut observer l’effet du « diamant » : comme pour les « perles de Bailly », la lumière passe à travers les reliefs de la Lune, mais en un seul point. STAN HONDA / AFP

10|13

A Los Angeles (Californie), la foule s’est rassemblée dans un observatoire devant le signe « Hollywood » pour regarder l’éclipse, le 21 août 2017. RICHARD VOGEL/AP/SIPA / AP

11|13

Sur cette image de l’éclipse totale, on peut voir une éruption solaire à la surface du Soleil, qui émerge derrière la Lune, le 21 août 2017 à Redmond (Oregon). TED S. WARREN/AP/SIPA / AP

12|13

Le Soleil a presque totalement disparu derrière la Lune, sur cette image prise à Depoe Bay (Oregon), le 21 août 2017. MIKE BLAKE / REUTERS

PARTAGER CETTE IMAGE

13|13

L’éclipse totale de Soleil paraît lointaine, vue de cet avion de la compagnie Alaska Airlines, au-dessus du Pacifique au large de l’Oregon, le 21 août 2017. JIM URQUHART / REUTERS

 

Charlottesville : quatre initiatives des « géants » du web pour lutter contre les groupes suprémacistes et les néonazis

Suspension de sites, suppressions de morceaux ou désactivation de comptes : les grandes entreprises américaines de l’internet ont pris de nombreuses mesures pour contrer les groupes haineux d’extrême droite depuis l’attaque de Charlottesville.

Ils sont en train de faire place nette. Depuis le début de la semaine, les « géants » américains de l’internet se joignent progressivement à la mobilisation contre les suprémacistes blancs et les groupes néonazis aux Etats-Unis. Alors qu’une femme a été tuée le 12 août par un militant d’extrême droite qui a foncé dans une foule de contres-manifestants àCharlottesville, en Virginie, plusieurs entreprises ont pris des mesures. Elles tentent de limiter les discours haineux sans contrevenir à la liberté d’expression. Franceinfo vous liste quatre d’entre elles.

1Spotify supprime des morceaux suprémacistes

« Je viens juste de trouver 37 groupes haineux de suprémacistes blancs sur Spotify », écrit un journaliste du site Digital Music New, le 14 août. La plateforme d’écoute de musique en ligne hébergeait des morceaux dont les propos contribuaient à la propagation de thèses racistes, selon l’organisation de surveillance de l’extrême droite américaine Southern Poverty Law Center.

Ces morceaux épinglés par l’organisation ont été retirés du catalogue en ligne. Un porte-parole de Spotify a déclaré au magazine Billboard que des mesures avaient été prises pour supprimer l’ensemble des morceaux problématiques. « Nous ne tolérons aucun contenu qui prône la haine, ou incite aux violences racistes, contre la religion ou la sexualité », explique-t-il. Le site réfléchit à de nouveaux outils pour améliorer sa modération.

Cependant, la plateforme de streaming explique que la plupart des groupes dénoncés comme « prônant la haine » sont « marginaux », suivis et écoutés par peu d’utilisateurs.

2Airbnb désactive des comptes d’utilisateur

De nombreux sites ont mis en place des mesures pour empêcher aux suprémacistes blancs de se rassembler. C’est le cas du site d’hébergement Airbnb. La plateforme, qui permet de louer un logement de manière ponctuelle, a désactivé les comptes de plusieurs utilisateurs qui devaient se rendre, samedi 12 août, au rassemblement de Charlottesville.

Dans un communiqué transmis par le site au Washington Post, il est expliqué que les utilisateurs doivent respecter les autres « quelle que soit leur race, religion, nationalité, ethnie, handicap, sexe, identité de genre, orientation sexuelle ou âge ». Des critères qui avait déjà valu la suspension d’un internaute qui avait refusé une réservation parce que la cliente était noire, rapporte Le Monde.

« Quand nos processus de vérification ou la communauté nous permettent d’identifier des personnes dont le comportement sur la plateforme contrevient à nos règles, nous agissons comme il le faut, ce qui inclut, comme dans ce cas précis, de les exclure de la plateforme », est-il expliqué à propos de Charlottesville. Sans préciser le nombre d’utilisateurs concernés par cette suspension.

3Les hébergeurs suspendent des sites

Dans le viseur des « géants » du web, on trouve le site Daily Stormer, tenu par un suprémaciste blanc et néonazi. L’une des publications insulte la femme présente dans la foule de contre-manifestants et tuée samedi par un automobiliste. Cloudflare, spécialiste de la sécurité en ligne a annoncé qu’il cessait de fournir ses services à Daily Stormer. « Je me suis réveillé de mauvaise humeur ce matin et j’ai décidé de les expulser d’internet », a écrit le fondateur et directeur général de Cloudflare, Matthew Prince, dans un e-mail à ses employés.

Selon l’agence Reuters d’autres fournisseurs de domaines comme Google Domains, filiale d’Alphabet, et GoDaddy ont annoncé qu’ils révoquaient son nom de domaine. Le Daily Stormer est cependant toujours accessible par d’autres moyens, explique le Guardian.

Ce n’est pas le seul site à avoir été suspendu. L’Express rapporte que l’hébergeur WordPress a aussi pris des mesures : le site d’une organisation d’extrême droite baptisée Vanguard America, dont l’auteur de l’attaque était membre, a ainsi été suspendu pour « non-respect des règles » de la plateforme.

4Les réseaux sociaux ferment les espaces de discussion

D’autres grandes entreprises ont décidé d’agir : Facebook a supprimé plusieurs pages associées aux groupes haineux, dont la page d’un événement Unite the Right de Charlottesville. « En raison de la possibilité de nouveaux rassemblements, nous suivons la situation de manière attentive et supprimerons les menaces de préjudice physique », a écrit mercredi le patron de Facebook, Mark Zuckerberg.

La plateforme Reddit, qui revendique 250 millions d’utilisateurs, a supprimé un des forums de discussions qui a soutenu Unite the Right, en disant qu’il écarterait tous ses utilisateurs incitant à la violence. Discord est une autre plateforme à avoir désactivé un salon de discussions et plusieurs comptes « associés aux événements de Charlottesville », explique Le Monde.

Twitter a, pour sa part, suspendu mercredi les comptes liés à Daily Stormer(lire ci-dessus). Le réseau a précisé qu’il ne s’exprimerait pas sur les cas particuliers, mais au moins trois comptes liés à Daily Stormer renvoyaient vers des pages affichant « compte suspendu ».

Enfin, GoFundMe, une plateforme de financement participatif, a supprimé des cagnottes destinées à récolter des fonds pour le conducteur de la voiture qui a tué une contre-manifestante en fonçant dans la foule.

 

Charlottesville : nouveau revirement de Donald Trump, qui affirme que les torts étaient « des deux côtés »

Après avoir fermement condamné les militants d’extrême droite, lundi, le président américain a provoqué la polémique en les renvoyant dos à dos avec les anti-racistes.

Donald Trump a déclenché une nouvelle vague d’indignation à travers les Etats-Unis, mardi 15 août, en affirmant que la responsabilité des violences qui ont secoué Charlottesville devait être recherchée « des deux côtés ». Lors d’une conférence de presse chaotique depuis la Trump Tower à New York, le président américain a renvoyé dos à dos les membres de la droite suprémaciste et les militants antiracistes qui se sont affrontés dans cette ville de Virginie. Une femme de 32 ans a été tuée, samedi 12 août, quand un sympathisant néo-nazi de 20 ans, James Fields, a intentionnellement foncé avec son véhicule sur des contre-manifestants.

Il a tenté de justifier sa réaction en deux temps

Donald Trump avait pourtant fermement condamné, lundi 14 août, les violences qui ont fait un mort. « Le racisme, c’est le mal », avait-il déclaré depuis la Maison Blanche. « Ceux qui ont agi de manière criminelle lors des violences racistes de ce week-end devront répondre de leurs actes devant la loi, justice sera rendue », avait encore assuré le chef d’Etat, avant de rappeler : « Quelle que soit la couleur de notre peau, nous vivons tous avec les mêmes lois, nous saluons le même drapeau. »

Donald Trump a finalement fait volte-face mardi. De plus en plus critiqué dans son propre camp, il a commencé par avancer que sa première déclaration, très évasive, samedi, s’expliquait par le manque d’informations dont il disposait. « Les événements venaient d’avoir lieu », a-t-il dit, pour justifier sa réaction en deux temps.

« Il y avait des gens très bien des deux côtés »

Relancé par plusieurs journalistes, le président américain ensuite justifié sa première approche. « Je pense qu’il y a des torts des deux côtés, a-t-il lancé, vindicatif. J’ai regardé de très près, de beaucoup plus près que la plupart des gens. Vous aviez un groupe d’un côté qui était agressif. Et vous aviez un groupe de l’autre côté qui était aussi très violent. Personne ne veut le dire. »

« Que dire de l’Alt left qui a attaqué l’Alt right [terme qui désigne la droite alternative] ? N’ont-ils pas une part de responsabilité ? a-t-il tonné. J’ai condamné les néo-nazis. Mais tous les gens qui étaient là-bas n’étaient pas des néo-nazis ou des suprémacistes blancs, loin s’en faut. Il y avait des gens très bien des deux côtés. »

Les propos de Donald Trump ont été immédiatement salués par David Duke, un ancien leader du Ku Klux Klan qui était présent à Charlottesville. Ils ont, dans le même temps, suscité une vague de réactions indignées. « La haine raciale a toujours existé en Amérique. Nous le savons, mais Donald Trump vient de la remettre à la mode ! » a notamment assené la star du basket, LeBron James. « Nous devons être clairs. La suprématie blanche est répugnante. (…) Il ne peut y avoir aucune ambiguïté morale », a également tweeté Paul Ryan, président républicain de la Chambre des représentants.

 

La réaction de Barack Obama aux violences à Charlottesville est devenue le tweet le plus « liké » de l’histoire

Son message de tolérance a visiblement fait mouche. La réaction de Barack Obama aux violences à Charlottesville est devenue le tweet le plus « liké » de l’histoire, rapporte Mashable (en anglais) mercredi 16 août. Selon la police, un sympathisant néo-nazi a intentionnellement foncé avec son véhicule sur des contre-manifestants antiracistes, samedi 12 août, dans cette ville de Virginie. Une femme de 32 ans a été tuée.

Barack Obama a choisi de répondre à ce drame par une citation de l’ancien président sud-africain Nelson Mandela, dimanche. « Personne ne naît en haïssant quelqu’un d’autre à cause de la couleur de sa peau, de son passé ou de sa religion », a twitté le démocrate. Une photo de lui souriant à plusieurs enfants accompagnait le message.

Le tweet avait déjà été « liké » plus de 2,94 millions de fois, mercredi 16 août à 9 heures (heure française). Selon Mashable, le message de Barack Obama est donc en tête des posts les plus « aimés » sur le réseau social. Le précédent record (2,70 millions de likes) était détenu par un tweet de la chanteuse Ariana Grande, posté après l’attentat islamiste qui a tué 22 personnes lors de l’un de ses concerts à Manchester (Royaume-Uni), en mai. Un porte-parole de Twitter a toutefois indiqué à Mashable que le message de l’ancien président américain n’arrive qu’en 5e position des plus retweetés de l’histoire.

 

Etats-Unis : un bébé meurt après le baiser d’une personne ayant de l’herpès

« Notre princesse Mariana Reese Sifrit est partie avec ses ailes d’ange à 8h41 ce matin, dans les bras de son papa et alors que sa maman se tenait juste à côté d’elle. » C’est par ces mots que Nicole Sifrit a annoncé, mardi 18 juillet sur Facebook, le décès de sa petite fille à l’hôpital pour enfants d’Iowa City (Etats-Unis).

 

Le bébé de 18 jours a succombé à une méningite, qu’elle aurait contractée après avoir été embrassée par une personne souffrant d’herpès buccal (HSV-1), moins d’une semaine après sa naissance. Selon la chaîne d’information américaine CNN (lien en anglais), les parents ne savent toujours pas comment la petite Mariana a contracté le virus de l’herpès. Nicole et Shane Sifrit, les parents du bébé, ne sont pas porteurs du virus.

En deux heures, « elle ne respirait plus »

Le couple s’est marié le 7 juillet, une semaine après la naissance du bébé, le 1er juillet. Comme l’explique CNN, la petite Mariana ne s’est pas sentie bien lors de la cérémonie. Elle « ne se réveillait pas » et « ne mangeait plus », ont raconté ses parents.

Les parents ont immédiatement transporté leur enfant à l’hôpital Blank pour enfants, à Des Moines (Etats-Unis). Là, les médecins lui ont diagnostiqué une méningite liée au virus HSV-1. L’état de la petite fille a très rapidement empiré. En deux heures, « elle ne respirait plus, ses organes ont commencé à ne plus fonctionner », a précisé Nicole Sifrit à la chaîne de télévision américaine WHO (lien en anglais).

Lundi, le bébé a été transféré à l’hôpital pour enfants de l’université de l’Iowa, à Iowa City. Mariana a succombé à ce « baiser mortel » une semaine plus tard.Comme le précise le journal Ouest France, le site GoFundMe a mis en place une collecte pour aider financièrement les parents de la petite Mariana.

 

Les Cavs mettent la main sur Jeff Green pour un an

Toujours en quête d’un GM et avec très peu de marge financière, les Cavaliers viennent de mettre la main sur la deuxième recrue de leur intersaison. Il s’agit de l’ailier Jeff Green, qui a accepté un contrat d’un an à 2.3 millions de dollars.

Cinquième choix de la Draft 2007 et premier lieutenant de Kevin Durant, Jeff Green a depuis connu pas mal de difficultés. Opéré du coeur en 2011, il est néanmoins revenu mais a de plus en plus de mal à retrouver un véritable rôle. Transféré à Memphis puis aux Clippers, il avait paraphé un contrat de 15 millions de dollars sur un an à Orlando, l’été dernier, dans l’espoir de se relancer. Finalement, il a encore déçu, affichant notamment ses difficultés à être efficace de loin.

Peut-être qu’évoluer aux côtés de LeBron James dans l’Ohio lui fera du bien et lui permettra de faire rebondir sa carrière.

 

Donald Trump : la réponse ironique de CNN sur Twitter

Donald Trump a mis en scène sur les réseaux sociaux un faux combat de catch avec CNN. La chaîne lui a répondu sur Twitter ce mardi 4 juillet.

 

CNN répond au tweet de Donald Trump : « Je m’appelle CNN et j’ai été agressé par le président des États-Unis. Le harcèlement a commencé il y a un moment, surtout sur le web. Donald Trump a commencé à m’accuser de répandre de fausses informations… » Cette vidéo parodique a été réalisée par la chaîne Viceland en réponse à la vidéo partagée par Donald Trump surTwitter ce week-end : un combat de catch dans lequel il met au tapis la presse incarnée par CNN.

Trump vs FBI

La réponse des journalistes est cinglante. « Nous continuerons à faire notre travail. Il devrait continuer à faire le sien », a tweeté CNN. L’association américaine de défense des journalistes condamne aussi la violence de Donald Trump à l’égard de la presse. Un internaute prend le président à son propre piège avec une vidéo du FBI qui met cette fois KO Donald Trump sur le ring.

SOURCE: MEDIA

 

Gordon Hayward quitterait le Jazz pour les Celtics !

Après avoir rencontré le Heat, les Celtics puis le Jazz, Gordon Hayward a pris le temps de la réflexion avant de faire son choix. Et finalement, l’ailier aurait décidé de rejoindre son ancien coach NCAA, Brad Stevens, à Boston !

Pour l’instant, l’agent du joueur a démenti toute décision finale mais de nombreux journalistes ont confirmé les intentions de l’intéressé. L’information a-t-elle fuité avant que Gordon Hayward n’appelle le Jazz pour les informer de sa décision ? Dans ce cas-là, il pourrait essayer de gagner du temps afin de faire les choses « proprement ».

D’après le président du Jazz, le joueur assure qu’il n’a toujours pas fait son choix…

À 27 ans, il devrait en toute logique parapher un contrat maximum de 127.8 millions de dollars sur quatre ans dans le Massachusetts. En quête d’un joueur capable d’aider Isaiah Thomas en attaque dans les fins de match, Danny Ainge a donc trouvé son homme, alors que le rookie Jayson Tatum devrait également pouvoir aider l’équipe dans ce domaine. Pour le faire venir, le GM devra néanmoins renoncer à tous ses free agents, et sans doute échanger un ou deux joueurs.

Pour Utah, c’est un coup dur et un pas en arrière, alors que l’équipe s’était imposée comme un outsider à l’Ouest.

 

Le gouvernement Trump défend encore en justice son décret anti-immigration

La Cour d’appel de la côte ouest examinait lundi 15 mai le 2e décret anti-immigration de l’administration Trump. Un premier appel de la Maison Blanche a été mis en délibéré en Virginie. Le président des Etats-Unis et son équipe tentent par tous les moyens de faire rétablir l’interdiction d’entrée dans le pays pour les ressortissants de six pays à majorité musulmane.

« Comment la Cour peut-elle savoir si ce décret est un texte qui discrimine les musulmans, déguisé en impératif de sécurité nationale ? » Le juge Gould résume tout le propos de cet appel. Le décret immigration est-il inconstitutionnel, car il cible une religion en particulier ? L’avocat de la Maison Blanche, Jeff Wall, maintient la version de l’administration Trump. « Le président l’a clarifié : ce dont il parle ce sont les groupes terroristes islamistes, et les pays qui les abritent. Avec ses conseillers, il a aussi clarifié que sa cible reste les groupes comme l’EI ou Al-Qaïda », a déclaré Jeff Wall.

Le président a clarifié son propos, argumente l’avocat de la Maison Blanche. Donald Trump est revenu sur ses déclarations incendiaires contre les musulmans. Ce fut tout l’objet de sa plaidoirie. La campagne doit être oubliée, le président Trump n’est pas le candidat Trump. Le décret, lu séparément, ne viole pas la Constitution. Argument rejeté par l’avocat Neal Kaytal : « Nous n’inventons pas ce qui se passe dans la tête du président. Nous disons qu’objectivement, c’est ainsi que tout observateur raisonnable peut le voir : ce texte cible une religion, l’islam. »

La décision a été mise en délibéré. Si cet appel est rejeté, l’administration Trump n’aura d’autre choix que de se tourner vers la Cour suprême.

 

Washington durcit des règles de sécurité pour les vols à destination des Etats-Unis

Mais l’interdiction des ordinateurs portables à bord des avions ne va pas être généralisé, prévient le secrétaire américain à la Sécurité intérieure, John Kelly, mercredi.

 

Il va falloir être vigilant si vous comptez prendre l’avion pour vous rendre aux Etats-Unis. L’administration américaine va édicter de nouvelles mesures de sécurité plus strictes pour les vols à destination des Etats-Unis, a annoncé le secrétaire américain à la Sécurité intérieure, John Kelly, mercredi 28 juin.

Contrôles « plus complets » et « vérifications accrues »

Mais les ordinateurs portables à bord des avions ne seront pas totalement interdits, a-t-il précisé, alors que Washington l’a envisagé pendant un temps.« C’est vraiment l’obsession des terroristes : abattre un avion en vol, particulièrement un avion américain, bondé d’Américains à bord », avait déclaré John Kelly, fin mai.

Les nouvelles mesures imposées consistent notamment en des contrôles« plus complets » sur les passagers à destination des Etats-Unis, et des« vérifications accrues » sur les appareils électroniques qu’ils ont avec eux, a précisé John Kelly lors d’un discours dans la capitale américaine. Parmi ces mesures figure la mise en place d’ici trois semaines de nouvelles méthodes de détection des explosifs.

 

Facebook login by WP-FB-AutoConnect