Home » Afrique (page 3)

Afrique

Bousculade lors d’une finale de football à Dakar : 8 morts et de nombreux blessés

m-2-678x381-1Des affrontements survenus ce samedi soir au stade Demba Diop de Dakar, lors de la finale de la Ligue de football ont fait 8 morts et de nombreux blessés graves, a-t-on appris auprès de la radio privée RFM.Les faits se sont produits dans les prolongations de la deuxième mi-temps alors que le Stade de Mbour menait par 2 buts à 1 face à l’Us Ouakam, deux clubs très populaires. Ilsu  seraient consecutifs à l’affaissement d’une partie de la tribune, suite a une forte bousculade

La police a dû user de gaz lacrymogènes pour clamer la furie des supporters qui ont trouvé leur salue dans la pelouse.

 

Navetanes : Ousmane Iyane Thiam rassure sur le démarrage des compétitions

 

Malgré la crise secouant le mouvement navétane avec deux tendances au niveau de l’Oncav dans le département de Dakar, l’une des tendances animée Ousmane Iyane Thiam rassure sur le déroulement des compétitions du championnat populaire de football. C’est le 06 Aôut que le coup d’envoi de la saison de Navétane sera donné à Ziguinchor selon Ousmane Iyane Thiam, président de l’Oncav au sortir de la premiére réunion tenue par cette structure hier à la Résidence Mame Ndiaré de Yoff. « Le tirage au sort aura lieu le 21 juillet. », informe celui qui dit que la majorité des Asc sont affiliée à sa structure. « 13 sur les 14 régions sont avec sa structure ». Nous sommes avec des Asc, pas avrec des Asc fantomes, nous existons par nos Asc. », a déclaré M Thiam pour répondre  » à Amadou Kane, président de l’autre tendance de l’Oncav soutenant que sa structure n’existe que de nom ». Pour Moustapha Bamba Coly, président comission des finances de l’Oncav de soutenir que « Amadou Kane est illégitime » malgré le soutien qu’il reçoit du ministre des Sports, Matar Bâ. « il faut laisser les ASC décider, c’est un probléme de fond, les documents sont là. Amadou Kane a été suspendu », ajoute M Coly qui souligne « que les jeunes se sont lévés à Ziguinchor pour dire qu’une minorité ne va les diriger. »Khalifa Diakhaté, président de l’Orcav de Dakar, « la crise n’a affecté que le département de Dakar oû nous avons deux Ondcav. C’est normal que l’Asc Gounass s’a à la zone 3″, estime M Diakhaté.
Media7.Info

Législatives 2017: La réponse des femmes de Bby à Idy

DSC_0001 DSC_0008 DSC_0010 DSC_0017 DSC_0021 DSC_0023 DSC_0024Les femmes de Benno Bokk Yakaar ont mis en avant les réalisations du Chef de l’Etat pour porter la réplique aux membres de l’oposition comme Idrissa Seck, tête de liste départemental de la coaltion Taxawu qui critiquent le bilan du chef de l’Etat. « Qui dit que la vision du président Macky Sall s’arrête à Diamniadio? c’est de la critique vaine. », avance la présidente des femmes de Bby ce vendredi au cours d’une conférence de presse. Soutenant que le bilan de Macky Sall »plaide pour sa réelection à l’Assemblée Nationale. », la patronne des femmes de Bby vante le programme d’urgence de dévellopement communautaire (Pudc) qui selon elle « est entrain de faire des merveilles à l’intérieur du Sénégal » « C’est peut-être que nous sommes à Dakar que nous sentons pas les réalisations du président Macky Sall. Le Pudc est entrain de faire des merveilles. S’il n’y a pas de pistes, il y a du goudron », se trague Madame Badiane qui informe que les 168 femmes investis de la listes de Bby ont reçu chacune 100 milles de la part des femmes de Bby.

DSC_0033 DSC_0031 DSC_0030DSC_0032Media7

Urgent: Déclaration du Khalif général des Mourides Par la voix de Serigne Mountakha Bassirou

Ce qu’a dit Serigne Bass Abdou Khadre devant Wade à Touba

Fuites au bac : Les contours de la mafia se précisent

Libération révèle que quatre fonctionnaires du service administratif de l’Office du bac ont été écroués dans le cadre de l’enquête sur la fraude massive. L’enquête a démontré que ce sont eux qui remettaient les épreuves à un ancien étudiant de la fac droit qui apparaît comme le principal intermédiaire dans cette affaire où 39 suspects sont finalement tombés.

Selon les informations de Libération, la Division des investigations criminelles (DIC) en est à 39 arrestations dans le cadre de l’enquête sur la fraude massive au bac.

Les mêmes sources renseignent que les enquêteurs ont frappé au cœur de l’Office du bac dont le directeur Babou Diakham a été longuement entendu d’ailleurs. En effet, quatre fonctionnaires de l’Office ont été arrêtés et formellement mis cause.

La DIC a mis la main sur le principal intermédiaire qui servait les intérêts des quatre fonctionnaires en cause. Il s’agit du nommé Jamil, un étudiant de la Faculté de droit qui ne s’est pas réinscrit. Ce dernier s’était reconverti dans la vente des épreuves qui lui étaient remises par les quatre fonctionnaires de l’Office avant qu’il ne procède à leur vente.

Dans cette entreprise criminelle, il s’était lié avec un professeur du lycée Blaise Diagne- et non de YallaSuren. Abdoulaye N., professeur de Français, était effectivement au cœur du dispositif qui implique aussi le proviseur de Kahone. Nos sources précisent que ce dernier avait comme complice ses deux assistants qui viennent d’être arrêtés.

 

CHIEKH BASS SUR WADE :  » À Touba, nous ignorons l’ingratitude… En 2012, il a refusé de solliciter le ndiguel salvateur du Khalife… En 12 ans, je ne lui ai exposé de service qu’à 2 reprises ‘

Après avoir été reçu par Serigne Abô Falilou Mbacké, Abdoulaye Wade s’est rendu ce jeudi après-midi, chez Cheikh Bass Abdou Khadre Mbacké à Guédé. Occasion saisie par le porte-parole du Khalife Général des Mourides pour apporter certaines précisions par rapport aux rumeurs qui ont laissé entendre que Touba avait lâché l’ancien Chef de l’État en 2012 ayant abouti à la perte du pouvoir.

Cheikh Bass se voudra clair dans son discours.  » Touba est reconnaissante. À Touba, nous ignorons l’ingratitude  ».  Ainsi reviendra-t-il sur l’excellence des relations qui ont lié Wade aux deux Khalifes pour qui, personnellement, il a fait office de porte-parole.  »  Je ne suis qu’au service de la confrérie mouride et je ne dirai jamais quelque chose sans l’aval du Khalife… Vos relations avec Serigne Bara Falilou et Serigne Sidi Mokhtar sont connues de tous et j’en suis témoin… Vous avez fait 12 ans et je ne vous ai  jamais exposé des préoccupations personnelles sauf à deux reprises. Ce que vous avez fait pour la confrérie, vous l’avez toujours fait en dehors de votre casquette d’homme politique.  »

Revenant sur les rumeurs qui disaient que Touba avait lâché Wade, Serigne Bass choisira de préciser que ce dernier n’avait jamais sollicité de ndiguel en appoint pour sa réélection.
 »En 2012, lorsque les élections étaient à 6 mois de l’échéancier, le Président Abdoulaye Wade m’a appelé pour me dire qu’il n’etait pas question que le Khalife émette un ndiguel en sa faveur et qu’il ne demandait qu’une autorisation. Celle d’ouvrir la campagne à Mbacké. Et ce,  il aura à le dire une deuxième fois. Après le premier tour, des gens ont dit que Touba manquait de reconnaissance vis-à-vis de lui. Madické m’a appelé au téléphone pour me dire la même chose. Deux personnes sont venues lui faire part de leur ambition d’aller auprès du Khalife Général des Mourides et recueillir  ce ndiguel. Il a refusé et m’a fait savoir que pour rien au monde il ne ferait cela, rappelant  que les soubassements de ses relations avec le Khalife étaient de toute autre nature  ».

Parlant au nom de Wade, Me Madické Niang apportera un démenti aux informations selon lesquelles la mosquée était fermée hier à son mentor non sans signaler que c’est Serigne Moustapha Maty Lèye, fils aîné de Serigne Mokhtar qui était d’ailleurs venu pour l’accompagner.

Esthétique Mouride : Modèle de savoir être et de savoir vivre

IMG-20170713-WA0007 IMG-20170713-WA0006 IMG-20170713-WA0005
Une Exposition sur l’esthétique mouride, a été organisée ce jeudi 13 juillet,  pour la première fois,  à la galerie nationale de Dakar par le ministère de la culture. L’objet de cette exposition était de  montrer les caractéristiques vestimentaires, culturelles et  aussi les outils  du Mouridisme.
Selon Souleymane Ngom, secrétaire permanent  de la commission littéraire des mourides, cette exposition a été organisée sous  l’accord ou « ndiguel »,  du khalife général des Mourides, qui a dit :« nagouna ko, ndegène ko yatal té wééru ko », autrement dit, il faut élargir le projet, y associer tout le monde, le rendre inclusif et aussi le pérenniser.
 La dite exposition sur l’esthétique  Mouride, s’est faite sur la base de sept grandes thématiques à savoir : la vêture et les accessoires mourides, composés de  l’habitat et l’architecture, les « barkelu » (objets symboliques, précieux et aussi historiques qui appartenait au cheikh Ahmadou Bamba khadim Rassoul) enfin vient la thématique la plus importante, il s’agit éventuellement de La littérature  et la poésie « wolofal » Mouride.
Mamadou Diouf, écrivain en langue nationale, à durant cette exposition, fait une intervention pour parler de deux grands écrivains et poètes wolof que sont Serigne Moussa ka et Serigne Mbaye Diakhaté. « Ces écrivains, ont une très grande production en langue nationale Wolof. L’essentielle de leur œuvre repose sur le besoin d’affirmation de l’identité culturelle et l’aspiration à l’élévation spirituelle, a travers l’œuvre et la vie de Cheick Ahmadou Bamba », affirme Monsieur Mamadou Diouf.
La galerie Nationale n’as pas été le seule site d’exposition de l’esthétiques mouride, car le grand théâtre de Dakar et le village des arts de cette même région, ont eux aussi accueilli cet événement.

Le secrétaire permanent de la commission de littérature Mouride, monsieur Souleymane Ngom, nous a informés du tenu d’un prochain Panel, prévu pour le Samedi 15 juillet.

 

ROSE NDJOLI Media7.Info

 

WADE À SERIGNE ABÔ : ‘ Macky m’a montré qu’il ne veut pas de mes conseils… J’espère n’avoir plus à prononcer son nom… »

Serigne Abô Mbacké Ibn Serigne Fallou Mbacké peut être compté comme étant l’un des chefs religieux à recevoir le Président Abdoulaye Wade. L’entretien s’est terminé aux environs de 16h30 minutes. Un moment mis à profit par le Pape du Sopi pour décliner » toute la déception qu’il a du Président Macky Sall ».  D’un ton engagé, l’hôte de Touba a commencé par se réjouir de l’hospitalité que lui ont réservée les Sénégalais à son retour. Il dira surtout être marqué par le sentiment de regret qui les animent en ayant choisi en 2012  de lui reprendre le pouvoir.  » Lorsque je suis revenu au Sénégal, les gens sont venus me dire qu’ils ont regretté de m’avoir fait partir ».

Pourtant, insiste-t-il, malgré sa perte du pouvoir, il avait l’ambition d’accompagner son successeur. Hélas !  » C’est moi qui ai dit à Macky que j’étais prêt à l’aider et j’ai prié pour lui. Il m’a montré qu’il n’a pas besoin de mes conseils et de mes prières. D’ailleurs  je ne veux plus avoir à prononcer son nom. J’espère que je ne le ferai plus jamais durant cette campagne. Ce sera difficile mais je vais essayer. J’avais pensé que celui qui allait me remplacer allait poursuivre mon œuvre . Mais il a tout bousillé. La destruction est allée jusque dans les comportements, dans les esprits ».

Wade de se désoler de retrouver Touba dans l’état où il l’avait laissé.  » Mon ambition était de faire de Touba une cité visitée par le monde. Une ville modèle adulée de partout. Je n’oublierai jamais que c’est Touba qui m’a tout donné. Beaucoup de gens, après avoir recueilli des prières et réussi dans leurs entreprises, oublient d’où ils viennent. Je n’ai jamais caché que j’étais d’ici. D’ailleurs, un jour Serigne Abdou Aziz Sy m’avait dit que j’avais bien raison de d’abord m’occuper de Touba parce que Touba appartient à tout le monde ».
Un belle transition pour expliquer que c’est ce dernier qui lui a donné ce conseil de venir dans la cité avant de le retrouver à Tivavouane.  »C’est Serigne Abdou Aziz qui m’a demandé de venir d’abord à Touba avant de prendre date avec lui pour que je vienne à Tivaouane présenter mes condoléances suite au rappel à Dieu d’Al Maktoum ».

Un petit clin d’œil à la presse. Abdoulaye Wade choisira la robe d’avocat pour défendre les journalistes évoquant sa décision antérieure de depenaliser les délits de presse. Il invitera à faire le distinguo entre  » délit de presse et délit par voie de presse ».   » J’ai entendu que cette loi a suscité beaucoup de problèmes. J’avais envisagé de rencontrer les journalistes pour leur demander s’ils sont contents de ce code qui a été voté et voir ce que je peux faire pour eux, le cas échéant. »

Sondage Statinfo à Dakar : Des doutes planent sur la faisabilité des législatives

Le problème lié à la récupération par les électeurs de leurs cartes d’identité et de leurs cartes d’électeur demeure très embarrassant pour les sénégalais, et dans la région de Dakar, ils sont nombreux, selon le cabinet d’études Statinfo qui a réalisé un sondage du 4 au 9 juillet dernier sur un échantillon de 1200 personnes représentatives de l’électorat, à s’interroger sur la faisabilité même du scrutin du 30 prochain.

 

Les dakarois sont dubitatifs. Malgré la campagne qui bat son plein dans les rues de la capitale depuis une semaine, un sondage de Statinfo nous informe que les habitants de Dakar et de sa banlieue se demandent s’il ne vaut pas mieux reporter les élections législatives. Quels sont les arguments brandis par les personnes choisies par ce sondage, mis à part le nombre élevé de partis et de coalitions, l’hivernage menaçant de ses inondations et le coût élevé de son organisation, pour évoquer son report ? Ce sondage démontre que la plupart des électeurs ont d’énormes difficultés pour disposer de leurs cartes d’électeurs. Ils sont 42% à confirmer avoir retiré leurs cartes, 43% affirment avoir fait leurs demandes et n’ont pas encore reçu leurs cartes ou que le rendez-vous fixé par leur commission administrative n’est pas encore arrivé à échéance. Ils évoquent à moins de 20% un manque de temps, à 5% des rangs kilométriques les décourageant, voire qu’ils ne sont pas intéressés à hauteur de  4 à 5%. Mais dans 58% des cas, la contrainte majeure reste la non-disponibilité des cartes d’électeur qui pourrait compromettre la tenue du scrutin du 30 juillet.

Facebook login by WP-FB-AutoConnect