Home » Afrique (page 20)

Afrique

ATTAQUE DE OUAGA : Le président Macky Sall se solidarise avec le peuple Burkinabé

C’est via son compte Tweeter que le Président de la République Macky Sall, à la Mecque actuellement pour les besoins de la Oumra, a envoyé un message de soutien au peuple Burkinabé après l’attaque de Ouagadougou qui a fait plus de 18 morts.
Le Président Macky Sall a écrit : « Contre le terrorisme, soutien total au peuple burkinabé et à mon frère le Président » 

Air Sénégal S.A : Un proche de Khadafi à la tête de la compagnie / Philippe Bohn, a-t-il été au cœur du financement de la campagne de Sarkozy en 2007 ?

Le nouveau directeur général de Air Sénégal S.A, Philipe Bohn, est un membre influent de la Françafrique. L’ombre est son domaine de prédilection et on l’appelle même « Monsieur Afrique » dans certains cercles fermés. Son nom a été cité dans l’affaire du financement présumé de la campagne de Nicolas Sarkozy en 2007. Des perquisitions avaient même été menées chez Airbus, où il était directeur du développement, et à son domicile.
Il a été suspecté, en 2014, d’avoir touché des rétro-commissions suite à  la vente à la Libye de 21 Airbus, en 2007. Des échanges téléphoniques entre Nicolas Sarkozy et son directeur de cabinet Michel Gaudin avaient mis le juge sur une piste sérieuse menant à Philippe Bohn.

Qui veut la tête du Premier ministre Mahammed Boun Abdallah Dionne ?

On a prêté au Premier ministre Mohammed Boun Abdallah Dionne, la volonté de partir de la Primature. Dans beaucoup de sites, cette information est distillée sans aucune preuve palpable. A vrai dire, il s’agit d’une fausse information pour emballer l’opinion publique dans l’erreur.

Après les recoupements du site d’information exclusif.net, cette information s’est avérée fausse parce que le Premier ministre actuel n’a jamais demandé quoi que ce soit.

Mais il s’est toujours soumis à la volonté de Macky Sall pour servir son peuple. D’ailleurs le Président Sall l’a fécilité au dernier SEN de l’APR, le qualifiant de Premier ministre « raisonné et raisonnable ». Macky Sall a toujours dit que Boun est son Premier ministre depuis qu’il est au pouvoir.

Les sept Sages fermeront-ils la page sombre des législatives ?

Demain, le Conseil Constitutionnel fermera-il la page sombre de notre système démocratique ou tentera-il de faire respecter le droit de suffrage et la volonté du corps électoral.

Tels devraient constituer les deux principes qui guident le juge électoral dans son appréciation de la sincérité du scrutin.

Pour l’annulation générale des élections comme pour l’annulation partielle, il sera question de situer les responsabilités dans les dysfonctionnements notés sur la préparation des élections relativement au retrait des cartes  d’identité/électeur -déjà tranchés par l’avis rendu le 26/07/2017 ainsi que sur le déroulement du scrutin.

S’agissant du cas Touba où 214 bureaux de vote n’ont pu fonctionner (près de 100.000 inscrits), le juge électoral, en vertu des pouvoirs d’investigation dont il dispose nonobstant les rapports des délégués de la Cour d’Appel de Dakar, a les moyens d’établir si:
– d’une part ce sont les électeurs eux-mêmes qui ont commis les actes de nature à empêcher l’expression de leur volonté à travers les urnes;

-d’autre part s’il s’agit d’un cas de force majeure ou que les dysfonctionnements sont imputables à l’administration électorale.

Le scrutin en Côte d’Ivoire aussi a connu des manquements similaires…

Pour le cas Dakar, il est vrai que les ordres de mission des votants hors bureau originel doivent être annexés aux procès-verbaux des BV. Toutefois, les sept (7) sages nous édifieront sur l’ampleur de cette violation manifeste de la loi et si elle est de nature a remettre en cause la volonté du corps électoral.

En tout état de cause, l’annulation même partielle fera jurisprudence pour une élection nationale.

La reprise partiellement du vote aura des impacts sur le taux de participation et le quotient électoral. En effet, par un seul vote, l’électeur élit en même temps les candidats investis sur a liste majoritaire départementale et ceux placés sur la liste proportionnelle nationale.

Par conséquent, l’attribution des sièges serait modifiée…

Par ailleurs, ce qu’il faudrait retenir  des procédures de déchéance d’un député :

En proclamant les résultats définitifs des législatives, le Conseil Constitutionnel déclare élus les candidats investis sur chaque liste ayant obtenu des sièges.

A cette étape, le Conseil ne se prononce pas sur l’éligibilité des candidatures déjà validées par arrêté du Ministre chargé des Élections ou sur l’inéligibilité non déclarée avant les élections à moins que cela soit soulevé dans le recours.

Toutefois, il est prévu, en vertu de l’article LO.194 du code électoral, une procédure de déchéance du député dont l’inéligibilité se révèlera après son élection ou en cas de condamnation définitive postérieure à l’élection.

Dans le premier cas, la déchéance est constatée par le Conseil Constitutionnel à la requête du Bureau de l’Assemblée Nationale, d’un groupe de députés conformément au Règlement intérieur de l’Assemblée Nationale ou du Président de la République.

Dans le second cas, la déchéance est constatée, dans les mêmes formes, à la requête du Ministère public.

Par conséquent, une fois déclaré élu, le député, même absent lors de la session d’installation de l’Assemblée Nationale nouvellement élue, continuera d’occuper ses fonctions avec tous les droits qui s’y attachent.

Sous réserve des dispositions de l’article 60 de la Constitution (démission de son parti) et des autres situations prévues par le Règlement Intérieur de l’Assemblée Nationale ( démission, exercice d’une fonction incompatible).

Sénégal, 12 août 2017

Ndiaga SYLLA, Expert électoral

Khadim Ba en passe de détenir 51 % de la SAR : Risque de pénurie de produits pétroliers au Sénégal-Samuel Sarr soupçonné d’avoir touché 1,5 million d’euros

L’information publiée vendredi par notre confrère « Libération », faisant état de la cession des parts de Bin Laden Group, dans le capital de la Société africaine de raffinage (SAR), à Locafrique risque de mettre la République sens dessus dessous, très prochainement.

En réalité, après avoir libéré 10 milliards de FCFA pour se retrouver avec 34%, la société de crédit bail pourrait élargir sa surface dans le capital et  devenir majoritaire. Comment ?
Ce qui est inconnu du grand public, c’est qu’au moment de contracter, Bin Laden Group avait signé une clause additionnelle avec l’Etat du Sénégal devant lui permettre d’hériter de 17%, en plus des 34 % déjà acquis. Cela, à condition que la société fasse des investissements à hauteur de 60 millions d’euros aux fins d’augmenter la capacité de production de la raffinerie.
Du coup, Khadim Ba, qui est en train de mobiliser les 60 millions d’euros requis, va, selon nos sources, bientôt détenir 51 % des actions au niveau de la Société africaine de raffinage (SAR) et être importateur exclusif.
Cet état de fait irrite les Majors, jusque-là sur le marché de l’importation, qui, soupçonnant Locafrique d’avoir versé des pots de vin, ne comptent pas rester les bras croisés. C’est ainsi que nous tenons de sources généralement bien informées que ces majors sont en passe de préparer une grève de grande ampleur qui va priver les Sénégalais de gaz butane et d’autres produits pétroliers comme l’ essence, le gasoil…
Ces derniers, qui soupçonnent des personnalités du régime d’être derrière Khadim Ba, qui est inconnu du sérail, ne comprennent pas l’empressement avec lequel le gouvernement du Sénégal a, diligemment, écrit une lettre pour presser le Conseil d’Administration de la SAR de bénir la transaction pour les beaux yeux du patron de Locafrique.
Dans le même créneau de révélations, il nous est revenu que celui qui est au centre de cette transaction nébuleuse n’est personne d’autre que Samuel Sarr. Celui-ci aurait, en contrepartie de sa prestation, perçu des commissions à hauteur d’un million et demi d’euros. C’est dire que le « Wadiste éternel » a bel et bien repris du service auprès de Macky Sall, malgré l’affairisme caractéristique de sa gestion du ministère de l’Energie sous le régime du pape du Sopi.
En définitive, avec la grève en gestation, c’est le syndrome Wade qui guette le Président Macky Sall. Pour mémoire, sous l’ancien président de la République, on a suspecté les pétroliers d’avoir agi en sous-main pour provoquer une pénurie de gaz et des coupures d’électricité dont les contrecoups sociaux ont précipité le départ de Wade.
C’est dire que Ousmane Sonko et Cie auront du grain à moudre dans les prochains jours…

Présidence de la Fédération de Football : Me Augustin Senghor obtient 234 voix contre 104 pour Mbaye Diouf Dia

Les résultats du  premier tour de l’élection du président de la fédération sénégalaise de football sont connus : sur 416 inscrits, 316 ont finalement voté.
Me Augustin Senghor a obtenu 234 voix, suivi de Mbaye Diouf Dia avec 104 voix. Louis Lamotte arrive en troisième position avec 75 voix. Les concertations se poursuivent au King Fahd Palace pour voir s’il faudra tout de suite sacrer le maire de l’île de Gorée ou s’il faudra procéder à un second tour.
FSF7
FSF6 FSF5 FSF4 FSF3 FSF2 FSF BA2

FSF : Me Augustin Senghor réélu

En recueillant le plus grand nombre de voix, au second tour, Me Augustin Emmanuel Senghor a été réélu, dans la nuit du samedi au dimanche, à la tête de la Fédération Sénégalaise de football (Fsf), lors de l’Assemblée générale élective. Il a battu largement Mbaye Diouf Dia, au second tour, avec 109 voix de différence. Sur 311 votants, Augustin Senghor a obtenu 260 voix. Le candidat sortant va bénéficier donc d’un troisième mandat. Il restera ainsi aux commandes pour le programme quadriennal 2017-2021, après deux mandat.

VIDEO – CELEBRATION DE LA JOURNEE INTERNATIONALE DE LA JEUNESSE: DECLARATION DE KHADIM DIOP LE PRESIDENT DU CONSEIL NATIONAL DE LA JEUNESSE DU SENEGAL

 

CNJS

JEUNES8JEUNE7JEUNE6JEUNE4JEUNE3JEUNE2 JEUNE1

MEDIA7.INFO

Vers la hausse du prix du pain

L’association des boulangers du Sénégal compte aller en gréve si le prix du sac de la farine n’est pas réduit, selon la radio Rfm.

Pour l’instant 6 boulangeries sont déjà en gréve. D’ici mercredi les autres vont suivre le mot d’ordre, renseigne la même source.

D’aprés Modou Gueye, président de la structure, il faut que l’Etat réagisse avant que cela ne soit trop tard.  » Malgré une première gréve pendant la Korité qui avait avorté, nous allons renouveler le mot d’ordre. On ne peut pas continuer à fonctionner en perte. le cas échéant, c’est d’augmenter le prix de la baguette du pain « .

Actuellement le prix du sac de la farine est de 17.200 francs Cfa, un coût considéré très cher par les boulangers. Ils font appel aux autorités pour les aider afin de remédier à cette situation.

Un fait qui risque de perturber la fête de la tabaski prévue dans moins de trois semaines.

 

Modou Diagne Fada, leader de Manko Yeesal Senegaal :  » L’irruption de Wade dans la campagne nous a porté préjudice  »

En conférence de presse au siège de son parti à Colobane, Modou Diagne Fada a déclaré que l’irruption de Me Abdoulaye Wade dans la campagne électorale a porté préjudice à la coalition Manko Yeesal Senegaal.

A l’issue des législatives du 30 juillet dernier, Manko Yeesal Senegaal a obtenu 33.000 voix pour un siège à l’Assemblée nationale. Un résultat jugé positif par Modou Diagne Fada qui souligne au passage que n’eussent été quelques imprévus comme la mauvaise organisation des élections et l’entrée de Wade dans la danse, la coalition Yeesal aurait fait un meilleur résultat. « L’irruption de Wade dans la campagne nous a porté préjudice. Les électeurs se sont dits au lieu de voter pour le fils, votons pour le père », a décrypté Modou Diagne Fada qui réclame le titre d’héritier de Me Abdoulaye Wade car pour lui, aucun des responsables du Pds n’est en mesure d’obtenir 33.000 voix. 
Facebook login by WP-FB-AutoConnect