Home » Afrique (page 10)

Afrique

LE PRESIDENT SALL VA INAUGURER LA CENTRALE SOLAIRE PHOTOVOLTAÏQUE DE SANTHIOU MÉKHÉ, CE JEUDI 29 juin ? LA PLUS GRANDE EN AFRIQUE DE L’OUEST POUR UN COUT DE 24 MILLIARDS avec 30 MWC. !!!

La cérémonie officielle d’inauguration de cette infrastructure est prévue à partir de 10 heures dans ce village de la commune de Méouane, précise le communiqué.

La centrale photovoltaïque de Santhiou Mékhé devrait injecter à terme 30 mégawatts (MW) dans le réseau de SENELEC, la Société nationale d’électricité du Sénégal, avec laquelle elle a conclu, en 2014, un contrat d’achat d’électricité d’une durée de 25 ans, selon ses promoteurs.

Ce projet solaire est conduit par la société d’investissement européenne Meridiam et le Fonds souverain d’investissements stratégiques (FONSIS) du Sénégal, en partenariat avec Senergy SUARL, une société sénégalaise de développement de projets énergétiques.

Ils sont regroupés au sein de la société Senergy PV SA, chargée du développement de la centrale solaire de Santhiou Mékhé. Meridiam est l’actionnaire majoritaire de Senergy PV SA

(TOUBA) MAME MBAYE NIANG QUITTE WADE :  » Me Madické a fui ses responsabilités… Je combattrais le Pds  »

Une nouvelle défection de taille au niveau du Pds à Mbacké Touba après celle de l’honorable député Aïda Gaye. Mame Mbaye Niang vient de claquer la porte des Wade. Le responsable politique et chef religieux de Keur Niang a décidé de virer vers l’Apr pour manifester sa colère contre Me Madické et Oumar Sarr qui ont, dit-il,   » procédé dans le favoritisme en investissant dans la liste nationale et départementale des leaders politiques qui avaient transhumé vers la Convergence Bokk Gis-Gis lorsque nous avons perdu le pouvoir et qui sont revenus tout dernièrement  ». Mame Mbaye de citer nommément Sokhna Astou Mbacké qui est à la huitième place sur la liste nationale et l’ex-Sénateur Moustapha Diop, cinquième sur la départementale.

Notre interlocuteur, qui a fait face à la presse, de considérer que Wade a été trahi par des responsables libéraux qui ont vendangé les chances du parti de revenir au pouvoir. Il dira faire allusion aux Saint-Louisiens Madické Niang, Ahmed Fall Baraya et à Oumar Sarr le Daganois.

 » Me Madické a choisi de militer à Touba et il  a refusé de prendre ses responsabilités. Lui et ses acolytes nous ont imposé des gens que nous voulons pas comme leaders. Ils m’ont jeté à un lieu de la porte de sortie. Je suis placé à la 59 ème position sur la liste nationale. Il suffit que la femme derrière moi cède le passage pour que je tombe. On m’a manqué de respect et je vais prendre ma revanche.  »

Mame Mbaye de s’engager à faire gagner l’Apr lors des prochaines législatives et n’écarte de prendre aucune voie, même celles… mystiques.

PORT DE DAKAR – LE GROUPE NECOTRANS COULE : Révélation sur un déclin

L’exploitant des terminaux Vraquiers au Port de Dakar a t-il roulé dans la farine les autorités sénégalaises ? Après avoir promis le meilleur au Sénégal, voilà que Necotrans qui a tympanisé tout le monde….coule.
En effet, le groupe a demandé à déposer vendredi dernier au Tribunal de commerce de Paris, une demande de procédure collective. Celle-ci porte sur la structure de tête du groupe en France – Necotrans étant essentiellement présent en Afrique – et ouvre la porte à trois solutions : le redressement judiciaire, la sauvegarde ou la liquidation.
La première semble la plus probable. Le juge devrait faire connaître sa décision lundi prochain. Contacté, un porte-parole de Necotrans a confirmé l’information sans autre commentaire.
Cet épisode judiciaire est l’aboutissement d’un lent déclin enclenché par la baisse des prix dans les secteurs « Oil and gas » (pétrole et gaz) et miniers, d’où Necotrans tirait l’essentiel de ses bénéfices avec son activité de transport et logistique, via sa filiale suisse AMT.
Le groupe de 850 millions d’euros de chiffre d’affaires, présent depuis 30 ans en Afrique où il opère aussi des terminaux portuaires, a été rapidement rattrapé par une dette de près de 200 millions d’euros. Malgré des coupes sombres (suppression d’un millier de postes, arrêts d’activités aux Etats-Unis, au Canada ou en Chine), Necotrans s’est vu contraint de demander une conciliation avec ses créanciers.
Un accord a été trouvé juste après Noël entre le logisticien et ses banques – des établissements surtout français dont Natixis, BNP Paribas, la Bred, Société Générale, etc – pour repousser ses échéances, et ce grâce à… Vincent Bolloré. L’homme d’affaires breton, dont le groupe est en concurrence frontale avec Necotrans en Afrique, a en effet accepté de lui racheter ses 49 % au capital de la société de terminaux de conteneurs du Gabon (STCG), contre l’abandon de poursuites dans une affaire autour du port de Conakry.
De quoi renflouer, au moins temporairement les caisses, et permettre à Necotrans de confier à la banque Rothschild un mandat de vente. Trois offres indicatives se sont dégagées : celle du groupe singapourien de négoce et de courtage de denrées alimentaires Olam, celle du fonds d’investissement dans les marchés émergents Abraaj, et celle du hub logistique marocain Tanger Med (TMSA).
Mais seul Olam a déposé, le 12 juin, une offre ferme d’un peu plus de 20 millions d’euros, qui ne reprenait pas la structure de tête française, indiquent plusieurs sources.
Necotrans l’a très vite refusé, d’autant que le repreneur posait des conditions impossibles à valider par un tribunal qui aurait homologué l’accord, tant sur les emplois que sur le passif. Sans solution de reprise, et à court de cash pour honorer une nouvelle échéance de dette fin juillet de plus de dix millions d’euros, Necotrans n’avait donc plus le choix.
Olam, Abraaj et TMSA pourraient revenir dans la course, la société se trouvant désormais débarrassée de sa dette. D’autres noms sont évoqués comme Privinvest, le holding de l’homme d’affaires franco-libanais Iskandar Safa, tandis que l’ombre de Vincent Bolloré plane toujours.

Mali : L’armée sénégalaise se prépare aux côtés de la marine américaine, à soutenir les opérations de maintien de la paix

Le Sénégal se prépare activement à déployer prochainement une force d’intervention rapide pour face à la situation d’insécurité au Mali, où se sont multipliées depuis 2012, attaques et violences intercommunautaires.

Ainsi, les marines américains sont ici au Sénégal, travaillant côte à côte avec leurs homologues pour les préparer à leur mission, a-t-on appris des services de communication de l’Ambassade des Etats-Unis au Sénégal.

En effet, les deux groupes de soldats ont travaillé ensemble pour apprendre à lutter contre les engins explosifs improvisés et à conduire des missions militaires en milieu urbain.

«Nous construisons des relations plus solides avec les pays africains grâce à ce type de formations», a déclaré le 1er lieutenant Conor Bender, chef de l’équipe de coopération en matière de sécurité logistique avant d’ajouter : « C’est le fondement pour savoir comment nous pouvons nous établir comme bons amis dans la région et construire une base solide avec des partenaires avec lesquels nous pourrons travailler dans l’avenir« .

Pour rappel, en mai dernier, le chef des opérations de maintien de la paix de l’ONU, Jean-Pierre Lacroix avait annoncé le déploiement dans le centre (du Mali), par le Sénégal, d’une force d’intervention rapide pour faire face à la situation d’insécurité afin de pallier le manque de capacités dans le cadre de la Minusma, Mission des Nations unies au Mali.

Le Mali est subitement devenu une région très instable. Déployée depuis juillet 2013, cette force de l’ONU compte un peu plus de 12.000 militaires et policiers sur le territoire malien. Elle est la mission de maintien de la paix de l’ONU la plus coûteuse en vies humaines depuis la Somalie en 1993-1995, avec plus de 70 Casques bleus tués en opération.

Le Mali demeure instable depuis 2012, en proie à des attaques djihadistes et violences intercommunautaires. Le Nord du pays était tombé en 2012 sous la coupe d’organisations djihadistes liées à Al-Qaïda à la faveur d’une rébellion touareg, d’abord alliée à ces groupes, qui l’ont ensuite évincée. 

Source: LERAL

 

CENTRALE SOLAIRE PHOTOVOLTAÏQUE DE SANTHIOU MÉKHÉ : LE PROMOTEUR PRÉCISE LES DIMENSIONS DE SON PROJET

La centrale solaire photovoltaïque de 30 mégawatts qui sera inaugurée jeudi à Santhiou Mékhé (Tivaouane) par le président de la République, Macky Sall, compte 92.000 panneaux solaires, 36 imposants onduleurs et de 3 grands transformateurs raccordés à la station SDE située à 9 kilomètres du site, a indiqué, mardi, son promoteur, Sam Wébé.
Erigée sur une superficie de 64 ha, la centrale solaire considérée comme la plus grande de l’Afrique de l’Ouest, a nécessité un an de travaux (2016-2017) réalisés pour un total de 36 millions d’euros (24,614 milliards frs CFA), un financement consenti par la banque Proparco, filiale privée de l’Agence française de développement (AFD), a dit M. Wébé dans un entretien avec l’APS.
Selon le président directeur général de « Senergy Suarl », la société initiatrice du projet, les travaux de construction de la centrale ont mobilisé pendant 20.000 heures de travail, 350 ouvriers dont 150 venus des villages environnants de Santhiou Mékhé.
Les travaux ont été conduits par l’entreprise française « Solaire Direct », une EPC (Engeneering Procurement Construction) qui « a utilisé les services de 9 compagnies internationales et 19 sénégalaises », selon Sam Wébé.
« Avant d’en arriver à ce stade final du projet, il m’a fallu toute une année de recherches de terres propices’’, à Bambey, Ndangalma, Ndolndol, Thialthiar, Pout, Tsétsé, Matam, etc. », sans succès, a indiqué M. Wébé.
L’idée de mettre sur pied un tel projet est partie de 2009, lorsque cet ingénieur électronicien, ancien cadre de la compagnie américaine Général Electric est retourné aux Etats-Unis après un bref séjour au Sénégal pour monter, avec deux de ses compatriotes, une voiture électrique hybride.
« On nous avait alors fait comprendre que le Sénégal n’a pas besoin de cette technologie mais plutôt d’électricité. Alors, je suis revenu seul pour m’investir dans les énergies renouvelables à travers ma société +Senergy Suarl+ créée en 2012″, a renseigné ce natif de Bambey, une région du centre du Sénégal qu’il a quittée depuis 1959.
« Et c’est en octobre 2012 que le ministre de l’Energie Aly Ngouille Ndiaye a signé mon agrément pour la production d’énergie renouvelable à vendre à la Sénélec », a relevé le spécialiste en médecine nucléaire, qui a ensuite conclu un contrat d’achat d’électricité avec la Société d’électricité nationale.
« Une fois les terres obtenues, un protocole d’accord signé avec les populations de Santhiou Mékhé en 2013, l’agrément du ministre et l’autorisation de la Sénélec en poche, je me suis ouvert au Fonds souverain d’investissements stratégiques (Fonsis) qui a adhéré au projet et le groupe français Meridiam est venu nous accompagner dans la recherche de financements », a explicité Sam Wébé.
« Meridiam est ainsi devenu actionnaire majoritaire avec 53%, suivi du Fonsis (32%) et moi-même avec 15% des actions », a indiqué le président du conseil d’administration de la nouvelle compagnie Senergy PVSA (photovoltaïque société anonyme) chargée du développement de la centrale solaire.
Parlant de la cérémonie officielle d’inauguration, prévue jeudi à partir de 10 heures dans ce village de la commune de Méouane, sous la présidence du le chef de l’Etat, le promoteur parle d’un « grand jour qui vient marquer un avenir radieux pour les énergies renouvelables ».

 

Arrestation d’une mule de Karim Wade à LSS : Les avocats de Wade-fils démentent

Un journal de la place avait à sa Une d’hier, indiqué qu’une mule de Karim Wade avait été arrêté a l’Aéroport Léopold Sédar Senghor détenant des documents bancaires. Une information que réfute les avocats de l’ancien plus célèbre prisonnier dans ce droit de réponse.

 

« Une «information» rapportée par le journal «le Quotidien» réputé proche du Palais, fait état de l’arrestation d’une personne en provenance d’un pays du Golfe arabique qui détiendrait pour le compte de Karim Wade des documents et autres moyens bancaires dans des valises portant le sceau du Qatar. Cette «information» est publiée en première page sous le titre : «une mule de Karim tombe à Dakar».

Karim Wade, qui dément catégoriquement ces accusations qui portent atteinte à son honneur et à sa réputation, attire l’attention de l’opinion publique sénégalaise et internationale sur la coïncidence entre cette publication, aussi grotesque, que ridicule et l’arrivée imminente de Me Abdoulaye Wade, tête de liste de la Coalition Gagnante Wattu Sénégal. Ces insinuations sont fabriquées de toutes pièces, comme l’ont été le complot des «biens supposés mal acquis» et la résurrection inconstitutionnelle de la Cour de Répression de l’Enrichissement Illicite (CREI).

Cette nouvelle accusation par un organe de presse à la solde du pouvoir est instrumentalisée pour détruire un adversaire politique en vue des prochaines échéances électorales. Après avoir détenu Karim Wade arbitrairement en prison pendant plus de 3 ans, après avoir violé systématiquement ses droits au cours d’un simulacre de procès devant une juridiction politique aux ordres, la CREI, après avoir créé de fausses preuves contre lui, notamment en inventant le faux compte de 47 milliards de Singapour et en lui attribuant la propriété de sociétés appartenant en réalité à d’autres personnes, après avoir extrait Karim Wade de sa cellule dans la nuit du 23 juin 2016 pour l’expulser hors du Sénégal, voilà maintenant que l’État du Sénégal tente d’inventer de nouvelles accusations pour l’empêcher de se présenter contre l’actuel Chef de l’État.

Nous informons l’opinion nationale et internationale que Karim Wade nous a demandé de porter plainte pour diffamation et calomnies contre les auteurs de cette machination, le directeur de publication du journal «le Quotidien» ainsi que l’auteur de l’article Madiambal Diagne, propriétaire du journal. L’opinion constatera que c’est toujours le même journal proche du pouvoir qui est à l’origine d’accusations mensongères contre Karim Wade, sa famille et ses proches. Il en a été de même pour le faux compte bancaire de 47 milliards à Singapour et les 100 milliards imaginaires à Monaco.

Ces manœuvres, ces machinations fantaisistes et les menaces dont il est systématiquement la cible n’empêcheront pas Karim Wade d’exercer pleinement ses droits constitutionnels et politiques pour se présenter à l’élection présidentielle de 2019 contre le Chef de l’Etat Macky Sall. En cette période qui coïncide avec la fin du Ramadan, Karim Wade nous a déclaré : «je prie pour que la haine, les règlements de comptes politiques et l’esprit de vengeance n’aient jamais raison de ce que des générations d’hommes et de femmes de valeur ont bâti à la sueur de leur front et dans l’esprit de concorde nationale».

Fait à Dakar, le 27 juin 2017
Les Avocats de Karim Wade

Alerte : Cumuls pluviométriques excédentaires, inondations et des attaques phytosanitaires au Sénégal

Une partie de l’Afrique dont le Nord Sénégal devait s’attendre à des « cumuls pluviométriques excédentaires » pouvant entrainer des « inondations et des attaques phytosanitaires » pour les périodes Juin-Juillet-Août et Juillet-Août-Septembre.

C’est le 4ème Forum des prévisions climatiques saisonnières des caractéristiques pluviométriques, agro-climatologiques et hydrologiques de la saison des pluies 2017 pour la zone soudano-sahélienne de l’espace CILSS/CEDEAO qui s’était tenu du 15 au 19 mai 2017 à Accra au Ghana, qui avait sonné l’alerte.

D’après un document officiel consulté par Leral.net, il en est ressorti que : « Les zones couvrant le Nord Ghana, le Nord Togo, le Nord Bénin, l’Est Burkina Faso, l’Ouest Nigéria, l’Ouest Niger, le Centre Mali, le Sud Mauritanie, le Nord Sénégal, le Sud Tchad et l’Est Cameroun peuvent s’attendre à des cumuls pluviométriques excédentaires et des dates de début de saison précoces pouvant entrainer des inondations et des attaques phytosanitaires. »

Toutefois, dans ces zones, la croissance des cultures pourraient en outre être affectée par les séquences sèches plus longues attendues dans la première partie de la saison. Les pays de l’ouest de la bande sahélienne peuvent aussi s’attendre à une fin de saison précoce qui exposerait les cultures à un risque de sécheresses pouvant affecter le parachèvement normal des cycles des cultures.

Les prévisions saisonnières issues de ce forum sont l’objet d’un consensus autour des produits des modèles de prévision, des observations sur l’état des océans et des connaissances actuelles sur le climat de la sous-région.

Les résultats de cette prévision avaient ainsi donné les tendances probables des cumuls pluviométriques pour les périodes Juin-Juillet-Août et Juillet-Août-Septembre, des dates de début et de fin de la saison des pluies, des durées des séquences sèches les plus longues au cours de la saison et des débits moyens des hautes eaux dans les grands bassins fluviaux de la sous-région.

Par ailleurs, le même rapport avait aussi avancé que le Centre du Tchad peut s’attendre à des cumuls pluviométriques excédentaires, des dates de début de saison précoces, des dates de fin tardives et à des séquences sèches longues pouvant affecter l’installation des cultures en début de saison.

En dehors du bassin du Mono et de la partie inférieure de la volta couvrant le Ghana, le Togo et le Benin, tous les bassins fluviaux ouest africains peuvent connaitre des écoulements moyens à excédentaires cette année ; avec des risques d’inondations par endroit notamment dans le Niger moyen, le système du Lac-Tchad et le bassin du fleuve Sénégal. »

Aussi, dans le Mono et la partie inférieure de la volta, il y a un risque de déficit d’écoulement pouvant entrainer une baisse de la disponibilité de la ressource en eau pour les utilisateurs locaux (gestionnaires des barrages, irrigation, etc.),

Les récentes pluies au Sénégal avec des inondations à Tambacounda, Matam et Saint Louis semblent corroborer ces prévisions faites par le 4ème Forum de Prévisions climatiques saisonnières 2017 en Afrique soudano-sahélienne en mai 2017.

Rappelons que ce forum d’Accra a été organisé par le Centre Régional AGRHYMET/CILSS et le Centre Africain pour les Applications de la Météorologie au Développement (ACMAD), en collaboration avec les Agences Nationales de la Météorologie et de l’Hydrologie du Ghana, les experts des pays de l’Afrique de l’Ouest et du Centre en charge du suivi et de l’élaboration des informations climatiques, agro-climatiques et hydrologiques, et les représentants des Organismes des Bassins fluviaux de la sous-région.

Télescopage à Pire : Mimi Touré se retrouve nez à nez avec la délégation de Manko dirigée par… son ex mari Oumar Sarr

A l’occasion de la disparition du regretté Khalife de Pire, nos antennes ont capté un moment particulier qui explique certainement pourquoi malgré les discours va-t-en guerre des politiciens, la tension finit toujours par baisser et les bisbilles politiques se dégonfler comme des chambres à air trouées.
Alors que la délégation de Manko composée entre autres de Oumar Sarr, Pape Diop, Mamadou Diop Decroix et Mamadou Lamine Diallo étaient en plein discours, Mimi Touré et sa délégation familiale se faisaient introduire dans la grande salle de cérémonie de présentation des condoléances.
Après que Pape Diop a magnifié ses relations anciennes avec le nouveau Khalife Serigne Mansour Cissé qui fut d’après lui un grand opérateur économique, spécialiste du marbre, Mimi Touré en fine politicienne s’est arrangée pour prendre la parole avant que l’opposition ne quitte la salle pour dire qu’elle était là avec ses soeurs pour des condoléances familiales, et non politiques, car sa famille a vécu pendant 36 ans en parfaite harmonie à Sacré Coeur avec celle de feu Serigne Moustapha Cissé.
L’ancienne premier ministre a salué individuellement les membres de Manko qu’elle a dit avoir tous bien connu par le passé. Mimi Touré a souligné que malgré leurs divergences politiques, ils partageaient tous le Sénégal et que de tels événements malheureux le rappelaient, d’où la nécessité de toujours cultiver la civilité et le respect mutuel, quel que soit le camp politique auquel on appartient.
Reste à vérifier comment la délégation de l’opposition a accueilli les propos de l’ancienne ministre de la Justice qui fut à un moment leur pourfendeur le plus assidu. Le nouveau Khalife de Pire a fait remarquer de manière fort imagée que, eux les chefs religieux, disposaient d’assez de mamelles pour allaiter tout le monde, notamment par les prières et les conseils.

SAINT LOUIS : IMAM DIALLO INSISITE SUR LA MORALE

L’Imam Ratib de Saint-Louis, Cheikh Sidy Ahmed Tidiane Diallo, a insisté sur le respect de la morale, lundi, dans son sermon de la prière de l’Aïd el fitr, marquant la fin du ramadan,

Il a invité les musulmans à bannir la médisance, la méchanceté, l’hypocrisie et la recherche effrénée de biens matériels sur terre, ce qui est ‘’contraire’’ à la morale et aux principes de l’islam.

L’imam ratib s’exprimait devant de nombreux fidèles dont le gouverneur de la région de Saint-Louis, Alioune Aïdara Niang, le maire de la ville ville, Mansour Faye, etc.

Imam Diallo a dénoncé les comportements contraires à la morale, fustigeant une société dans laquelle ‘’les nantis font la loi tandis que les pauvres croupissent dans la misère’’.

Il a appelé à une société ‘’plus solidaire, plus juste et plus équilibrée, où le partage des avoirs devient la règle’’. A ce propos, il a indiqué que ‘’les musulmans doivent suivre les règles, la sounah et les bons comportements enseignés par le prophète Mohamed (PSL)’’.

Abordant l’actualité, l’imam a invité au respect du jeu démocratique en perspectives des élections législatives du 30 juillet.

Il a plaidé pour l’élection de députés ‘’dignes, dotés d’une bonne moralité afin de représenter le peuple et ses intérêts exclusivement’’ à l’Assemblée nationale.

Le guide religieux a en outre, présenté ses condoléances suite aux décès de Serigne Moustapha Cissé, khalife de Pire, de Serigne Alioune Mbacké, fils de Serigne Cheikh Gaindé fatma, et de l’ancien premier ministre, Habib Thiam.

aps

SERIGNE SIDI MOKHTAR AUX POLITIQUES EN PARTICULIER :  » Vous ne jouirez jamais tranquillement de ce que cherchez en connaissance, richesse et poste électif, tant que la crainte révérencielle n’enveloppe pas votre manière de chercher ‘

omme à l’accoutumée, le Khalife Général des Mourides a pris part à la prière de l’Aïd-El Fitr honorée sur la place habituelle qui jouxte la grande mosquée. Les deux rakas, dirigés par Serigne Fallou Mbacké Abdou Khadre, a enregistré la présence de l’essentiel des Khalifes des grandes concessions de la communauté.

Dans son khoutba transmis par l’Imam, Serigne Sidi Mokhtar Mbacké s’est visiblement intéressé aux futures joutes électorales, même s’il s’est gardé de prononcer les termes hommes politiques et élections. C’est toutefois en des termes suffisamment clairs qu’il s’est adressé à la classe politique dans la première partie de son discours. Le patriarche de Gouye-Mbind a, en effet, requis la crainte révérencielle dans la manière de pourvoir tout gain, bénéfice et autres privilèges.

 » L’ Aïd-El-Fitr est un moment de ferveur et de bonheur. Je rends hommage aussi à toute la communauté musulmane… Je tiens à rappeler toute la solennité du mois que nous venons de boucler. Il nous a permis de nous rappeler que tous nos actes doivent avoir comme soubassement la crainte révérencielle. Les gains tirés de nos activités ne nous serviront jamais tant que nous n’avons pas d’égard aux recommandations divines, quel que soit l’objectif visé. Qu’il soit la connaissance, la richesse ou le pouvoir qui découle d’une élection ! Il ne faut jamais chercher le profit ou le privilège en passant par les voies interdites. Cherchons à atteindre nos objectifs en disant la vérité et en craignant Dieu qui, Seul, exauce nos vœux. Tout ce que nous voulons obtenir, obtenons-le en empruntant les voies autorisées!  »

Le Khalife de faire un clin d’œil à la presse sur la nécessité de divulguer des informations utiles au détriment de celles capables de créer des frustrations non nécessaires. Il invitera les musulmans à s’acquitter du paiement de leurs dettes non sans oublier de mentionner l’obligation pour le musulman de sortir la zakat.  » La zakat-al -fitr est une nécessité pour le jeûneur. Elle purifie nos cœurs et participe à la validation de notre abstinence.  »

Serigne Sidi Mokhtar Mbacké ne manquera pas de s’adresser aux populations de la cité religieuse en les invitant à surveiller leurs comportements au quotidien.  » Nous qui habitons Touba, ou vous qui êtes venus pour des raisons personnelles, je vous rappelle l’obligation que nous avons à respecter les prédictions de l’islam, à veiller au comportement et au port vestimentaire décent.  »

Plusieurs personnalités religieuses ont pris part à la prière. C’est le cas de Serigne Abô Falilou Mbacké, Serigne Bass Bara Mbacké, Serigne Cheikh Bass Abdou Khadre Mbacké
Le Khalife est arrivé à 10h 44 minutes, accompagné des membres de sa cour  dont Serigne Cheikh Thioro Mbacké et Serigne Cheikh Bara Maty Lèye en particulier. La prière à démarré à 10h 49 minutes…

Facebook login by WP-FB-AutoConnect