Home » Afrique

Afrique

Disparition de Joe Ouakam : L’Icône s’efface…

Il avait fait de sa vie une œuvre d’art, une création permanente. Il nous laissait le soin et le libre arbitre de la comprendre, de l’apprécier ou pas. Sa vie était une béance, dans laquelle il était loisible de puiser ce qu’on voulait. Sa mort nous propose une errance dans le Dakar des parages et des mirages. Joe Ouakam était un personnage, une œuvre d’art ambulante en ce sens qu’il interrogeait, il questionnait sur la liberté, sur le sens et les images véhiculées, sur les signaux de vie sociale. Joe était iconoclaste, et se posait en miroir déformant d’une société consensuelle, et en ce sens, nous déroutait, dans le vrai sens du terme. Que restera-t-il de ses œuvres proprement dites ? Un nuage… Que nous laissera-t-il ? Un esprit, frondeur, provocateur, mais aussi un esprit enraciné dans les limbes protecteurs de Leuk Daour, baigné qu’il était dans sa cosmogonie léboue. Une icône s’est évaporée et flotte sur Dakar, comme un mystère… Comme du vent… Irréel.

Urgent : Mame Marième Thiam Babou condamnée à 3 mois avec sursis pour les incidents de Fimela

Le verdict concernant les incidents de Fimla vient de tomber et Mame Marième Thiam Babou de l’Alliance pour la République (APR) a été reconnue coupable et a écopé d’une peine de 3 mois avec sursis .

En continuant à contester ouvertement Thérèse Faye Diouf pour raison de dépassement d’âge, malgré la consigne de statu quo du Président Macky Sall, lors de l’université républicaine de la Cojer à Mbour, la dissidente Mame Marième Thiam Babou risquait gros avec l’incident de FIMELA, avec des échauffourées qui avaient atterri sur la table de la gendarmerie où elle est d’ailleurs convoquée. 

Pour rappel, après la fameuse bataille sanglante au siège de l’Apr à Dakar au mois de novembre dernier dont ont été victimes les frondeurs conduits par Mame Marème Thiam Babou, samedi dernier, le scénario s’était reproduit à Fimela avec une attaque contre la responsable nationale des jeunes de la part de nervis. Arrivés en car, ces derniers ont foncé sur les lieux du meeting de la patronne de la COJER avec des jets de pierres et de projectiles de toutes sortes, déclenchant la confusion et la débandade totale.

Le bilan faisait état de dégâts assez graves. Le véhicule du responsable des cadres de Fimela, Docteur Niane a été saccagé et le fils de Djibril Diop, un des responsables de l’Apr, a été blessé à la figure par les assaillants.

Pour situer les responsabilités, la gendarmerie avait ouvert une enquête et du côté du maire de Fimela, une plainte avait aussi été déposée et l’enquête diligentée. 

(Dernière minute) – SERIGNE ABDOU FATAH : ‘ J’ai fait une erreur en faisant chanter Youssou Ndour lors de la cérémonie officielle du Kazu Rajab ‘

Vingt quatre heures après avoir donné à Youssou Ndour la possibilité de chanter Serigne Fallou en pleine cérémonie officielle, Serigne Abdou Fatah Mbacké vient de reconnaître son erreur. Entouré de son fils aîné Serigne Khadim Fatah Mbacké et de Serigne El Hadj Ndiaye Cheikh Ndindy , le Président du comité d’organisation du Kazu Rajab a reconnu son erreur et présenté ses excuses.

Assis sous ses peids, c’est son fils qui parle en son nom.  » Serigne Abdou Fatah n’a rencontré Youssou Ndour qu’à deux reprises. La première fois c’était devant Serigne El Hadj Bara Mbacké Falilou et la seconde fois c’était hier. Il présente ses excuses à Serigne Abô Falilou , au Khalife Général des Mourides et à tous les musulmans du Sénégal et du monde. Il pensait bien faire après avoir entendu que le chanteur Sénégalais avait, dans son statut de patron de presse, beaucoup contribué au magal. Serigne Abdou Fatah dit savoir que des gens vont profiter de cet espace d’égarement pour faire des dérapages et l’attaquer. À ces derniers, il dit leur pardonner. Son père a vécu pire. Le Prophète Muhammad (Psl) idem. Par conséquent, il dit n’éprouver aucune difficulté pour reconnaître s’être trompé et s’engager à présenter ses excuses à toute la ummah  ».

SENELEC  :  Dg Makhtar Cissé pour un appel sans délestage

 
Le directeur général  de la SENELEC  Makhtar Cissé s’est  rendu lundi apres-midi à Yoff pour apporter sa contribution  à la communauté Layénne en vue du 137eme  anniversaire de l’appel de Seydina LimamouLahi Al Mahdi. Accompagné d’une forte délégation  Le directeur général SENELEC,Makhtar Cissé  a précisé que cette visite s’explique par une volonté de prendre les devant afin  qu’il n’y ait  pas de problème d’électricité au cours de l’appel et après l’appel. Il en profite pour réitérer son engagement à travers la communauté Layénne mais aussi auprès de la population Musulman. Il a également offert des  nappes et  des centaines  de bouteille d’eau.
Wagane  Faye Media7.Info 
SEN EAU

Arrivée du chef de l’Etat à la résidence du Khalife général des Layennes

IMG_2001 IMG_2002IMG_2004

Enquête: l’inquiétante « drogue sexuelle » qui séduit des Sénégalaises (Réalisée par le site « Les observateurs » de France 24)

 

’est un habitant de la région de Sédhiou, dans le sud-ouest du Sénégal, qui a contacté la rédaction des Observateurs de France 24 au sujet de cette poudre, utilisée par certaines femmes dans la zone « afin de satisfaire leurs désirs sur le plan sexuel et de soulager leurs douleurs« , lorsqu’elles sont seules. Selon lui, cette poudre serait très appréciée, au point de constituer une « drogue » pour certaines d’entre elles.

Afin d’en savoir davantage sur ses effets, le site internet des « Observateurs » de France 24  a mené sa petite enquête en allant au contact de deux femmes de la région qui l’utilisent régulièrement.

« La première fois que j’ai mis cette poudre dans mon vagin, ça m’a donné le vertige et fait vomir »

Rosa M. (pseudonyme) est âgée de 42 ans :

J’ai entendu parler de cette poudre pour la première fois il y a six ans: une femme nous avait raconté qu’elle l’avait mise dans son vagin pour soulager ses maux de tête et que ça avait fonctionné.

Quelques mois plus tard, je l’ai essayée à mon tour, par curiosité. On m’a conseillé de l’appliquer sur une blessure que j’avais au pied, et elle a disparu cinq jours plus tard.

Une autre fois, on m’a dit de mettre la poudre directement dans mon vagin, car j’étais très fatiguée. C’est ce que j’ai fait, mais ça m’a donné le vertige et fait vomir. Au bout de 30 minutes de souffrances, je me suis finalement rincée le vagin avec de l’eau et j’ai retrouvé la forme. Mais le lendemain, j’ai quand même eu des boutons à cet endroit.

Désormais, je continue de l’utiliser pour atténuer la douleur, quand je suis souffrante, mais je ne le mets plus du tout dans le vagin, même si c’est comme ça qu’on l’utilise habituellement.

Actuellement, beaucoup de femmes utilisent cette poudre, alors qu’avant, c’était plutôt celles dont les maris voyageaient… Certaines l’utilisent par habitude, car elles en ont besoin pour se sentir bien: c’est comme la cigarette.

 

 

La plupart des utilisatrices appliquent une pincée de poudre sur la paroi de leur vagin pour en ressentir les effets. Photo prise par Rosa M..

« Quand j’utilise cette poudre, j’ai l’impression d’être ivre »

Cynthia R. (pseudonyme) est âgée de 40 ans. Elle se sert également de ce « tabac » pour soigner des blessures ou soulager des douleurs, et ajoute :

Quand je l’utilise, c’est agréable car j’ai l’impression d’être ivre. Puis je m’endors au bout d’une trentaine de minutes. Et au réveil, je me sens bien.

Par contre, la première fois que je l’ai mise dans mon vagin, j’ai eu la diarrhée et des vomissements toute la journée. Je pense que ça arrive lorsque l’on n’est pas habituée…

Sentiment d’ivresse, soulagement des douleurs, mais également vertiges, vomissements, diarrhées et boutons : la poudre semble avoir des effets très variables. Aucune de ces utilisatrices n’indique en tout cas ressentir de plaisir sexuel en l’introduisant dans le vagin, comme cela semble être le cas de certaines femmes. « Au bout de 15 minutes, l’appétit sexuel envahit tout le corps de la femme qui commence à jouir, comme si elle était en pleine chevauchée avec un homme« , assure ainsi un article du quotidien Le Populaire.

Une poudre vendue essentiellement à la frontière avec la Guinée-Bissau

Nos deux utilisatrices ont indiqué acheter des petits sachets de poudre coûtant 100 francs CFA (soit 0,15 centimes d’euro). Un achat réalisé dans la clandestinité – au domicile de certaines femmes par exemple – dans la mesure où le produit n’est pas formellement autorisé par les autorités, sans être interdit pour autant.

La poudre est vendue dans des petits sachets. Les trois premières photos ont été prises par Rosa M. et la quatrième par Seydou Tamba Cisse.

Selon elles, certaines personnes vont chercher la poudre à Kandiénou – un village proche de Tanaff et de la frontière avec la Guinée-Bissau – avant de la revendre plus cher, ailleurs. De fait, c’est notamment à Kandiénou que la poudre est fabriquée, selon plusieurs habitants.

Bakary Konté, journaliste à Sédhiou, le chef-lieu de la région, précise :

Elle est produite dans différents villages, des deux côtés de la frontière. Puis des femmes l’achètent pour la revendre dans des villes comme Sédhiou et Ziguinchor [à une centaine de kilomètres à l’ouest de Sédhiou, NDLR], voire même à Dakar.

Bien que cette poudre semble consommée essentiellement dans le sud-ouest du pays, son utilisation se développerait en effet dans la capitale, comme l’indique l’article  du quotidien Le Populaire. Elle y serait toutefois vendue bien plus cher.

 

L’utilisation de cette poudre se développerait au Sénégal. Photo prise par Rosa M..

Une composition opaque

Plusieurs habitants de la région de Sédhiou ont indiqué à France 24 qu’ils ignoraient totalement la composition de cette poudre, à l’image de Cynthia R.. On peut supposer qu’elle varie selon les endroits, dans la mesure où sa fabrication n’est contrôlée par aucun organisme et que ses effets varient selon les utilisatrices. Seule certitude: des feuilles de tabac sont utilisées, de même que d’autres produits naturels (racines, feuilles…).

Selon le journaliste Bakary Konté, les racines d’un arbre appelé « tangora » seraient ainsi séchées, avant d’être réduites en poudre et grillées dans une marmite, de même que le tabac, ce qui permettrait d’obtenir le produit. Un autre habitant de Sédhiou, Ousmane Demba – qui assure avoir déjà vu une femme fabriquer la poudre – évoque quant à lui l’utilisation des coques du fruit du baobab, d’un produit semblable à l’huile de karité et d’un produit chimique. Un autre encore évoque des produits chimiques, servant généralement à fabriquer les savons traditionnels, telle que la soude.

« Cette poudre est toxique, les femmes risquent de contracter un cancer du col de l’utérus »
Quelle que soit la composition de cette poudre, elle inquiète les personnes impliquées dans le secteur de la santé. Eva B. (pseudonyme), une gynécologue sénégalaise, indique :

J’ai découvert cette poudre en examinant une femme originaire de Guinée-Bissau, en octobre 2015. Depuis cette date, d’autres patientes m’ont confié l’avoir utilisée: toutes ont des infections urinaires ou génitales. Certaines ont des sortes de plaies sur la vulve, puisque c’est un produit toxique qui brûle et provoque des démangeaisons. En revanche, les vomissements, les vertiges et les diarrhées ne concernent pas toutes les utilisatrices. Quoi qu’il en soit, toutes ces femmes mettent leur vie en danger. Par exemple, elles risquent de contracter un cancer du col de l’utérus.

Ce qui m’inquiète, c’est que même si je leur dis ça, elles continuent généralement de l’utiliser. [Plusieurs personnes contactées par France 24 ont évoqué les risques de dépendance associés à ce produit, estimant notamment qu’il était « possible que les femmes ne puissent plus avoir de plaisir sur le plan sexuel sans l’utiliser« , NDLR.]

Je ne vois même pas quels peuvent être les effets positifs d’un tel produit. Aucune patiente ne m’a jamais dit qu’il l’aidait à soulager ses douleurs. Et je me demande comment il pourrait leur permettre de prendre du plaisir…

Afin d’en savoir plus sur la composition de cette poudre, nous avons récemment envoyé des échantillons à l’Institut Pasteur de Dakar. Nous attendons les résultats des examens…

Filmée par le journaliste Bakary Konté, cette femme de Sédhiou, qui a utilisé la poudre dans le passé, évoque ses effets néfastes : risque de cancer du col de l’utérus, addiction, disparition de l’envie d’avoir des rapports sexuels avec un homme… Elle revient également sur lacroyance selon laquelle ce produit permettait de résoudre les problèmes d’infertilité, en conseillant aux femmes d’aller plutôt voir un médecin pour y remédier.

Des « noms de code » pour désigner cette poudre

Les deux utilisatrices contactées par France 24 n’ont jamais évoqué cette poudre avec leur mari. « Je m’en sers toujours en cachette », confie Cynthia R., même si elle assure qu’elle en parle librement avec d’autres femmes. Pour que leurs maris ne comprennent pas de quoi elles parlent, elles utilisent donc des « noms de codes » pour désigner cette poudre : « kandiénou » (du nom de l’un des villages où elle est fabriquée), « comprimé », « boisson », « lait », « secret »…

« L’utilisation de cette poudre en cachette révèle le peu de confiance qui peut exister dans certains couples. Certaines femmes ne sont pas satisfaites au niveau sexuel donc elles utilisent ça, plutôt que d’en parler à leurs maris« , regrette Aminatou Sar, une Dakaroise travaillant au sein de la Reproduction Health Supplies Coalition  et se définissant comme « féministe« . « Cela dit, si cette poudre leur permet de prendre du plaisir toutes seules, tant mieux, puisque les produits aphrodisiaques cherchent généralement à satisfaire l’homme avant tout« , ajoute-t-elle.

Cette enquête a été réalisée avec l’aide de Seydou Tamba Cisse, El Hadji Kande, Bakary Konte et Ousmane Demba.

http://observers.france24.com/fr/20170421-senegal-enquete-tabac-poudre-femmes-kandienou-drogue-vagin-plaisir-sexuel

Khary DIENE

 

Législatives 2017, Macky Sall retire définitivement Aliou Sall des listes

Le Président Macky Sall a convaincu son frère, Aliou Sall de ne pas briguer les suffrages des Sénégalais, lors des Législatives de 2017. Mais que cache donc une telle décision?

 

Aliou Sall, frère du Président Macky Sall, ne va figurer sur aucune liste pour la députation, ni sur la nationale, ni sur la départementale de Guédiawaye. C’est le voeu du Président Macky Sall. Après s’être concerté avec son frère, Aliou Sall a rangé ses ambitions parlementaires, malgré un intense lobbying de ses souteneurs, qui misaient sur lui pour remporter, haut la main, les suffrages dans la ville de Guédiawaye.

Les leçons du passé sont faites pour être retenues. Sous ce rapport, le Président Sall n’est pas amnésique. La crainte du syndrome Karim Wade a certainement prévalu dans la décision du chef de l’Etat, sûr que l’opposition aurait avec la participation d’Aliou Sall aux Législatives, un solide argument de campagne. En effet, elle allait surfer sur les vagues d’une gestion familiale avec, à la clé, une insistance sur la dynastie Faye-Sall. Ce qui inéluctablement, allait générer un sentiment de rejet à l’endroit du Président Macky Sall et de son frère, l’actuel maire de Guédiawaye. Ceux qui avaient théorisé la « dévolution monarchique du pouvoir » sont présents dans l’opposition, et en fin stratège, le patron de « Benno Bokk Yaakaar » a déjoué le piège.

Le Président Macky Sall a demandé à Aliou Sall de tempérer les ardeurs de ses partisans en lui suggérant ce discours-ci, « je ne peux aller à l’encontre de la décision de mon frère, je renonce définitivement à figurer sur les listes. Mais je me battrai pour la victoire de Benno à Guédiawaye« .

« Je préfère le Sénégal à Guédiawaye« , aurait dit le Président Macky Sall à son jeune frère. Une manière singulière, pour le grand-frère de signifier à son frangin que, même s’il gagnait Guédiawaye, sa présence sur les listes, allait causer une kyrielle de dégâts collatéraux qui risquent de lui faire perdre le vote des autres localités. Sa conviction est que « gagner Guédiawaye et perdre le Sénégal n’a aucun sens« . Le Président Macky Sall mesure à sa juste portée, ce que pourrait lui coûter l’implication d’Aliou Sall comme candidat sur une liste quelconque aux Législatives. Ne voulant laisser aucune faille à l’opposition, le président de l’APR (Alliance pour la République) s’emploie à avancer lentement mais sûrement en direction des Législatives de 2017.

source: direct info

Le parquet général renonce à son pourvoi en cassation, Bamba Fall et Cie libres

Bamba Fall est libre. C’est le fait du parquet qui a renoncé à son pourvoi en cassation. Il s’était opposé à la décision de la Chambre d’accusation de libérer le maire de la Médina et ses co-inculpés, mis sous contrôle judiciaire. Aussitôt après l’annonce, les soutiens du socialiste se sont rendus à la Maison d’arrêt et de correction de Rebeuss. Jusque tard dans la soirée, les avocats de la défense s’affairaient autour des derniers réglages avec les services pénitentiaires. Parents et amis ont poireauté aux alentours de la prison pour voir Bamba Fall et les autres détenus qui l’avaient « accompagné ». Mais vraisemblablement, les autorités craindraient des débordements.

Il faut dire que le malaise de Bamba Fall qui lui avait valu une évacuation aux urgences de l’hôpital Principa,l augurait pourtant sa libération provisoire. La défense et sa famille avaient parlé de « coma diabétique », avertissant les autorités politiques et judiciaires. « Bamba Fall est un otage puisque même son avocat ne peut plus le voir », avait déclaré Me El Hadji Diouf qui était allé lui rendre visite.

Bamba Fall et Cie sont poursuivis pour destruction de biens appartenant à autrui, tentative d’assassinat, association de malfaiteurs suite au saccage de la maison du Parti socialiste le 5 mars 2016. La direction du Ps avait porté plainte contre X et la Division des investigations criminelles (Dic) avait entendu plusieurs socialistes proches du maire de Dakar, Khalifa Sall.

Le Quotidien

Foundiougne : 18 morts et près de 30 blessés dans un naufrage à Bétenty

Catastrophe maritime! C’est ainsi que l’on pourrait nommer ce naufrage d’un ferry à Bétenty dans le département de Foundiougne. 18 corps sans vie ont été repêchés et près de 30 blessés dénombrés. Les recherches continuent pour repêcher les autres passagers de l’embarcation…

Mega meeting: Ndeye Marieme Badiane réussit le pari de la mobilisation

C’est avec une forte mobilisation que   la  présidente  de  la  coalition  Bby, Ndeye Marieme Badiane s’est manifestée ce week-end dans sa commune à Mermoz Sacré cœur. La  présidente  des  femmes  de  l ‘Apr reste  dans  la  dynamique  pour  une  victoire  eclatante   aux  législatives  de 2017.

Selon Ndeye Marieme Badiane, << l’objectif de ce rassemblement est de remobiliser les troupes enfin de reconduire une majorité au président Macky Sall aux élections législatives prévu le 30 juillet 2017. ‘’ Mon souhait le plus chère est que le président de la république puisse   avoir une majorité absolue lors de l’élection législative’’ lance-t-elle dans la foule, tout en précisant que ‘’ pour que ça soit  possible il faut qu’on travaille main dans la main’’.

Vue ces derniers jours avec les problèmes de tête de liste de la coalition Benno Bok Yakar (BBY),  Madame le ministre d’Etat se dit très confiant au choix du président de la république pour trancher. Il est venu également sur la question d’Aliou Sall frère du président de la république et Maire de Guédiawaye.  ‘’ La décision de ne pas mettre Aliou Sall est une décision du président et on doit la respecte, mais aussi nous tous nous savons que Aliou Sall a travaillé pour gagner la mairie de Guediawaye et nous somme derrière lui var lui seul peut gagner dans sa commune’’.

Selon Moustapha Cisse Lo venu soutenir sa camarade de parti ‘’ pour gagner le Sénégal il faut gagner  55% de Dakar. Donc il faut que nous militant du parti qu’on remobilise les troupes’’. Il en a profité pour lancer un pique à l’opposition en les ‘’traitant d’incapable’’. On peut noter également la présence du député Abdou Mbow et du Ministre Mbaye Ndiaye.

Wagane Faye Media7.info

Facebook login by WP-FB-AutoConnect