CAN 2019 : MBAYE NIANG REJOUE LA FINALE

4

Media7 :Mbaye Niang garde encore des souvenirs de la finale perdue par le Sénégal devant l’Algérie lors Can 2019. Dans un live Instagram avec Smaïl Bouabdellah de beIN Sport, l’attaquant sénégalais a expliqué ce qui avait manqué aux « Lions » lors de cette campagne égyptienne. L’attaquant rennais (D1 France) a également abordé le cas de son prometteur coéquipier Edouardo Camavinga, fortement courtisé par le Real Madrid.

Retour sur les pelouses

« La Ligue 1 va revenir et c’est certain. C’est une période que nous n’avions pas du tout prévu. Mais nous devons faire avec. Il faudra prendre son mal en patience et je pense que cela va bientôt passer ».

Finale de Can perdue contre l’Algérie

« Je suis quelqu’un de très croyant et je crois que cette année était celle de l’Algérie. Ils ont dominé tous leurs matchs. Ils méritaient de gagner car ils ont fait un meilleur tournoi. Il ne faut pas aussi se cacher, ils le méritent. Moi je me dis toujours que la finale, on la gagne dès le premier match de poule. Comme j’ai eu à le dire à Ramy, ’’on a été des adversaires pendant le match, mais tu restes mon ami, car tu as mérité de gagner’’ ».

Relation avec Ramy Bensebaini

« C’est un frère et ce n’est pas une finale de Coupe d’Afrique qui va m’éloigner de Rami. Pour moi, le football c’est secondaire. Après, on s’est donné des coups durant le match, il a chargé Ismaila Sarr. Et à un moment donné, j’avais même eu à l’insulter. Mais cela reste le football, c’est un jeu. Il y aura toujours un gagnant et un perdant. Et c’est ce que beaucoup ignorent ».

Ce qui avait manqué au Sénégal

« Je fais partie des perdant et je sais que ce n’est pas facile. Tu penses parfois au match, à certains détails, tu pleures. Il t’arrive de te poser des questions, de te demander ce qui n’a pas marché. Mais après, tu te poses la question de contre qui tu as perdu. Mais c’est une équipe qui a été régulière tout au long du tournoi. Il faut le dire, le Sénégal a été alternatif. Nous avons eu des hauts et bas durant cette campagne. Nous avons gagné grâce à des individualités. Cela a été possible car nous avons Mané et tant d’autres joueurs qui peuvent faire la différence à tout moment ».

S’en servir pour rebondir

« Ce n’est pas facile et personne ne veut perdre. Mais sur une finale, si tu ne l’as pas préparée depuis le premier match de poule, ce sera compliqué. Mais après tout, il faut se servir de ces matchs, de cette finale perdue pour mieux préparer les prochaines échéances. Il faudra le faire pour aller la gagner, car la prochaine, il faut absolument la gagner ».

Camavinga et le Real Madrid

« Il est très fort. Ça me rappelle quelqu’un qui est devant toi (Ndl : Il fait référence à  lui-même, considéré à l’époque comme un espoir du football). Mais c’est un mec qui a la tête sur les épaules. Je connais ses parents et ce sont des gens qui savent où ils veulent aller. Après, si j’ai un conseil à donner à Edouardo, ce serait de lui dire surtout de faire un bon choix. Personnellement, j’ai déjà parlé avec lui. Dans la vie, il est important de faire les bons choix que d’aller trop vite. A un moment, tu as des sollicitations et tu te dis comment je vais faire pour les refuser. Les gens peuvent t’appeler à tout moment. Mais il faut se demander ce que ces gens peuvent t’apporter. Certains te diront que tel ou tel club va t’apporter plus ou va te faire grandir ».

Regrets liés aux erreurs de jeunesse

« Je lui ai parlé de l’exemple de Paul Pogba. Quand il a quitté Manchester United, il avait rejoint la Juventus. En ce moment, j’étais en Italie. Il n’avait encore rien fait, mais il avait le potentiel. Mais tout le monde a vu la suite. Mais ce sont des choses que les gens ne peuvent pas savoir à l’avance. Je lui ai demandé de faire les bons choix, de parler à ses parents, son agent. Je lui ai demandé de regarder ce que les mecs de son mage ont pu faire dans ces clubs-là. Mais de regarder surtout le joueur à son poste. Celui qui joue à son poste au niveau du club cité est un Ballon d’Or. Et si tu ne parviens pas à jouer plus fort que lui,  ça sera compliqué.  Je n’ai pas eu la chance d’avoir ces conseils-là. En ce qui me concerne, tout est allé trop vite. Mais lui a le temps de réfléchir et il doit le faire.

Ben Arfa, le joueur qui le fascine

« Pour moi c’est Ben Arfa. Il fait des trucs, pour moi ce n’est pas normal. J’ai vu énormément de joueurs, des Robinho super forts. Mais ce que Hatem peut faire avec un ballon, ce n’est pas normal. Je me rappelle un match contre Nantes en coupe de la Ligue, je crois. Je faisais des une-deux avec lui et je me disais : ‘’ mais attends, on fait des une-deux, je ne sais pas comment je fais pour comprendre’’. Ce match, il a retourné Girotto, Pallois. J’étais sur le terrain, j’étais supporter. Ce n’était pas un truc normal. Il est super gentil. Quand tu ne le connais pas, tu vas le critiquer. Je lui ai dit : « t’es pas normal ». C’est le mec, quand t’as besoin de lui, genre contre Dijon, il y a 0-0, il prend la balle, il va dribbler, il va frapper et marquer. A Saint-Etienne, il dribble tout le monde, même le gardien. A la fin, il ne marque pas, mais c’est comme si il avait marqué. Hatem, Messi, Robinho, ce sont les mecs comme ça qui font ce genre de chose. (…) Quand tu joues avec ce genre de mec, il faut profiter. Il ne faut pas leur cracher dessus ».

Laisser une réponse

Entrer votre commentaire
Merci d'entrer votre nom