Home » Author Archives: media7 (page 60)

Author Archives: media7

EN IMAGES. Découvrez les visages des nouveaux députés FRANCAIS

Qui sont-ils ? 223 femmes et 354 hommes viennent d’être élus députés, dimanche 18 juin. Selon le décompte, seuls 142 députés sortants ont été réélus lors de ce scrutin, soit moins de 25%.

Mardi, lors de l’ouverture de la XVe législature, on verra donc 435 nouveaux visages à l’Assemblée nationale, pour une bonne part issus de la société civile.

Le plus jeune des élus a 23 ans, le plus âgé 79 ans. Avec un âge moyen de 49 ans, contre 54 ans pour les députés sortants, le renouvellement de l’Assemblée nationale se traduit par un fort rajeunissement. Le nombre de femmes qui siégeront progresse également, avec 68 femmes de plus que dans la précédente assemblée. Désormais 38,65% des députés sont des femmes.

MEDIA7 vous propose de découvrir le trombinoscope des 577 nouveaux députés français.

 

Marche contre la réforme constitutionnelle : Démonstration des Partisans du Non

Une grande mobilisation d’opposants au projet de la révision constitutionnelle s’est déroulée, dans le calme, samedi 17 juin dernier à Bamako. Les deux précédentes manifestations avaient été dispersées dans la violence.Au cours de la marche, les manifestants ont aussi profité de l’occasion pour dénoncer la mauvaise gouvernance du régime d’IBK. C’était à l’appel de la plateforme ”AN TE A BANA”

Déception réelle, quantifiable sur tous les plans, cafouillage savamment entretenu tant dans le fonctionnement des institutions que celui de l’administration d’Etat. L’Assemblée nationale réduite au rôle de véritable caisse de résonnance du pouvoir, corruption et affairisme s’incrustent  dans le corps social, l’Etat démocratique se meurt au profit de l’Etat monarchique. Si le peuple devrait partager ce sévère jugement du front anti-révision de la constitution regroupant des partis politiques et des associations de la société civile, le projet de réforme qui devrait être soumis à référendum  aux Maliens n’aurait guère une chance de réussir.

A l’appel de l’opposition et des organisations de la société civile, des milliers de Bamakois, ont battu le pavé ce samedi 17 juin 2017, pour dire NON à la révision constitutionnelle dont le processus est en cours.

C’est le front appelé ”An tè, An bana”Des leaders de l’opposition comme Tiébilé Dramé, l’ex-Premier ministre Modibo Sidibé, ou encore Dr Soumana Sacko, Soumaila Cissé ; des leaders d’associations comme Mme Sy Kadiatou Sow de l’Adéma association, Ras Bath, des artistes comme Master Soumi ou encore des religieux comme Chouala Bayaya Haidara étaient quelques sommités de cette marche. De la place de la liberté jusqu’à la Bourse du travail, en passant par Bamako-coura, le monument de l’indépendance, les marcheurs ont scandé des slogans anti-révisionnistes.  Au cours de cette marche,  c’est la couleur rouge qui dominait.

T-shirts rouges, calicots peints en rouge, cartons rouges. ” Ne touche pas à ma Constitution. Non au référendum “, ont scandé les manifestants. ” Au lieu de chercher à réviser la Constitution, qu’on assure d’abord la sécurité des Maliens. Chaque jour que Dieu ait fait, nos militaires tombent comme des mouches au front faute de matériels adéquats pour se battre “, a souligné un marcheur.

Prenant la parole sous les applaudissements nourris, Ras Bath a d’abord tenu à remercier ironiquement le ministre Kassoum Tapo, et le président IBK. ” Sans eux, ce rassemblement n’aurait pas pu se faire, il y a plus de vingt ans nous sommes sortis pour nous opposer à Moussa Traoré car nous estimions qu’il avait trop de pouvoir, nous ne voulons plus retomber dans cette époque, ceci n’est qu’une petite dose de “choquer pour éduquer”, s’ils l’entendent et qu’ils font marche arrière tant mieux, dans le cas contraire, prenez tous vos cartes NINA et allez voter, non ” a exhorté l’animateur.

Concernant les principaux points contestés par les détracteurs du projet de réforme constitutionnelle, ils disent tout simplement que dans un pays divisé ou encore partiellement occupé, notamment par les jihadistes, on ne peut pas organiser un référendum, ou encore que le nouveau texte accordait trop de pouvoir au président, notamment la nomination du tiers des sénateurs par le chef de l’Etat.

” Après cette marche, IBK doit se souvenir que le peuple seul détient le monopole du pouvoir en démocratie, celui à qui il est confié ne peut l’exercer  en son nom et doit rendre compte de ces actes, ” souligne un jeune très remonté. Et  cet autre  de poursuivre “à travers cette marche, nous venons de montrer un carton jaune à IBK, s’il ne retire pas ce projet, la prochaine sera le rouge “. Pour beaucoup de manifestants, le président IBK en fin de mandat, multiplie les initiatives pour assurer sa réélection en 2018 et garder le monopole du pouvoir comme un monarque.

“Perpétuellement en campagne, se tenant débout à toutes les fenêtres où un Malien peut être aperçu, d’entourloupe en vaudeville, il se joue des Institutions et des Maliens avec un cynisme si bien calculé qui finira par détruire la démocratie dans le désordre “, commente-t-on au milieu de la foule.  Appelant tous le président de la République, IBK, au retrait pur et simple du projet simple du projet de nouvelle constitution, un des leaders de l’opposition, M. Tiébilé Dramé dira : “Si le Président IBK était déterminé, ce qui vient de se passer aujourd’hui devrait lui servir de conseil pour se décider à retirer ce texte”.

En attendant, la prochaine marche est prévue pour le premier juillet 2017.

SOURCE: MALITRIBUNE

 

Macky Sall : « Je n’utiliserai jamais le pouvoir que Dieu m’a donné pour écraser un adversaire politique »

« Libératio »n révèle que le Président Macky Sall a abordé l’organisation des élections législatives lors d’une rencontre avec des caciques de son régime, tenue en milieu de semaine dernière. Et il en a profité pour dire ses quatre vérités à l’opposition, mais surtout à certains membres ou alliés de son parti qui ont fait des listes parallèles.

C’est un message très clair que Macky Sall a lancé en direction de l’opposition et des membres ou alliés de son parti. En abordant l’organisation des élections législatives, le Président en a profité pour remettre les pendules à l’heure dans un ton posé mais ferme.

D’abord, il précise à l’endroit de ses détracteurs de l’opposition : « Je n’ai jamais eu peur de faire face. Et à chaque fois qu’il a fallu faire face, je l’ai fait. Mais il faut que l’on soit clair : je n’utiliserai jamais le Pouvoir que Dieu m’a donné pour écraser un adversaire politique. Je ferai toujours face mais dans le respect des règles », a indiqué Macky Sall.

Avant d’ajouter : « Le plus important pour moi, c’est de gérer les préoccupations des Sénégalais où qu’ils se trouvent. C’est la seule bataille qui vaille. Les Sénégalais m’ont élu et je dois leur soumettre un bilan. Je me bats nuit et jour pour satisfaire leurs doléances. S’ils m’accordent encore cette confiance qu’ils m’ont donné lors des prochaines échéances, tant mieux. Le jour où je n’aurai plus cette confiance, je respecterai leur décision. »

L’occasion était ainsi trouvée par le chef de l’Etat pour aborder le limogeage de Abdou Nguette puis de deux de ses collaborateurs à la Présidence et du secrétaire exécutif à la Sécurité alimentaire qui ont confectionné des listes parallèles alors qu’ils sont membres de la coalition Benno Bokk Yakaar.

« Je ne peux pas gérer tous les jours les préoccupations des Sénégalais et accepter de perdre du temps sur des détails. Je me considère comme un père de famille dans le parti, c’est-à-dire que je privilégie avant tout la conciliation.

Mais j’ai l’impression que certains confondent esprit de conciliation et faiblesse. Je ne tolérerai plus certains comportements. On ne peut pas dire qu’on est dans la coalition de la majorité et avoir un comportement fractionniste. Ceux qui ne sont pas contents et qui font des listes parallèles, n’ont qu’à être logique avec eux-mêmes et rejoindre l’opposition. En ce moment, nous ferons face encore. »

SOURCE: MEDIA

Attaque de Bamako: Il y avait 6 assaillants, 5 tués et 1 assaillant arrêté, les forces de l’ordre ont perdu 3 personnes

Les infos recueillies sur place:
1- Sachez que ça ne tirait pas avec du petit calibre.
2- il y avait 6 assaillants. 5 tués et 1 assaillant arrêté 30km du campement Kangaba.
3- les forces de l’ordre ont perdu 3 personnes.
4- les victimes civiles étaient au nombre de 3. 14- blessés en ma connaissances.

SOURCE: malitribune

Le Franco-sénégalais Jean-François Mbaye élu député dans la 2e circonscription du Val-de-Marne

Le candidat de la République en marche, Jean-François Mbaye l’a emporté face à l’Insoumis François Cocq, avec 52,6 % des voix, au second tour des élections législatives 2017 dans la 2e circonscription du Val-de-Marne.

La « cathalie » tombe dans l’escarcelle… de la République en marche. Jean-François Mbaye, candidat macroniste, a été élu ce dimanche soir avec 52,6 % des voix, au second tour des élections législatives dans la 2e circonscription du Val-de-Marne (Créteil, Orly, Choisy-le-Roi), détenue depuis 1981 par Laurent Cathala, le député-maire PS de Créteil, qui ne se représentait pas. L’Insoumis François Cocq, élu à Champigny, parti très tôt en campagne, termine avec 47,4 % des suffrages.

Au premier tour, Jean-François Mbaye, agent de la fonction publique de 38 ans, implanté à Créteil, comme conseiller de quartier au Palais, disposait d’une belle avance. Mais l’entre-deux-tours a été rude, dans cette terre de gauche. La campagne de François Cocq avait notamment été dopée par la venue de Jean-Luc Mélenchon à Créteil, réunissant plus de 500 personnes sur la place de l’Abbaye à Créteil.


« C’est une victoire qui n’était pas simple, on le savait, confie ce dimanche soir le nouveau député. Je reste modeste dans l’euphorie. Ce taux d’abstention me hante. J’ai un sentiment d’inachevé. »

La clé du succès, alors ? « Nous avons mené un gros travail de terrain pour expliquer. L’électorat du premier tour ne s’est pas démobilisé », analyse Jean-François Mbaye.

Dans les rangs des Insoumis, de la déception, forcément mais aussi quelques signes de satisfaction. « Nous avons doublé notre nombre de voix, ce qui n’est pas rien, dans ce contexte d’abstention record, un désastre démocratique, rappelle François Cocq. C’est là que ça se joue. Les quartiers populaires se sont peu remobilisés. »

Un manque aussi de soutien du reste de la gauche, évincée au premier tour, selon le candidat défait. « Le vieux monde a été balayé au premier tour. Mais de vieux relents s’accrochent et ont concouru à faire basculer cette circonscription dans le camp d’en face. Tous ceux-là porteront la responsabilité d’avoir un candidat Macron, un petit caillou dans leur chaussure. »

Découvrez les résultats officiels dans la 2e circonscription du Val-de-Marne en cliquant ici.

Les résultats du premier tour des législatives 2017. Christian Tollari (UDP) : 1,1 % ; François Cocq (LFI) : 18,6 % ; Estelle Sturtzer (UDRL) : 0,3 % ; Lionel Mazurié (DLF) : 2,3 % ; Thierry Hebbrecht (LR) : 10 % ; Patrice Diguet (PCF) : 6,7 % ; Jean-François Mbaye (LREM) : 33,7 % ; Josefa Torres (LO) : 1,1 % ; Khadija Khair (UPR) : 0,9 % ; David Cousy (Caisse claire) : 1,3 % ; Ali Id Elouali (EELV) : 4,5 % ; Gaëtan Marzo (FN) : 8,9 % ; Axel Urgin (PS) : 10,6 %.

Les résultats des législatives 2012. Au premier tour : Laurent Cathala (PS) : 47,9 %. Thierry Hebbrecht (LR) : 18,3 %. Didier Guillaume (FG) : 13 %. Annick Le Ruyet (FN) : 11,2 %. Au second tour : Laurent Cathala (PS) : 69,5 %. Thierry Hebbrecht (LR) : 30,5 %.

Les résultats à la présidentielle dans la circonscription. Au premier tour : Emmanuel Macron (En Marche) : 25,2 % ; Jean-Luc Mélenchon (LFI) : 32,2 % ; François Fillon (LR-UDI) : 13,9 %, Marine Le Pen (FN) : 12,1 %. Benoît Hamon (PS) : 8,3 %.

  leparisien.fr

Législatives : Macky lance la bataille contre Idrissa Seck à Thiès

La bataille de Thiès s’annonce âpre. «Thiès est un enjeu de taille pour moi. Faites tout pour au moins gagner la commune de Thiès-Ouest», a dit le Chef de l’Etat. 

Du palais de la République, Macky Sall mène déjà la bataille électorale contre Idrissa Seck. Dans ce sens, il a passé des appels téléphoniques à certains responsables de son parti. Au-delà de dissiper la tension née des investitures aux Législatives du 30 juillet 2017, le président de la Coalition Benno Bokk Yakaar (BBY) engage le combat électoral à Thiès-Ouest, fief du président du parti Rewmi, Idrissa Seck, renseigne «l’Observateur».

Après avoir fait part au Président du Conseil d’Administration (PCA) du Fonds de Garantie des Investissements Prioritaires (FONGIP) des difficiles choix qu’il a opérés lors des investitures avec les nombreuses candidatures à la députation, Macky a exhorté Dr Pape Amadou Ndiaye à s’investir pour la victoire de BBY.

««Thiès est un enjeu de taille pour moi. Faites tout pour au moins gagner la commune de Thiès-Ouest», lui a-t-il dit.

Sur les grognes à l’APR (Alliance Pour la République, parti présidentiel), le Chef de l’Etat fera remarquer que plus que les investis, il importe que tout le monde se considère candidat et tête de liste pour lui apporter une majorité à l’Assemblée nationale.

Source Pressafrik

Démission – Habib Sy quitte le Pds

Conséquences des investitures de Wattù senegaal à Linguère, Habib Sy démissionne du Pds. Il l’avait suggéré après la publication de la liste du Pds et ses alliés. Habib Sy a finalement démissionné du parti de Abdoulaye Wade et annonce sa participation à la Présidentielle prochaine.

«Je ne peux pas dire, pour l’instant, la décision que je vais prendre. Vous serez informés de la suite que nous donnerons à cette affaire.» C’était l’une des réactions de Habib Sy après la publication de la liste de Wattù senegaal. Et finalement, il a annoncé, hier, lors d’une conférence de presse tenue à son domicile de Linguère, sa démission du Parti démocratique sénégalais.

Il promet d’ailleurs de battre campagne contre la liste conduite par Abdou Thiam. Mais en même temps, l’ex-ministre d’Etat sous l’ère de Abdoulaye Wade entend créer son propre parti pour aller briguer les suffrages des Sénégalais à la Présidentielle de 2019. Il faut souligner qu’il avait jusqu’ici un mouvement dénommé Vision pour un Sénégal nouveau.

L’ex-maire libéral de Linguère dit avoir bénéficié du soutien de militants des 19 communes du département. Pour rappel, l’ancien directeur de campagne de Wade n’a pas digéré le choix de Abdou Thiam pour diriger la liste départementale de la coalition gagnante/Wattù senegaal «à son insu».

Et aussitôt après la liste officielle, il avait fait une sortie musclée pour dénoncer ce qu’il considère comme une «trahison» de la part du Secrétariat national du Pds qui, à son avis, a procédé à la substitution de personnes, investies par la fédération départementale sans l’en avoir informé. «Nous avions eu à faire nos choix pour nos 2 candidats que nous avions même présentés à la direction du parti.

A notre grande surprise, après la publication des listes, nous nous sommes rendu compte qu’ils ont changé la tête de liste qui était Me Adama Fall pour mettre en lieu et place leur homme. Nous considérons que cet acte est une trahison de la part de la direction du parti et nous ne l’accepterons pas.

Ils nous ont poignardé dans le dos», avait-t-il lâché sur Rfm. Mais Habib Sy ne sera pas le seul puisque Diama Seck, déjà investie en deuxième position sur la Départementale de Linguère, a décidé tout bonnement, lors d’une conférence de presse, de renoncer à son investiture sur la liste de Wattù senegaal.

SOURCE: LeQuotidien

 

OMAR SARR À TOUBA :  » Des élections transparentes pour des résultats non contestés « 

Plusieurs personnalités politiques du pays ont fait le déplacement, hier, à Touba. Certains pour les  besoins de l’inhumation de Serigne Aliou Mbacké, d’autres pour rendre visite au Khalife Général des Mourides et d’autres encore pour prendre part au Laylatul Qadr. Pour les leaders de la coalition Gagnante de Manko Wattu Sénégal, les trois événements étaient inscrits dans leur agenda. C’est ce que confie Oumar Sarr à la tête d’une forte délégation dans laquelle on notait la présence de Mamadou Diop Decroix, Mamadou Lamine Diallo, Pape Diop, Me Madické Niang…

Interpellé par nos soins, le libéral fera état de son attachement personnel à la famille de Sokhna Maï.  »  Cela fait  longtemps que je viens à Touba prendre part au Laylatul Qadr. Nous savons le travail inlassable abattu par Sokhna Maï Mbacké Bintou Khadim Rassoul. Nous sommes de la famille et dans cette famille je compte des amis et des frères.  »  Il regrettera, dans la foulée, la disparition de Serigne Aliou Mbacké avant de lui rendre un dernier hommage.
 » C’est aussi une journée triste pour nous avec le rappel à Dieu de Serigne Aliou Mbacké. Nous avons été à l’inhumation. Il fut notre ami particulier ».

Oumar Sarr ne manquera pas, non plus, de parler des élections législatives. Pour lui, l’essentiel c’est de tout faire dans la paix et la sérénité.  » Nous prions pour des élections apaisées, pour que seul le Sénégal sorte vainqueur des joutes. Que chaque Sénégalais puisse faire son choix librement. Que les résultats qui sortiront des urnes soient issus d’élections transparentes afin qu’ils ne souffrent d’aucune contestation.  »

IMAGES/ «Macky 2012» va faire du «porte-à-porte» pour calmer la frustration de certains membres de la Mouvance présidentielle

C’est encore les prolongations de la post-publication des listes et coalitions de listes en marge des joutes législatives prochaines. Au sein de la mouvance présidentielle, on tente toujours de calmer les ardeurs.

« Le choix porté par le Président de la République sur le Premier Ministre pour diriger la liste de la coalition Benno Bokk Yaakaar est très excellent », a d’emblée souligné le Coordonnateur de Macky 2012, Moustapha Fall « Ché », lors d’une conférence de presse. Pour lui, c’est un geste très normal vu que le Pm est aujourd’hui, le mieux placé de tous les leaders pour expliquer aux citoyens le bilan du Chef de l’Etat.

Du coup, à en croire les leaders de la coalition «Macky 2012», la seule chose qui reste, c’est l’union de tous pour la victoire de Macky Sall. Selon M. Fall, « tous les neuf leaders de Benno ont bel et bien participé à la confection des listes du moment où ils ont donné leur confiance au Président pour les investitures ». Sur ce, c’est un plan d’actions que va élaborer la coalition « Macky 2012

Il s’agira dans un premier temps, pour ces partisans du Chef de l’Etat, d’une mission d’apaisement disent-ils sur toute l’étendue du territoire sénégalais. D’après « Ché », cette descente sur le terrain va se faire « de porte à porte ou encore de bouche à oreille et non de façon publique ». Voilà, comment veulent-ils aller à la rencontre des frustrés de la mouvance présidentielle.

« L’heure n’est pas à la frustration mais plutôt à réintégrer dans les rangs ceux, sur le point de nous lâcher », soutient le Coordonnateur.

L’autre point majeur dégagé par «Macky 2012», c’est de sensibiliser les populations sur les retraits de leurs cartes d’identité biométrique afin d’aller le 30 juillet, date du scrutin législatif, voter.

A en croire le Coordonnateur, toutes ces tâches doivent se faire bien avant le 09 juillet prochain. La raison. C’est ce jour que va démarrer la campagne des élections législatives.

BBN bby BBYAKAR benno bokk yaakar D DDDDD F MOUSTAPHA FALL THIÉ

Vidéo-Émouvant: Arrivée de la dépouille de Cheick Tioté à Abidjan

Facebook login by WP-FB-AutoConnect