Home » Author Archives: media7 (page 358)

Author Archives: media7

Sénégal-Budget-formation: Atelier de la Société civile sur le processus budgétaire, mercredi

Un atelier de partage et de mise à niveau des acteurs de la Société civile sur le processus budgétaire se tient mercredi, à partir de 9 heures, à l’hôtel Novotel, annonce un communiqué transmis à l’APS.

Cet atelier sera suivi d’une conférence de presse de lancement de la Coalition nationale pour le suivi budgétaire (CONASUB), une initiative qui vient renforcer les actions déjà entreprises par le Groupe d’étude de recherche et d’appui au développement (GERAD) depuis 2008, ajoute-t-il.

Des organisations de la Société civile sénégalaise (OSC) ont mis en place la CONASUB, dans le but de « renforcer la transparence budgétaire comme engagement du gouvernement sénégalais à ouvrir le budget aux citoyens ».

Elles se sont engagées, dans ce cadre, « à promouvoir la transparence budgétaire à travers la formation, l’information, la recherche et la sensibilisation », en vue de »motiver davantage les décideurs publics à se conformer progressivement à la norme internationale en termes de gouvernance économique et financière (…) ».

Sénégal-Education : Les questions de qualité au centre des préoccupations

Les questions de la qualité de l’Education demeurent au centre des préoccupations de tous les pays en Afrique Subsaharienne dans l’élaboration de l’agenda post-2015, selon le Directeur de la Planification et de la Réforme de l’Education, soulignant que les progrès dans l’accès  »n’ont pas été toujours suivis par des avancées très significatives dans le domaine de la qualité des apprentissages’’.

‘’L’agenda post 2015 devra accorder beaucoup d’importance à la qualité au sens holistique du terme pas seulement qualité des apprentissages mais la qualité des curricula, des enseignants, de l’environnement physique et pédagogique entre autres’’, a soutenu Djibril Ndiaye Diouf en marge de l’ouverture mardi de la réunion des circonscriptions africaines du Partenariat mondial pour l’Education (PME).

Le Partenariat mondial pour l’Education organise à Dakar une rencontre préparatoire de 4 jours de la réunion de son Conseil d’administration prévue en Corée à Séoul les 22 et 23 mai 2015 en marge du Forum mondial sur l’Education (19- 22 mai).

Pour l’agenda post 2015 qui sera élaboré au cours de ce forum, les ministres d’Education de l’Afrique subsaharienne ont déjà, non seulement, validé le projet d’agenda, mais aussi formulé des recommandations à prendre en compte depuis la réunion de Kigali tenue en février 2015, a expliqué Djibril Ndiaye Diouf.

 »Un autre point extrêmement important pris en compte par les ministres en charge de l’Education c’est l’équité’’, a t –il ajouté. En effet, a expliqué Djibril Ndiaye Diouf, beaucoup de progrès ont été faits en Afrique dans le domaine de l’accès mais il y a encore énormément d’enfants exclus du système d’éducation ou qui sont dans des modèles alternatifs qu’il convient de prendre en charge.

Il s’agit de l’équité  »sous tous les angles en termes de genre, de résorption des disparités et de prise en compte de la demande et d’inclusion pour les enfants souffrant d’handicaps’’, a t –il ajouté.

L’éducation qualifiante des jeunes devient aussi  »un impératif pour le devenir économique social et culturel de nos pays », a ajouté le DPRE.

Avant chaque Conseil d’administration du Partenariat mondial de l’Education, les trois circonscriptions africaines qui regroupent 37 pays se réunissent pour échanger sur tous les points décisionnels, harmoniser les positions pour que les représentants de ces pays au niveau du Conseil d’administration puissent porter des points de vue harmonisés et partagés par l’ensemble des pays.

Le PME est un mécanisme qui permet des échanges Sud-Sud en termes d’expériences et de bonnes pratiques dans le domaine de l’Education, selon le Responsable pays au niveau du secrétariat du PME, Douglas Lehman.

La réunion des circonscriptions permet aux différents pays membres de discuter des projets de décisions autour des allocations des plans sectoriels avec les conseillers techniques et des directeurs de planification qui prennent part à cette rencontre , a t –il ajouté

Les questions abordées lors de la réunion de Dakar auront trait à l’élaboration, la mise en œuvre des plans sectoriels pays, des points de vue sur la conception du nouveau plan stratégique du PME (2016-2020) et affiner des plans d’action et de communication pour chaque circonscription mais aussi entre les circonscriptions pour améliorer la fonctionnalité.

Sénégal-Santé: Le poste de santé de Yoff Tonghor inauguré

Le maire de Yoff, Abdoulaye Diouf Sarr, a inauguré, samedi , le poste de santé El Hadj Mamadou Sarr de Yoff Tonghor réfectionné à hauteur de 15 millions de francs.

‘’Avec 15 millions de francs, nous avons rénové et équipé entièrement le poste de santé de Tonghor au bonheur des populations. Ce poste de santé va permettre de prendre en charge les populations de Tonghor et les populations qui sont en activité au niveau du quai de pêche de Yoff’’, a-t-il dit.

‘’La rénovation en termes de gros œuvres nous a couté 10 millions et l’équipement 5 millions’’, a précisé M. Sarr qui a affirmé que ‘’tous les équipements nécessaires à la bonne prise en charge médicale des populations sont présents dans le poste de santé’’.

L’inauguration de ce poste de santé a aussi été l’occasion de sensibiliser les populations de Yoff sur les avantages des mutuelles de santé de la Couverture maladie universelle (CMU).

Selon Abdoulaye Diouf Sarr, par ailleurs, ministre du Tourisme, ‘’La CMU est devenu une réalité dans le pays et Yoff ne sera pas en retard par rapport à ce processus.

‘’Nous allons parallèlement lancer l’initiative de la CMU à Yoff pour dire aujourd’hui qu’en plus de la mise en ouvre de la politique de prise en charge des populations en termes de soins, il y a toute la politique de prise en charge financière des soins de santé’’, a-t-il soutenu.

De son coté, le directeur général de l’Agence de la CMU, Cheikh Seydi Aboubacar Mbengue, a indiqué que ce nouveau poste de santé va travailler en collaboration avec son agence, saluant aussi l’intérêt que les populations de Yoff portent sur la CMU.artoff142040

La BM saluSénégal-Economie: la ‘’constance et la cohérence’’ dans l’amélioration du climat des affaires

Les questions de la qualité de l’Education demeurent au centre des préoccupations de tous les pays en Afrique Subsaharienne dans l’élaboration de l’agenda post-2015, selon le Directeur de la Planification et de la Réforme de l’Education, soulignant que les progrès dans l’accès  »n’ont pas été toujours suivis par des avancées très significatives dans le domaine de la qualité des apprentissages’’.

‘’L’agenda post 2015 devra accorder beaucoup d’importance à la qualité au sens holistique du terme pas seulement qualité des apprentissages mais la qualité des curricula, des enseignants, de l’environnement physique et pédagogique entre autres’’, a soutenu Djibril Ndiaye Diouf en marge de l’ouverture mardi de la réunion des circonscriptions africaines du Partenariat mondial pour l’Education (PME).

Le Partenariat mondial pour l’Education organise à Dakar une rencontre préparatoire de 4 jours de la réunion de son Conseil d’administration prévue en Corée à Séoul les 22 et 23 mai 2015 en marge du Forum mondial sur l’Education (19- 22 mai).

Pour l’agenda post 2015 qui sera élaboré au cours de ce forum, les ministres d’Education de l’Afrique subsaharienne ont déjà, non seulement, validé le projet d’agenda, mais aussi formulé des recommandations à prendre en compte depuis la réunion de Kigali tenue en février 2015, a expliqué Djibril Ndiaye Diouf.

 »Un autre point extrêmement important pris en compte par les ministres en charge de l’Education c’est l’équité’’, a t –il ajouté. En effet, a expliqué Djibril Ndiaye Diouf, beaucoup de progrès ont été faits en Afrique dans le domaine de l’accès mais il y a encore énormément d’enfants exclus du système d’éducation ou qui sont dans des modèles alternatifs qu’il convient de prendre en charge.

Il s’agit de l’équité  »sous tous les angles en termes de genre, de résorption des disparités et de prise en compte de la demande et d’inclusion pour les enfants souffrant d’handicaps’’, a t –il ajouté.

L’éducation qualifiante des jeunes devient aussi  »un impératif pour le devenir économique social et culturel de nos pays », a ajouté le DPRE.

Avant chaque Conseil d’administration du Partenariat mondial de l’Education, les trois circonscriptions africaines qui regroupent 37 pays se réunissent pour échanger sur tous les points décisionnels, harmoniser les positions pour que les représentants de ces pays au niveau du Conseil d’administration puissent porter des points de vue harmonisés et partagés par l’ensemble des pays.

Le PME est un mécanisme qui permet des échanges Sud-Sud en termes d’expériences et de bonnes pratiques dans le domaine de l’Education, selon le Responsable pays au niveau du secrétariat du PME, Douglas Lehman.

La réunion des circonscriptions permet aux différents pays membres de discuter des projets de décisions autour des allocations des plans sectoriels avec les conseillers techniques et des directeurs de planification qui prennent part à cette rencontre , a t –il ajouté

Les questions abordées lors de la réunion de Dakar auront trait à l’élaboration, la mise en œuvre des plans sectoriels pays, des points de vue sur la conception du nouveau plan stratégique du PME (2016-2020) et affiner des plans d’action et de communication pour chaque circonscription mais aussi entre les circonscriptions pour améliorer la fonctionnalité.

APS

Sénégal-Santé: Le SUTSAS en grève générale les 19 et 20 mai (SG)

Le Syndicat unique des travailleurs de la Santé et de l’Action sociale (SUTSAS) observera une grève générale les 19 et 20 mai, dans le cadre de son 2ème plan d’action, avec respect des urgences et du service minimum, a indiqué son secrétaire générale, Mballo Dia Thiam.

 »Après l’évaluation du premier plan d’action, le comité de lutte national a décliné un 2ème Plan d’action pour l’application des 7 points d’accord de la plateforme minimale réalistes et réalisables par la production d’actes concrets’’, a t –il expliqué lors du point de presse tenu lundi au siège du syndicat à Dakar.

Il s’agit du recrutement du personnel contractuel, l’organisation d’élection de représentativité syndicale dans le secteur de la santé et de l’action sociale, l’adoption par le Conseil des ministres du statut du personnel des PCA et des directeurs d’Etablissements publics de santé, du paiement des heures supplémentaires.

‘’Ayant suffisamment donné du temps au gouvernement et une large de période de grâce au ministre de la Santé et de l’Action sociale, le SUTSAS, après une série de sit-in, marches et grèves, n’hésitera pas, le moment venu de décréter le mot d’ordre de rétention de l’information sanitaire et sociale’’, a dit Mballo Dia Thiam.

En effet, a t –il précisé, après trois mois de négociation (décembre 2013-février 2014), un an d’attente (février 2014-février 2015),  »aucun acte n’a été posé pour concrétiser » les points d’accord avec le gouvernement signés en février 2014.

Le Secrétaire général du SUTSAS a également fustigé  »l’attitude des centrales syndicales qui ont préféré usurper des fonctions de médiateur dans la crise scolaire alors qu’elles devraient dés le début fédérer les luttes en additionnant toutes les autres forces syndicales pour la protection des travailleurs ».

‘’Les centrales doivent travailler à mettre les syndicats ensemble pour défendre une cause, engager les forces d’autres secteurs au moment des grèves, pour abréger les luttes. Mais on préfère laisser s’essouffler un syndicat seul face au gouvernement’’, a t –il souligné.

Il a pris l’exemple des syndicats d’enseignants qui n’ont pas été soutenus par les centrales syndicales.

Outre cette grève générale, le syndicat prévoit d’organiser des assemblées générales d’information et de mobilisation dans les sections et unions régionales, la poursuite de la tournée nationale du Bureau exécutif national dans la région de Kédougou.

Sénégal-Justice: Affaire Mamadou Diop : le procès des deux policiers renvoyé au 18 juin

Le tribunal correctionnel de Dakar siégeant jeudi a renvoyé jusqu’au 18 juin prochain le procès des deux policiers présumés meurtriers de l’étudiant Mamadou Diop, en janvier 2012.

Les deux policiers sont poursuivis pour ‘’coups mortels, coups et blessures volontaires, complicité de coups mortels, complicité de coups et blessures’’, ayant entraîné la mort.

Le juge et ses conseillers ont ainsi accédé à la demande des avocats de la partie civile qui ont sollicité le renvoi pour ‘’l’installation dans la cause de l’Etat’’.

‘’C’est pour que la responsabilité de l’Etat soit engagée pour payer les dommages et intérêts, en cas de condamnation des prévenus qui agissaient au nom de l’Etat dans cette répression’’, a expliqué Me Abdoulaye Tine, un des avocats des héritiers de la victime.

Le renvoi a été également motivé pour la comparution des deux policiers prévenus qui ont encore brillé par leur absence.

‘’Les prévenus ont été convoqués à comparaître par voie d’huissier pour la deuxième fois. S’ils ne comparaissent pas le 18 juin prochain, cela ne peut pas empêcher le procès de se tenir. Ils seront jugés par défaut’’, a encore précisé Me Tine, ajoutant qu’en matière de justice, ‘’ les absents ont toujours tort’’.

Sont poursuivis dans cette affaire les deux auxiliaires de police Tamsir Ousmane Thiam et Wagane Souaré.

Mamadou Diop avait trouvé la mort le 29 janvier 2012 à la place de l’Obélisque, lors d’une manifestation contre un troisième mandat de l’ex-président Abdoulaye Wade.

La manifestation était organisée à l’initiative du Mouvement du 23 juin (M23).

APS

Monde-Justice : La CPI est critiquée par ceux qui violent les droits humains (diplomate)

Les « dirigeants » hostiles à la Cour pénale internationale (CPI) sont ceux qui commettent des « violations des droits de l’homme ou du droit de la guerre », a laissé entendre l’ambassadeur des Pays-Bas au Sénégal, Pieter Jan Kleiweg de Zwaan, mardi, à Dakar.

« Certains disent que c’est une Cour de blancs contre les Africains. Je trouve que c’est du charabia », a soutenu le diplomate néerlandais dans un entretien avec la rédaction de l’APS.

A son avis, la CPI, dont le siège se trouve à La Haye, aux Pays-Bas, ne peut pas être considérée à juste titre comme une juridiction dirigée contre des Africains, dans la mesure où des ressortissants d’Afrique font partie de ses responsables.

« Les deux grandes figures de la CPI, ce sont des Africains : Mme [Fatou] Bensouda et M. [Sidiki] Kaba. Il faut toujours se demander qui dit cela. Quels chefs d’Etat disent cela ? », a argué Pieter Jan Kleiweg de Zwaan, en faisant allusion aux nombreuses critiques visant cette juridiction internationale.

L’avocate gambienne Fatou Bensouda est élue procureure générale de la CPI depuis 2011. Son confrère sénégalais Sidiki Kaba, garde des Sceaux du Sénégal, est élu président de la juridiction depuis 2014.

« Le jour où le président du Sénégal ou du Cap-Vert le dira, il faudra bien l’écouter », a fait valoir M. Zwaan, laissant entendre que les dirigeants n’ayant pas commis de crimes punis par la CPI ne la critiquent pas.

« Le Sénégal a pris ses responsabilités » en défendant cette juridiction, après avoir été le premier Etat à ratifier le Statut de Rome instituant la Cour pénale internationale en 1999, a ajouté le diplomate néerlandais.

« C’est une bonne chose pour l’Afrique de démontrer qu’elle peut juger sur son propre sol des gens qui ont peut-être commis des violations des droits de l’homme », a-t-il dit auparavant.

L’ancien président ivoirien, Laurent Gbagbo, le chef rebelle congolais Jean-Pierre Bemba et d’autres Africains sont actuellement incarcérés à La Haye par la CPI, souvent accusée de ne cibler que des ressortissants africains.

Musique-Monde :Stromae, l’artiste qui chante le langage de l’humanité

11165237_860676353969869_8470955351990098157_n (1)

Stromae, en concert mercredi soir à Dakar, s’est imposé aux générations de mélomanes contemporains, tous âges confondus, en misant sur le génie de la musique pour rappeler aux hommes le poids de leurs cauchemars et leurs rêves de bonheur et d’accomplissement.

L’artiste belge est un auteur, compositeur et interprète qui a su véritablement emprunter toutes les langages de l’humanité à travers ses deux premiers albums. Des condensés de plusieurs genres musicaux, allant de la house music à celle traditionnelle et symbolique par moments comme un retour aux sources africaines.

Stromae, « un phénomène » de la musique d’expression française selon la plupart des critiques, avait fait son entrée dans la musique par le rap vers 2000 sous le pseudonyme Opsmaestro.

Comparé à Jacques Brel (auteur belge disparu en 1978), l’artiste de 30 ans, s’est réellement fait connaitre à travers son single « Alors on danse », un titre d’introduction à la sortie en juin 2010 de son premier album « Cheese ».

Première chanson de l’artiste à être diffusé en tant que clip, elle raconte l’histoire d’un employé de bureau qui stress et qui cherche à se détendre. Sur une musique électro comme la majeure partie des titres de son premier opus dont « Te Quiero » ou encore « House’llelujah », cette première chanson contribue à le propulser dans de nombreux pays européens.

Interrogé mardi en conférence de presse sur les messages qu’il pourrait délivrer à travers sa musique, l’auteur explique:  »Je raconte l’humanité c’est tout ce que je fais, rien de plus, rien de moins, en racontant une tranche de vie, je raconte l’humanité ».

De son vrai Paul Van Haver, patronyme de sa mère belge – son père est Rwandais – Stromae (maestro en verlan) a vendu ce single à plus de 3 millions d’exemplaires, un succès tel que le fameux rappeur américain Kanye West décide d’en faire un remix en collaboration avec l’auteur la même année.

Stromae sort « Racine Carrée » trois ans plus tard, un album qui a fait connaitre le chanteur belge au-delà des frontières européennes, particulièrement en Afrique.

La vidéo en caméra cachée pour son titre « Formidable » est probablement celui qui l’a révélé aux Etats-Unis. Après avoir eu droit à un portrait dans le New York Times, il pose en couverture du célèbre magazine américain Time Out, déguisé mi-homme, mi-femme, comme dans son autre vidéo « Tous les mêmes ».

La  »Stromania » va ainsi déferler de l’autre côté du continent, précisément en Afrique notamment à travers son tube « Papaoutai ». Soit l’une des vidéos d’un artiste francophone la plus regardée sur la plateforme Youtube avec à ce jour plus de 254 millions de vues en seulement un an.

Papaoutai (Papa ou t’es), pour sa part, est une mélodie électronique très dansante, qui cache en réalité des paroles mélancoliques retraçant son vécu avec un père qu’il n’a jamais connu et qui fut assassiné lors du génocide rwandais en 1994. Stromae n’avait alors que 9 ans.

Il s’agit donc d’un deuxième album que beaucoup considère comme un retour aux sources avec un mélange de styles afro, en passant par les sonorités cubaines jusqu’à la rumba congolaise. Il y a aussi dans cette production ce soupçon d’hommage à la chanteuse capverdienne Cesaria Evora, qui reflète selon lui  »le visage de la mélancolie ».

L’album révèle ainsi un oxymore parfait entre musique et parole donnant un aspect original à ses chansons qui épousent toutes les sonorités du monde.

L’artiste métisse parle aussi beaucoup de  »mélancolie », un sentiment qui selon lui caractérise  »une belle définition de la vie », pour celui qui se décrit comme une personne qui a peur de l’inconnu.

« J’ai peur de l’inconnu, étant donné que je suis assez rigide et calculateur, forcément, dès que je suis face à l’inconnu, je perds un peu de mes moyens », a-t-il expliqué aux journalistes.

Avec ses 1m 90, ce métis aux yeux verts apparaît dans les plateaux télévisés et conférences de presse, sous les airs d’un jeune homme timide. Son sourire et son calme apporte une pudique douceur à son personnage.

Mais sur scène, Stromae s’impose comme un artiste complet, chanteur doublé d’un danseur adoré des petits et des grands qu’il régale par ses chorégraphies déconcertantes par leur originalité.

C’est que l’artiste belge réussit toujours le tour de force de traduire d’une manière excellente l’image de ses paroles en danses fort à propos, non sans aborder des thèmes aussi sérieux que le cancer (quand c’est ?), le racisme (Bâtard) ou encore ce qu’il appelle  »la fausse spontanéité » dans les réseaux sociaux (Carmen).

Kigali, la capitale du Rwanda, sera, le 20 juin prochain, la dernière étape d’une tournée africaine qui aura conduit le musicien belge à Dakar (ce mercredi), Praia, au Cap-Vert (16 mai), Douala, au Cameroun (19 mai), Abidjan, en Côte d’Ivoire (23 mai), Libreville, au Gabon (6 juin), Brazzaville, au Congo (10 juin), Kinshasa, en RD Congo (13 juin) et Kigali, au Rwanda (20 juin).

APS

Sénégal-politique : Abdoulaye Baldé en tournée de sensibilisation dans le Saloum

Kaolack, 10 mai (APS) – Le leader de l’Union des centristes du Sénégal (UCS, opposition), Abdoulaye Baldé, a entamé, samedi, à Kaolack, une tournée destinée à préparer ses militants aux prochaines phases de la structuration de son parti.

‘’Nous allons vers les phases de structuration du parti. Donc c’est important qu’à l’occasion de cette tournée nationale démarrée depuis quelques temps que nous sensibilisions nos militants de Kaolack’’, a-t-il dit lors d’un meeting.

‘’Nous voulons sensibiliser les militants de notre parti, renforcer l’unité dans le parti, mobiliser les bases dans la vente des cartes, et le montage des sections pour aller en rang serré aux prochaines échéances électorales ’’, a ajouté le maire de Ziguinchor.

‘’Ici à Kaolack, l’UCS va dérouler une série de rencontres avec les militants’’, a indiqué Abdoulaye Baldé.

‘’Nous démarrons dans la commune de Kaolack. Mais nous irons dans la commune de Kahone et nous allons sillonner plusieurs villages du département’’, a-t-il précisé.

M. Baldé va rencontrer, en plus de ses militants, les chefs religieux et les leaders d’opinions à qui il va présenter son programmes et sa vision du  »Sénégal de demain ».

Mmusi Maimane, Afrique : premier Noir élu à la tête du principal parti de l’opposition sud-africaine

Mmusi_Maimane_africasunuL’Alliance démocratique (DA), le principal mouvement de l’opposition en Afrique du Sud, a pour la première fois porté un Noir à sa tête dimanche, en la personne de Mmusi Maimane, le président de son groupe à l’Assemblée nationale sud-africaine.

Mmusi Maimane, 34 ans, a été désigné lors d’un congrès du parti à Port Elizabeth (sud). L’annonce de son élection a été saluée par des vivats et des chants des délégués, mais la DA n’a pas rendu son score public.

Il succède à Helen Zille, 64 ans, qui avait annoncé en avril qu’elle ne briguerait pas un nouveau mandat à la tête de la DA, qu’elle a dirigée pendant huit ans.

Mmusi Maimane a grandi à Soweto, le grand township de Johannesburg qui fut en pointe dans la lutte contre l’apartheid, dans une famille ANC.

Considéré comme le protégé d’Helen Zille, Mmusi Maimane a conduit la liste de la DA aux élections municipales à Johannesburg en 2011, puis l’an dernier dans la province du Gauteng (Johannesburg et Pretoria). Avec à chaque fois des scores honorables face à l’ANC.

Parfois surnommé le Barack Obama de Soweto pour ses talents d’orateur, il est devenu en 2014 chef du groupe parlementaire DA à l’Assemblée nationale, ce qui lui donne le titre de chef de l’opposition.

Diplômé en théologie, et réputé très religieux, il prêche régulièrement dans une église de la Liberty Church – une congrégation évangélique, conservatrice – à Johannesburg, et c’est par l’église qu’il a rencontré sa femme Natalie, qui est blanche.

La désignation d’un leader noir était jugée cruciale par la plupart des observateurs pour que la DA, formation libérale issue d’un petit parti anti-apartheid blanc, poursuive sa progression dans la majorité noire face à la toute-puissance de l’ANC, qui est aux affaires en Afrique du Sud depuis l’avènement de la démocratie en 1994.

Ayant réuni 22,2% des voix lors des législatives de 2014, la DA rassemble désormais la majorité des électeurs blancs (9% de la population), métis (9% aussi) et indiens (2%). Et aussi un nombre croissants de Noirs déçus par le parti dominant.

AFP

Facebook login by WP-FB-AutoConnect