Attentat en Côte d’Ivoire: des Maliens en prison depuis 2 ans sans jugement

5

En Côte d’Ivoire, une dizaine de ressortissants maliens dorment depuis plus de deux ans en prison. Ils sont soupçonnés d’être liés à depuis l’attentat de Grand-Bassam, qui avait fait 19 morts et 33 blessés en mars 2016. Des incarcérations sans jugement et donc sans certitude qu’ils aient tous joué un rôle dans l’attaque jihadiste. Les familles de certains d’entre eux tentent d’alerter les autorités ivoiriennes, mais aussi maliennes. Une association a ainsi interpellé par une lettre ouverte, la ministre malienne de la Justice.

Plus le temps passe, plus l’incertitude est grande pour les familles des Maliens incarcérés depuis le printemps 2016 à la Maison d’arrêt et de correction d’Abidjan (Maca).

Ainsi cette femme de Port-Bouët, sans emploi et mère de deux enfants, attend toujours de savoir si son compagnon sortira de prison et surtout pourquoi il a été incarcéré : « Il est là-bas, ça fait plus que deux ans. Donc on ne comprend rien du tout. Lui-même, il est contre les jihadistes. Je lui fais confiance. Il n’est pas jihadiste, ça, c’est sûr et certain. On ne sait pas ce qui se passe. Ce que je veux, c’est qu’il sorte. Je suis inquiète, ça fait plus que deux ans maintenant que l’enquête ne finit pas. Donc on ne comprend rien du tout ».

Joint au téléphone au Mali Akim el-Moktar est un cousin d’un des prisonniers qui patiente depuis deux ans à la Maca d’Abidjan : « On a contacté l’ambassade du Mali qui est notre ambassade en Côte d’Ivoire. Moi-même personnellement j’ai été devant l’ambassadeur et je lui ai parlé de l’affaire. On dit qu’on va les libérer qu’à présent, il n’y a rien de nouveau, il n’y a rien de changer ».

Si des diplomates maliens se rendent de temps en temps à la rencontre des prisonniers ses visites se sont de plus en plus espacées. Quant au procureur ou au ministère ivoirien de la Justice sollicité par RFI, ils n’ont pour le moment pas donné suite à nos demandes concernant ces incarcérations et leurs motifs.

Par RFI

Laisser une réponse

Entrer votre commentaire
Merci d'entrer votre nom