APPROVISIONNEMENT EN EAU POUR D’AUTRES LOCALITES A PARTIR DE LEUR VILLAGE : Les populations de NottoDiobass disent niet aux autorités

20

Elles disent non aux autorités pour l’approvisionnement en eau d’autres localités à partir de leur village. A travers une marche, organisée ce dimanche 17 février, les populations de NottoDiobass ont fustigé cette « injustice » et exigé des autorités une solution à ce problème.

La population de NottoDiobass réclame justice. Elle trouve anormal que les 14 forages implantés dans leur localité alimentent Dakar et une partie de la région de Fatick alors que l’approvisionnement en eau n’est pas effectif dans cette partie du pays situé dans la région de Thiès. A cet effet, les populations ont organisé une marche pour dénoncer cet état de fait et exiger des autorités« une solution définitive à ce problème ».

«Nous n’accepterons plus que la ressource eau soit exploitée à partir de notre nappe à un rythme excessif pour desservir d’autres régions du pays », ont dénoncé les populations. « NottoDiobass  a soif pour prétendre hydrater d’autres localités. Ce que font les autorités n’est qu’injustice. Nous voulons que ça prenne fin dans l’immédiat », a tonné Djiby Faye, secrétaire général de la plateforme citoyenne « Les Sentinelles du NottoDiobass. C’est dire que les populations de cette localité sont décidées à faire bras de fer avec les autorités.

A ces propos s’ajoute celui de M.Faye qui estime que « l’injustice que subissent les populations paraît s’apparenter à un crime contre l’humanité».Cette marche était aussi l’occasion pour les populations d’interpeller les autorités étatiques et le directeur de l’OFOR par rapport à « l’incompétence et le manque de considération »  de la société Aquatech qui« n’a pas respecté le contrat » qui le liait aux populations. A en croire les habitants, Aquatec, une société spécialisée dans la gestion de l’eau, a fini par « tarir les forages de la zone ». Ils exigent par ailleurs une « rupture de contrat pour la gestion de ces forages avec cette société ».

 Amy Dème SENGHOR

Laisser une réponse

Entrer votre commentaire
Merci d'entrer votre nom